Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Laurence Dahan-Gaida (dir.), Circulation des savoirs et reconfigurations des idées. Perspectives croisées France-Brésil

Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, collection Dialogues entre cultures, 2016
Sébastien Rozeaux
p. 191-194
Référence(s) :

Laurence Dahan-Gaida (dir.), Circulation des savoirs et reconfigurations des idées. Perspectives croisées France-Brésil, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, collection Dialogues entre cultures, 2016, 412 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif est une nouvelle contribution au dialogue entre les milieux universitaires et scientifiques français et brésiliens, dont la rencontre nourrit depuis plusieurs années déjà des réflexions communes particulièrement riches lorsqu’elles ont trait notamment à l’histoire culturelle, au sens le plus large. Ici, l’ouvrage rassemble des communications présentées dans le cadre de journées d’étude et de colloques qui se sont tenus à l’Université de Franche-Comté et à l’Université fédérale du Paraná en 2011-2012, à l’initiative de deux laboratoires plaçant au cœur de leur projet l’histoire intellectuelle et la circulation des savoirs. Il en résulte donc ce livre-somme qui aborde par des biais très variés, au long des 22 contributions ici réunies – traduites, le cas échéant, en français –, les transferts de savoir dans une perspective à la fois transdisciplinaire et transnationale, afin de « comprendre la contribution des pays du Sud dans la production contemporaine des connaissances et le changement des rapports de pouvoir/savoir qui s’y expriment » (p. 12). L’ouvrage se compose d’une introduction et de cinq parties d’ampleur inégale. Il s’achève sur une bibliographie générale et un index utile, à défaut d’une véritable synthèse en guise de conclusion. Plutôt que de rendre compte par le menu de chacune des 22 contributions, nous avons préféré ici nous arrêter sur ces quelques chapitres qui, à nos yeux, s’inscrivent avec profit dans ces démarches transnationales et transdisciplinaires dont les vertus heuristiques ne sont plus à démontrer.

2Il revient à la directrice de cette publication, Laurence Dahan-Gaida, professeure de littérature comparée à l’Université de Franche-Comté et directrice du Centre de Recherches Interdisciplinaires et Transculturelles, de proposer en guise d’introduction un ambitieux bilan historiographique sur la circulation des savoirs et la théorie des transferts culturels, afin de contextualiser la double ambition de cet ouvrage : « analyser la circulation transnationale des savoirs » et « étudier la circulation interdisciplinaire des savoirs » (p. 14-15) à l’époque contemporaine.

3La première partie, portant sur les transferts culturels et les circulations transnationales, est de notre point de vue la plus riche. Ainsi, Helene Rodrigues da Silva inscrit sa contribution dans le prolongement des réflexions d’ordre historiographique de l’introduction, en cela que son étude rappelle les vertus de la théorie des transferts culturels appliquée à l’histoire culturelle pour « saisir la nouvelle dynamique d’interpénétration des cultures » (p. 56). Une telle dynamique ne saurait se résumer à des relations de type centre/périphérie, de façon à souligner plutôt la dimension réciproque des circulations des savoirs à l’époque contemporaine.

4En étudiant la philosophie anthropophage d’Oswald de Andrade, Héliane Kohler s’intéresse à un moment phare de la culture brésilienne du premier XXe siècle, le Modernisme. La quête de la « brésilianité » qui anime alors les modernistes passe par un rejet systématique des valeurs culturelles, religieuses, politiques et sociales du Brésil républicain. En outre, « l’anthropophagie, érigée en paradigme culturel, visait à affirmer la spécificité de la culture brésilienne par rapport à la culture européenne » (p. 66). Si la dimension disciplinaire du transfert culturel à l’œuvre, de l’ethnologie aux arts et lettres, est bien analysée, cette contribution aurait gagné à mieux évaluer le poids du mouvement moderniste dans le Brésil républicain, dont le caractère d’abord élitiste semble ici être omis. Par ailleurs, peut-être aurait-il fallu creuser le sillon d’une histoire transnationale du Modernisme pour mettre en évidence les circulations à l’œuvre dans la construction de ce mouvement, un aspect essentiel évoqué ici trop brièvement à nos yeux ?

5Carlos Eduardo Vieira s’intéresse à la circulation des projets éducatifs et des modèles narratifs dans les manuels d’histoire de l’éducation au Brésil dans les années 1930, à partir de deux livres dont la parution est contemporaine de la refondation de l’école et des réformes de la formation des professeurs sous la présidence de Getúlio Vargas. L’étude comparée de ces deux ouvrages permet d’en révéler les traits communs mais aussi les grandes différences, puisque l’un défend l’enseignement catholique quand le second s’inscrit dans le mouvement de l’Éducation nouvelle. Très intéressante est aussi l’analyse du dialogue parfois implicite que ces deux manuels ont entretenu avec une poignée de manuels européens et nord-américains de référence – dialogue qui témoigne de l’intérêt de ce chantier de recherche nouveau en histoire de l’éducation que constitue ce « réseau international partageant et échangeant ses modèles narratifs » (p. 82), à partir d’une histoire comparée des manuels de pédagogie (et scolaires, pourrait-on ajouter) dans l’espace atlantique.

6Javier Pinedo mène une analyse comparée du séjour de deux intellectuels de premier plan, le révolutionnaire mexicain José Vasconcelos et le philosophe espagnol Ortega y Gasset, dans le Chili des années 1920. Les conditions du « voyage intellectuel », les modalités de son déroulement, la réception dont bénéficient ces deux personnalités diffèrent profondément : Vasconcelos bouscule les valeurs des conservateurs chiliens au nom des intérêts supérieurs d’un ibéro-américanisme nourri des fondements de la Révolution mexicaine, tandis qu’Ortega se garde de toute ingérence dans les affaires politiques chiliennes. Pinedo s’intéresse aux effets produits par le voyage tant sur le public chilien que sur les deux voyageurs, outre qu’il souligne les décalages entre deux intellectuels qui appréhendent de façon très différente « le rôle qu’une Amérique latine unie, au-delà de la diversité de ses cultures, serait appelée à jouer dans le futur » (p. 122).

7La deuxième partie de l’ouvrage est consacrée à l’historicité des savoirs. On s’arrêtera ici particulièrement sur la contribution de Raphael Guilherme de Carvalho, lequel étudie un classique de l’historiographie brésilienne, Racines du Brésil (1936), de Sérgio Buarque de Holanda. Il en rappelle la genèse complexe et l’historicité propre au Brésil que l’historien y définit – laquelle se fonde notamment sur la spécificité du caractère national de l’ « homme cordial » –, sans oublier d’évoquer la postérité d’une œuvre devenue un classique. Nul doute que cette étude pourrait s’enrichir plus encore par une attention à la dimension transnationale d’une pensée et d’une œuvre dont la circulation dépasse les frontières du seul Brésil.

8La troisième partie porte sur les nouvelles modalités de la diffusion des savoirs à l’ère d’Internet. Ainsi, Muriel Lefebvre retrace les grandes évolutions de la circulation des connaissances scientifiques à travers le cas des revues scientifiques, dont le modèle éditorial et économique se trouve bouleversé par la nouvelle donne que constitue l’entrée dans l’ère du numérique. Elle s’intéresse tout particulièrement aux enjeux associés à l’essor des politiques de libre accès et au recours de plus en plus fréquent au sein de la communauté scientifique à l’auto-publication et à l’auto-archivage. La grande diversification des « dispositifs de publicisation de la science » (p. 237) bouleverse les conditions de la diffusion des savoirs, sans que les effets positifs ou négatifs en soient encore bien connus. André Porto Ancona Lopez prolonge ces réflexions en livrant un état des lieux résolument optimiste de la recherche à l’heure des réseaux sociaux et des blogs, dont le rôle tend à croître dans la circulation des connaissances scientifiques entre des milieux universitaires connectés.

9La quatrième partie aborde des thèmes ayant trait à la circulation des idées et aux transferts dans les sciences humaines et sociales. Ainsi, Carole Reynaud-Paligot s’intéresse à la construction et à la circulation de la notion de « race » en France au XIXe siècle ; une notion qui naît au croisement de l’histoire et des sciences naturelles, avant que l’institutionnalisation de l’anthropologie, cette « science des races humaines » selon Paul Broca, ne reconfigure les conditions de la diffusion du racisme scientifique dans le champ plus vaste des sciences humaines et sociales. La dimension transnationale de l’objet est ici soulignée à juste titre et permet de mieux comprendre la diffusion dans les sociétés occidentales d’une « véritable culture raciale » (p. 280) à partir du milieu du XIXe siècle. Soulignons à ce propos, puisque le « paradigme européo-brésilien » (p. 27) est de mise dans cet ouvrage, que si les écrits du comte de Gobineau n’ont pas eu de grand écho auprès du public français contemporain, comme le rappelle ici l’auteure, ses écrits bénéficient d’une meilleure audience au Brésil, notamment depuis son séjour à Rio de Janeiro en 1869, en qualité de diplomate, et l’amitié qu’il noue alors avec l’empereur dom Pedro II.

10La cinquième et dernière partie de l’ouvrage traite des circulations réciproques à l’œuvre entre les domaines de la science et de la fiction. Ainsi, Laurence Dahan-Gaida interroge-t-elle la reconfiguration des conditions de transferts entre sciences et littérature dans les temps présents. Elle s’appuie pour ce faire sur l’analyse d’un roman d’Alejo Carpentier, Le siècle des Lumières (1962), dans lequel l’auteur cubain définit « une sorte d’anthropologie du savoir » (p. 355) à partir de la confrontation entre les valeurs charriées avec elle par la Révolution Française et les Lumières, et l’environnement si particulier des Caraïbes. L’ouvrage se clôt sur la contribution de Carys Lewis dans laquelle elle aborde un pan méconnu de l’œuvre du Britannique Raymond Williams, dont le nom reste attaché au mouvement des Cultural Studies. En effet, les œuvres littéraires de ce militant proche de la New Left Review aspirent à valoriser ce que l’auteure présente ici comme des « savoirs populaires », à savoir ceux de la région galloise des Montagnes Noires dont Williams est originaire, en en faisant la matière d’une culture livresque destinée à « un lectorat métropolitain de gauche, sans doute plus familier de sa production théorique » (p. 386).

11On l’aura compris, ce livre-somme ouvre des pistes nombreuses sur les voies de l’interdisciplinarité et de l’histoire transnationale, quand bien même un tel foisonnement nuit parfois à la cohérence d’un ouvrage qui se prêtera donc aisément à une lecture itinérante, en fonction des goûts et des attentes de ses lecteurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sébastien Rozeaux, « Laurence Dahan-Gaida (dir.), Circulation des savoirs et reconfigurations des idées. Perspectives croisées France-Brésil », Caravelle, 108 | 2017, 191-194.

Référence électronique

Sébastien Rozeaux, « Laurence Dahan-Gaida (dir.), Circulation des savoirs et reconfigurations des idées. Perspectives croisées France-Brésil », Caravelle [En ligne], 108 | 2017, mis en ligne le 01 juin 2017, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://caravelle.revues.org/2381

Haut de page

Auteur

Sébastien Rozeaux

Université Toulouse - Jean Jaurès

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org