Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Jimena Paz Obregon, Jorge Munoz (sous la direction de), Le 11 septembre chilien. Le coup d’Etat à l’épreuve du temps 1973-2013

Rennes, PUR, 2015
Frédérique Langue
p. 194-197
Référence(s) :

Jimena Paz Obregon, Jorge Munoz (sous la direction de), Le 11 septembre chilien. Le coup d’Etat à l’épreuve du temps 1973-2013, Rennes, PUR, 2015, 346 p

Texte intégral

1Comme nombre d’événements traumatiques durablement inscrits dans les mémoires, individuelles comme collectives, le 11 septembre chilien participe d’un temps présent aux résonances mondialisées : la quête de vérité, de réparation, à laquelle œuvrera la Commission de la Vérité chilienne (la première en date au niveau mondial), mais également d’une justice dont les démêlés internationaux ont eux aussi laissé une trace dans les mémoires. La disparition du « monstre » et incarnation du mal (Pinochet) en décembre 2006 mit fin à un cycle de représentations de la violence politique initié lors du coup d’État militaire du 11 septembre 1973. Cependant, le coup d’État et le renversement du président Allende rencontrent encore des échos au-delà des frontières nationales, bien après la fin de la dictature en 1990. En témoignent les nombreuses manifestations, en particulier scientifiques, qui se sont tenues en 2013 dans des pays fort éloignés, ainsi la France, qui s’était montrée particulièrement réceptive à la situation des réfugiés politiques chiliens. La transition « pactée », présentée comme exemplaire dans le Chili du retour à la démocratie, soulève par ailleurs un certain nombre de questions quant à la permanence non seulement d’idées mais aussi d’un personnel politique et d’élites sociales encore attachés à l’héritage du dictateur. La « révolution conservatrice » portée par les héritiers du pinochetismo et de ses Chicago Boys perdure de la sorte par le biais de certains responsables politiques, militaires ou économiques, eux-mêmes porteurs d’un discours réactualisé.

2Dans cette histoire toute de silences et de compromis, le procès de la dictature resurgit à intervalles réguliers, à l’occasion de jugements rendus à l’encontre de ses collaborateurs et bourreaux, et même de témoignages de victimes autrefois passés sous silence ou tout simplement tus. Les archives de la dictature ou sur la dictature elles-mêmes s’entrouvrent. Celles de ses soutiens extérieurs, telles celles du Département d’État américain, sont désormais consultables en ligne et s’enrichissent régulièrement de nouveaux apports documentaires, dits « déclassifiés ». Dans un contexte de tension entre mémoire et histoire, entre anamnèse et oubli, si ce n’est amnésie et dissensions, et de véritable fracture qui traverse l’histoire chilienne dès avant le coup d’État, réunir témoignages et analyses sur un événement complexe, revenir sur ce « passé qui ne passe pas », relève du défi, un défi auquel cet ouvrage pluridisciplinaire, issu de l’un des colloques commémoratifs, se propose de répondre.

3Les contributions réunies ici se veulent par conséquent d’ordre épistémologique, heuristique, et s’efforcent de dépasser les antagonismes, les conflits d’interprétation mis en évidence sur le long terme de la singulière transition chilienne. De même visent-elles à prendre en compte la violence latente dès avant le coup d’État, les déplacements des lignes de démarcation internes aux partis politiques (ainsi la Démocratie chrétienne, initialement adversaire d’Allende) et la variabilité des exigences de mémoire, voire l’« amnésie volontaire » pratiquée parfois avec bonne conscience par une partie de la classe politique de la post-dictature, l’ambivalence du premier gouvernement issu des urnes, celui de Patricio Alywin (1990-1994) et, plus généralement, les hésitations des gouvernements de la Concertación, et les embûches mises sur la route de la Commission Vérité et Réconciliation dite commission Rettig. Il convient en effet de se souvenir que Pinochet resta chef des armées jusqu’en 1998, puis sénateur à vie jusqu’en 2002. La loi d’amnistie de 1978 confère toujours une certaine impunité aux responsables de la répression et de violations des droits humains. Quant à la Constitution en vigueur, c’est encore celle de la dictature (1980) : même objet d’amendements et de réformes, elle demeure la clef de voûte d’un système plaçant la démocratie sous tutelle comme l’ont signalé certains analystes.

4Quarante ans plus tard, se trouvent donc au nombre des défenseurs de la mémoire des auteurs que leur parcours de vie fait accéder le cas échéant au statut de témoins, qu’ils soient universitaires ou non, hostiles aussi bien à l’oubli imposé et à la continuité de pratiques politiques qu’aux analyses reposant sur des fondements idéologiques. Des articles de recherche se croisent donc avec des témoignages, qu’il s’agisse des répercussions internationales du coup d’État (en termes de justice et de violations des droits humains appréhendés à une échelle nationale avec la Cour suprême chilienne et internationale, des formes de résistance et des solidarités internationales se manifestant dans la presse et l’édition et du rôle joué par les exilés), ou des pratiques artistiques confrontées à un passé traumatique (la Nueva Canción, les pratiques audiovisuelles et cinématographies, lieu de confrontations mémorielles par excellence, la distanciation des arts plastiques par rapport aux formes traditionnelles de militantisme et leur relatif désengagement politique). Un dernier ensemble s’intéresse aux partis politiques (le Parti socialiste chilien et ses militants, l’Union démocrate indépendante sous la dictature) et aux syndicats, aux militantismes sectoriels et au rôle des femmes, aux formes de mobilisation sociales (qui dépassent très largement l’interprétation en termes de mouvements sociaux et ses effets de mode idéologique), et précisément, au militantisme clandestin. On remarquera que des thèmes importants ne font pas l’objet de contributions spécifiques, même si on les retrouve très fréquemment à l’arrière-plan des analyses proposées : l’Église, l’armée, le rôle des États-Unis, voire le mouvement étudiant, pourtant point d’inflexion pour la plupart de ces réflexions et de nouveau fortement présent dans les années qui suivirent le retour de la droite au pouvoir (2010-2013). L’ouvrage se clôt sur des histoires de vie qui constituent des témoignages sur la violence vécue, émanant y compris de diplomates.

5À la fin de ce parcours foisonnant et dans le même temps très précis sur certaines des questions abordées, les enjeux mémoriels demeurent, et plus encore si l’on considère, au-delà d’un terme galvaudé par ses usages et désormais inconcevable hors d’un espace mondialisé, les formes inédites de mobilisations que la mémoire induit dans des sociétés démocratiques, voire d’action rétroactive sur l’histoire et son écriture. Les lignes de continuité toujours présentes dans le cas chilien – en filigrane dans bien des chapitres – justifieraient de toute évidence que soit poursuivi un débat dont l’horizon d’attente doit encore compter avec les contradictions et les non-dits de la société chilienne de l’après-dictature. D’où l’intérêt du carnet de recherche en ligne qui prolonge cet ouvrage. L’intérêt de l’écriture de l’histoire de la dictature repose toutefois sur un élément clef, et, dans une certaine mesure, porteur d’espoir : les historiens qui, depuis quelques années, se saisissent de la question, appartiennent en effet à une génération qui n’a pas vécu la dictature et se trouve donc en mesure de dépasser aussi bien un certain nombre d’inconnues persistantes et les conflits d’interprétation dûment mentionnés dans cet ouvrage que les tendances hagiographiques propres aux histoires nationales. C’est peut-être sur ce point crucial d’histoire du temps présent que réside le véritable défi des recherches et débats à venir et sur lesquels cet ouvrage à plusieurs voix ouvre incontestablement plusieurs pistes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédérique Langue, « Jimena Paz Obregon, Jorge Munoz (sous la direction de), Le 11 septembre chilien. Le coup d’Etat à l’épreuve du temps 1973-2013 », Caravelle, 108 | 2017, 194-197.

Référence électronique

Frédérique Langue, « Jimena Paz Obregon, Jorge Munoz (sous la direction de), Le 11 septembre chilien. Le coup d’Etat à l’épreuve du temps 1973-2013 », Caravelle [En ligne], 108 | 2017, mis en ligne le 01 juin 2017, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://caravelle.revues.org/2384

Haut de page

Auteur

Frédérique Langue

CNRS-IHTP

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org