Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Manuel Hernández González, Estados Unidos y Canarias, comercio e Ilustración. Una mirada atlántica

Santa Cruz de Tenerife, Ediciones Idea, 2016, 388 p.
Bernard Lavallé
p. 185-187
Référence(s) :

Manuel Hernández González, Estados Unidos y Canarias, comercio e Ilustración. Una mirada atlántica, Santa Cruz de Tenerife, Ediciones Idea, 2016, 388 p.

Texte intégral

1Auteur connu de nombreux ouvrages sur l’histoire de la Caraïbe insulaire (République dominicaine et Cuba) ou continentale (Venezuela), M. Hernández González a aussi beaucoup publié sur son archipel natal très lié à l’autre rivage de l’océan, à la fois par les activités économiques transatlantiques et les questions surgies de l’émigration.

2Dans son dernier ouvrage, il se concentre sur les relations entre les Canaries et les jeunes États-Unis à l’époque des Lumières, relations à la fois économiques mais aussi idéologiques, dans la mesure où il s’intéresse aux promoteurs du commerce transatlantique et aux intellectuels porteurs de perspectives nouvelles, dans un contexte d’ouverture et de changements, pour certains radicaux, à partir du fameux Commerce libre de l’Espagne des Bourbons.

3Pour ce faire, l’auteur a réuni dans cet ouvrage cinquante-deux textes en général courts mais percutants, les uns reprenant, sous forme remaniée, des publications anciennes et dispersées, les autres étant inédits.

4Dans les premiers, M. Hernández González suit diverses pistes concernant les débuts des relations économiques entre l’archipel et l’Amérique du Nord, puis il consacre une série d’études aux marchands étrangers qui développèrent le commerce de l’archipel dans le cadre de ses transformations à la suite de la décision de libre commerce de 1765. On y trouve des Irlandais, des Écossais, mais aussi des Flamands établis depuis longtemps à la Laguna, des Français, des Italiens. Leurs activités devaient évoluer au cours du dernier tiers du siècle, en fonction des nouvelles donnes de la politique espagnole, mais aussi avec l’ouverture ou le renforcement de nouvelles lignes d’échange (Campeche, Cuba), la Guerre d’Indépendance des colonies anglaises d’Amérique du Nord et la généralisation du Commerce libre qui connut des phases successives, 1778-1792, et 1793-1808.

5Ces évolutions s’accompagnèrent d’innovations sur d’autres plans. On retiendra celles que souligne l’auteur dans le domaine des relations éclairées avec la « voisine » atlantique, Madère, de la diffusion dans l’archipel des idées nouvelles en Europe et transportées dans les îles antillaises, des conditions nouvelles qui s’imposent à la suite de la crise que connaît la culture de la vigne entraînant des modifications agricoles mais aussi économiques.

6Dans la seconde partie du livre, les textes s’intéressent davantage aux acteurs et aux idées. Ainsi plusieurs d’entre eux traitent de l’influence de la révolution américaine dans la pensée de Antonio José Ruiz de Padrón (1757-1823), ou, dans un ordre d’idées tout à fait différent, de Francisco Caballero Sarmiento au service de la contre-révolution au Venezuela, de la polémique de ce dernier avec Valentín de Foronda à Philadelphie (1808-1810) autour des idées afrancesadas, de l’intervention napoléonienne en Espagne et de la Guerre d’Indépendance espagnole.

7Dans le prolongement de ces débats, le livre consacre une attention particulière au rôle de la franc-maçonnerie, un thème que l’auteur connaît bien et auquel il a consacré un certain nombre de travaux. Le personnage central est d’abord le Canarien Eduardo Barry, dont sont rappelés les éléments essentiels de la biographie, son attitude devant l’émancipation de l’Amérique et son action en faveur des idéaux maçonniques au Nouveau Monde. D’autres études portent sur la diffusion de la Maçonnerie à Mexico, Philadelphie.

8On retiendra de même les articles consacrés à une figure peu connue mais fort intéressante, celle de Cabral de Noronha, franciscain portugais formé à Coimbra, passé par le couvent de Funchal à Madère et qui vécut ensuite à Tenerife. Contestataire de l’ordre établi, sans cesse en mouvement, on le retrouve à Philadelphie. Il arrive après avoir fui Cadix et les Cortes où il avait mis en question l’ordre de l’époque dans un journal et dénonçait l’absolutisme et les idées d’Ancien Régime. Le livre souligne aussi comment, tant à Madère qu’aux Canaries, la pénétration doctrinale venue des anciennes colonies britanniques d’Amérique du Nord a été décisive dans la Maçonnerie de ces deux espaces insulaires. M. Hernández González montre aussi les liens de Cabral avec la jeune Maçonnerie cubaine, étudie ses « Reflexiones imparciales sobre la francmasonería » puis la fin de sa vie et son testament à Madrid.

9Un groupe d’articles analyse ensuite le parcours du Canarien libéral Diego Correa, auteur d’un rocambolesque projet d’assassinat de Napoléon et qui partit dans un premier temps à Philadelphie où il rencontra les mouvements d’idées favorables à l’émancipation des colonies espagnoles, perspective qu’il combattit avec énergie pendant deux ans et demi. M. Hernández González montre bien les liens et les désaccords de Correa avec les autres émigrés espagnols. Renvoyé en Espagne, détenu à Ceuta, il réussit à partir pour l’Angleterre où durant trois ans il milita activement en faveur de la restauration de la constitution de Cadix et, désormais, de l’émancipation américaine.

10Ce livre de lecture agréable offre un ensemble très riche d’études qui, pour être éclatées, n’en donnent pas moins une vision globale du mouvement à la fois économique et intellectuel de l’archipel entre la fin du XVIIIe siècle et le début du XIXe, ces deux aspects étant liés par une extrême ouverture de certaines élites sur la modernité de l’époque et un rôle d’intermédiaire entre les deux rives de l’Atlantique. L’ouvrage a aussi le mérite de mettre en lumière les parcours, voire les contradictions, de personnages peu connus, pour certains hauts en couleur, qui eurent un rôle sinon décisif, du moins très actif dans les débats politiques de leur temps et dans le grand mouvement de reconsidération qui se dessina dans l’espace atlantique, par-dessus les distances et en dépit des barrières politiques ou idéologiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Lavallé, « Manuel Hernández González, Estados Unidos y Canarias, comercio e Ilustración. Una mirada atlántica », Caravelle, 108 | 2017, 185-187.

Référence électronique

Bernard Lavallé, « Manuel Hernández González, Estados Unidos y Canarias, comercio e Ilustración. Una mirada atlántica », Caravelle [En ligne], 108 | 2017, mis en ligne le 01 juin 2017, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://caravelle.revues.org/2377

Haut de page

Auteur

Bernard Lavallé

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org