Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Berenice Corti, Jazz argentino: La música «negra» del país «blanco»

Buenos Aires, Gourmet Musical, 2015
Antoine Ferris
p. 190-192
Référence(s) :

Berenice Corti, Jazz argentino: La música «negra» del país «blanco», Buenos Aires, Gourmet Musical, 2015, 185 p.

Texte intégral

1Berenice Corti, enseignante chercheuse argentine en ethnomusicologie à l’Université de Buenos Aires (UBA), a écrit de nombreux articles sur le jazz argentin. Elle est une référence dans les problématiques du jazz argentin par son activité extrêmement dynamique dans le milieu de la recherche et par la diversité des thématiques abordées dans ses différentes publications. Tout comme le jazz a subi de nombreux métissages et de nombreuses influences, ses travaux empruntent des méthodes à d’autres disciplines. On remarquera bien entendu son parcours d’ethnomusicologue, au sein de l’Institut de Recherche en Ethnomusicologie (IIET), mais aussi celui de sociologue et d’historienne du jazz.

2B. Corti s’est intéressée à des thématiques variées telles que les mélanges et toutes sortes de fusions dans le jazz joué en Argentine, ainsi qu’aux thématiques du genre. La thématique identitaire reste cependant la plus étudiée par elle, et c’est donc suite à de nombreuses publications sur le jazz argentin qu’elle nous présente son premier ouvrage.

3Le livre s’articule autour de cinq chapitres qui, progressivement, amènent la question identitaire dans le jazz argentin. Corti, va donc au fil des pages tenter de mettre en évidence les tensions entre les pratiques culturelles des jazzmen argentins et leur identité sociale. Après une préface élogieuse de Pablo Albarces, l’auteure entre dans le vif du sujet en s’interrogeant sur la classification jazz argentino. C’est bien cette idée qui va être développée tout au long de l’ouvrage. La problématique de la tension entre une revendication des origines européennes et la négation des origines africaines dans la société sera abordée par l’analyse musicologique ainsi que par l’analyse des discours sur la musique. Le deuxième chapitre, par une contextualisation historique ainsi que par l’analyse des discours et l’analyse musicologique, nous révèle l’ambiguïté de la négation de l’héritage indigène et noir dans la société, tout en revendiquant l’héritage africain dans la musique de jazz. Le chapitre suivant s’inscrit dans la continuité. Reprenant le sous-titre de l’ouvrage, elle approfondit le positionnement des Noirs argentins comme faisant partie d’une altérité dans la société argentine. Là aussi une analyse des discours et des retranscriptions d’entretiens sont utilisés : « Porque lo africano es más primitivo, más natural que lo europeo. » L’auteure nous explique le racisme présent dans la réception de la musique, ainsi que la place particulière des afro-argentins dans le paysage jazz de Buenos Aires. Le contexte politique argentin (dictature, crise économique) explique l’ancrage de la musique jazz dans la politique.

4Corti introduit ensuite la notion de « doble voz » (double voix), alliant les discours sur la musique avec les discours musicaux et performatifs. Elle remet ainsi en cause la représentation généalogique des styles musicaux et de l’histoire du jazz impliquant une « hiérarchie », un « évolutionnisme » dans la musique. Elle propose une approche cartographique. La méthode d’analyse de l’auteure se fera donc par le biais de ces deux outils que sont la « doble voz » et la cartographie des aires d’influences musicales. Pour l’analyse, Corti constitue une catégorisation en trois grandes familles de tradition jazzistique, et nous expose de très nombreux extraits d’entretiens, illustrés d’exemples musicaux ainsi que l’analyse des marques discursives pour chaque famille. Ce quatrième chapitre est directement à mettre en relation avec le cinquième et dernier chapitre, où elle indique les liens entre les trois familles et les différentes pratiques musicales des aires d’influences, grâce à la mise en place d’une cartographie. Enfin, elle conclut son ouvrage en rappelant cette tension entre l’identification discursive (revendiquer l’influence africaine dans le jazz) et l’identité sociale (rejeter l’incorporation des afro-américains dans la société argentine). Elle propose l’approfondissement de ces thématiques pour de prochaines recherches.

5Du point de vue de la forme, Jazz argentino : La música «negra» del país «blanco» est un livre multimédia. L’incorporation de photographies, de poèmes, d’extraits d’entretiens, mais aussi d’exemples musicaux nous donne non seulement à voir mais à entendre les tensions expliquées plus haut. Le mélange des types de sources et des illustrations, mais aussi son approche pluridisciplinaire lui permettent de cerner les différentes facettes de la problématique identitaire dans le jazz argentin. On notera l’approche géographique avec la variation des échelles et des points de vue, ainsi qu’une nouvelle vision de l’histoire de la musique. L’approche géographique sera croisée avec une approche sociologique. Elle fait notamment allusion à la notion de « transculturation » de Fernando Ortiz, remettant en cause l’idée d’une circulation unilatérale des influences ainsi qu’un évolutionnisme musicologique. L’analyse musicologique, croisée avec l’analyse de discours nous permet de nous rendre compte de l’effectivité des problématiques sociales et raciales dans le discours musical. Elle propose alors une définition de la notion de « Musicopoesis » : la production musicale comme un mélange entre le discours musical et le discours social. Ce croisement des disciplines permet véritablement un autre regard sur la musique improvisée, et rend compte de la racialisation de cette problématique, encore aujourd’hui. Le regroupement, bien que théorique, des pratiques de jazz en Argentine en différentes familles reste assez périlleux, car il fait appel aux inconvénients de la classification (un cloisonnement et une imperméabilité entre les différentes familles), et nécessite une définition de la notion floue du jazz, un débat sans réponses encore aujourd’hui. Cependant, Berenice Corti, grâce à son introduction, parvient à dépasser le débat existant aujourd’hui autour de l’essence ou de l’absence d’essence d’un jazz argentin. Sa méthode de recherche et son approche multispectrale lui permettent de contourner les écueils engendrés par cette classification.

6Jazz argentino : La música «negra» del país «blanco» pose donc les jalons d’une recherche sur les identités sociales à travers la musique improvisée en Argentine. La bibliographie très complète démontre une nouvelle fois l’engagement et la volonté de faire avancer les recherches sur le jazz argentin. Bien que centrés presque exclusivement sur la capitale argentine, les travaux de Berenice Corti s’inscrivent dans la continuité de ceux de Sergio Pujol et d’Álvaro Menanteau, dans un domaine mêlant sciences sociales et jazz en Amérique latine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antoine Ferris, « Berenice Corti, Jazz argentino: La música «negra» del país «blanco» », Caravelle, 107 | 2016, 190-192.

Référence électronique

Antoine Ferris, « Berenice Corti, Jazz argentino: La música «negra» del país «blanco» », Caravelle [En ligne], 107 | 2016, mis en ligne le 31 décembre 2016, consulté le 23 août 2017. URL : http://caravelle.revues.org/2207

Haut de page

Auteur

Antoine Ferris

IPEAT (Master 2 IPAL, 2015-2016)
Université Toulouse - Jean Jaurès

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org