Navigation – Plan du site
Croire aujourd’hui en Amérique latine

La Bible au Congrès. Pentecôtisme et politique au Brésil (1986-2016)

Richard Marin
p. 65-82

Résumés

Au Brésil, en moins de trois décennies, les pentecôtistes sont devenus des acteurs de poids de la scène politique nationale. La rapide recomposition, en leur faveur, du champ religieux, comme ailleurs en Amérique latine, y a beaucoup concouru. Comment expliquer la croissance impressionnante du nombre de leurs fidèles ? Les raisons de leurs succès électoraux ? Peuvent-ils représenter une menace pour la démocratie, comme la crainte en est souvent exprimée ? Autant de questions auxquelles le présent article s’efforce de répondre.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 J’utilise ici le terme « évangélique » dans sa signification brésilienne qui inclut l’ensemble des (...)

1Au Brésil, moins de trois décennies ont suffi pour que les chrétiens évangéliques1 se hissent au rang d’acteurs centraux d’une scène politique nationale dont ils avaient été jusque-là largement absents. Leur insertion a été facilitée par l’impressionnante recomposition, en leur faveur, du champ religieux, au détriment de l’Église catholique, comme ce fut aussi le cas dans la plupart des pays d’Amérique latine.

2Après avoir évoqué à grands traits la diversification du champ religieux, nous tenterons de comprendre les raisons des succès électoraux des évangéliques, pentecôtistes pour l’essentiel, avant de nous interroger sur leur capacité à modifier significativement la culture politique brésilienne voire à mettre en péril le fonctionnement du système démocratique, comme la crainte en est souvent exprimée.

La fin de l’hégémonie catholique

  • 2 Pierucci, A. Fl., « “Bye bye, Brasil”: o declínio das religiões tradicionais no Censo 2000 », Estud (...)

3C’en est désormais fini de la domination quasi sans partage exercée par le catholicisme au Brésil. À partir de la fin des années 1960, de manière accélérée, s’est opérée une diversification de l’offre religieuse selon trois grandes caractéristiques. La première a trait à l’érosion rapide du nombre de fidèles catholiques, telle que la mesurent les recensements : ils étaient encore 89 % de la population au recensement de 1980, 83,3 % en 1991, 73,9 % en 2000 et seulement 64,6 % en 2010. Entre 2000 et 2010, pour la première fois, leur nombre a même diminué en valeur absolue. Un certain nombre d’explications à ce déclin sont à rechercher dans le phénomène de sécularisation qui n’épargne pas la société brésilienne, voire dans la demande post moderne d’un religieux de plus en plus individualisé, émotionnel et mouvant, répudiant en priorité les religions « traditionnelles », au sein d’un marché considérablement élargi de l’offre de salut2. Mais il convient aussi de ne pas sous-estimer les facteurs proprement organisationnels qui pointent les carences de l’Église catholique, en particulier l’insuffisance de sa réponse pastorale, en termes d’encadrement, face au défi des fortes migrations vers les régions pionnières ou les grandes métropoles.

4La deuxième caractéristique, en parallèle à cette désaffection, concerne l’essor des « sans religion » – une catégorie hétéroclite qui mêle athées, agnostiques à ceux qui n’ont pas trouvé leur credo religieux. Entre 1980 et 2010, ils sont passés de 1,6 % à 8,1 % de la population.

5Enfin, et surtout, ce recul de l’identité catholique a correspondu à la spectaculaire progression des évangéliques. Ils étaient 3,4 % de la population en 1950, 9 % en 1991, 15,6 % en 2000 et 22,2 % en 2010. En tenant pour plausible le maintien du rythme de croissance de la décennie écoulée, certaines estimations avancent même le taux de 27,3 % de la population, fin 2016, soit environ 56 millions de Brésiliens.

6Au sein de ces Églises évangéliques, dont le Brésil détient les plus gros effectifs latino-américains, les évolutions sont divergentes. D’un côté, le protestantisme dit « de mission » ou « historique », primitivement établi au lendemain de l’indépendance (1822) dans les communautés germaniques des États méridionaux, sous la forme du luthéranisme, ensuite rejoint par méthodistes, baptistes, adventistes, épiscopaliens et presbytériens, stagne autour de 4 % des fidèles. Les différentes Églises de ce protestantisme de tradition plutôt libérale, majoritairement masculin et peu présent dans la population jeune et les milieux les plus pauvres, manifestent une prédilection marquée pour le développement d’œuvres sociales et vivent en général en bonne intelligence avec l’Église catholique.

  • 3 Entre 2000 et 2010 les effectifs de l’Assemblée de Dieu passent de 8,4 à 12,3 millions de fidèles.
  • 4 Aubrée, M., Voyage entre corps et esprit, Étude comparative entre deux courants religieux dans le N (...)

7Par bien des aspects, ces dénominations se distinguent des Églises pentecôtistes, à l’origine de l’explosion du christianisme évangélique de masse. Le protestantisme piétiste et de conversion du pentecôtisme, apparu au début du XXe siècle chez les méthodistes noirs, texans et californiens, est arrivé au Brésil à la veille de la Première Guerre mondiale, mais c’est seulement après 1945 qu’il a entamé la conquête des périphéries urbaines. Basé sur le baptême du Saint-Esprit, il est censé opérer une réactualisation des charismes de l’Église primitive en conférant aux fidèles, qui se désignent comme crentes (croyants), des pouvoirs extraordinaires, à l’égal de ceux des apôtres visités par Dieu le jour de la Pentecôte. Comme le don de parler en langues étranges (glossolalie) ou celui d’accomplir des miracles, surtout de guérison. Le plus souvent publique, la manifestation de ces dons confère au culte un fort contenu émotionnel qui le distingue nettement des cultes réformés traditionnels où la relation avec Dieu est d’abord d’ordre strictement privé. Ce pentecôtisme « classique », dont les Assemblées de Dieu – la plus puissante des Églises évangéliques3 – est le prototype, exerce un contrôle total sur l’existence de ses adeptes, soumis à des prescriptions rigoureuses. C’est à ce prix qu’ils construisent une forte identité individuelle et collective à partir d’un ethos largement en rupture avec le substrat culturel national, comme l’ont bien montré les travaux de Marion Aubrée4.

8Pendant longtemps, ce premier pentecôtisme s’est singularisé par son repliement sur la pratique religieuse, sa présence réduite sur la scène sociale et sa répugnance à l’égard de la politique considérée comme relevant du « monde » placé sous l’emprise de Satan. Toutefois, le vote des fidèles était plutôt en faveur des pouvoirs établis et les pasteurs surent en général se montrer complaisants à l’égard du régime des généraux-présidents (1964-1985). Ce dernier, trop heureux de cet interlocuteur religieux de substitution à l’Église catholique de la libération entrée en dissidence, l’a fait bénéficier de nombreuses concessions audiovisuelles

  • 5 Cf. Corten, A., « Pentecôtisme et néo-pentecôtisme au Brésil », Archives de sciences sociales des r (...)

9À partir de la fin des années 70, au sein même de la nébuleuse pentecôtiste, sont apparues de nouvelles expressions de la foi. Elles ont donné naissance au néo-pentecôtisme des Églises « électroniques » ou « télévangéliques », à la croissance extrêmement rapide5. Directement inspirées dans leur utilisation des moyens de communication de masse par le modèle forgé aux États-Unis après la Seconde Guerre mondiale par le prédicateur Billy Graham, la plupart sont cependant des Églises nationales. Leur essor a aussi bénéficié de l’accueil des grands médias non confessionnels qui, soucieux de capter l’audience chrétienne, ont multiplié les émissions de gospel et les programmes religieux.

10Plus combatifs, ces nouveaux groupes ont su adapter leur prosélytisme aux exigences de la société de masse. Revendiquant sans complexe leur part du marché religieux, ils n’hésitent pas à réclamer bruyamment un espace et une reconnaissance dans la vie sociale, politique et les institutions, qui fut longtemps l’apanage de la seule Église catholique.

  • 6 L’Église Universelle a été sous le coup d’inculpations de fraude fiscale et d’exportation illégale (...)
  • 7 « Bispo deputado esbanja poder com apoio da TV Record da Universal », O Estado de São Paulo, 3/06/2 (...)

11L’Église Universelle du Royaume de Dieu (EURD) à l’expansion fulgurante, en est la meilleure des illustrations. Fondée en 1977 dans les faubourgs de Rio par Edir Macedo, un ancien employé de la loterie, elle est, quarante ans plus tard, une impressionnante multinationale de la foi, implantée dans une centaine de pays d’Amérique, d’Europe et d’Asie. Entreprise commerciale non dissimulée, qui a laissé derrière elle tout un parfum de scandale6, l’EURD est aujourd’hui à la tête d’un empire économique de type congloméral (presse, édition, musique gospel, radio, télévision…) dont le réseau de la TV Record, le second du pays derrière la Globo, constitue le fleuron. La puissance de la TV Record est telle que ces adversaires y regardent à deux fois avant de s’en prendre à elle. Le ministre de la Protection sociale Waldeck Ornélas l’a appris à ses dépens, en 2000, quand il s’est mis en tête de récupérer les sommes dues par La TV Record de São Paulo au titre des charges sociales. Selon le quotidien O Estado de São Paulo, le ministre « a dès lors été attaqué presque tous les jours dans les programmes de la chaîne7 ».

12Ce néo-pentecôtisme, socialement moins structurant que celui des Assemblées de Dieu est aussi beaucoup moins exigeant en matière de morale et de mœurs. Avec une offre religieuse mieux adaptée aux attentes de la société de consommation, ce « fast-food de la foi », ainsi que le qualifient certains sociologues, est capable de fournir une réponse immédiate et spectaculaire aux souffrances et aux manques ressentis. Au titre de ses principaux atouts : les séances d’exorcisme ou de « guérison divine » ou, encore, sa « théologie de la prospérité » ou de « la confession positive » qui prend le contrepied de l’« option pour les pauvres » de la théologie de la libération. Née aux États-Unis dans les années 40, cette théologie proclame que santé, aisance et amour sont conformes aux désirs du Créateur et constituent une sorte de contre-don plus ou moins explicite de l’obole du fidèle au temple. 

13Par-delà leur extrême diversité, les Églises pentecôtistes, plus féminisées et aux effectifs plus jeunes que la catholique – jusqu’à 80 % de femmes à l’EURD – ont en commun de toucher les populations parmi les plus pauvres – les crentes se distinguant par un niveau de revenu et de scolarité très inférieurs à la moyenne nationale mais aussi à l’ensemble des autres religions, même si on observe aussi un attrait croissant chez les nouvelles couches moyennes. Enfin, si les gros bataillons pentecôtistes sont urbains et périurbains, avec leurs concentrations les plus fortes dans les États de Rio et de São Paulo, c’est sur la frontière agricole des États du Nord (Acre, Amazone, Amapá) où des migrants déracinés et abandonnés par les pouvoirs publics viennent chercher de meilleures conditions de vie, qu’ils sont le mieux implantés.

Les pentecôtistes à l’avant-scène politique

  • 8 Freston, P., Evangélicos na política do Brasil: História ambígua e desafio ético, Curitiba, Encontr (...)

14Il y a toujours eu un petit nombre de parlementaires évangéliques au Congrès brésilien. Entre 1910 et 1982, 99 députés fédéraux provenaient de leurs rangs, la quasi-totalité fidèles des Églises historiques8. Leurs candidatures étaient alors strictement individuelles et n’engageaient pas les Églises.

  • 9 Le terme de « pentecôtiste », utilisé par la suite, englobe aussi, par commodité, les néo-pentecôti (...)

15Tout change au milieu des années 1980 quand les pentecôtistes9, au prix d’une véritable révolution culturelle, investissent en force l’arène politique. Cette mutation s’opère très précisément au moment où l’Église catholique semble la désinvestir, elle qui, depuis le début des années 70, s’était érigée en fer de lance de la société civile dans sa lutte contre la dictature et pour le retour à l’ordre démocratique. Le reflux de la théologie de la libération, la reprise en main par Rome de la conférence des évêques ainsi que l’affaiblissement des pastorales populaires et des communautés ecclésiales de base, dont les militants les plus aguerris sont partis vers les syndicats ou les partis politiques, expliquent en grande partie la situation nouvelle. Cela ne signifie bien évidemment pas que la troisième conférence épiscopale du monde a renoncé à peser sur les grandes orientations du pays. Sans qu’existe à proprement parler un groupe parlementaire catholique, l’Église catholique qui n’autorise que de manière exceptionnelle les candidatures de clercs, reste une interlocutrice privilégiée de l’État. Celui-ci ne saurait sans dommage ignorer ses prises de position.

16Pourquoi les crentes opèrent-ils à ce moment-là un tel virage à l’égard de la participation politique ? Trois facteurs principaux ont semble-t-il joué en cumulant leurs effets. D’abord, la croissance rapide du nombre de fidèles a donné aux évangéliques et, singulièrement aux pentecôtistes, le sentiment et la conscience de leur force. Ensuite, à partir des espaces institutionnels qu’ils avaient conquis pendant la dictature militaire, ils ambitionnent d’aller encore plus loin afin de battre en brèche le quasi-monopole de représentation du religieux dont bénéficie encore l’Église catholique auprès de l’État. Enfin, alors que l’Église catholique est à l’apogée de sa popularité grâce à son combat pour le retour à la démocratie, les évangéliques redoutent que la future assemblée constituante n’élabore une charte fondamentale trop favorable à l’Église romaine. C’est pourquoi, aux élections de novembre 1986, ils désignent leurs propres candidats à la députation fédérale et les affilient aux partis existants. La stratégie est couronnée de succès puisque 33 députés fédéraux crentes sont élus, dont 18 pentecôtistes.

17Par la suite, l’opération systématiquement reconduite leur permet de s’installer durablement dans le paysage politique. Aux dernières élections législatives, en 2014, le groupe parlementaire évangélique, comptait 87 députés fédéraux et 3 sénateurs. Plus de la moitié appartiennent à trois Églises : 26 aux Assemblées de Dieu, 12 à l’Église baptiste et 11 à l’EURD. En leur sein, deux groupes socioprofessionnels sont fortement représentés : les religieux (12 pasteurs et un évêque) et les journalistes ou présentateurs de radio et télévision (11)10.

  • 11 En 2010, elle est candidate du Parti vert et, en 2014, du Parti socialiste brésilien.

18Désormais, un certain nombre d’évangéliques comptent au nombre des personnalités de premier plan de la vie politique nationale. C’est le cas de Benedita da Silva, des Assemblées de Dieu, un temps une des principales figures du Parti des Travailleurs (PT) : première député fédérale noire (1986), sénatrice (1994), vice-gouverneur (1998-2002), gouverneur de l’État de Rio de Janeiro (2002-2003) et ministre de l’assistance sociale  (2003-2006) ; de Marina Silva11, de la même Église, arrivée à deux reprises en troisième position au premier tour des élections présidentielles (2010, 2014) en recueillant 20 % des suffrages. Ou encore de Marcelo Crivella, évêque de l’EURD et neveu d’Edir Macedo. Chanteur de Gospel aux ventes millionnaires, il a été sénateur de l’État de Rio de Janeiro (2003-2016), ministre de la Pêche (2012-2014) avant d’emporter triomphalement la mairie de Rio de Janeiro en 2016.

  • 12 Pour la stratégie politique de l’EURD : Oro, A. P., « A política da Igreja Universal e seus reflexo (...)

19Comment expliquer cette capacité des évangéliques à investir en si peu de temps un tel espace politique ? A l’origine d’un tel succès, nul doute que la stratégie électorale inaugurée d’emblée par l’EURD a été déterminante. En mettant habilement à profit les failles du système politique, comme nous le verrons plus loin, elle s’est révélée d’une redoutable efficacité. Pour s’assurer un maximum d’élus, l’Église accorde beaucoup de soin à l’analyse de la carte électorale nationale. Après avoir déterminé les secteurs géographiques où ses fidèles sont nombreux, elle recherche des partis susceptibles d’accueillir ses candidats tout en sélectionnant les circonscriptions susceptibles d’offrir les plus grandes chances de succès avec un minimum de suffrages. C’est en tenant compte de tous ces facteurs, avec toujours en tête les intérêts supérieurs de l’Église, que s’opère alors le choix des circonscriptions et des candidats. Pour ces derniers, la préférence va à des évêques ou des pasteurs détenteurs d’une grande notoriété médiatique, notamment parce qu’ils sont à la tête de programmes de radio ou de télévision. Au cours de la campagne, l’EURD mobilise les moyens énormes dont elle dispose. Ses œuvres, ses milliers de temples, l’hebdomadaire A Folha distribué à plus de 2 millions d’exemplaires, le mensuel Plenitude qui tire à plus de 300 000, son réseau radiophonique et télévisuel sont mis au service des candidats officiels de l’Église, désormais porteurs du charisme de l’institution dans son combat contre les forces du mal. Ce mode de sélection de l’Universelle est d’autant plus efficace qu’il s’agit d’une Église très centralisée où toutes les grandes décisions sont prises par un conseil d’évêques qui a la confiance d’Edir Macedo. À partir de 2002, le système des candidatures officielles est particulièrement bien rodé au point qu’à la fin des cultes du dimanche les plus courus il n’est pas rare que les candidats de l’Église à différents postes électifs se rendent au temple et discourent devant les fidèles. Grâce à de telles méthodes, entre 1986 et 2002, l’Église d’Edir Macedo est ainsi passée d’un député fédéral à 22 et 2 sénateurs (2002)12.

  • 13 Oro, A. P., ibid., p. 60.

20Devant une telle réussite, d’autres confessions évangéliques ont tenté d’imiter l’EURD sans qu’aucune, du moins au début, n’ait pu ou voulu mettre en place un dispositif aussi abouti. Ainsi, dans le Rio Grande do Sul, étudié par Ari Pedro Oro, quand les Assemblées de Dieu ou l’Évangile Quadrangulaire décident, à partir de 2000, de lancer des candidatures officielles, elles laissent entière liberté de vote aux fidèles, y compris en faveur de candidats non évangéliques. Les deux Églises ne font ainsi qu’anticiper les recommandations édictées pour les élections de 2002 par l’Association Évangélique Brésilienne. Dans un document sur le « Vote éthique », elle préconise « Qu’aucun chrétien ne se sente obligé de voter pour un candidat par le simple fait qu’il se proclame chrétien évangélique » (VIe commandement) et que, « dans le domaine de la politique partisane, l’opinion du pasteur doit être écoutée comme celle d’un citoyen et non comme une prophétie divine » (Xe commandement)13.

21Ces dernières années, concurremment à cette logique de dispersion partisane, se fait jour, dans les grandes dénominations, une tendance à la création de partis dans lesquels regrouper ses candidats afin de décupler leur efficience au Congrès. Ainsi le Parti Républicain Brésilien, reconnu en 2005, est-il devenu une sorte de paravent de l’EURD. Entre autres vertus, sa création a permis de faire oublier le Parti Libéral dont il prenait la suite et dans le cadre duquel nombre d’élus de l’Église avait été condamnés par la justice pour corruption.

22Quant aux Assemblées de Dieu, soucieuses de contrebalancer l’influence de l’EURD sur la présidence Lula, elles commencent à privilégier le Parti Social-Chrétien pour y abriter leurs candidats. Actuellement, elles sont en passe d’obtenir la légalisation du Parti Républicain Chrétien, une nouvelle formation politique à leur main, sur laquelle elles fondent beaucoup d’espoir.

23Par-delà leur dispersion partisane, qui aurait pu faire obstacle à leur poids sur le Congrès, les pentecôtistes ont su se doter d’une forte visibilité mais aussi d’une réelle efficacité législative en constituant un groupe parlementaire supra-partisan : la « bancada evangélica », devenue Front Evangélique parlementaire en 2003. Cette bancada se mobilise autour de deux grands sujets. D’une part pour défendre les intérêts matériels des Églises. De l’autre, autour des questions relatives à la morale et aux conduites individuelles : contre l’avortement, l’union civile homosexuelle, le clonage humain, la légalisation de la consommation de drogue ou l’enseignement scolaire de la « théorie du genre ». Sur la plupart de ces sujets, ils constituent une sorte de front commun avec les élus catholiques.

  • 14 Jacob et al., Atlas da filiação religiosa e indicadores sociais no Brasil, Edições Loyola, São Paul (...)
  • 15 Fernandes, R. C., Novo nascimento: os evangélicos em casa, na Igreja e na política, Rio de Janeiro, (...)
  • 16 Pierucci, A. Fl., Reginaldo Prandi, « Religiões e voto: a eleição presidencial de 1994 », Opinião p (...)

24Au nombre des facteurs de la réussite politique évangélique, le niveau d’adhésion des fidèles aux recommandations électorales de l’Église est souvent mis en avant. Il convient toutefois de ne pas le surestimer car plusieurs études ont bien montré que le vote crente ne pouvait se réduire à un simple vote captif. Ainsi, en  2002, au premier tour des présidentielles, le presbytérien Anthony Garotinho est arrivé en troisième position avec plus de 15 millions de suffrages. Or, si l’enquête postélectorale a révélé que 51,3 % des évangéliques s’étaient retrouvés sur son nom, cela signifie aussi que près de la moitié d’entre eux avaient opté pour d’autres candidats14. Compte tenu de ce que l’assiduité au culte et le degré de centralisation de l’institution religieuse sont des critères jugés décisifs dans le vote des fidèles en faveur des candidats de leur Église, on ne sera pas surpris de constater que c’est à l’EURD que la loyauté électorale est la plus forte. Toutefois, des études conduites à São Paulo et à Rio de Janeiro à la fin des années 90 concluaient que la probabilité pour qu’un fidèle vote pour un député fédéral de la même confession ne dépassait pas 20 % pour l’EURD et 17 % pour les Assemblées de Dieu15, ce qui ramènerait le vote évangélique sous contrôle de leur confession à des proportions finalement assez modestes. En même temps, l’enquête menée sur les élections présidentielles de 1994  par Pierucci et Prandi semble montrer que, si on neutralise les différences sociales, la religion en tant que telle est aussi un déterminant des choix électoraux16. Les pentecôtistes expriment un rejet de Luis Inacio da Silva, dit Lula, supérieur à la moyenne des électeurs, mais une préférence pour Fernando Henrique Cardoso supérieure à la moyenne.

25Quoiqu’il en soit, aucune campagne politique ne se risque aujourd’hui à faire l’impasse sur l’hypothétique mobilisation du vote crente et nul candidat n’oublie de les courtiser ostensiblement en rencontrant leurs dirigeants et en visitant leurs temples.

26Enfin, il convient de relever qu’en entrant au Congrès, les crentes y ont introduit une confessionnalisation inédite du politique. La laïcité, dont les frontières furent toujours floues au Brésil, malgré la séparation des Églises et de l’État depuis la première constitution républicaine (1891), en a beaucoup pâti. Leurs candidats et élus, mus, au sens wébérien, par une logique sectaire, se présentent volontiers comme les élus de Dieu, à tout instant évoqué dans l’enceinte du parlement où, chaque mercredi, se déroule un office religieux. De même se déclarent-ils les seuls aptes à diriger la nation qu’il convient d’urgence de régénérer et de restaurer spirituellement. Leur morale chrétienne intransigeante, ajoutent-ils, en ferait les plus sûrs défenseurs de la morale familiale et les meilleurs garants de la lutte anticorruption. Dans un Brésil profondément croyant, cette rhétorique saturée de référents religieux est une ressource politique non négligeable. La présence, parmi les élus, de pasteurs et d’évêques redouble cet effet de légitimation symbolique. Aux élections municipales d’octobre 2016, on n’a pas compté moins de 250 candidats présentés comme pasteurs, missionnaires ou évêques de différentes dénominations.

Une menace pour la démocratie ?

  • 17 Roldão Arruda, « Frei Betto defende Estado laico, critica bancada evangélica e lembra “ovo da serpe (...)

27Doit-on considérer cette présence grandissante des crentes dans la vie publique comme une menace pour le fonctionnement du système démocratique ? Sont-ils en mesure de le pervertir en lui imposant leurs pratiques et leur système de valeurs ? Si on en croit leurs adversaires, assurément oui. Parcourir les pages d’internet est de ce point de vue éclairant. Les occurrences de « dictature », « fascisme », « autoritarisme » ou de « théocratie » accolées au terme évangélique y sont légion. Un théologien catholique aussi respecté que Frei Betto n’hésite pas à écrire, à propos de la bancada évangélique : « Nous devons ouvrir grands les yeux devant le pouvoir fondamentaliste de confessionnalisation de la politique au Brésil. Cela va déboucher sur le fascisme17. »

  • 18 Freston, P., « Protestantismo e democracia no Brasil », Lusotopie, 1999, p. 329-340.

28Ces craintes et ces interprétations largement répandues appellent toutefois une réponse nuancée. En premier lieu il convient de ne pas confondre les prises de position souvent outrancières défendues par les élus crentes au parlement, dans les États fédérés ou les municipes et les conceptions plus modérées de la masse des fidèles. En outre, l’évolution du cadre interprétatif forgé par les sciences sociales à propos des évangéliques ne peut que nous inciter à la prudence18.

29En effet, la plupart des études conduites sur le protestantisme, dans les années 1940-1950, en avaient livré une vision globalement positive. Alors que le catholicisme était assimilé au passé, à l’archaïsme et à la tradition patriarcale, les valeurs véhiculées par les religions évangéliques étaient valorisées comme un facteur de modernisation du pays, de sa laïcisation et de sa démocratisation. Dans les années 1960-1980, sous la plume de sociologues protestants en rupture d’Église ou adeptes du christianisme de la libération, s’impose, peu à peu, une lecture négative des religions évangéliques. Présentées non sans raison comme des soutiens de la dictature, elles sont en même temps décrites, dans leur variante pentecôtiste, comme un vecteur de relations autoritaires, à l’égal de celles qui existaient alors dans le monde rural, voire comme des chevaux de Troie de la pénétration de l’impérialisme des États-Unis. En contrepoint, l’Église catholique, en lutte contre le régime, en vient à incarner le progressisme. Il faut attendre les années 1990 pour que se fassent jour des lectures plus nuancées. Elles récusent les lectures essentialistes et affirment que, dans le pentecôtisme, pas plus que dans une quelconque religion, il n’existe un impératif théologique tel qu’elle serait immuablement condamnée à un type unique de comportement sociopolitique. En tant que fait social et historique, il repose sur des acteurs. Ceux-ci, dans leur nécessaire adaptation aux jeux circonstanciels du social et du politique, sont tenus d’évoluer comme nous le verrons plus loin. Au demeurant, la réalité ne s’est-elle pas chargée de démentir bien des scénarios et des prévisions ? Qui, par exemple, se serait risqué, au milieu des années 50, à imaginer les formidables mutations par lesquelles allait passer l’Église catholique brésilienne, moins de deux décennies plus tard ?

30Toute analyse sérieuse se doit de prendre garde à ne pas considérer l’univers évangélique comme un tout cohérent et harmonieux. Dans le monde des crentes qui n’est pas moins divers que celui des catholiques, l’hétérogénéité l’emporte de beaucoup sur l’unité. Les centaines de dénominations qui le composent – dont 26 sont représentées à l’actuelle chambre des députés, distribuées en 21 partis politiques – sont non seulement en concurrence sur le marché religieux pour la dispute des âmes, mais elles le sont aussi sur le terrain politique.

31Il n’est pas rare de voir deux évangéliques représentant chacun son Église concourir pour un même mandat électif, ou des dénominations se diviser dans l’appui qu’elles apportent à tel ou tel candidat non issu de leurs rangs. Au second tour de la présidentielle de 2002, on a pu voir la majorité des Assemblées de Dieu et l’Évangile Quadrangulaire soutenir José Serra, du Parti de la Social Démocratie Brésilienne (PSDB) alors que l’EURD faisait activement campagne en faveur de Lula. La même année, la presbytérienne Rosinha Garotinho l’emporta largement au premier tour sur Benedita da Silva, des Assemblées de Dieu, pour la conquête du gouvernement de l’État de Rio. En octobre 2004, le pasteur Manoel Ferreira, des Assemblées de Dieu, dut affronter la concurrence du sénateur Crivella, par ailleurs évêque de l’EURD, dans la campagne pour la mairie de Rio, etc.

32Même sur le plan du conservatisme moral dont on a dit un peu trop vite qu’il était le grand unificateur de la bancada, les choses sont loin d’être simples. À l’intransigeance des Assemblées de Dieu s’opposent, sur bien des points, les options plus « modernes » de l’EURD. Cette dernière, proche en cela des secteurs libéraux du protestantisme historique, défend la légalisation de l’avortement en cas de viol, de malformation du fœtus ou de menace pour la vie de la mère ; elle est favorable aux différentes méthodes de contrôle des naissances (pilule, préservatif, vasectomie) et, contre le reste de la bancada, ses élus ont voté la loi sur la bioéthique (2004) dont l’article 50 autorise, de manière très restrictive, l’utilisation des cellules souches d’embryons humains à des fins de recherche et de thérapie.

33Est-il au moins possible de définir une identité politique commune à la plupart des élus pentecôtistes qui permettrait de les situer dans une classique topographie gauche-droite ? S’agissant d’un acteur politico-religieux qui défend d’abord des intérêts corporatistes, on s’aperçoit bien vite des faiblesses d’une telle catégorisation.

34Hors parlement, il existe une gauche évangélique, très minoritaire et différente de l’ancienne gauche protestante œcuménique. Le plus souvent, elle défend des positions théologiques conservatrices couplées à des options sociales avancées. Quant à la masse des fidèles, ses choix politiques sont d’une grande diversité. En revanche, si on se réfère à l’actuelle chambre des députés (2015-2018), on n’y compte, en tout et pour tout, que 7 députés fédéraux – dont trois du PT – se rattachant à des partis dits de gauche liés aux mouvements sociaux.

35On ne saurait cependant tirer des conclusions hâtives de cette classification à propos des choix d’alliance vu qu’ils sont largement déterminés par l’opportunisme, c’est-à-dire la volonté de maximiser les bénéfices pour l’institution. Il suffit, pour s’en convaincre, de suivre la trajectoire politique des crentes au Congrès national depuis 1986 : selon les périodes, ils ont participé à des majorités de droite ou de gauche.

36Au cours d’une première phase, durant trois présidentielles (1989, 1994, 1998), la majorité des Églises pentecôtistes ont fait de Lula l’incarnation du démon et du communisme athée. Selon leur propagande, dans l’hypothèse de sa victoire, la liberté religieuse serait mise en péril, les évangéliques persécutés et l’Église catholique privilégiée. C’est à partir de tels arguments que la plupart des dénominations ont invité leurs fidèles à voter Fernando Collor de Melo pour la présidentielle de 1989 puis ont soutenu, moins massivement, Fernando Henrique Cardoso (1994, 1998).

37Lors des élections municipales de 2000, s’opère un premier rapprochement entre le PT et l’EURD. Cette dernière se réclame alors d’une « exigence éthique » en politique qu’elle dit identifier au parti de Lula. Mais le coup de théâtre intervient en 2002 quand l’Église d’Edir Macedo, après avoir appuyé le presbytérien Garotinho au premier tour de la présidentielle, jette au second tour toutes ses forces dans la bataille, cette fois au service de Lula, volant peut-être ainsi au secours de la victoire. Une partie des Asssemblées de Dieu fait de même.

38Lula leur avait, il est vrai, envoyé quelques signaux favorables en choisissant comme colistier à la vice-présidence l’industriel José Alencar dont il comptait bien que son appartenance au petit Parti Libéral, sur lequel l’EURD avait jeté son dévolu, lui rallie une partie des électeurs évangéliques.

39Aussi, tout naturellement, le 31 mars 2003, le nouveau président reçoit-il au Planalto une quarantaine de dirigeants évangéliques qu’il remercie pour leur soutien électoral. Selon les journaux, il profite de l’occasion pour dire sa volonté de voir mettre fin à la « discrimination religieuse ». En retour, ses hôtes le bénissent en le qualifiant de « bon samaritain ». Ensuite, faisant droit à certaines revendications des crentes qui se plaignent d’être trop peu associés à la gestion des programmes sociaux gouvernementaux, Benedita da Silva, ministre de l’Assistance sociale, intègre quinze de leurs représentants dans un groupe de travail du ministère.

40Par la suite, une décennie durant, les élus des grandes Églises pentecôtistes participent aux coalitions gouvernementales aux côtés du PT. Parmi toutes les dénominations, l’EURD fait figure d’allié le plus solide et de partenaire privilégié. Un tel soutien ne va pas sans quelques limitations. Si, d’un côté, les pentecôtistes appuient les textes socio-économiques du gouvernement, de l’autre, la bancada est vent debout contre les grandes lois qui, au nom de la liberté individuelle enfreignent l’« ordre moral » (avortement, unions homosexuelles…). La pression est telle que le gouvernement en est conduit à souvent composer et à renier parfois ses engagements. En mai 2011, sous la présidence Dilma Rousseff, le ministère de l’Education doit finalement renoncer à distribuer dans les écoles un « kit anti-homophobie » et, dans la perspective de la présidentielle de 2014, Dilma Rousseff abandonner son projet de légalisation de l’avortement pour gagner le vote évangélique.

41Les prémices de la troisième phase, actuellement en cours, se manifestent à partir de 2010. On voit alors émerger une bancada évangélique dont le conservatisme en matière de mœurs s’accompagne maintenant d’un conservatisme économique et social inédit qui l’identifie de plus en plus à la droite parlementaire. Une telle mutation n’est pas sans rapport avec le conservatisme qui a gagné une bonne partie de la société. De nombreux Brésiliens, révoltés par les affaires de corruption à grande échelle au cœur du pouvoir, sont aussi affectées, à partir de 2014, par la récession historique que traverse le pays. Dans un tel climat, grandit l’hostilité aux revendications portées par certains mouvements sociaux (gay, féministe, noir…) et, de la part de couches moyennes en difficulté, à la politique de redistribution sociale héritée de l’ère Lula.

42À ce moment-là, la bancada évangélique est d’autant plus en mesure de peser qu’elle conquiert des positions de pouvoir au législatif. En 2013, le très controversé Marcos Feliciano, pasteur lié aux Assemblées de Dieu, prend la direction de la Commission des droits de l’homme et des minorités à la Chambre des députés. Le projet de loi sur la « guérison » des homosexuels (« cura gay ») qui autoriserait les psychologues à intervenir sur l’orientation sexuelle de leurs patients bénéficie de tout son appui. La marée de protestation qu’il suscite conduit finalement à l’archiver. Entre 2015 et 2016, Eduardo Cunha,fidèle de la même Église, conquiert la présidence de la Chambre des députés. Sous son mandat se construit la bancada dite des 3 B (Bœuf, Bible, Balle) où se noue une alliance entre les intérêts évangéliques, ceux des grands fazendeiros et des lobbies favorables à l’auto-défense individuelle. De concert, les 3 B luttent en faveur de la réduction de 18 à 16 ans de la majorité pénale, pour le transfert au Congrès de la gestion des terres indigènes – ce qui faciliterait leur privatisation – et l’assouplissement de la législation sur le port d’armes.

43En 2015, une commission spéciale de l’Assemblée dans laquelle les évangéliques sont fortement représentés entérine un statut de la famille définie comme « l’union entre un homme et une femme, par le biais du mariage ou de l’union stable ». Or, en 2011, le Tribunal Fédéral Suprême avait reconnu l’union stable pour des couples de même sexe. Toujours en 2015, remettant sérieusement en cause la laïcité de l’État, la bancada évangélique défend l’adoption d’un amendement constitutionnel qui inclurait les Églises parmi les institutions capables de proposer une action d’inconstitutionnalité au Tribunal Fédéral Suprême.

  • 19 Dorvillé, L. F. M., Teixeira, P., « O crescimento do criacionismo no Brasil: principais influências (...)

44Désormais, certains analystes n’hésitent plus à assimiler la bancada évangélique à une sorte de Nouvelle Droite chrétienne, un équivalent de la New Christian Right aux États-Unis. Elle en partage le combat pour les « valeurs morales », le programme politique très conservateur et même le « sionisme chrétien » qui considère comme un commandement divin d’aimer et soutenir le peuple juif élu par Dieu et la politique de l’État d’Israël. Jusqu’au créationnisme, en provenance du littéralisme biblique des États-Unis, qui a gagné beaucoup de terrain au Brésil19. Dans des établissements privés confessionnels où il n’était enseigné que pendant les heures de religion, il commence à être introduit dans les heures de science et de biologie. Au nom de la liberté de conscience, plusieurs projets de loi en faveur de l’enseignement du créationnisme dans les écoles publiques et privées ont été déposés : à la chambre des députés du Paraná (2007), à celle du Rio Grande do Sul (2015) mais aussi à Brasilia (2014). Toutefois, la grande différence, et elle n’est pas négligeable, c’est que les crentes brésiliens, politiquement atomisés, n’ont pas à leur disposition, comme la New Christian Right, un équivalent du puissant Parti Républicain sur lequel peser.

45En avril 2016, parachevant son retournement politique, la quasi-totalité de la bancada évangélique sous le commandement d’Eduardo Cunha, vote l’impeachment de Dilma Rousseff – un « coup d’État constitutionnel » pour la gauche. Les crentes rejoignent ainsi la nouvelle majorité conservatrice formée autour de Milton Temer, le vice-président porté à la charge suprême. La bancada en est récompensée par l’attribution de deux ministères : celui du développement, de l’industrie et du commerce extérieur, pour Marcos Pereira, évêque de L’EURD, ancien cadre dirigeant de la TV Record ; celui du travail à Ronaldo Nogueira, pasteur des Assemblées de Dieu. Au secrétariat des politiques pour les femmes, le président nomme Fátima Pelaes, une évangélique notoirement hostile à l’avortement, y compris en cas de viol. À la tête du groupe parlementaire du gouvernement, il place André Moura, du PSC, présidé par le pasteur Everaldo Pereira, des Assemblées de Dieu.

46En définitive cette résistible ascension politique des évangéliques, rendue possible par le jeu des alliances et pour l’essentiel réalisées sous les présidences Lula, nous en dit au moins autant sinon plus sur le système politique brésilien que sur eux-mêmes. D’une certaine manière, ils sont comme le révélateur et le symptôme de ses dysfonctionnements qu’ils ont su exploiter jusqu’à la caricature.

47Ainsi la faible institutionnalisation et le nombre élevé de partis politiques – 35 sont aujourd’hui reconnus par le tribunal électoral – les ont beaucoup servis. La plupart de ces formations n’ont ni convictions idéologiques solidement ancrées ni projet politique. Certaines, même, les partis dits de location, ne sont que des coquilles vides au service de partis plus importants afin de leur permettre de présenter davantage de candidats, d’accroître leur potentiel électoral ou leur temps de propagande dans les médias. Dès lors, dans un tel système, si accueillant et si peu regardant, ouvert aux alliances sans principe, les évangéliques, dotés d’importantes ressources financières et détenteurs d’un certain capital électoral n’ont pas tardé à se faire leur place. On comprend aussi pourquoi ils sont parmi les plus farouches opposants à toute réforme d’un système électoral et des partis qui les a si bien servis.

  • 20 Novaes, R., « Des stratégies de conquête spirituelle. Au Brésil, les temples, les votes et les poli (...)

48La culture politique brésilienne « physiologique », faite de clientélisme, d’infidélité partisane, et de corruption leur est très vite devenue familière. Eux aussi maîtrisent à merveille le jeu des clientèles, l’art de monnayer leur soutien à l’exécutif pour peu qu’il leur concède en retour des faveurs pour leur Église – attribution de stations de radio ou de TV, de publicités gouvernementales, exemptions fiscales…– ou contribue à leur enrichissement personnel. Selon la sociologue Regina Novaes, ils ont même inventé un nouveau système de patronage, le néopopulisme ou « théopopulisme »20 qui utilise le clientélisme religieux en le revêtant des accents de la tradition populiste. Le presbytérien Garotinho, qui eut comme mentor politique Leonel Brizola, le vieux cacique du travaillisme brésilien, en est un parfait représentant. Comme gouverneur de Rio, il développait un discours antisystème, louait la religion des crentes comme celle des pauvres, des exclus et, dans une parfaite confusion des genres, il instrumentalisait les temples comme médiateurs et gestionnaires de ses programmes sociaux.

49Plus encore que la moyenne des députés ou sénateurs – et pourtant, l’infidélité partisane est un sport national –, les élus évangéliques vont d’une formation à l’autre, au gré des intérêts et des alliances de leur Église. En 2016, pour la seconde année de l’actuelle législature, 32 députés de la bancada avaient changé de parti.

50Enfin, en dépit de leurs proclamations éthiques, ils ont pris plus que leur part de la gangrène de la corruption générale. En novembre 2015, selon le très sérieux site Congresso em foco, 31 sénateurs et 148 députés étaient sous le coup de poursuites judiciaires et les choses depuis se seraient plutôt aggravées. Or, parmi les nombreux scandales qui défraient régulièrement la chronique, il n’en est pas un seul où les élus évangéliques ne se retrouvent.

  • 21 « 58 % da propina foi para evangélicos, diz CPI dos Sanguessugas », Folha de S.Paulo, 12/08/2006.
  • 22  Fé e política: o avanço dos deputados evangélicos, 7/05/2016 [site Terra : https://noticias.terra. (...)

51En 2005, plusieurs d’entre eux furent poursuivis dans le scandale dit des « mensualités » qui fit vaciller la présidence Lula. Avec d’autres députés fédéraux, ils avaient bénéficié de pots de vin en échange de leur vote en faveur des projets de loi du pouvoir exécutif. L’année suivante, dans l’épisode dit des sangsues – un détournement massif d’argent public destiné à l’achat d’ambulances – la commission parlementaire d’enquête déclencha des poursuites contre 23 des 66 parlementaires évangéliques. À eux seuls, ils auraient reçu 58 % des sommes dérobées. Parmi les condamnés se trouvait l’évêque Carlos Rodrigues de l’EURD, un des plus proches collaborateurs d’Edir Macedo21. En 2012, un rapport de Transparência Brasil révélait que plus de la moitié des 56 députés du Front parlementaire évangélique faisaient l’objet de poursuites judiciaires22.

52En 2014, la révélation du Lava Jato (« Lavage Express »), ce gigantesque scandale de corruption lié au groupe public Petrobras fit aussi tomber plusieurs élus évangéliques et non des moindres. Parmi eux, Eduardo Cunha (PMDB), l’ultraconservateur président de la chambre des députés. Également cité dans l’affaire des Panama Papers, il a été déchu de son mandat de député en septembre 2016, condamné par ses pairs à une peine d’inéligibilité jusqu’en 2027 et emprisonné.

53Par ces comportements sans éthique, qu’elle partage avec l’ensemble de la classe politique, la bancada crente a aussi sa part de responsabilité dans la crise de la démocratie représentative. Mais il y a plus : par sa transgression de tous les instants du pacte républicain de laïcité – qu’en d’autres temps l’Église catholique avait elle aussi beaucoup pratiqué – elle contribue à l’aggravation de cette même crise. Par la centralité qu’elle accorde au religieux dans les enceintes publiques, sa rhétorique politique étayée sur la loi divine et non sur la raison, elle est à l’origine d’une régression politique qui mine les fondements d’une citoyenneté déjà mal en point. De même, ses évocations réitérées du monde comme en état de guerre spirituelle permanente, entretiennent une « hystérisation » de la vie publique.

Conclusion

54Durablement installés au cœur du système politique, et ce, à tous les niveaux - fédéral, États, municipes – les crentes ont déjà largement relevé leur défi initial : battre en brèche la suprématie de l’Église catholique en affaiblissant son pouvoir sur les institutions et la société. Dans leur marche au pouvoir, la conquête de la présidence de la République est désormais en ligne de mire.

  • 23 Macedo, Ed., Plano de Poder – Deus, os Cristãos e a Política, Editora Thomas Nelson Brasil, 2008.

55L’Église universelle qui a toujours été, parmi eux, à l’avant-garde de la réflexion et de l’engagement politique l’a clairement exprimé en 2008 par la voix d’Edir Macedo dans son ouvrage : « Plan de pouvoir23 ». Significativement sous-titré : Dieu, les chrétiens et la politique, il y invite ses frères en religion à se rassembler autour du « grand projet de nation voulu par Dieu » désormais rendu possible grâce à leur force électorale qui « peut décider de n’importe quelle élection ». Selon lui, la perspective de leur arrivée au pouvoir est comparable au récit biblique de « la sortie d’Égypte » quand les Hébreux, réduits en esclavage depuis des siècles s’en émancipent pour revenir, sous la conduite de Moïse, dans la terre promise du pays de Canaan.

  • 24 Au recensement de 2010, l’État de Rio comptait seulement 45,8 % de catholiques, 9,2 % de sans relig (...)
  • 25 À travers tout le pays, des centaines de candidats aux élections municipales liés à l’EURD mais aus (...)

56Pour beaucoup d’observateurs, la large victoire électorale de Marcelo Crivella à la mairie de Rio de Janeiro, dans l’État le moins catholique et le plus incroyant du Brésil24, en octobre 2016, constitue la première étape de cette marche au pouvoir. À cette occasion, l’évêque de l’EURD a déployé un redoutable savoir-faire politique. Conscient qu’à une élection majoritaire, l’étiquette religieuse pouvait être un handicap, il a totalement déconfessionnalisé sa campagne25. En n’affichant que son conservatisme, jamais Crivella ne s’est présenté comme membre et, a fortiori, évêque de l’EURD et son programme a été soigneusement expurgé de toute référence religieuse. « Finissons-en avec les grands travaux, il est maintenant temps de s’occuper des gens », tel était son slogan de campagne quelques mois après les Jeux olympiques. Toutefois, derrière le maire, l’évangélique ne tarda pas à réapparaître : en février, il vient ostensiblement de boycotter l’ouverture du carnaval, pour les crentes, symbole du pêché et du désordre des sens.

57Déjà, pour la présidentielle de 2018, chacun fourbit ses armes. Si l’EURD n’a pas encore dévoilé ses intentions, le nom de Crivella est souvent avancé comme celui d’un futur présidentiable. Déjà Jair Bolsonaro, du Parti Social-Chrétien (PSC), député d’extrême droite born again nostalgique de la dictature, a déjà pris langue avec les baptistes et les Assemblées de Dieu. Trop peu consensuel, ses chances sont réduites.

58Il en va tout autrement de Marina Silva au profil atypique parmi les crentes. Passée par le PT, présidente du parti écologiste Rede Sustentabilidade et laïque proclamée, cette fidèle des Assemblées de Dieu, issue d’un milieu pauvre et catholique, pourrait bien incarner la candidature antisystème. Dans le climat de décomposition politique que traverse le pays, elle bénéficie dans l’opinion d’une image de probité et d’indépendance. Pour l’instant, les sondages la placent en deuxième position dans les intentions de vote derrière Lula, dans l’hypothèse de son retour.

59Alors, un président crente, demain, pour la plus grande nation catholique du monde ? L’hypothèse, hier inimaginable, ne peut désormais être exclue.

Haut de page

Notes

1 J’utilise ici le terme « évangélique » dans sa signification brésilienne qui inclut l’ensemble des familles du protestantisme, tant historique que pentecôtiste. Mon usage ne désigne donc pas, comme c’est courant dans l’acception française, le seul protestantisme du « réveil religieux », apparu au XIXe siècle.

2 Pierucci, A. Fl., « “Bye bye, Brasil”: o declínio das religiões tradicionais no Censo 2000 », Estudos avançados, déc. 2004, vol. 18, n° 52, p. 17-28.

3 Entre 2000 et 2010 les effectifs de l’Assemblée de Dieu passent de 8,4 à 12,3 millions de fidèles.

4 Aubrée, M., Voyage entre corps et esprit, Étude comparative entre deux courants religieux dans le Nordeste brésilien, thèse de 3e cycle, Université Paris VII, 1984 ; « Dynamique des transformations religieuses au Brésil », in Bastian, J. P. (org.) : Amérique latine – Europe latine, la modernité religieuse en perspective comparée, éd. Karthala, Paris, 2001, p. 213-223.

5 Cf. Corten, A., « Pentecôtisme et néo-pentecôtisme au Brésil », Archives de sciences sociales des religions, 1999,  vol. 105, p. 163-183.

6 L’Église Universelle a été sous le coup d’inculpations de fraude fiscale et d’exportation illégale de bénéfices. En 1992, Edir Macedo a été emprisonné durant deux semaines pour détournement fiscal. Il a longtemps vécu aux États-Unis.

7 « Bispo deputado esbanja poder com apoio da TV Record da Universal », O Estado de São Paulo, 3/06/2000.

8 Freston, P., Evangélicos na política do Brasil: História ambígua e desafio ético, Curitiba, Encontrão, 1994, p. 30.

9 Le terme de « pentecôtiste », utilisé par la suite, englobe aussi, par commodité, les néo-pentecôtistes.

10 [Mídia, Religião e Política, www.metodista.br/midiareligiaopolitica/index.php/composicao-bancada-evangelica (consulté le 10/02/2017)].

11 En 2010, elle est candidate du Parti vert et, en 2014, du Parti socialiste brésilien.

12 Pour la stratégie politique de l’EURD : Oro, A. P., « A política da Igreja Universal e seus reflexos nos campos religioso e político brasileiros », Revista brasileira de Ciências Sociais, vol. 18, n° 53, p. 53-69, 2003.

13 Oro, A. P., ibid., p. 60.

14 Jacob et al., Atlas da filiação religiosa e indicadores sociais no Brasil, Edições Loyola, São Paulo, Brasil, 2003.

15 Fernandes, R. C., Novo nascimento: os evangélicos em casa, na Igreja e na política, Rio de Janeiro, MAUAD, 1998, p. 197.

16 Pierucci, A. Fl., Reginaldo Prandi, « Religiões e voto: a eleição presidencial de 1994 », Opinião pública, Campinas, vol. III, mai 1995, p. 32-63.

17 Roldão Arruda, « Frei Betto defende Estado laico, critica bancada evangélica e lembra “ovo da serpente” », O Estado de São Paulo, 13/07/2013.

18 Freston, P., « Protestantismo e democracia no Brasil », Lusotopie, 1999, p. 329-340.

19 Dorvillé, L. F. M., Teixeira, P., « O crescimento do criacionismo no Brasil: principais influências e avanços recentes », X Encontro Nacional de Pesquisa em Educação em Ciências, Águas de Lindóia, 24-27/11/2015 [www.xenpec.com.br/anais2015/resumos/R0234-1.PDF].

20 Novaes, R., « Des stratégies de conquête spirituelle. Au Brésil, les temples, les votes et les politiciens », Le Monde Diplomatique, avril 2005, p. 18-19.

21 « 58 % da propina foi para evangélicos, diz CPI dos Sanguessugas », Folha de S.Paulo, 12/08/2006.

22  Fé e política: o avanço dos deputados evangélicos, 7/05/2016 [site Terra : https://noticias.terra.com.br/brasil/fe-e-politica-o-avanco-dos-deputados-evangelicos,4f3fa9377746da9fa80a552d381fb5c2i7vugxjy.html (consulté le 10-02-2017)].

23 Macedo, Ed., Plano de Poder – Deus, os Cristãos e a Política, Editora Thomas Nelson Brasil, 2008.

24 Au recensement de 2010, l’État de Rio comptait seulement 45,8 % de catholiques, 9,2 % de sans religion et 29,4 % d’évangéliques.

25 À travers tout le pays, des centaines de candidats aux élections municipales liés à l’EURD mais aussi aux Assemblées de Dieu ont procédé de la même manière. Leur titre d’évêque ou de pasteur a disparu ainsi que la référence à leur Église de rattachement, toutes choses mises en avant lors des précédentes consultations.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Richard Marin, « La Bible au Congrès. Pentecôtisme et politique au Brésil (1986-2016) », Caravelle, 108 | 2017, 65-82.

Référence électronique

Richard Marin, « La Bible au Congrès. Pentecôtisme et politique au Brésil (1986-2016) », Caravelle [En ligne], 108 | 2017, mis en ligne le 01 juin 2017, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://caravelle.revues.org/2271 ; DOI : 10.4000/caravelle.2271

Haut de page

Auteur

Richard Marin

Université Toulouse - Jean Jaurès

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org