Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Nicolas Terrien, « Des patriotes sans patrie » Histoire des corsaires insurgés de l’Amérique espagnole (1810-1825)

Mordelles, Les Perséides, 2015
Soizic Croguennec
p. 175-178
Référence(s) :

Nicolas Terrien, « Des patriotes sans patrie » Histoire des corsaires insurgés de l’Amérique espagnole (1810-1825), Mordelles, Les Perséides, 2015, 381 p.

Texte intégral

1Dès les premières pages, Nicolas Terrien évoque un fait d’armes des débuts de la période révolutionnaire, la fuite de Bolívar et de ses troupes assiégées dans Carthagène par les troupes loyalistes et, également, la manière dont il est traité par l’historiographie traditionnelle des révolutions latino-américaines. L’auteur souligne ainsi comment le regard des historiens, dont Jeremy Adelman, s’est concentré sur le personnage de Bolívar, sans évoquer ceux qui ont rendu la fuite possible : « Toutefois, Jeremy Adelman ne s’intéresse pas ici à celui qui rendit une telle échappée possible, le corsaire Louis Aury, pas plus qu’il ne traite des activités de ces “patriotes” dans la Caraïbe, qui furent pourtant bien souvent tributaires des armements corsaires, de même que dans le Río de la Plata ou dans le Pacifique. Comment Bolívar et ses compagnons purent-ils trouver refuge dans la Caraïbe puis relancer la révolution en Terre-Ferme en 1816 ? » (p. 10) De fait, l’ouvrage de Nicolas Terrien est le fruit d’un travail universitaire très rigoureux et complet, appuyé sur une connaissance approfondie de sources multiples croisées avec soin. L’auteur développe ainsi une analyse de la documentation issue de l’Archivo de Indias de Séville et du Centre des Archives Diplomatiques de la Courneuve, à laquelle vient s’ajouter celle de sources publiées dans les journaux de l’époque et des mémoires rédigées par les acteurs. Le classement thématique de la bibliographie (p. 349) souligne l’intention de l’auteur de se situer à la croisée de différents pans historiographiques dans le but de donner une ampleur véritablement atlantique à l’histoire des indépendances latino-américaines. De ce fait, croiser histoire des indépendances et histoire de la course et de la piraterie est avant tout une manière de combler un vide historiographique souligné par Nicolas Terrien, c’est-à-dire le désintérêt pour le rôle de la course et des corsaires dans le déroulement des guerres d’indépendance dans les premières décennies du xixe siècle. C’est également l’occasion de dépasser le carcan national de la geste des indépendances pour mettre en valeur les tensions à l’œuvre dans le monde caribéen et atlantique, le rôle des révolutionnaires de tous horizons et les stratégies des puissances atlantiques dites « neutres », pour tout dire, de replacer les révolutions latino-américaines dans un contexte atlantique.

2À la suite d’une introduction riche et efficace qui place la course atlantique au centre de la question de l’élaboration des souverainetés nationales, l’ouvrage de Nicolas Terrien se décompose en six chapitres selon un plan thématique qui permet de fournir un panorama complet des enjeux de la course dans le contexte des guerres révolutionnaires latino-américaines. Le premier chapitre, « Le droit de la course » (p. 22), jette les bases de l’étude en posant les concepts juridiques et diplomatiques qui seront par la suite repris au fil des chapitres. Ce ne sont pas les pages les plus innovantes de l’ouvrage, mais ce chapitre permet de mettre le doigt sur le problème central de la question de la course révolutionnaire et de sa légitimité juridique et diplomatique. La frontière entre la piraterie et la course est en effet bien fine, et seulement établie par l’émission de patentes par un État belligérant et reconnu sur la scène internationale. De ce point de vue, la reconnaissance même d’une course révolutionnaire par la diplomatie internationale possède des implications importantes au sujet de la légitimité des gouvernements dits « rebelles » et de l’élaboration des nations indépendantes que l’auteur explore par la suite. Le deuxième chapitre intitulé « Des navires et des hommes » (p. 53) est un chapitre hybride, qui présente non seulement les aspects techniques de la course atlantique (notamment les différents navires employés par les belligérants), des portraits détaillés de trois grands acteurs de la période (Luis Brión, Louis Aury et José Almeyda), mais aussi la dimension sociale du phénomène. C’est ce dernier aspect qui retient le plus l’attention lorsque l’auteur dépeint un véritable prolétariat des mers qui voit dans le contexte guerrier une opportunité sans égale, mais qui subit aussi les événements dans le cadre des recrutements forcés. Le troisième chapitre aborde quant à lui les « réseaux de la course insurgés » (p. 101). Nicolas Terrien donne à voir l’ensemble des routes déployées entre colonies révoltées et monde atlantique et sur lesquelles circulent information, marchandise de contrebande, approvisionnement et argent. Il met également en lumière le rôle des ports corsaires dans la Caraïbe et aux États-Unis, notamment le port de Baltimore. Le quatrième chapitre joue avec les échelles et se penche sur les difficultés rencontrées par la « monarchie espagnole face au défi corsaire » (p. 161). Appuyé sur une documentation abondante, ce chapitre montre combien l’Espagne a perdu le contrôle des mers au début du xixe siècle et ne peut reprendre la main dans le monde atlantique. Si l’on peut regretter un discours parfois téléologique, reprenant la tonalité de maintes études de la période insistant sur le fossé inévitable entre des nations émergentes qui entrent de plain-pied dans la modernité, et une Espagne décadente sur les plans militaire, politique et économique, ces pages trouvent tout leur intérêt à la lumière du chapitre suivant. En effet, le cinquième chapitre aborde « la difficile neutralité dans la Question d’Occident » (p. 215) et permet de mieux comprendre les stratégies développées par les acteurs de l’époque, au premier rang desquels on trouve les jeunes États-Unis. En insistant sur les ambiguïtés de l’Europe issue du Congrès de Vienne et en évoquant l’agenda propre de l’expansion des États-Unis, Nicolas Terrien développe une perspective géopolitique des plus intéressantes pour mettre en valeur l’idée d’un « impérialisme marchand » qui profite du contexte des guerres et de l’action des corsaires, pour se substituer progressivement au système atlantique espagnol. Pour finir, le sixième chapitre, intitulé « L’impératif corsaire de la Révolution » (p. 259), adopte une perspective d’histoire militaire pour souligner les apports concrets de la course dans le cadre des guerres d’indépendance. Les corsaires ont ainsi servi de substitut pour des marines nationales inexistantes et ont pu appuyer certaines opérations terrestres. Toutefois, d’après l’auteur, le principal apport a été l’interruption du commerce atlantique espagnol et la dimension symbolique qui a permis aux gouvernements rebelles de manifester leur existence et leur légitimité par l’intermédiaire des patentes de courses émises au fil des années. Le propos est complété par une série d’annexes (p. 323) qui viennent renforcer et illustrer le propos. Les documents reproduits, photographiés ou traduits, permettent d’avoir un aperçu des différents acteurs et observateurs de la période considérée : gouvernements insurgés, capitaines de vaisseaux corsaires ou attaqués, diplomatie française, administration espagnole.

3De toute évidence, l’ouvrage de Nicolas Terrien bénéficie d’un travail documentaire considérable et d’une plume indéniable qui trouve dans les itinéraires des aventuriers ou les récits de batailles et de prises l’occasion de s’illustrer. On se situe ici dans un courant extrêmement stimulant, incarné notamment par David Narrett dans Adventurism and Empire : The Struggle for Mastery in the Louisiana-Florida Borderlands, 1762-1803 (2015). À travers les itinéraires individuels d’aventuriers ambitieux, c’est une nouvelle vision de la « grande histoire » qui est offerte au lecteur. Plus généralement, cet ouvrage est un effort ambitieux d’histoire totale – histoire géopolitique et histoire sociale, histoire juridique et histoire de la marine – fragilisé par un plan un peu répétitif, mais louable pour sa volonté de jongler avec les échelles sociales et géographiques, de Baltimore jusqu’à Buenos Aires en passant par Cadix, des administrations européennes ou étatsuniennes jusqu’au « prolétariat de la mer » en passant par des figures mythiques comme Luis Brión. Pour finir, ce travail s’inscrit pleinement dans le courant de la nouvelle histoire atlantique dont Cécile Vidal est un des principaux chefs de file en France. L’inscription dans les logiques atlantiques offre de nouvelles perspectives pour analyser les dynamiques des indépendances latino-américaines. De ce point de vue, la participation de corsaires et d’armateurs américains, français, britanniques aux guerres révolutionnaires permet à l’auteur d’esquisser le portrait d’une société atlantique et caribéenne, pétrie d’idées révolutionnaires ou tout simplement à l’affût des opportunités offertes par le contexte mouvant des premières décennies du xixe siècle. Face au dynamisme d’un monde ayant tourné le dos à l’Ancien Régime européen, la monarchie espagnole est bien désarmée sur le plan militaire, économique et même symbolique dans la mesure où les puissances « neutres » restent sourdes à la rhétorique de l’administration péninsulaire : les bandits des mers dénoncés par les autorités coloniales sont au contraire considérés comme les représentants de nations en gestation dans le cadre des guerres révolutionnaires. La pratique de la course possède ainsi un double visage, pratique et symbolique, que l’auteur souligne au fil des pages pour montrer comment « la course insurgée [agit] comme un indicateur des difficultés à concevoir puis à réaliser la souveraineté nationale, dans un espace où la question se posait avec une acuité particulière, l’Amérique espagnole » (p. 19).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Soizic Croguennec, « Nicolas Terrien, « Des patriotes sans patrie » Histoire des corsaires insurgés de l’Amérique espagnole (1810-1825) », Caravelle, 107 | 2016, 175-178.

Référence électronique

Soizic Croguennec, « Nicolas Terrien, « Des patriotes sans patrie » Histoire des corsaires insurgés de l’Amérique espagnole (1810-1825) », Caravelle [En ligne], 107 | 2016, mis en ligne le 31 décembre 2016, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://caravelle.revues.org/2195

Haut de page

Auteur

Soizic Croguennec

EHEHI – Casa de Velázquez

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org