Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Antonio Annino, Silencios y disputas en la historia de Hispanoamérica

Bogotá, Universidad Externado de Colombia-Taurus-Alafaguara, 2014
Bernard Lavallé
p. 165-166
Référence(s) :

Antonio Annino, Silencios y disputas en la historia de Hispanoamérica, Bogotá, Universidad Externado de Colombia-Taurus-Alafaguara, 2014, 455 p.

Texte intégral

1Ce livre réunit onze études écrites au cours des deux décennies écoulées, de la commémoration du Quinto centenario de 1992 à celle du bicentenaire des indépendances américaines (2010), époque au cours de laquelle, comme le fait remarquer l’auteur dans son introduction, a eu lieu une « una verdadera revolución coperniciana en la historiografía de las independencias hispanoamericanas ». En effet, comme le souligne l’auteur, s’est peu à peu estompée l’idée que les indépendances hispano-américaines avaient été dues à la longue et lente décadence multiforme de la puissance espagnole en Amérique. Elle a été supplantée par l’analyse des effets dévastateurs et rapides de la crise dynastique de 1808. Ce livre n’est donc pas une simple collection d’articles dont certains firent date lors de leur parution. Il veut au contraire montrer les étapes de la réflexion collective sur un certain nombre de nœuds conceptuels qui ont été débrouillés au cours des deux décennies dont il a été question.

2L’ouvrage est constitué de trois « étapes » non pas chronologiques mais qui essayent de définir trois champs de recherche et de réflexion. Les articles ne sont pas ordonnés de manière chronologique mais de manière thématique.

3Le premier d’entre eux, cherche à tirer du silence, comme l’indique le titre de l’ouvrage, la question des discussions (disputes ?) relatives à la marginalité de l’Amérique espagnole par rapport aux débats sur la liberté moderne inventée par les Lumières européennes, et son application postérieure dans l’ex-empire espagnol. Antonio Annino prend bien garde de ne pas oublier, comme cela a été longtemps et souvent fait, qu’au xixe siècle libéralisme et démocratie furent des concepts antithétiques, et qu’il aurait fallu ne pas juger le libéralisme du xixe siècle à partir des catégories démocratiques du xxe. Le fait que cette partie se termine par une réflexion sur le vote au xixe siècle, une des spécialités de l’auteur, est à cet égard significatif.

4Le second volet, ou champ, de l’ouvrage est consacré à la question impériale. Antonio Annino traite de la crise en elle-même, d’un processus situé dans un cadre international en mouvement, mais considère aussi les logiques politiques de cette crise qui furent d’une nature éminemment constitutionnelle, en distinguant crise impériale et crise de la monarchie. Il se situe dans une perspective globale qui inclue à la fois l’Espagne et l’Amérique, attitude qui, souligne A. Annino, a le mérite de permettre d’identifier plus sûrement la « diversité » américaine et son histoire, en questionnant notamment la colonialité de l’empire, dont l’auteur souligne qu’elle se mit en route sans projet vraiment prédéfini et au xviie siècle seulement.

5La troisième partie traite plus spécifiquement du Mexique. L’auteur y développe l’idée qu’il y eut en fait deux émancipations en Amérique, la première externe face à la Péninsule et à sa monarchie, l’autre, interne, des corps territoriaux contre leurs centres de pouvoir anciens ou plus récents. L’autre thème de cette dernière partie est celui de la dichotomie qui traverse une bonne partie de l’histoire politique et sociale hispano-américaine du xixe siècle : la souveraineté de la nation représentée et la souveraineté des peuples qui n’accepteront jamais la fiction moderne de la distinction entre les détenteurs de la souveraineté (le ou les peuple[s]), et ceux qui l’exercent (les assemblées élues).

6On est en présence d’un livre très suggestif, nourri d’une très grande culture historique, d’une longue expérience de recherche sur l’histoire de l’Amérique étudiée mais aussi d’une participation très poussée aux nombreux débats historiographiques nés au cours des deux dernières décennies à propos de l’Indépendance américaine. Au passage, on notera aussi son intérêt pour l’histoire de la Péninsule ou celle de l’époque coloniale, situées, en principe hors de son propos. La lecture du livre d’Annino est à conseiller à tous ceux qu’intéresse l’époque étudiée, quelle que soit la région qui les intéresse, dans la mesure où ses analyses sont toujours globalisantes et cherchent à aller au-delà des cas dans une perspective d’analyse et de compréhension structurelles d’une très grande finesse et d’une justesse qu’il est difficile de prendre en défaut.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Lavallé, « Antonio Annino, Silencios y disputas en la historia de Hispanoamérica », Caravelle, 107 | 2016, 165-166.

Référence électronique

Bernard Lavallé, « Antonio Annino, Silencios y disputas en la historia de Hispanoamérica », Caravelle [En ligne], 107 | 2016, mis en ligne le 31 décembre 2016, consulté le 23 août 2017. URL : http://caravelle.revues.org/2184

Haut de page

Auteur

Bernard Lavallé

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org