Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Pilar Ponce Leiva, Francisco Andújar Castillo (ed.), Mérito, venalidad y corrupción en España y América. Siglos XVIIXVIII

Valencia, Albatros Ediciones, 2016
Soizic Croguennec
p. 179-183
Référence(s) :

Pilar Ponce Leiva, Francisco Andújar Castillo (ed.), Mérito, venalidad y corrupción en España y América. Siglos XVIIXVIII, Valencia, Albatros Ediciones, 2016, 362 p.

Texte intégral

1Dès l’introduction de cet ouvrage collectif ambitieux, les éditeurs Pilar Ponce Leiva et Francisco Andújar Castillo montrent combien l’intérêt historiographique de ces dernières années pour la notion de corruption est alimenté par notre rapport actuel aux différentes affaires secouant le monde politique. Ils s’inscrivent ainsi dans le courant européen incarné par le programme Anticorruption Policies revisited. Global Trends and European Responses to the Challenge of Corruption (p. 11). Toutefois, après avoir établi ce lien évident, ils mettent en garde le lecteur contre toute tentation anachronique lorsqu’il s’agit d’aborder le problème à l’époque moderne. C’est ainsi qu’ils s’attachent à définir clairement les concepts au cœur de l’ouvrage, à savoir le « mérite », la « vénalité » et la « corruption » en les replaçant dans le contexte des pratiques de pouvoir de la couronne espagnole aux XVIIe et XVIIIe siècles. Si l’historiographie française a, de longue date, travaillé sur la question de la vénalité des offices comme le souligne l’auteur du prologue Nuno Gonzalo Monteiro, il s’agit encore d’un terrain neuf et fécond en ce qui concerne le royaume d’Espagne et ses territoires coloniaux. De fait, au-delà peut-être de la réflexion centrale sur les pratiques de gouvernement et de leur perception, ou instrumentalisation, par les contemporains, l’apport essentiel de cet ouvrage réside dans la volonté des éditeurs de transcender des frontières historiographiques somme toute bien artificielles entre métropole et colonies, en rappelant la nécessité d’une perspective véritablement impériale (p. 8).

2Une telle perspective permet de revisiter de larges pans de l’historiographie traditionnelle : la place de la vénalité dans le fonctionnement et le dysfonctionnement de l’administration royale, la corruption pour ainsi dire « culturelle » de l’administration américaine (p. 197), la fragilisation de la Couronne espagnole… Selon les différents auteurs, distribution des « mérites », recours à la « vénalité » et existence de la « corruption » sont autant de facettes de pratiques de gouvernement complexes, produits d’un équilibre délicat entre les acteurs en présence. Il en ressort que la notion de corruption est bien difficile à saisir dans la mesure où il faut comprendre ce que signifiait le terme à l’époque considérée, comprendre où se situait la limite floue entre pratique acceptée et inacceptable. Pour aborder ces questions, les éditeurs ont fait le choix de réunir une série de dix-sept contributions combinant approches théoriques, études de cas et analyses quantitatives. Les contributions sont réparties de manière assez inégale en trois parties qui portent chacune sur un des trois concepts examinés. Même si l’on comprend l’aspect pratique de ce choix, on peut cependant regretter l’absence d’un plan plus dynamique pour mettre en valeur des contributions de grande qualité.

3La première partie, intitulée « Conceptos y valor de los méritos » regroupe six textes qui examinent les différentes facettes du concept de « mérite ». María del Mar Felices de la Fuente explore ainsi le principe de la grâce et de la récompense royales en tant qu’instrument de pouvoir au cours des règnes de Philippe IV et Charles II. Elle montre l’équilibre délicat que la monarchie doit atteindre entre satisfaction des besoins financiers de la couronne, nécessité du renouvellement des élites et résistance des élites traditionnelles. Domingo Marcos Giménez Carrillo adopte quant à lui une perspective moins générale en se concentrant sur le cas particulier de l’accès à l’habit de chevalier des ordres militaires à l’époque de Philippe V. Il souligne que l’obtention du mérite n’est que la première étape d’un long et tortueux chemin menant au titre de chevalier (p. 42) avant de se lancer dans l’étude minutieuse des destinataires d’une telle récompense, en insistant tout particulièrement sur le poids du contexte de la guerre de Succession d’Espagne. Amorina Villarreal Brasca analyse le paradoxe de la nomination du comte de Lemos à la tête du Conseil des Indes. Si dans un premier temps, cette nomination a suscité l’hostilité des letrados du Conseil qui voyaient là la négation du principe de mérite et la promotion d’un jeune aristocrate inexpérimenté (p. 59), l’œuvre de Lemos en tant que président du Conseil des Indes en « fit un serviteur doté de mérites propres » et donc dignes de louanges (p. 70). Guillermo Burgos Lejonagoitia se penche sur les mécanismes de la vénalité et des mérites dans l’administration hispano-américaine. À partir d’une approche quantitative fine, il montre que le choix d’un recours à la vénalité ou au mérite pour pourvoir les offices américains se trouve à la confluence des stratégies individuelles et de celles de la Couronne, et dépend donc de nombreux facteurs : contexte économique, localisation de l’office à pourvoir, nature de l’office (p. 88). On retrouve une complexité similaire dans la contribution d’Antonio Jiménez Estrella. En se concentrant sur les offices militaires, l’auteur insiste sur l’ébranlement de la notion de méritocratie dans l’armée (p. 95) associée à une véritable privatisation du recrutement, favorisée par les besoins financiers de la couronne et par les difficultés croissantes d’un recrutement traditionnel et exigeant (p. 97). Pour conclure la partie, Roberte Stumpf aborde la question de la professionnalisation de l’administration royale portugaise sous l’influence du marquis de Pombal en resituant son propos dans le lent processus de transition vers l’affirmation de la méritocratie libérale au XIXe siècle (p. 117). Pour l’auteur, la réforme de Pombal en matière de transmission des offices n’est pas vraiment révolutionnaire mais il n’en demeure pas moins qu’elle place la notion de mérite au premier plan, ce qui permet à la Couronne de reprendre la main sur son administration et d’introduire l’idée du « bien public » (p. 125).

4La deuxième partie est la plus courte. Intitulée « El mercado de las ventas de oficios », elle ne regroupe que trois textes qui examinent les différentes facettes de la vénalité. Francisco Andújar Castillo propose ainsi une fine analyse des mécanismes de la vénalité au XVIIe siècle. Qui vendait les offices ? Quels types d’offices vendait-on ? Qui bénéficiait de la vente des offices ? Autour de ce triple questionnement, l’auteur met en lumière une administration qui tend à s’auto-financer par la vénalité – c’est notamment le cas du Conseil des Indes (p. 141). Francisco Gil Martínez se penche quant à lui sur un phénomène bien particulier, à savoir le financement de la Cour et de la construction du palais du Buen Retiro grâce à la vénalité. Dans ce système, le compte des Gastos secretos ainsi que la Junta de Vestir la Casa jouèrent un rôle central dans la vente des offices destinée à financer le fonctionnement de la Cour (p. 164-165). Pour conclure cette partie, le troisième article de Christoph Rosenmüller traverse l’Atlantique pour analyser les mécanismes de la vente des offices en Nouvelle Espagne – notamment les charges d’alcaldes mayores. Dans ce texte, l’auteur revisite le concept de la vénalité en s’interrogeant sur la signification de celle-ci pour la Couronne. Plus qu’une porte ouverte à la corruption, il y voit non seulement un moyen de renouveler les élites mais aussi une manière de reprendre le contrôle d’une administration novo-hispanique aux mains des vice-rois et de leurs réseaux (p. 175). Réponse à des besoins financiers toujours plus pressants, notamment dans le cadre des guerres, la pratique de la vénalité est également le produit de l’évolution des rapports de force politique au sommet de l’État monarchique (p. 181).

5La troisième et dernière partie, intitulée « Debates sobre la ubicua corrupción: miradas y casos » est la plus stimulante dans la mesure où elle examine en détail les différents dysfonctionnements du système présenté dans les parties précédentes. Les deux premières contributions apportent un éclairage théorique indispensable pour comprendre le concept de « corruption » dans le contexte de l’époque moderne. Pilar Ponce Leiva montre ainsi que la corruption est un phénomène avant tout socio-culturel, à la conjonction des pratiques de gouvernement et de la perception de celles-ci par les contemporains, en fonction de paramètres aussi différents que le contexte économique (p. 198), la frontière bien poreuse entre patronage et népotisme ou même la qualité de la personne choisie pour un office donné (p. 204). Anne Dubet, quant à elle, s’attache à comprendre le système de valeurs de l’époque moderne tout en mettant en garde contre l’écueil d’une approche culturaliste (p. 216). À partir d’une approche élargie à l’Europe moderne, elle insiste sur le fait que la corruption et les accusations de corruption sont autant d’instruments de pouvoir pour la Couronne et souligne l’importance de la motivation des acteurs dans la définition des comportements abusifs (p. 233). Les contributions qui suivent ces deux études théoriques se concentrent sur des études de cas souvent exemplaires pour mettre en lumière les différentes facettes de la corruption dans le monde hispanique de l’époque moderne. Inés Gómez González s’intéresse ainsi à la visite de 1643 qui révèle les pratiques frauduleuses de Pedro Valle de la Cerda. En étudiant les vingt-deux charges retenues contre lui (p. 248-249), elle montre comment ce grand courtisan a su manipuler le système de la vénalité à son bénéfice pour s’enrichir considérablement. Sébastien Malaprade se penche sur un cas similaire, celui de Rodrigo Jurado. Issu des petites élites locales andalouses, Jurado a connu une ascension fulgurante (p. 255) et donc perçue comme douteuse par ses contemporains (p. 256). Au-delà d’une condamnation pour corruption « en temps de crise », le procès de Rodrigo Jurado est également celui d’un homme dont « le désir d’ascension sociale est apparu comme disproportionné. » Pierre Ragon tente quant à lui de comprendre le rôle de la « voz pública » dans la condamnation du comte de Baños, vice-roi de la Nouvelle-Espagne (1660-1664). En s’appuyant sur une enquête minutieuse, l’auteur montre que les pratiques frauduleuses du vice-roi sont certes spectaculaires dans leur ampleur mais ne différent guère de ce que l’on peut observer chez d’autres vice-rois, en Nouvelle-Espagne comme au Pérou. Pour Pierre Ragon, la condamnation et la triste réputation du comte de Baños s’expliquent par un contexte politique changeant au Conseil des Indes qui a favorisé l’expression des plaintes vis-à-vis des pratiques du vice-roi : le silence ordinaire et coutumier cède la place aux critiques virulentes et aux accusations (p. 279). Les contributions de José Luis Rojas et Guillermina del Valle Pavón sortent du cas individuel et prolongent la réflexion en adoptant une perspective collective. José Luis Rojas s’intéresse ainsi aux pratiques frauduleuses des « señores de la tierra », aux élites indigènes qui sont parvenues à s’insérer dans le système colonial et à tirer bénéfice de celui-ci. Guillermina del Valle Pavón explore non seulement les stratégies de monopole, de pression et d’arrangements fiscaux mises en place par le Consulat des marchands de Mexico mais aussi le rôle des réseaux basques et cantabriques dans le fonctionnement de ce dernier. Pour finir, l’article de José Manuel Díaz Blanco fournit une réflexion particulièrement stimulante sur le rejet par les contemporains d’une société de cour corrompue à travers l’étude de la correspondance de Miguel Mañara lors d’un voyage à Madrid et la comparaison avec ses écrits postérieurs.

6Il résulte de ces trois parties un ouvrage extrêmement riche mais parfois marqué par l’éclatement du propos. On peut regretter à ce titre l’absence d’une conclusion générale qui aurait permis de mettre les nombreuses contributions en perspective et d’exploiter leur grande richesse individuelle. Toutefois, Mérito, venalidad y corrupción en España y América. Siglos XVII y XVIII reste un ouvrage ambitieux dans son désir d’étendre la réflexion entre Péninsule Ibérique et continent américain, et dans sa volonté d’explorer les multiples facettes des notions de « mérite », « vénalité » et « corruption » en variant les angles d’approche et les focales tout en ancrant le propos dans une solide réflexion théorique et historiographique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Soizic Croguennec, « Pilar Ponce Leiva, Francisco Andújar Castillo (ed.), Mérito, venalidad y corrupción en España y América. Siglos XVIIXVIII », Caravelle, 108 | 2017, 179-183.

Référence électronique

Soizic Croguennec, « Pilar Ponce Leiva, Francisco Andújar Castillo (ed.), Mérito, venalidad y corrupción en España y América. Siglos XVIIXVIII », Caravelle [En ligne], 108 | 2017, mis en ligne le 01 juin 2017, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://caravelle.revues.org/2372

Haut de page

Auteur

Soizic Croguennec

EHEHI – Casa de Velázquez

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org