Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Brigitte Adriaensen, Gonzalo Maier (ed.), Todos los mundos posibles: una geografía de Daniel Guebel

Buenos Aires, Beatriz Viterbo editora, 2015
Alexis Yannopoulos
p. 186-187
Référence(s) :

Brigitte Adriaensen, Gonzalo Maier (ed.), Todos los mundos posibles: una geografía de Daniel Guebel, Buenos Aires, Beatriz Viterbo editora, 2015, 332 p.

Texte intégral

1L’ouvrage collectif coordonné par l’universitaire néerlandaise Brigitte Adriaensen et le Chilien Gonzalo Maier nous invite à découvrir l’univers fascinant, étrange et ironique, de l’écrivain contemporain argentin Daniel Guebel (1956). Réunissant les essais de spécialistes reconnus, les éditions Beatriz Viterbo contribuent à la consécration critique d’un écrivain ayant publié plus d’une vingtaine de livres. Défini comme un écrivain en marge du canon, Guebel investit dès la fin des années 80 des formes littéraires considérées comme mineures comme la science-fiction, le policier ou le mélodrame. Esthétique pulp, kitsch, plaisir de l’interdit, exotisme, absurde, farce et humour nourrissent ses récits, qui se construisent en d’innombrables ramifications ouvrant des voies à l’imagination vers de nouveaux « mondes possibles ».

2Point de lendemains qui chantent dans ces nouveaux mondes, point de projets utopiques mais une vision critique, parodique et acerbe, sur la société argentine. L’auteur appartient à cette génération encore trop jeune pour participer à la vie politique des années 60 et 70 mais qui en a souffert les terribles conséquences : la « generación sándwich », selon l’expression de Christian Gundermann. La période trouble précédant le coup d’État de 76, la répression féroce du Proceso puis l’expérience traumatique de la Guerre des Malouines et la chute du bloc soviétique provoquent chez ces auteurs une profonde crise idéologique et une méfiance invétérée face au fait politique. Dans ce cadre désabusé, le péronisme et ses multiples avatars revêtent l’allure d’un simulacre, une tradition représentative portant l’empreinte de la fameuse nouvelle homonyme de Borges. Mais si les textes de Guebel manifestent le mépris typique de la ciudad letrada argentine envers certaines manifestations populaires, ils s’en distancient également car ils accentuent l’aspect tragique et absurde des protagonistes, envoûtés par la marche de l’Histoire puis finalement réduits à néant par le poids des événements. Comme aurait dit Jean-Marie Domenach, la tragédie ne revient pas du côté où on l’attendait.

3Dans un monde traversé par de violents conflits politiques puis vidé de son âme par l’essor des sociétés de consommation néo-libérales, la littérature devient un refuge protégé où l’écrivain peut construire et imaginer des mondes différents. C’est l’objet de la première partie de l’ouvrage, « El país de los libros », où les racines hypertextuelles de l’œuvre de Guebel sont exposées parcimonieusement. La démarche critique qui consiste à analyser les influences littéraires va de pair avec la conception de l’œuvre d’art comme un produit détaché de son contexte de production. Bien qu’en soi dépassée, elle a le mérite de rendre visible la posture de justification adoptée par plusieurs des contributeurs, souvent amis de l’auteur et eux-mêmes écrivains. Ce besoin de se justifier doit être mis en perspective avec les accusations répétées qui leur ont été adressées : snobisme, dandysme, dédain pour les luttes politiques, etc. Dans une société où il est interdit de ne pas être d’un bord ou d’un autre, il n’est pas étonnant que les auteurs répondent avec virulence en utilisant des phrases tonitruantes telles que « el Dios del relato es la muerte ». En plein dans la filiation borgésienne, le roman El caso Voynich, qui raconte la découverte d’un manuscrit apocryphe du xvie siècle écrit dans une langue inconnue, présente toutes les vertus mystificatrices de cette littérature, qui permet d’effectuer de merveilleux voyages mentaux vers des univers inconnus. Ces voyages peuvent prendre la forme d’uchronies, comme quand Guebel imagine ce qui serait arrivé si Bartolomé de Las Casas n’avait pas conseillé aux autorités de remplacer les indiens par des esclaves africains : le blues ne serait pas né, les 500 000 morts de la Guerre de Sécession auraient pu être évitées et la Révolution haïtienne n’aurait pas eu lieu.

4La troisième partie, « El país de los otros », consacrée aux questions de genre et à l’expérimentation de subjectivités nouvelles, est probablement la plus originale. José Amícola met en lumière le questionnement des identités genrées dans La perla del emperador (1990) et explore les affinités entre l’œuvre de Guebel et celles de Manuel Puig, César Aira ou Alberto Laiseca. Daniel Conte analyse le roman El perseguido (2001), où le clonage et le caractère cyborg du protagoniste (qui se déguise en changeant de sexe pour échapper à ses poursuivants) contribuent à déstabiliser les catégories de genre. Ces travaux auraient gagné à être rapprochés d’autres œuvres abordant ces thématiques SF et transgénériques, tant en Argentine que dans le reste du monde. Ils auraient aussi pu s’articuler avec le travail de Susana Rosano (spécialiste de la représentation de Eva Perón) mais ce dernier est intégré dans la deuxième partie intitulée « El país de la política », légèrement hypertrophiée en raison du poids symbolique énorme du péronisme dans l’œuvre de l’auteur argentin.

5Publié à titre posthume, l’entretien réalisé par Michel Lafon auprès de Daniel Guebel, clôt le livre de façon émouvante. Fruit d’une longue amitié, cet échange sincère fournit une approche personnelle aux mondes de l’écrivain et donne une nouvelle inflexion aux hypothèses développées dans l’ouvrage. Ce dernier remplit ainsi sa fonction primordiale : faciliter l’accès à l’œuvre complexe, profondément ludique et réflexive de cet auteur contemporain, tout en lui attribuant une place de choix dans le panorama de la littérature argentine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexis Yannopoulos, « Brigitte Adriaensen, Gonzalo Maier (ed.), Todos los mundos posibles: una geografía de Daniel Guebel », Caravelle, 107 | 2016, 186-187.

Référence électronique

Alexis Yannopoulos, « Brigitte Adriaensen, Gonzalo Maier (ed.), Todos los mundos posibles: una geografía de Daniel Guebel », Caravelle [En ligne], 107 | 2016, mis en ligne le 31 décembre 2016, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://caravelle.revues.org/2200

Haut de page

Auteur

Alexis Yannopoulos

Université Toulouse - Jean Jaurès

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org