Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Javier Villa-Flores and Sonya Lipsett-Rivera, Emotions and Daily Life in Colonial Mexico

Albuquerque, University of New Mexico Press, 2014
Frédérique Langue
p. 170-172
Référence(s) :

Javier Villa-Flores and Sonya Lipsett-Rivera, Emotions and Daily Life in Colonial Mexico, Albuquerque, University of New Mexico Press, 2014, 257 p.

Texte intégral

1Conçu sous la forme de contributions se faisant écho sur le thème des émotions et de leur expression au quotidien, cet ouvrage revisite aussi bien le thème des « émotions personnelles » (tristesse, joie, désir, jalousie, violence) que les enjeux de pouvoir sur lesquels se fondent les relations entre émotions et institutions en situation coloniale. Les arguments déployés lors de procès et de mises en accusation par-devant les tribunaux civils ou ecclésiastiques, notamment par des contrevenants d’origine populaire, constituent la source première de ces diverses contributions qui visent à « connecter émotion, contexte, et culture », dans la lignée de Lucien Febvre et de Norbert Elias. Les « passions » sont en effet fréquemment invoquées par accusés, plaignants et juges afin de « justifier » déviances et délits, et infliger peines et châtiments. De cette histoire sociale de longue haleine, marquée par des décennies de travaux plus ou moins ouvertement revendiqués dans le champ des « émotions » mais dans tous les cas inscrits dans celui des « mentalités » et des « représentations », l’introduction retient quelques auteurs (Ph. Ariés, M. Vovelle, E. Le Roy Ladurie, etc.), pour se recentrer sur l’« emotional turn » dont on se rappellera le positionnement fort critique à l’égard de l’École des Annales. L’une de spécificités de l’historiographie anglo-saxonne est en effet de focaliser sa réflexion épistémologique sur des thèmes bien précis, ayant pour cadre la famille et le genre (sexe, mariage, amour et romantisme, l’espace domestique, l’enfant et le cadre familial, etc.). Partant de ces prémisses, les coordinateurs présentent les « contours d’un nouveau champ de recherche », dont ils font remonter la reconnaissance aux années 1980 : « l’émotionologie, les régimes émotionnels, les communautés émotionnelles et le colonialisme », dans la lignée cette fois de P. et C. Stearns, W. Reddy, P. Burke, et, plus récemment d’A. Stoler, dont les travaux ont permis de mettre l’accent non seulement sur la régulation mais également sur l’utilisation des émotions par les administrations coloniales.

2L’hégémonie attribuée aux sentiments, mise en relation avec la formation de l’État et comme lieu d’exercice du pouvoir, en d’autres termes les dispositifs conjuguant affects et contrôle politique, est abordée dans les relations de travail, la vie domestique et, en dernière instance, via une « économie émotionnelle » dans laquelle la référence à Gramsci se veut obligée. Au-delà de ces considérations qui renvoient à une historiographie quelque peu éloignée de celle qui a inspiré l’histoire des émotions – et, avant elle, des représentations et des sensibilités – en France et dans les mondes ibériques, en particulier en Amérique latine, il s’agit ici, plus simplement, de reconsidérer le rôle des institutions coloniales, et en tout premier lieu de l’Église dans sa dimension doctrinale et pédagogique quant à la manifestation et l’expression des émotions. Telle est l’orientation des premiers chapitres de l’anthologie, consacrés à la tristesse et à la joie dans le Mexique colonial, au langage du désir, ou encore à la jalousie et à la violence en Nouvelle Espagne (J. Holler, L. Curcio-Nagy, S. Lipsett-Rivera) Sont ainsi analysées des situations « individuelles » marquées par les passions et les violences inhérentes à la sphère familiale, voire à la rupture de celle-ci (cas de l’adultère). Une deuxième section souligne l’importance des institutions (Tribunal du Saint-Office compris) et de leur arbitrage au quotidien, de l’amour professé au monarque (A. Cañeque) et des déclinaisons locales de cet ensemble de règles, de normes et de devoirs notamment en milieu urbain (A. Fisher, F. Ramos, J. Villa-Flores). Celui-ci serait des plus propices à la « manipulation » (ainsi à Puebla), mêlant symboles de la gouvernance urbaine, exercice de la charité et tentatives de contrôle des jeux de hasard, propices à l’expression des passions. Les émotions seraient, de ce fait et en contexte colonial, un moyen d’influencer l’autre sur le plan politique et économique et plus encore lorsqu’elles émanent des élites ou des administrations. La fonction dévolue aux institutions religieuses, plus précisément au discours mis en avant par ses représentants et notamment les sermons (sur lesquels revient M. O’Hara) a pour conséquence l’instrumentalisation de la peur et de l’anxiété, dans un contexte incontestablement d’incertitude voire d’insécurité (malgré le contenu sémantique par trop contemporain du terme). Le rôle de l’honneur et son rôle dans des conduites fondées sur la loyauté sont à cet égard bien connus. La comparaison avec l’Europe médiévale permettrait à cet égard de souligner – selon les coordinateurs – la variabilité des appartenances à une « communauté émotionnelle » et les interactions entre différents environnements (« espaces publics » ?), fussent-ils de rebellions coloniales ou de mobilisations populaires comme ce fut le cas en Nouvelle Espagne à la veille de l’Indépendance.

3Solidarités, formes de sociabilité et phénomènes d’appartenances propres à une société d’Ancien Régime apparaissent certes au détour d’une page ou d’un témoignage d’archives. Ils gagneraient cependant à être mis en évidence dans les différents tableaux proposés, les accommodements et circulations entre « états », les formes de négociation également qui induisent non plus des situations extrêmes et polarisées, à l’occasion lesquelles se manifestent des émotions fondamentalement négatives conduisant à la violence (colère, peur), mais des frontières du social sur lesquelles se définissent des identités métisses et non plus des formes d’autorité stricto sensu, déjà bien distinctes selon qu’il s’agisse de justice civile ou ecclésiastique. Malgré les discussions épistémologiques et heuristiques que cette anthologie pourrait susciter quant à l’utilisation des concepts de classe et d’ethnicité tout particulièrement, d’un certain vocabulaire emprunté à un temps bien présent (« politique du sexe », « moralité », pour que citer que ces deux exemples) et l’absence d’une bonne partie de la très consistante bibliographie d’histoire culturelle concernant le monde hispanique (récente ou non, aussi bien dans le domaine des émotions et des sensibilités, sensibilités que de la justice, et certes non disponible en anglais) au profit d’analyses se réclamant des « mentalités », elle constitue cependant un panorama sérié d’une approche psychologiste, dualiste et réflexive à l’endroit des émotions du passé. Elle constitue de ce fait, en elle-même, un objet de remise en question historiographique non dépourvu d’intérêt : le débat reste en effet ouvert, concernant les liens tissés entre deux historiographies présentant encore de nombreuses divergences (celle de la « vie quotidienne » et celle des « émotions ») et tout particulièrement en ce qui concerne l’appréhension et la définition des émotions « individuelles » dans des sociétés appartenant à un passé lointain, indépendamment du cadrage de « longue durée » revendiqué par les tenants de cette approche tout aussi bien formulée en termes de « paysages émotionnels ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédérique Langue, « Javier Villa-Flores and Sonya Lipsett-Rivera, Emotions and Daily Life in Colonial Mexico », Caravelle, 107 | 2016, 170-172.

Référence électronique

Frédérique Langue, « Javier Villa-Flores and Sonya Lipsett-Rivera, Emotions and Daily Life in Colonial Mexico », Caravelle [En ligne], 107 | 2016, mis en ligne le 31 décembre 2016, consulté le 23 août 2017. URL : http://caravelle.revues.org/2188

Haut de page

Auteur

Frédérique Langue

CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org