Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Sylvia Sellers-García, Distance and documents at the Spanish Empire’s periphery

Stanford, Stanford University press, 2013
Guillaume Gaudin
p. 166-169
Référence(s) :

Sylvia Sellers-García, Distance and documents at the Spanish Empire’s periphery, Stanford, Stanford University press, 2013, 257 p.

Texte intégral

1Comment une lettre circule-t-elle dans l’empire espagnol de Escuintla (actuel État du Chiapas) ou Cartago (Costa Rica) à Madrid ? C’est peut-être en ces termes simples que l’on pourrait résumer l’étude de Sylvia Sellers-García. Elle propose en effet une approche pragmatique des documents, de leur formation et de leur circulation d’un point « périphérique » de la monarchie hispanique (l’audience de Guatemala se trouve aux marges de la vice-royauté de Nouvelle Espagne) vers des lieux plus centraux : Mexico, d’abord, Séville et Madrid, ensuite. On y apprend, d’une part, comment le document n’acquiert jamais une forme définitive : il s’enrichit et se modifie (se copie, se complète, se perd, se détruit…), tout au long d’un itinéraire qui tend à mieux se définir à partir de la fin du xviiie siècle. C’est dire que pendant la grande partie de l’époque coloniale, le courrier, la transmission de messages, d’ordres et d’informations, resta aléatoire, voire chaotique. D’autre part, Sylvia Sellers porte une attention particulière aux acteurs du document, avec la figure du correo mayor bien sûr, remplacé en 1768 par l’administrador general de los correos, mais également en s’arrêtant aux petites mains confrontées aux dures réalités du terrain : correos et escribanos. Enfin, même si l’étude se concentre sur le règne des Bourbons, elle a toujours le souci d’expliquer la lente mise en place du courrier aux xvie et xviie siècles et de présenter les évolutions « nationales » du xixe siècle.

2Une solide introduction pose les jalons théoriques et justifie de manière convaincante l’emploi des termes « périphérie » et « distance ». Bien que « périphérie » ne fasse pas partie du vocabulaire de l’époque, il apparaît qu’en contexte colonial, pour les contemporains, le Guatemala forme une véritable marge : les sources répètent à l’envi « distancia », « mucha distancia », expressions qui incluent une connotation péjorative. Sylvia Sellers s’interroge alors sur les représentations de l’espace et notamment de la distance, dans le sens d’éloignement. Divers facteurs façonnent ces représentations mouvantes (d’une époque et d’un lieu à l’autre) : premièrement, les routes qui relient et facilitent les communications ; deuxièmement, le poids des centres économiques, mais aussi politiques qui définissent le sentiment de domination de l’espace par une ville cabecera. Combien de communautés, via leur municipe, expriment au roi ce sentiment d’isolement en demandant le rattachement à une entité politique plus proche ? Le cabildo de Cartago propose par exemple son inclusion à la province de Tierra Firme, plutôt qu’à l’audience du Guatemala.

3Comme parfois pour ce type d’ouvrage anglo-saxon, les chapitres présentent plusieurs études un peu composites dont certains passages renvoient à des recherches classiques comme la visite de l’archevêque Pedro Cortés y Larraz autour de 1770 (chapitre 2) ou l’analyse des questionnaires et des réponses aux relations géographiques et de diverses enquêtes produites par les officiers locaux (chapitre 1). La dernière partie sur les archives et le rôle des escribanos a également moins retenu notre attention, mais elle intéressera sans doute les spécialistes. L’apport de Distance and documents réside principalement dans les chapitres centraux sur le fonctionnement du courrier, les réformes de la fin du xviiie siècle, les représentations de la distance, les parcours et les portraits de correos et d’administradores de correos.

4Le chapitre 3 explique ainsi le processus de transmission d’une lettre de Guatemala à Madrid et ses changements substantiels entre 1700 et 1800 : il faut attendre le dernier quart du xviiie siècle pour que le courrier fonctionne bien. La Couronne aux xvie et xviie siècles établit tant bien que mal un système de courrier avec le Correo Mayor de Indias (1514) et la création du correo mayor de Guatemala (1619), un office vénal. Fin xvie siècle, une lettre de Madrid à l’audience de Guatemala prend entre cinq et sept mois et dans le sens inverse, un an. Le travail du correo mayor est d’assurer et de rendre plus systématiques les routes atlantiques. La communication intra-américaine, notamment l’acheminement du courrier vers les villes secondaires, repose sur un système informel qui dépend du passage de voyageurs et des relais fournis par les pueblos indiens. Avec les Bourbons suit « une plus grande systématisation du service du courrier, tant en Espagne qu’en Amérique » (p. 82). En 1706, Philippe V place tous les correos mayores sous la juridiction de la Couronne et, au milieu du siècle, la Real Renta de Correos nomme des officiers avec un salaire fixe. Des ordonnances définissent les routes que le courrier doit emprunter, et plusieurs tentatives visent à fixer un tarif postal.

5En Amérique, les réformes se mettent lentement en place et reposent sur la détermination des officiers de la Couronne. Don Pedro Ortiz de Letona, dernier correo mayor de Guatemala à avoir acheté sa charge en 1730, s’efforce d’établir une liaison mensuelle entre Guatemala et Mexico (jusque-là le courrier part sur instruction du président de l’audience). En 1748, la liaison mensuelle Guatemala-Oaxaca est établie pour 2 400 pesos par an, pour un voyage de 26 jours. Dans les années 1750, Ortiz s’emploie à développer un courrier mensuel vers des localités méridionales de l’audience jusqu’à Cartago à dos de cheval (coûteux mais plus rapide). Dans le même temps, il s’intéresse à la distribution vers des petites localités éloignées comme Omoa, mais suivant la méthode traditionnelle de « porteurs non officiels ».

6En 1768, la nouvelle Administración General de los Correos à Guatemala, confiée à Don Joseph de Garayalde, tire un bilan mitigé du système précédent : le principal problème vient du coût élevé du courrier officiel auquel les gens préfèrent l’emploi de voyageurs ou de messagers de confiance. Dès 1768, le « sobre porte » payé par le destinataire est supprimé, tandis que tout courrier expédié hors du système officiel est déclaré « clandestin » ; les courriers empruntant d’autres routes que l’officiel doivent recevoir un timbre au bureau du courrier (estafeta ou alcalde ou corregidor). Dès lors Garayalde et ses successeurs s’évertuent à offrir un service qui s’étend vers des lieux toujours plus reculés. Ainsi, Don Simon de Larrazábal, vers 1772, rédige une liste des 600 lieux inclus dans le réseau postal du Guatemala. Malgré un second courrier mensuel vers Oaxaca pour récupérer le courrier venu d’Espagne, puis suppression au profit d’une ligne directe par Omoa vers l’Espagne, le Guatemala reste à la fin du xviiie siècle distant de l’Espagne. Le courrier intérieur régional devient vraiment plus efficient à la fin du siècle : le nombre d’estafetas augmente sensiblement. En 1793, un « Estado o razón de las distancias que hay desde esta capital a las demás cuidades » rédigé par Administrador de correos, donnent à voir une liste des distances/temps couvertes par le système postal au Guatemala et montre l’efficacité, l’étendue et les progrès de ce système : notons que la liste et l’itinéraire gardent les faveurs des officiers royaux qui boudent les cartes…

7Le chapitre 4 augmente la focale pour présenter le système d’acheminement du courrier dans son quotidien et éclairer l’intéressante figure du correo, le porteur du courrier, officier royal un peu aventurier. Pendant longtemps les correos sont choisis parmi les indigènes, les soldats, les artisans ambulants et les voyageurs : porter le courrier est une seconde profession. Des distinctions socioethniques s’affichent entre les correos de a pie et les correos de a caballo, respectivement indios correos et mestizos ou españoles correos. Après 1770, les correos deviennent des officiers spécialisés, comme Blas Cabrera, courrier à Oaxaca. Il est accusé de transporter deux ballots de tissus de Chine pour l’administrateur du courrier, Larrazábal. Les correos étaient pourtant officieusement autorisés à transporter des « encomiendas », c’est-à-dire des sacs de quelques biens souvent précieux. Après 1770, le thème devient sensible car depuis 1763 l’alcalbala est entrée en vigueur au Guatemala et la tentation de fraude est grande. Encore début xixe siècle, le correo Mateo López transporte des lacets, du chocolat, un baromètre, des cigares, des herbes médicinales (arsenic, opium)… Les correos sont plutôt mal et irrégulièrement payés : le transport du courrier (seul) n’était pas rentable, d’où l’encomienda qui tend par contre à retarder le voyage et favoriser les abus sur les villages indiens qui doivent fournir des mules aux correos. À ce sujet, on apprend que les relations entre correos et pueblos d’Indiens sont houleuses, car les Indiens sont tenus de les nourrir et les héberger et de leur fournir des mules et des guides sur les chemins difficiles et incertains. Certains voyageurs se font passer pour des correos et abusent les Indiens tandis que ces derniers sont mis à la tâche pour la construction d’un camino real qui ruine leur pâturage.

8Sylvia Sellers explique également comment les correos payent « le prix de la distance » ; leur vie sur la route est risquée et ils sont condamnés à de la prison s’ils n’arrivent pas à destination. Plusieurs correos meurent en chemin car un correo malade est sommé de continuer sa route : on le soupçonne souvent d’alcoolisme…

9On constate donc qu’en plus de nous expliquer le fonctionnement pratique du courrier dans le système impérial ibérique, Distance and documents brosse un vivant portrait de figures méconnues, correos mayores et correos, modestes mais indispensables rouages de la mécanique impériale hispanique. Ce système de communication bien que chaotique et incertain réussit à relayer les informations depuis les marges, et les informations reçues à Madrid servent au Conseil des Indes à prendre les grandes (et les petites) décisions. Concernant les autres sujets traités par le livre sur la représentation de l’espace des administrateurs ainsi que la question des archives, nous n’émettrons qu’un regret (périphérique) de l’absence de références aux travaux de géographie historique d’Alain Musset ou sur les acteurs du document de Margarita Gómez Gómez. D’autres historiens se sont aussi penchés sur ces questions d’espace, notamment au Colegio de Michoacán : Beatriz Rojas ou Thomas Calvo. Du point de l’histoire sociale du politique, une étude à la fois comparative de plusieurs régions et plus exhaustive du courrier et de son personnel serait vraiment passionnante : l’ouvrage de Sylvia Sellers García ouvre la voie vers de telles perspectives.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume Gaudin, « Sylvia Sellers-García, Distance and documents at the Spanish Empire’s periphery », Caravelle, 107 | 2016, 166-169.

Référence électronique

Guillaume Gaudin, « Sylvia Sellers-García, Distance and documents at the Spanish Empire’s periphery », Caravelle [En ligne], 107 | 2016, mis en ligne le 31 décembre 2016, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://caravelle.revues.org/2186

Haut de page

Auteur

Guillaume Gaudin

Université Toulouse - Jean Jaurès

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org