Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Christophe Belaubre, Église et Lumières au Guatemala, la dimension atlantique (1779-1808)

Paris, L’Harmattan, 2015
Bernard Lavallé
p. 172-173
Référence(s) :

Christophe Belaubre, Église et Lumières au Guatemala, la dimension atlantique (1779-1808), Paris, L’Harmattan, 2015, 426 p.

Texte intégral

1Comme d’autres régions relativement marginales de l’ancien empire espagnol, le Guatemala a longtemps été un parent pauvre de l’historiographie consacrée à ces régions. Dans des travaux précédents (notamment Élus de Dieu et élus du monde dans le royaume du Guatemala [1753-808], Parsi, L’Harmattan, 2012), l’auteur de celui-ci a contribué, avec d’autres collègues, à inverser la tendance. Ce nouvel ouvrage est en partie, et entre autres choses, le complément de celui que l’on vient de rappeler.

2L’auteur ouvre son étude par un premier chapitre sur les idées nouvelles et les concepts émergents de l’époque mais aussi les réalités, elles aussi nouvelles, qui la caractérisent (égalité, opinion publique, libéralisme économique, diffusion de la lecture, échanges culturels, dynamisation de l’espace). Il souligne et précise à cet égard le rôle modernisateur du franciscain José Antonio Goicoechea. Dans une coulée logique, on assiste ensuite à l’arrivée au Guatemala de pratiques nouvelles et de changements significatifs comme l’ouverture du pays sur l’espace atlantique, le goût des déplacements et de la circulation intérieure, la mobilité des fonctionnaires royaux, les contacts avec les expéditions scientifiques, les modifications (voire les bouleversements) démographiques, la sécularisation de l’assistance et de nouvelles pratiques de santé (avec la laïcisation des hôpitaux notamment), la recherche d’une nouvelle politique pédagogique, mais aussi la réactivation de systèmes de surveillance et de punition.

3Pour toutes ces raisons, en cette fin de xviiie siècle, le Guatemala, à l’image de bien d’autres régions de l’empire, fut agité de nombreux et puissants mouvements. Ils allaient de pair, rappelons-le, avec la profonde réforme que voulait imposer l’État espagnol, mais il est aussi évident que les changements perceptibles au Guatemala et les réponses de cette région aux inflexions et aux ordres de Madrid n’auraient pas eu lieu si un terrain favorable aux Lumières ne s’était pas constitué sur place, peut-être un peu plus tard qu’ailleurs mais néanmoins de façon bien réelle et efficace.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Lavallé, « Christophe Belaubre, Église et Lumières au Guatemala, la dimension atlantique (1779-1808) », Caravelle, 107 | 2016, 172-173.

Référence électronique

Bernard Lavallé, « Christophe Belaubre, Église et Lumières au Guatemala, la dimension atlantique (1779-1808) », Caravelle [En ligne], 107 | 2016, mis en ligne le 31 décembre 2016, consulté le 23 août 2017. URL : http://caravelle.revues.org/2191

Haut de page

Auteur

Bernard Lavallé

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org