Navigation – Plan du site
Mélanges

Le Théâtre de l’Éphémère au XVIIIe siècle en Amérique Portugaise : fêtes publiques et représentations théâtrales

Rosana Marreco Brescia
p. 255-271

Résumés

Parallèlement à l’activité théâtrale développée par les jésuites en Amérique Portugaise, on trouve des registres de nombreuses représentations dramatiques à caractère profane dans diverses villes de la colonie portugaise. Ces descriptions nous sont parvenues à travers les rapports panégyriques imprimés à Lisbonne, où l’architecture théâtrale était l’un des éléments les plus valorisés dans la description de la magnificence de la fête et de l’opulence de la colonie. Cet article se propose de montrer de quelle façon les fêtes publiques étaient organisées et financées, puis d’analyser l’architecture théâtrale éphémère décrite par les panégyriques concernant les fêtes publiques célébrées en Amérique Portugaise au XVIIIe siècle.

Haut de page

Texte intégral

1Parallèlement à l’activité théâtrale développée dans les collèges jésuites pendant les XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles, on trouve des registres de nombreuses représentations dramatiques à caractère profane dans diverses villes de la colonie portugaise, surtout à partir de la restauration de la couronne en 1640. La plupart des rapports arrivés jusqu’à nous parlent du théâtre représenté pour célébrer des moments importants : les éphémérides liées à la vie sociale et politique du Royaume Portugais – outre les fêtes religieuses, l’entrée d’un Gouverneur ou d’un Évêque, l’anniversaire de membres de la famille royale ou de dirigeants coloniaux, la naissance d’un héritier, les mariages de princes, l’acclamation d’un nouveau monarque, parmi d’autres événements – étaient célébrées par l’intermédiaire de grandes fêtes composées de rites religieux et de processions, de construction d’arcs de triomphe et autres monuments d’architecture éphémère, feux d’artifices, corridas et cavalhadas, illuminations et représentations d’œuvres théâtrales.

2Ces descriptions nous sont parvenues à travers les rapports panégyriques, toujours imprimés à Lisbonne, produits par une élite illustrée et destinés, surtout, au public cultivé de la métropole. Les relations des fêtes avaient pour objectif principal de raconter l’événement selon une rhétorique polie, et de faire une description détaillée de la programmation des fêtes. Selon Iara Lis Carvalho Sousa, ces relations fonctionnaient en tant que dispositif mnémonique, léguant à la postérité la magnificence de la figure du Roi :

  • 1 Iara Lis Carvalho Souza, « Liturgia real: entre a permanência e o efémero », dans FESTA : Cultura e (...)

La relation décrit l’événement, paraît à la lumière du jour, elle est publiée et autorisée, circule en tant qu’imprimé, et, par l’intermédiaire de l’écriture, fixe la version de cet événement. La relation gagne le statut de vérité historique et politique, devient une vraie pièce politique qui témoigne du bon gouvernement et du succès des administrateurs, en pacifiant la conscience chrétienne du roi qui règle et rend ses comptes à Dieu.1

  • 2 Ibidem, p. 552-558.

3Certaines d’entre elles incluaient les noms des mécènes les plus importants et décrivaient minutieusement les personnes qui faisaient partie de chaque événement composant l’ensemble de la fête ; elles faisaient en outre mention des artisans auxquels avaient été attribuées les différentes adjudications (musique et constructions éphémères). Selon Carvalho Souza, la relation pouvait également être utilisée comme une sorte de manuel où l’on pouvait consigner des informations au sujet de la construction d’une machine ou bien alors mettre en valeur le goût en vigueur dans les autres parties de l’empire.2

  • 3 João Adolgo Hansen, « A categoria ‘representação’ nas festas coloniais dos séculos XVIIe XVIII », d (...)

4Les fêtes réalisées dans la colonie suivaient un rituel immuable et rien ne devait en être retranché ou y être arbitrairement ajouté sous peine de les corrompre. L’art éphémère employé dans les fêtes du monde luso-américain n’était pas composé d’images ou de modèles improvisés de façon aléatoire, mais, tout au contraire, de modèles cultivés qui arrivaient à la colonie par le biais de gravures, d’illustrations, de discours, et de traités d’architecture et de peinture, adaptés aux conditions financières et matérielles disponibles outre-mer. Selon João Adolfo Hansen, il faut considérer que les fêtes subissaient autant de coactions institutionnelles – par exemple la censure –, que matérielles, celles-ci entraînées par la difficulté d’obtenir de la matière-première très rare, trop chère, c’est-à-dire les velours, la soie, l’ivoire, les albâtres, les marbres, l’or, les diamants, les pierres précieuses, parmi d’autres matériaux de luxe, qui pouvaient être remplacés par le bois, l’argile, la cire, les pâtes, les végétaux et les teintes les plus diverses. Un autre aspect qu’il faut tenir en compte est l’exécution de l’art éphémère dans les fêtes publiques colo-niales : les stéréotypes concernant la « pureté du sang » déterminaient que tous les travaux manuels fussent exécutés par les métis et les noirs, c’est pourquoi les adaptations des modèles métropolitains pouvaient s’éloigner considérablement des descriptions littéraires produites par les hommes blancs éclairés, provenant du clergé et de l’administration coloniale.3

  • 4 Ibidem, loc. cit.
  • 5 Francisco Bethencourt, « A Memoria da Nação », dans Historia da expansão Portuguesa. A Formação do (...)

5Les descriptions panégyriques et les relations des fêtes doivent être interprétées en tenant compte du fait que leurs auteurs pouvaient utiliser des modèles rhétoriques et théologico-politiques dans les descriptions des fêtes et des représentations théâtrales réalisées dans la colonie.4 Ces rapports ne peuvent donc pas être considérés comme une description fidèle des événements : dans la mesure où y sont exagérés certains aspects de la réalité alors que d’autres y sont passés sous silence, on est en droit de penser qu’ils étaient produits par des colons lettrés dans l’intention de les faire circuler parmi les membres de la cour de Lis-bonne. Ils constituent ainsi un instrument de représentation collective.5

  • 6 Isabel Mayer Godinho Mendonça, « Festas e Arte efémera em Honra da Família Real Portuguesa no Brasi (...)
  • 7 Les Câmaras Municipales représentaient l’administration des vilas et cités dans la colonie, ainsi q (...)
  • 8 João Adolfo Hansen, op. cit., p. 739.

6Ces représentations au caractère si varié rassemblaient des personnes appartenant à toutes les classes sociales. Comme dans la métropole, les habitants des villes coloniales accrochaient des tapis à leurs balcons décorés de fleurs et de plantes odoriférantes.6 Les processions étaient, en général, présidées par l’évêque et par le Gouverneur, suivis des officiers de la Câmara7 et d’autres hommes de prestige local. Venaient ensuite les professions libérales, les hommes cultivés de la bureaucratie et de la justice, les artisans et les orfèvres – ceux-ci considérés plus nobles en raison de leur travail étroitement lié aux matériaux précieux –, et puis, la plèbe blanche, les indigènes, les métis, les noirs libres et, enfin, les esclaves.8

7Dans la presque totalité des relations panégyriques consultées, nous avons trouvé des références aux représentations théâtrales, à l’exception, naturellement, des cérémonies funéraires. Dès la restauration de la monarchie portugaise, on trouve des références aux œuvres théâtrales représentées dans les vilas et villes de Villa Rica, Mariana, Paracatú, Sabará, Arraial do Tejuco, Pitangui, Recife, Santo Amaro da Purificação, Cuiabá, Vila Boa, Maranhão, Sacramento, Salvador da Bahia et Rio de Janeiro.

Fig. 1 - Mapa dos Confins do Brazil com as Terras da Coroa de Espanha na América Meridional, 1749.

Fig. 1 - Mapa dos Confins do Brazil com as Terras da Coroa de Espanha na América Meridional, 1749.

Rio de Janeiro : Bibliothèque Nationale, ARC.030,01,009 Cartographie. Villa Rica (1), Mariana (2), Paracatú (3), Sabará (4), Arraial do Tejuco (5), Pitangui (6), Recife (7), Santo Amaro da Purificação (8), Cuiabá (9), Vila Boa (10), Maranhão (11), Sacramento (12), Salvador da Bahia (13) et Rio de Janeiro (14).

8Dans la première moitié du XVIIIe siècle, l’activité théâtrale développée pendant les fêtes royales est significativement différente de celle qui se développe plus tard dans les théâtres permanents construits dans la colonie. Dans cette mesure, l’on s’aperçoit d’une remarquable diversité concernant les comédiens composant les compagnies théâtrales, l’espace destiné aux représentations, l’administration et le financement des spectacles, aussi bien que le public à qui ces œuvres étaient destinées.

9En ce qui concerne l’administration des spectacles de théâtre, l’organisation des divers événements qui composaient les fêtes coloniales restait à la charge des Câmaras des villes et vilas de l’Amérique Portugaise. La construction des monuments d’architecture éphémère, des scènes destinées aux représentations dramatiques, l’organisation des feux d’artifice, ainsi que la direction et l’engagement des artistes et des musiciens jouant dans les opéras, cavalhadas, corridas, et bals masqués, relevaient des « offices mécaniques », à travers un système d’adjudication promu par le Sénat de la Câmara. L’approbation d’un plan architectonique ou l’attribution d’une adjudication à un artisan pouvaient augmenter considérablement son prestige personnel, ce qui faisait que ces tâches étaient convoitées.

  • 9 Pedido das Câmaras de Minas Gerais para que seja estipulado um limite de quanto poderia ser gasto c (...)

10Étant donné que les ressources financières des Câmaras n’étaient pas toujours suffisantes pour faire face à toutes les dépenses entraînées par des fêtes aussi sophistiquées, le financement de certaines commémo-rations pouvait être à la charge des personnes civiles ; tel était le cas des coûts relatifs aux luminaires, ou à la représentation de comédies et d’opéras. Les dépenses concernant la réalisation des fêtes pouvaient atteindre des chiffres si élevés que, parfois, les Câmaras devaient solliciter l’aide financière de la couronne. Les frais occasionnés par ces fêtes pouvaient grever de telle manière le budget des Câmaras que, en 1763, quelques officiers de la Câmara de Vila Rica écrivirent une lettre au Roi José Ier lui demandant la réglementation d’un plafond maximum d’argent qui pourrait être dépensé dans les fêtes publiques. Par ailleurs, les officiers de la Câmara de Vila Rica parvinrent à envoyer une suggestion de solution du problème : que la valeur dépensée pour ses fêtes fût proportionnelle aux budgets de chaque Câmara.9

  • 10 Francisco Calmon, Relação das Faustissimas Festas, que celebrou a Camera da Villa de N. Senhora da (...)
  • 11 Epanafora Festiva, ou Relaçaõ Sommaria das Festas, com que na Cidade do Rio de Janeiro, Capital do (...)
  • 12 Pedido do Ouvidor da Comarca de Vila Rica para que seja atribuída a propina relativa as festas em c (...)

11Dans plusieurs relations nous voyons que les opéras étaient à la charge des « hommes d’affaires », tel était le cas des fêtes données à l’occasion du mariage de la future Reine Marie Ière et du Prince Pedro, réalisées à Santo Amaro da Purificação, Bahia, en 176210, ainsi que des fêtes en commémoration de la naissance de José, Prince de Beira, célébrées au Rio de Janeiro en 1763.11 Dans le cas des fêtes en commé-moration des mariages royaux du Prince José et de la princesse Maria, avec les Princesses Mariana Vitoria et le Prince Fernando d’Espagne, célébrées à Vila Rica avec « l’utilisation de luminaires, observant le style pratiqué en pareilles occasions », les célébrations furent payées au moyen de donations de la part des officiers de la Casa da Moeda.12

  • 13 Iara Lis Carvalho Sousa, op. cit., p. 550.
  • 14 « Festejos em Paracatú do Príncipe por occasião da acclamação de D. João VI (1817) », Revista do Ar (...)

12Quant à la mention faite aux bienfaiteurs dans les panégyriques imprimés en métropole, on sait qu’elle pouvait être utilisée soit pour demander une faveur au Roi, soit pour le remercier d’une grâce octroyée.13 Dans les fêtes de Santo Amaro da Purificação, nous savons que les officiers de Justice étaient tenus de payer pour une comédie, et que le coût des danses fut réparti parmi les offices mécaniques. Dans les fêtes réalisées à Paracatú, Capitainerie de Minas Gerais, à l’occasion de l’acclamation de João VI, nous lisons que les spectacles publics ont été réalisés pendant douze jours consécutifs, et qu’ils comprenaient des cavalhadas, des corridas, des opéras, des feux d’artifices, des danses et des divertissements variés. Néanmoins, « la décadence du pays », les crédits limités de la Câmara et sa faible capacité financière ont fait échouer toute velléité de produire une fête de plus grandes proportions. Une partie des divertissements destinés à la population était à la charge du Capitaine-Major Domingos José Pimentel Barbosa et du Tenant-Colonel Antonio da Costa Pinto.14

  • 15 João de Brito e Lima, Poema Festivo,/Breve Recomplilaçaõ das Solemnes Festas, que Obzequiosa a Bahi (...)
  • 16 Ibidem, loc. cit.

13En 1729 la Capitainerie de Bahia a célébré l’union des deux couronnes à travers le double mariage des princes des deux Royaumes Ibériques : celui du Prince du Brésil et de la Princesse de Castille, et celui de la Princesse du Portugal avec le Prince des Asturies. Selon le rapport intitulé « Poème festif », écrit par João de Brito e Lima et dédié au Roi João V, les fêtes furent dirigées par son Excellence le Vice-roi de l’État du Brésil, Vasco Fernandes César Menezes15, qui, accompagné d’un cortège d’officiers, de ministres et d’autres membres de la noblesse, a assisté à la représentation de nombreuses œuvres théâtrales. Ceux-ci se sont assis « dans le lieu le plus éminent », tandis que les « spectateurs du peuple » assistaient au spectacle debout « malgré leur volonté et leur goût ».16

  • 17 Applauso Natalicio com que a Cidade da Bahia celebrou a noticia do Felice Primogenito do Excellenti (...)
  • 18 Ibidem, loc. cit.

14Les fêtes publiques n’étaient pas restreintes aux événements liés à la vie de la famille royale portugaise : les représentants de la monarchie sur le territoire colonial en bénéficiaient également. La naissance du premier petit-fils de Pedro Antonio de Noronha, Capitaine Général de la Mer et de la Terre des États du Brésil, a été célébrée, en 1717, à Salvador. Une des comédies représentées fut offerte par Antonio Ferrão de Castelo Branco, Capitaine de chevaux-légers du roi, en qualité de « faveur et oblation ».17 Le panégyrique correspondant à cette fête fut publié par son auteur anonyme, en 1718, à Lisbonne, chez l’imprimeur Miguel Manescal.18

15La plupart des représentations théâtrales composant les programmes des fêtes en Amérique Portugaise avaient un caractère public, et n’avaient par conséquent aucune fin lucrative, contrairement aux représentations qui se déroulaient dans les Casas da Opera permanentes. Une telle caractéristique justifie le fait que ces représentations publiques étaient réalisées dans les théâtres bâtis sur des places dans l’espace public, de sorte qu’elles pouvaient être vues par une plus grande partie de la population. On doit aussi considérer que les théâtres permanents bâtis en Amérique Portugaise pendant le XVIIIe siècle n’étaient pas assez grands pour abriter un nombre important de spectateurs, leur capacité se situant le plus souvent entre 350 et 600 spectateurs environ. Au-delà de la question de la capacité limitée des théâtres permanents, il faut bien préciser que les fêtes publiques étaient une excellente occasion pour que les « principaux » de l’administration coloniale puissent être vus publiquement et témoigner de leur obéissance et fidélité envers le monarque portugais, en même temps qu’ils légitimaient leur pouvoir sur les sujets coloniaux.

16Les représentations dans les théâtres éphémères fournissaient, le temps d’un spectacle, l’une des rares occasions de coexistence entre les diverses couches sociales de la société coloniale, tout en maintenant, bien entendu, la hiérarchie en vigueur. Naturellement, des tribunes érigées dans les lieux les plus privilégiés étaient destinées aux membres de l’administration coloniale, tout autant qu’aux « principaux » des villes et vilas ; cependant, il n’était pas interdit aux esclaves, aux noirs libres, aux métis, ni même aux plus démunis en général, d’assister aux spectacles.

  • 19 Armelle Enders, Histoire de Rio de Janeiro, Paris, Arthème Fayard, 2000, p. 86.
  • 20 Anthony John Russel-Wood, « Os Portugueses fora do Império », dans Historia da expansão Portuguesa. (...)

17Les places principales des villes et vilas en Amérique Portugaise, ainsi qu’un grand nombre de villes et vilas portugaises existant dans d’autres régions de l’outre-mer, s’inspiraient du Terreiro do Paço à Lisbonne, où les édifices publics et quelques maisons appartenant aux hommes de prestige s’ordonnaient autour d’un vaste quadrilatère, ouvert sur la mer, dans les villes et vilas côtières.19 Selon Russel-Wood, cette appropriation des modèles ibériques à l’égard de l’urbanisation des villes coloniales contribuait à la formation d’un sentiment d’appartenance à l’empire Portugais, en même temps qu’à une certaine homogénéisation de l’espace que celui-ci englobait.20 Parmi les constructions les plus importantes sur le territoire de la colonie américaine figuraient les édifices de la Câmara et de la Prison et le Palais de résidence du Gouverneur de la capitainerie.

Fig. 3 – Place du Commerce de Lisbonne : avant le tremblement de terre de 1755

Fig. 3 – Place du Commerce de Lisbonne : avant le tremblement de terre de 1755

Lisbonne: Musée de la Ville.

Fig. 3 – Place du Commerce de Lisbonne : après la reconstruction amenée par le Marquis de Pombal (c.1775)

Fig. 3 – Place du Commerce de Lisbonne : après la reconstruction amenée par le Marquis de Pombal (c.1775)

Lisbonne: Musée de la Ville.

Fig. 4 – Place de Vila Rica, dont le paysage est dominé par le Palais du Gouverneur.

Fig. 4 – Place de Vila Rica, dont le paysage est dominé par le Palais du Gouverneur.

Dessin (c.1785-1790), Institut d’Études Brésiliens de l’Université de São Paulo. (N. G. REIS (ed.), Imagens de vilas e cidades do Brasil colonial, São Paulo, EDUSP, Imprensa Oficial do Estado, 2001, p. 216.)

Fig. 5 – J. B. DEBRET, Vue de la Place du Palais, à Rio de Janeiro, lithographie de Thierry Frères, Succrs. De Engelmann & Cie.

Fig. 5 – J. B. DEBRET, Vue de la Place du Palais, à Rio de Janeiro, lithographie de Thierry Frères, Succrs. De Engelmann & Cie.

(J. B. DEBRET, Voyage pittoresque et historique au Brésil, ou Séjour d'un artiste français au Brésil, depuis 1816 jusqu'en 1831 inclusivement, Paris, Firmin-Didot, 1834-1839, 3e. partie.)

Fig. 6 – T. Ender, Ancien Collège de Jésuites à São Paulo, aquarelle (1817-1818).

Fig. 6 – T. Ender, Ancien Collège de Jésuites à São Paulo, aquarelle (1817-1818).

(J. Banderida, R. Wagner, Viagem ao Brasil: nas aquarelas de Thomas Ender, 1817-1818, Petrópolis, Kappa, 2000.)

  • 21 Manuel de Cerqueira Torres, « Narração Panegírico Histórica das Festividades com que a Cidade da Ba (...)

18Sauf dans des circonstances exceptionnelles, les représentations se déroulaient en plein air. Si l’événement était financé surtout par le Sénat – naissances et mariages royaux, acclamations royales, parmi d’autres –, le théâtre devrait être bâti près de l’édifice de la Câmara, qui, dans la plupart des villes luso-américaines, était situé sur la place principale, proche du Palais du Gouverneur. Dans le cas des festivités en l’honneur du Gouverneur ou d’autres fêtes financées par celui-ci, le plateau devait être bâti près de son palais. Dans les représentations dramatiques faites pendant les fêtes religieuses, les plateaux étaient érigés en face des églises ou sur les petites places les plus proches. De ce que nous venons de dire, nous concluons que les lieux des représentations théâtrales étaient choisis selon le caractère et le mécène de l’éphéméride. Dans le rapport sur les fêtes célébrées en 1760 à Bahia, en l’honneur du mariage de la princesse Maria et du prince Pedro, nous avons pu constater que, hormis les spectacles dramatiques, les lieux des autres événements étaient décidés par la Câmara qui, dans ce cas, a ordonné que les opéras fussent représentés sur la place, et les cavalarias, aussi bien que les feux d’artifice, dans le Terreiro de Jesus.21

19Du fait que les fêtes étaient destinées au plus grand nombre possible de spectateurs, il est parfaitement compréhensible que l’espace choisi pour la construction du théâtre éphémère corresponde à une place publique, même si la ville ou le village en question possédait déjà un théâtre permanent. A ce propos, nous aimerions citer un cas en particulier : les célébrations pour la naissance du Prince de Beira réalisées à la capitale de l’État du Brésil en 1763. Au moment des fêtes de Rio de Janeiro, l’édifice connu comme Casa da Ópera et placé du côté du Palais du Gouverneur de la capitainerie figure déjà sur une carte datée de la période comprise entre 1758 et 1760 et conservée à la Bibliothèque Nationale de Rio de Janeiro.

Fig. 7 – Emplacement de la Casa da Ópera par rapport au Palais du Gouverneur et l’édifice de la Prison.

Fig. 7 – Emplacement de la Casa da Ópera par rapport au Palais du Gouverneur et l’édifice de la Prison.

Plan de la Ville de Saint-Sébastien de Rio de Janeiro, (c.1758-1760). Rio de Janeiro : Bibliothèque Nationale, Section de Cartographie, ARC.025,06,001.)

20Même en considérant que la Casa da Ópera fut bâtie avant cette date, le théâtre construit pour les célébrations de 1763 « avec le soutien financier des hommes d’affaires » était, sans doute, un théâtre éphémère, « construit » du côté droit du Palais du Gouverneur – la façade principale de ce palais était face à la mer –, précisément sur la place, comme nous lindique l’auteur du panégyrique intitulé Epanáfora Festiva. Pour cette raison, nous croyons fort improbable que les fêtes décrites dans la relation de 1763 aient été réalisées dans le bâtiment de l’Ópera Nova, situé, lui, dans une rue étroite à gauche du Palais des Gouverneurs qui ne peut être, en aucun cas, considérée comme une place, contrairement à ce que plusieurs auteurs affirment. Nous transcrivons le passage en question ci-après :

  • 22 Epanafora Festiva, op. cit., p. 28.

Sur un théâtre qu’on avait bâti sur la place à côté du Palais de la résidence des Gouverneurs, ont été offerts au peuple trois opéras, aux frais des hommes d’affaires, qui pour cette raison ont contribué de façon généreuse. En disant qu’il y avait des décors superbes, que les vues étaient très naturelles, que l’orchestre était composé de plusieurs membres et que les personnages étaient excellents dans l’exécution de la musique, et très expérimentés dans l’art de la représentation, je mets en avant le mérite de cette action. Agréable emploi du temps que celui qui joint l’utile à l’agréable, où les hommes s’instruisent et s’amusent en même temps.22

  • 23 Relaçaõ das Festas que se Fizeram em Pernambuco pela Feliz Acclamaçam do muito alto, e Poderoso Rey (...)

21L’un des événements les plus célébrés par les habitants de la colonie portugaise en Amérique fut l’acclamation de José Ier, en 1750, qui donna lieu à toutes sortes de manifestations, du nord au sud du territoire de la colonie, dans les années 1751 et 1752. L’une des plus riches descriptions faisant référence aux patrons des fêtes est celle concernant les cérémonies d’acclamation de José, réalisées entre la fin de l’année 1751 et le début de 1752 à Recife, Pernambouc. Dans une lettre adressée aux officiers de la Câmara, le Gouverneur du Pernambouc écrit que certains de ceux qui devaient être chargés des dépenses relatives aux costumes des opéras, s’en sont plaint à lui, la plupart « par nécessité ». Par conséquent, le Gouverneur a ordonné que les « principaux des métiers » fussent libérés de toute obligation concernant ces tâches, car lui-même préférait charger de ces travaux d’autres personnes qui travaillaient « par goût et fierté de s’engager pour leur patrie ». Selon la relation correspondante, aussitôt que ces officiers ont pris connaissance du mécontentement du Gouverneur, certains d’entre eux ont accouru pour offrir leurs services. Le Gouverneur choisit le Capitaine Nicolau da Costa Leitão, qui « a su si bien donner la preuve de son engagement et de la sincérité de son offre ».23 Les fêtes pour l’acclamation de D. José se sont composées de trois comédies, de nuits successives de feux d’artifice, d’une sérénade, d’un Te Deum, parmi d’autres divertissements publics.

  • 24 Fabrizio Carini Motta, Trattato sopra la struttura de’ teatri e scene che à nostri giorni si costum (...)

22La description du plateau, conçu par le « curieux militaire d’artillerie » Miguel Alvares Teixeira, révèle une profonde connaissance des traités sur l’architecture théâtrale et scénotechnique en usage en Europe au XVIIIe siècle. Le théâtre qui devait être édifié devant le Palais était composé par deux ordres de loges et par un « ample parterre ». L’édifice était de grandes proportions, c’est-à-dire 10 mètres de haut sur 12 de large environ. L’arc de l’avant-scène était conçu en forme d’arc abaissé, selon ce que recommandait Fabrizio Carini Motta dans son Trattato sopra la struttura de’ teatri e scene.24 La plupart des proportions décrites dans le panégyrique sont très proches de celles préconisées par Carini Mota, comme, par exemple, la hauteur de la salle qui devait mesurer les 4/5 de sa largeur environ : dans le cas du théâtre de Recife, la mesure idéale devait être de 48 palmes de hauteur pour une largeur de 60 palmes environ, et le rapport nous raconte que le théâtre avait 50 palmes de hauteur.

23La description de la corniche principale surmontée d’un balustre « à la Romaine », interrompu par des cartouches, orné de pots-à-fleurs aux deux extrémités et couronné au centre par les armoiries royales portugaises, évoque des éléments décoratifs très utilisés dans les anciens théâtres d’origine italienne, et fréquemment présents dans les dessins de la famille Bibiena. La description des « coulisses » qui composaient la première scène, où on lit que les armoiries royales étaient placées sur un support, sous un dôme soutenu par quatre colonnes d’ordre Corinthien, rappelle les dessins de décors de théâtre imprimés sur les programmes d’opéras ou répandus par les architectes eux-mêmes pour faire connaitre leurs travaux. Nous constatons la même similitude dans la description des autres scènes qui composaient les décors du théâtre éphémère de Recife, comme, par exemple, celui représentant la salle royale composée de portiques élevés, décorés de miroirs, de peintures et de rideaux de damas, ou celui formé d’une colonnade d’ordre toscan, terminée par une arche par où l’on pouvait apercevoir « des horizons imperceptibles ». Le rapport précise encore que les décors étaient changés grâce à un système de coulisses indépendantes mues par un dévidoir caché, le plateau ayant un système d’illumination qui permettait que la scène fût illuminée et éteinte selon les besoins.

24Les œuvres théâtrales mises en scène appartenaient toutes à la tradition du théâtre espagnol du Siglo de Oro, notamment La Sciencia de Reynar de Diego et José de Córdoba y Figueroa (1619-1673), Cueba y Castillo de Amor de Francisco de Leyva Ramírez de Arellano (1630-1676) et La Piedra Phylosophal de Francisco Bances Candamo (1662-1704). Cependant, la scénographie décrite pour le rapport panégyrique est significativement plus élaborée que celle des théâtres ibériques pour lesquels ces œuvres furent originellement conçues. Un autre élément de l’opéra italien décrit par l’auteur du rapport de Recife est la présence de quatre chœurs de musique accompagnés par plus de 30 personnes richement habillées, qui jouaient des contrebasses, des violons, des cors et des hautbois, c’est-à-dire un ensemble orchestral plus adapté à la représentation des opéras italiens qu’à celle des comédies espagnoles. La musique fut composée par un musicien local engagé aussi pour la composition de la musique du Te Deum Laudamus, exécuté à la même occasion.

25Il faut remarquer que la solide tradition théâtrale ibérique, si présente au Portugal et dans ses possessions d’outre-mer pendant les siècles précédents, est encore en vogue au Pernambouc dans la moitié du XVIIIe siècle. Les comédies espagnoles étaient considérées un genre théâtral très cultivé, alors que la scénographie italienne se montrait beaucoup plus spectaculaire, voire moderne, ainsi que la musique d’inspiration italienne. De cette façon, nous sommes parvenue à évoquer deux hypothèses : a) ou les responsables de la fête de Recife se permettaient de mélanger deux traditions théâtrales tout à fait diverses pour que la fête fût la plus étonnante possible ; b) ou l’auteur du panégyrique a choisi d’introduire des éléments scéniques plus sophistiqués dans son rapport, en cherchant l’éclat et l’apparat. Comme nous l’avons vu plus haut, les descriptions panégyriques, par antonomase, n’ont jamais été des relations fidèles concernant les événements survenus, mais, en revanche, un instrument de représentation collective qui voulait étonner et émerveiller les membres les plus éclairés de la cour lisbonnine.

  • 25 Niccolà Sabbattini, Pratica di Fabricar Scene, E Machine ne´Teatri, Ravenna, Pietro de´Paoli e Giov (...)

26Les traités d’architecture, de dessin et de peinture, ainsi que des gravures, des estampes et d’autres sources iconographiques provenant d’Europe étaient très répandus au sein des élites cultivées de la colonie. Ce sont autant de sources dont nous pouvons déceler la présence dans les modèles qui ont inspiré la majeure partie des descriptions contenues dans le rapport des fêtes de Recife. Dans cette mesure, il nous semble difficile de croire qu’on ait pu bâtir dans la capitainerie de Pernambouc un théâtre éphémère de telles proportions, construit selon les règles des principaux traités dédiés à l’architecture et la scénotechnique théâtrale disponibles en 1752 – ceux de Fabrizio Carini Motta et de Niccolà Sabbattini.25

27L’architecture théâtrale éphémère en Amérique Portugaise, surtout dans la première moitié du XVIIIe siècle, aura été l’un des éléments les plus valorisés par les auteurs des panégyriques dans leur description de la magnificence de la fête et de l’opulence de la colonie. Le remarquable souci pour décrire exhaustivement les ordres classiques, ainsi que d’autres éléments architectoniques, met en avant d’une part l’érudition des auteurs des panégyriques et de l’autre, l’image qu’ils voulaient construire à l’égard du niveau de développement achevé dans les colonies d’outre-mer. Bien que certaines relations soient très riches en détails concernant l'architecture des théâtres, l’emplacement des coulisses en perspective et le fonctionnement des machines utilisées pour les changements de scènes, outre d’autres effets scéniques, les descriptions et dimensions fournies par ces auteurs, ne pouvaient pas correspondre à la réalité de la colonie au moment où des théâtres conçus avec le niveau de complexité décrit dans les panégyriques étaient encore inconnus dans la métropole. Néanmoins, ces derniers nous révèlent que, au moins au niveau théorique, quelques habitants illustrés de la colonie connaissaient tout des innovations techniques et artistiques qui existaient dans les plus importantes cours de l’Europe du XVIIIe siècle.

Haut de page

Bibliographie

Sources Manuscrites

Pedido das Câmaras de Minas Gerais para que seja estipulado um limite de quanto poderia ser gasto com as festas públicas do reino. AHU_ACL_CU_011, Cx.81, D.71 Rolo 71.

Pedido do Ouvidor da Comarca de Vila Rica para que seja atribuída a propina relativa as festas em comemoração pelo casamento de D. Maria e D. Pedro. AHU_ACL_CU_011, Cx.9, D.17 Rolo 08.

Sources Imprimées

Panégyriques

Applauso Natalicio com que a Cidade da Bahia celebrou a noticia do Felice Primogenito do Excellentissimo Senhor Dom Antonio de Noronha, Conde de Vila Verde, (...) Netto do Excelentissimo Senhor D. Pedro Antonio de Noronha, Lisboa, Oficinade Miguel Manescal, 1718. BNP, Microfilme F.7800, p. 11.

Francisco Calmon, Relação das Faustissimas Festas, que celebrou a Camera da Villa de N. Se-/nhora da Purificação, e Santo Amaro/da Comarca da Bahia pelos Augustissimos Desposorios da Serenissima Senhora D. Maria Princeza do Brasil Com o Serenissimo Senhor D. Pedro Infante de Portugal, Lisboa, Officina de Miguel Manescal da Costa, 1762. BNP, microfilme F.R. 1349.

Epanafora Festiva, ou Relaçaõ Sommaria das Festas, com que na Cidade do Rio de Janeiro, Capital do Brasil se celebrou o Feliz Nascimento do Serenissimo Principe da Beira Nosso Senhor, Lisboa, Oficina de Miguel Rodrigues, 1763. BNP, Cota L.22899//39P.

« Festejos em Paracatú do Príncipe por occasião da acclamação de D. João VI (1817) », Revista do Arquivo Publico Mineiro, v. 10, fasc. 3-4, 1905, p. 740-741.

João de Brito e Lima, Poema Festivo,/Breve Recomplilaçaõ das Solemnes Festas, que Obzequiosa a Bahia tributou em applauso das sempre faustas, Regias Vodas dos Serenissimos Principes do Brasil, e das Asturias com as ínclitas Princezas de Portugal e Castela, Lisboa, Oficina da Musica, 1729. BNP, Microfilme Reservados F.R.982.

Manuel de Cerqueira Torres, « Narração Panegírico Histórica das Festividades com que a Cidade da Bahia solemnizou os felicíssimos desposórios da Princesa N. Senhora com o Sr. Infante D. Pedro, offerecida a El-Rei Nosso Senhor por seu author o Reverendo P. Manuel de Cerqueira Torres, Bahiense », dans Annaes da Bibliotheca Nacional do Rio de Janeiro, Rio de Janeiro, Oficinas Graphicas da Bibliotheca Nacional, Volume 31, 1913.

Relaçaõ das Festas que se Fizeram em Pernambuco pela Feliz Acclamaçam do muito alto, e Poderoso Rey de Portugal D. Joseph I Nosso Senhor do aano de 1751 para o de 1752. BNP, cota 3329 6 Varios Papeis. T.III.

Œuvres

Armelle Enders, Histoire de Rio de Janeiro, Paris, Arthème Fayard, 2000, p. 86.

Diogo Ramada Curto, Francisco Bethencourt (eds.), Historia da expansão Portuguesa, Actes du coloque internacional de Lisbonne, 1991, Lisboa, Circulo de Leitores, 1998.

Istvan Jancso, Iris Kantor (eds.), FESTA : Cultura e sociabilidade na América Portuguesa, São Paulo, Hucitec - Editora da Universidade de São Paulo, Fapesp, Imprensa Oficial, 2001.

Douglas Cole Libby, « Subsídios para a História de Minas, Dossiê Câmaras Coloniais Mineiras », Revista do Arquivo Publico Mineiro, Jul-Dez 2006, Vol.42, Fasc.2, p. 18-23.

Isabel Mayer Godinho Mendonça (ed.), Arte efémera em Portugal, Catalogue de l’Exposition temporaire réalisée à la Fondation Calouste Gulbenkian de Lisbonne, Lisbonne, 2001, p. 301.

Fabrizio Carini Motta, Trattato sopra la struttura de’ teatri e scene che à nostri giorni si costumano, e delle Regole per far quelli con proportione secondo l’Insegnamento della pratica Maestra Commune, Guastala, Alessandro Giavazzi, 1676, p. 10.

Anthony John Russel-Wood, « Os Portugueses fora do Império », dans Historia da expansão Portuguesa. A Formação do Império, Diogo Ramada Curto, Francisco Bethencourt (eds.), Actes du coloque internacional de Lisbonne, 1991, Lisboa, Circulo de Leitores, 1998, v. 1, p. 256-265.

Haut de page

Notes

1 Iara Lis Carvalho Souza, « Liturgia real: entre a permanência e o efémero », dans FESTA : Cultura e sociabilidade na América Portuguesa, Istvan Jancso, Iris Kantor (eds.), São Paulo, Hucitec - Editora da Universidade de São Paulo, Fapesp, Imprensa Oficial, 2001, v. II, p. 550.

2 Ibidem, p. 552-558.

3 João Adolgo Hansen, « A categoria ‘representação’ nas festas coloniais dos séculos XVIIe XVIII », dans FESTA : Cultura e sociabilidade na América Portuguesa, op. cit., v. II, p. 736.

4 Ibidem, loc. cit.

5 Francisco Bethencourt, « A Memoria da Nação », dans Historia da expansão Portuguesa. A Formação do Império, Diogo Ramada Curto, Francisco Bethencourt (eds.), Actes du coloque internacional de Lisbonne, 1991, Lisboa, Circulo de Leitores, 1998, v.1, p. 254.

6 Isabel Mayer Godinho Mendonça, « Festas e Arte efémera em Honra da Família Real Portuguesa no Brasil Colonial », dans Arte efémera em Portugal, Isabel Mayer Godinho Mendonça (ed.), Catalogue de l’Exposition temporaire réalisée à la Fondation Calouste Gulbenkian de Lisbonne, Lisbonne, 2001, p. 301.

7 Les Câmaras Municipales représentaient l’administration des vilas et cités dans la colonie, ainsi que la liaison entre le Roi et ses sujets distants en Amérique. Elle était composée, en théorie, par les « hommes bons » de la société, chargés d’être les intermédiaires entre les gouvernements de la couronne et le peuple. En vérité, les attributions de la Câmara étaient si vastes qu’elles dépassaient l’ensemble aujourd’hui connu comme les trois pouvoirs : le législatif, l’exécutif et le judiciaire. Dans ce sens, la Câmara était présente en plusieurs aspects du quotidien de la population coloniale. In : Douglas Cole Libby, « Subsídios para a História de Minas, Dossiê Câmaras Coloniais Mineiras », Revista do Arquivo Publico Mineiro, Jul-Dez 2006, Vol. 42, Fasc. 2, p. 18-23.

8 João Adolfo Hansen, op. cit., p. 739.

9 Pedido das Câmaras de Minas Gerais para que seja estipulado um limite de quanto poderia ser gasto com as festas públicas do reino. AHU_ACL_CU_011, Cx.81, D.71 Rolo 71.

10 Francisco Calmon, Relação das Faustissimas Festas, que celebrou a Camera da Villa de N. Senhora da Purificação, e Santo Amaro/da Comarca da Bahia pelos Augustissimos Desposorios da Serenissima Senhora D. Maria Princeza do Brasil Com o Serenissimo Senhor D. Pedro Infante de Por-tugal, Lisboa, Officina de Miguel Manescal da Costa, 1762. BNP, microfilme F.R. 1349.

11 Epanafora Festiva, ou Relaçaõ Sommaria das Festas, com que na Cidade do Rio de Janeiro, Capital do Brasil se celebrou o Feliz Nascimento do Serenissimo Principe da Beira Nosso Senhor, Lisboa, Oficina de Miguel Rodrigues, 1763. BNP, Cota L.22899//39P.

12 Pedido do Ouvidor da Comarca de Vila Rica para que seja atribuída a propina relativa as festas em comemoração pelo casamento de D. Maria e D. Pedro. AHU_ACL_CU_011, Cx.9, D.17 Rolo 08.

13 Iara Lis Carvalho Sousa, op. cit., p. 550.

14 « Festejos em Paracatú do Príncipe por occasião da acclamação de D. João VI (1817) », Revista do Arquivo Publico Mineiro, v. 10, fasc. 3-4, 1905, p. 740-741.

15 João de Brito e Lima, Poema Festivo,/Breve Recomplilaçaõ das Solemnes Festas, que Obzequiosa a Bahia tributou em applauso das sempre faustas, Regias Vodas dos Serenissimos Principes do Brasil, e das Asturias com as ínclitas Princezas de Portugal e Castela, Lisboa, Oficina da Musica, 1729. BNP, Microfilme Reservados F.R. 982.

16 Ibidem, loc. cit.

17 Applauso Natalicio com que a Cidade da Bahia celebrou a noticia do Felice Primogenito do Excellentissimo Senhor Dom Antonio de Noronha, Conde de Vila Verde, (...) Netto do Excelen-tissimo Senhor D. Pedro Antonio de Noronha, Lisboa, Oficinade Miguel Manescal, 1718. BNP, Microfilme F.7800, p. 11.

18 Ibidem, loc. cit.

19 Armelle Enders, Histoire de Rio de Janeiro, Paris, Arthème Fayard, 2000, p. 86.

20 Anthony John Russel-Wood, « Os Portugueses fora do Império », dans Historia da expansão Portuguesa. A Formação do Império, Diogo Ramada Curto, Francisco Bethencourt (eds.), Actes du coloque international de Lisbonne, 1991, Lisboa, Circulo de Leitores, 1998, v. 1, p. 256-265.

21 Manuel de Cerqueira Torres, « Narração Panegírico Histórica das Festividades com que a Cidade da Bahia solemnizou os felicíssimos desposórios da Princesa N. Senhora com o Sr. Infante D. Pedro, offerecida a El-Rei Nosso Senhor por seu author o Reverendo P. Manuel de Cerqueira Torres, Bahiense », dans Annaes da Bibliotheca Nacional do Rio de Janeiro, Rio de Janeiro, Oficinas Graphicas da Bibliotheca Nacional, Volume 31, 1913.

22 Epanafora Festiva, op. cit., p. 28.

23 Relaçaõ das Festas que se Fizeram em Pernambuco pela Feliz Acclamaçam do muito alto, e Poderoso Rey de Portugal D. Joseph I Nosso Senhor do aano de 1751 para o de 1752. BNP, cota 3329 6 Varios Papeis. T. III.

24 Fabrizio Carini Motta, Trattato sopra la struttura de’ teatri e scene che à nostri giorni si costumano, e delle Regole per far quelli con proportione secondo l’Insegnamento della pratica Maestra Commune, Guastala, Alessandro Giavazzi, 1676, p. 10.

25 Niccolà Sabbattini, Pratica di Fabricar Scene, E Machine ne´Teatri, Ravenna, Pietro de´Paoli e Giovanni Battista Giovannelli, Stampatori Camerali, 1638.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 - Mapa dos Confins do Brazil com as Terras da Coroa de Espanha na América Meridional, 1749.
Légende Rio de Janeiro : Bibliothèque Nationale, ARC.030,01,009 Cartographie. Villa Rica (1), Mariana (2), Paracatú (3), Sabará (4), Arraial do Tejuco (5), Pitangui (6), Recife (7), Santo Amaro da Purificação (8), Cuiabá (9), Vila Boa (10), Maranhão (11), Sacramento (12), Salvador da Bahia (13) et Rio de Janeiro (14).
URL http://caravelle.revues.org/docannexe/image/220/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Fig. 3 – Place du Commerce de Lisbonne : avant le tremblement de terre de 1755
Crédits Lisbonne: Musée de la Ville.
URL http://caravelle.revues.org/docannexe/image/220/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Fig. 3 – Place du Commerce de Lisbonne : après la reconstruction amenée par le Marquis de Pombal (c.1775)
Crédits Lisbonne: Musée de la Ville.
URL http://caravelle.revues.org/docannexe/image/220/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Fig. 4 – Place de Vila Rica, dont le paysage est dominé par le Palais du Gouverneur.
Légende Dessin (c.1785-1790), Institut d’Études Brésiliens de l’Université de São Paulo. (N. G. REIS (ed.), Imagens de vilas e cidades do Brasil colonial, São Paulo, EDUSP, Imprensa Oficial do Estado, 2001, p. 216.)
URL http://caravelle.revues.org/docannexe/image/220/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Fig. 5 – J. B. DEBRET, Vue de la Place du Palais, à Rio de Janeiro, lithographie de Thierry Frères, Succrs. De Engelmann & Cie.
Légende (J. B. DEBRET, Voyage pittoresque et historique au Brésil, ou Séjour d'un artiste français au Brésil, depuis 1816 jusqu'en 1831 inclusivement, Paris, Firmin-Didot, 1834-1839, 3e. partie.)
URL http://caravelle.revues.org/docannexe/image/220/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Fig. 6 – T. Ender, Ancien Collège de Jésuites à São Paulo, aquarelle (1817-1818).
Légende (J. Banderida, R. Wagner, Viagem ao Brasil: nas aquarelas de Thomas Ender, 1817-1818, Petrópolis, Kappa, 2000.)
URL http://caravelle.revues.org/docannexe/image/220/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Fig. 7 – Emplacement de la Casa da Ópera par rapport au Palais du Gouverneur et l’édifice de la Prison.
Légende Plan de la Ville de Saint-Sébastien de Rio de Janeiro, (c.1758-1760). Rio de Janeiro : Bibliothèque Nationale, Section de Cartographie, ARC.025,06,001.)
URL http://caravelle.revues.org/docannexe/image/220/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rosana Marreco Brescia, « Le Théâtre de l’Éphémère au XVIIIe siècle en Amérique Portugaise : fêtes publiques et représentations théâtrales », Caravelle, 100 | 2013, 255-271.

Référence électronique

Rosana Marreco Brescia, « Le Théâtre de l’Éphémère au XVIIIe siècle en Amérique Portugaise : fêtes publiques et représentations théâtrales », Caravelle [En ligne], 100 | 2013, mis en ligne le 03 décembre 2013, consulté le 28 juin 2017. URL : http://caravelle.revues.org/220 ; DOI : 10.4000/caravelle.220

Haut de page

Auteur

Rosana Marreco Brescia

Universidade Nova de Lisboa

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org