Navigation – Plan du site
Mélanges

Régionalisme et modernisme au Brésil : dialogues entre fléaux anciens et localismes modernes

André Tessaro Pelinser
p. 95-110

Résumés

À partir de certains ouvrages du romantisme, du régionalisme dit « prémoderniste » et du modernisme brésiliens, cette étude porte sur les forces en présence dans les débats intellectuels entre la fin du xixe et le début du xxe siècle. Elle vise à démontrer que des arguments avancés par les artistes mais aussi par la critique littéraire ont supprimé d’importants clivages pour comprendre les tensions issues des processus de modernisation en cours. Partant de là, ce travail, trop souvent ignoré, montre l’existence d’un art moderne avant l’apparition du modernisme au Brésil.

Haut de page

Texte intégral

Les curieux découvriront avec plaisir mes conclusions en confrontant œuvre et données. Pour ceux qui me rejettent, il est inutile de tenter d’expliquer ce qu’ils ont refusé avant même de me lire. Mario de Andrade, Paulicea desvairada, 1974, p. 13

Le modernisme brésilien de 1922 et ses prédécesseurs

  • 1 Œuvre de Mário de Andrade, ce roman phare de la littérature moderniste brésilienne est paru en 1928 (...)
  • 2 En portugais : Revista de Antropofagia. La revue a connu deux phases, ou « dentitions » pour repren (...)
  • 3 Castro, G. (de), «Desde o Rio Grande ao Pará!», Revista de Antropofagia, 2do año, n° 13, in: Diário (...)

1En dépit du grand nombre d’études sur Macunaíma1 et sur le mouvement dans lequel il s’insère, on ignore encore l’impact de la pensée intellectuelle de l’époque antérieure sur certains courants. En revanche, on peut affirmer que le « régionalisme » a connu un déclin inversement proportionnel à la montée en puissance d’œuvres qui auraient dû, en réalité, lui être rattachées. Pour s’en convaincre, il suffit de prendre l’exemple d’œuvres comme celles de Guimarães Rosa. La reconnaissance de son travail lui a permis d’accéder aux sommets de la littérature alors que la tendance régionaliste à laquelle il devrait être associé voyait son prestige s’effondrer. Cette affirmation n’est finalement pas si hasardeuse puisque nous disposons aujourd’hui d’un certain recul pour penser ces questions. L’ardeur des militants est forcément retombée et on n’assiste plus à des manifestations telles que celles véhiculées par la Revue d’Anthropophagie2 pendant la deuxième phase de son fonctionnement. Au milieu de l’année 1929, le nouveau directeur de la revue, Geraldo Ferraz, décidait d’adopter un ton beaucoup plus acerbe que son prédécesseur, Antonio de Alcantara Machado. À la une de la section alors occupée par la « 2e dentition » de la revue, dans le journal Diário de São Paulo, du 4 juillet 1929, on pouvait lire : « Le mouvement anthropophagique a des répercussions dans tout le Brésil et encourage les jeunes esprits à lutter contre la mentalité coloniale et contre l’art et la littérature de contrebande3. » Dans la mesure où ce genre de gros titres n’a plus de raison d’être, le débat peut désormais se situer principalement dans le contexte universitaire et faire l’objet d’une étude critique et non plus passionnelle.

  • 4 Revista de Antropofagia, 2do año, n° 13, in: Diário de São Paulo, 4 jul. 1929, p. 1. [www.brasilian (...)

2Si les auteurs de la revue attribuent à d’autres œuvres le titre d’art et de littérature de contrebande, symptomatique d’un esprit colonisé, ils reproduisent pourtant, à droite de la même page, des textes en français sur la promesse anthropophagique et, à gauche, « certaines opinions de la grande critique parisienne4 » sur l’exposition de Tarsila do Amaral qui devait débuter au cours du mois à Rio de Janeiro. Dans les faits, l’élément étranger n’a jamais cessé de faire partie des repères d’affirmation de soi, même si, à certains moments, l’intelligentsia brésilienne a essayé de le supprimer de ses justifications et de ses argumentations en une sorte de désir de pureté ou de totale indépendance identitaire qui révèle souvent une certaine ingénuité.

  • 5 Nous faisons spécifiquement référence à ce que Berman nomme la deuxième phase de la modernité, qui (...)

3Le paradoxe est d’autant plus grand si l’on pense au contexte de 1922 : c’est précisément quand la modernité, amorcée il y a au moins un siècle, bat son plein que le modernisme – dont le nom renferme un ensemble d’idées porteuses d’une promesse de modernisation culturelle – semble incapable d’accepter, pour les périodes précédentes, les influences que lui-même subit5. À un moment où les distances ne cessent de se réduire et les contacts se nouent de plus en plus vite, la moindre influence étrangère est rejetée au profit d’une prétendue originalité nationale. Au lieu d’identifier dans les courants antérieurs les forces qui ont aussi pu concourir au changement, il s’agit de se penser soi-même comme un mouvement fondateur et, évidemment, d’introduire progressivement une telle idée dans l’imaginaire social brésilien.

  • 6 Expression consacrée par Alfredo Bosi (1967) dans le 5e volume de la collection A literatura brasil (...)

4À partir des années 1920, et dans un milieu très spécifique, l’accueil de la critique française est tacitement utilisé pour légitimer l’esthétique qui vient d’entamer son ascension. Parallèlement, la présence de toute trace européenne dans les productions de la phase ultérieurement baptisée de pré-moderniste6 est fortement décriée. Le romantisme brésilien est relativement épargné par les modernistes car son legs est déjà consolidé, ses leaders identifiés et son cycle terminé. L’ennemi à combattre est une formation plus ou moins cohérente avec quelques grands noms de la vie culturelle du pays. Entre 1890 et 1920 environ, des écrivains tels qu’Alcides Maya, Simões Lopes Neto, Roque Callage, Hugo de Carvalho Ramos, Valdomiro Silveira, Afonso Arinos, Coelho Neto et Monteiro Lobato, entre autres, ont produit des textes assez proches sur le plan de la thématique et du style. En outre, certains d’entre eux, principalement les trois derniers, sont parvenus à se forger une grande réputation.

  • 7 Revista de Antropofagia, 2do año, n° 13, in: Diário de São Paulo, 4 jul. 1929, p. 1. [www.brasilian (...)
  • 8 Aussi connue comme la « Semaine de 22 ».
  • 9 En décembre 1917, Anita Malfatti, déjà ouvertement moderniste, réalise sa deuxième exposition à São (...)
  • 10 João Simões Lopes Neto (1865-1916) est un écrivain originaire de Pelotas, ville de l’état du Rio Gr (...)

5Dès lors, on peut comprendre les attaques réitérées contre ce que représente la période, dans la mesure où le modernisme trouve sa propre légitimation dans la disparition du mouvement précédent. Dans le numéro antérieurement cité de la revue, on peut notamment lire : « Monteiro Lobato adhère à l’anthropophagie7 ». L’écrivain, qui avait commencé à produire avant la célèbre Semaine d’Art Moderne8, a rédigé une fameuse et sévère critique du travail d’Anita Malfatti9. Il s’est pourtant rallié au mouvement, ce qui a beaucoup contribué à renforcer sa renommée. À l’inverse, certains auteurs ont été progressivement condamnés à l’oubli et sporadiquement redécouverts bien des années plus tard, à l’exemple de Simões Lopes Neto10.

  • 11 Dans son acception la plus courante au Brésil, le terme de gaúcho désigne l’habitant de l’État du R (...)
  • 12 Scheichl, S. P., «Der Austritt aus der Regionalliteratur», in: Arendt, J. Cl., “Contribuições alemã (...)
  • 13 Arendt, J. Cl., “Contribuições alemãs para o estudo das literaturas regionais”, Pandaemonium, vol.  (...)

6Penser aux chemins que la littérature brésilienne aurait pu emprunter si les modèles avaient été autres ne va pas au-delà de la spéculation et ne présente aucun intérêt. Nous ne saurons jamais si la solution esthétique trouvée par Simões Lopes Neto pour servir d’intermédiaire entre son discours, les discours du narrateur et celui des personnages, dans Contos gauchescos [Contes gauchos11], à la manière d’une poétique de l’oralité, aurait pu exercer une influence sur les écrivains du début du xxe siècle, dans la mesure où, à l’époque, ses écrits n’ont pas dépassé les frontières du régional. Pour les dépasser, il eût fallu, selon Scheichl12, intégrer un système littéraire plus vaste, être publié par des maisons d’édition non provinciales et être davantage connu du public. Or, l’œuvre de Simões Lopes Neto n’a réussi à franchir ces frontières qu’à partir de 194913, quand est née la Collection Province de la maison d’édition Globo. Dans cette collection, le texte de Simões Lopes Neto est accompagné de la préface d’Augusto Meyer, du glossaire d’Aurélio Buarque de Holanda et de l’étude bibliographique de Carlos Reverbel. Il a été réédité en 1950, 1951, 1953, 1957, 1961, 1965 et 1973. De toute façon, si, comme l’affirme une grande partie de la critique, cette solution a abouti à la prose de Guimarães Rosa près d’un demi-siècle après, il ne nous est pas possible de savoir ce qui se serait produit si la Semaine d’Art Moderne de 1922 n’avait pas imposé d’autres paradigmes aussitôt après le lancement de l’œuvre.

  • 14 Meyer, A., “Resolana”, Revista de Antropofagia, año 1, n° 1, mayo 1928, p. 2. [www.brasiliana.usp.b (...)
  • 15 Bourdieu, P., Langage et pouvoir symbolique, Paris, Éditions du Seuil, 2001, p. 283.
  • 16 Ibid., p. 285.

7Ce qu’il importe de remarquer et qui rapproche les cas de Simões Lopes Neto et Monteiro Lobato, c’est que les forces présentes dans le champ de l’imaginaire social sont similaires dans les deux situations, tout comme les processus de légitimation utilisés. Si Lobato occupe une place symbolique suffisante pour que soit reconnue et diffusée son adhésion au mouvement moderniste brésilien, celle d’Augusto Meyer et d’Aurélio Buarque de Holanda est tout aussi importante dans le processus de réédition de l’œuvre de Simões Lopes Neto, où leur nom constituent une référence de poids. En outre, Meyer a publié un de ses poèmes – Resolana – dans le premier numéro de la Revue d’Anthropophagie14. Dans les deux cas, il existe des discours subreptices tournés vers la manipulation d’imaginaires, partie prenante des « luttes pour le monopole du pouvoir de faire voir et de faire croire, de faire connaître et de faire reconnaître, d’imposer la définition légitime des divisions du monde social et, par là, de faire et de défaire les groupes15 ». Finalement, si « le discours régionaliste est un discours performatif visant à imposer comme légitime une nouvelle définition des frontières16 », le discours universitaire ou celui des modernistes l’est tout autant.

Du romantisme au régionalisme fin de siècle au Brésil

  • 17 Alencar, J. (de), Iracema, Porto Alegre, L&PM, 2009, p. 124, souligné par nous.

8Il importe également de souligner certains silences de la critique littéraire brésilienne, comme ce fut le cas pour certains aspects de l’œuvre de José de Alencar. Le livre Iracema édité par L&PM Pocket comporte, à la fin, une lettre de l’auteur à son ami le Dr Jaguaribe. Il s’agit d’une missive datée de 1865 et qui a été publiée dans la première édition de l’ouvrage. Dans cette lettre, Alencar s’adresse en réalité à tous ses lecteurs éventuels et parle de sa manière très particulière de concevoir la littérature brésilienne. En quête de l’expression la plus authentique possible, il prône la mise en évidence de la nationalité de la littérature à travers la langue étant donné que « c’est d’elle que doit sortir le vrai poème national, tel que je l’imagine17 ». On le voit, il y a une certaine modestie à reconnaître l’individualité du postulat – quelque chose de très différent de ce qui sera observé à partir de 1922.

  • 18 Ibid., p. 124.
  • 19 Ibid., p. 125.

9Alencar dit vouloir se rapprocher le plus possible des « images poétiques du sauvage, [de] ses façons de penser18 », non pas à la manière du documentaire, mais par le biais de la synthèse artistique. Il cite notamment les nuances liées au choix de chaque terme, comme dans le cas de « guide ». Pour les Indiens, le guide est désigné par le mot pinguara, « maître du chemin ». Mais ils possèdent aussi un autre terme dont la traduction serait « celui qui sait le chemin19 ». Alencar opte pour le premier, « maître du chemin », puisque dans les lieux inexplorés il est impossible de connaître un chemin qui n’existe pas, qui doit être tracé. L’écrivain montre donc combien ces idiosyncrasies sont significatives pour la facture nationale souhaitée au moment où le romantisme impose ses normes esthétiques et idéologiques susceptibles de déterminer la nationalité de la littérature. Alencar circule ainsi sur le terrain de la forme, attentif aux moindres détails pour répondre à un projet idéologique.

  • 20 Une partie de la critique littéraire brésilienne estime que O Vaqueano (1872), d’Apolinário Porto A (...)
  • 21 Le gaúcho est l’habitant de l’État du Rio Grande do Sul ; le sertanejo vit dans le sertão, une zone (...)

10Avec le recul, on s’aperçoit qu’un tel objectif est lié à l’idée de construction d’une nation à partir de ses parties, de ses régions. Alencar saisit les particularismes de chaque région et leur donne un sens dans un imaginaire commun tissé progressivement à partir de différents ouvrages. Ce faisant, il est parvenu à un résultat jusque-là sans précédent, au point d’avoir même suscité des réactions de certains de ses confrères – tel Apolinário Porto Alegre20 sur l’ouvrage O Gaúcho. Quoi qu’il en soit, O Gáucho et O Sertanejo21 constituent deux modèles particulièrement féconds pour notre étude.

  • 22 La Révolution Farroupilha, ou Guerre des Farrapos, est un conflit armé qui a eu lieu entre septembr (...)

11Dans O Gaúcho, dont l’action se déroule dans l’État du Rio Grande do Sul, un ennemi est omniprésent. Il apparaît toujours sous les traits de l’étranger, plus spécifiquement de quelqu’un originaire de l’autre côté du fleuve Uruguay et du bassin de la Plata. Le choix d’Alencar n’est pas anodin et il l’est d’autant moins quand on sait qu’il est un auteur attentif au sens le plus intime des expressions autochtones. D’autre part, ce choix renferme aussi l’idée d’apaisement dans une période post-Révolution Farroupilha22. Le personnage principal est Manuel Canho, un gaúcho typique dont l’objectif majeur est de venger son père, tué par un Castillan qui incarne l’ennemi par excellence. Dans le récit, les épisodes sur la Révolution sont fragmentés. L’accent est mis sur l’action d’un Brésilien de l’intérieur qui le défend allégoriquement contre l’envahisseur étranger. Autrement dit, il y a une tentative de réconciliation – sur le plan de l’imaginaire national – entre le révolutionnaire séparatiste et la patrie, dans une sorte d’union de la nation par la région.

  • 23 Anderson, B., Comunidades imaginadas: reflexiones sobre el origen y la difusión del nacionalismo, M (...)

12La représentation de l’autre extrémité du Brésil est également riche dans O Sertanejo. Dans l’histoire, Arnaldo est l’idéalisation héroïque et romantique de l’habitant des campagnes brésiliennes. Il possède les valeurs nobles des grands hommes, exactement comme ce que préconise le modèle esthético-idéologique de la période au Brésil. À l’époque, ce modèle avait sa raison d’être puisqu’il provenait d’une pensée fondamentale pour la formation des États-nations. Or, ces États avaient incontestablement besoin de consolider leur union – cette communauté imaginée dont parle Benedict Anderson23 – à travers des mythes corroborant les institutions sociales au lieu de les corroder comme allait le faire ensuite le réalisme.

  • 24 Ribeiro, S. N., «Da nacionalidade da literatura brasileira», in: Afrânio, C. (dir.), Caminhos do pe (...)
  • 25 « Colonéliste », de colonélisme : expression qui a pour origine le mot « colonel », qui, au Brésil, (...)

13Comme aurait dit Santiago Nunes Ribeiro, on ne peut exiger d’une époque ce qu’elle ne peut offrir, on ne peut demander à un artiste de puiser son inspiration dans ce qui n’est pas de son temps24. Toujours est-il qu’Alencar a amalgamé de manière tout à fait neuve le régional et le national dans la relation symbolique entre Arnaldo et le gouverneur de la capitainerie, Campelo. Si le gouverneur représente l’aristocratie rurale « colonéliste25 » traditionnellement présente au Brésil, Arnaldo personnifie l’homme de la campagne. Mais le rapport qui s’établit entre eux tisse un ensemble de représentations favorables à l’image d’un pays en formation. Tandis que Campelo visite périodiquement la capitale et vit luxueusement à l’Européenne, Arnaldo incarne des valeurs morales incorruptibles, souvent associées à l’image d’une campagne idyllique. L’histoire synthétise une symbolique où les deux mondes ne sont pas antagoniques mais conciliables. Là encore, la région peut correspondre aux vœux de la nation : dans l’imaginaire, elle peut renoncer à son image retardataire contribuant ainsi au progrès national.

  • 26 Hardman, F. F., “Antigos modernistas”, in: Novaes, A. (dir.), Tempo e História, São Paulo, Companhi (...)

14C’est un peu à contre-courant de cette perspective que se situent les régionalistes de 1890. Le fait d’être communément désignés comme régionalistes-naturalistes ou pré-modernistes en dit sans doute plus sur la critique littéraire elle-même que sur leurs œuvres. En effet, se contenter de les rattacher au seul naturalisme est très réducteur, s’agissant d’un groupe d’écrivains qui a approché l’impressionnisme et le symbolisme. Les qualifier de pré-modernistes, comme le fait Alfredo Bosi, est l’expression du symptôme évoqué par Francisco Foot Hardman lorsqu’il écrit : « Une grande partie de la critique et des histoires culturelles et littéraires produites depuis ont construit des modèles d’interprétation, établi des périodisations, relu le passé culturel du pays sous l’optique du mouvement de 192226 ». C’est ce qui explique pourquoi d’importants processus culturels présents dans la société brésilienne dès la première moitié du xixe siècle ont été occultés. En d’autres termes, des clivages issus du débat intellectuel qui avait lieu depuis la période du romantisme ont été masqués par des visions du monde limitant la plupart des éléments de la modernité aux manifestations culturelles apparues avec la Semaine de 1922. Dans la littérature brésilienne, il semble que le moderne ait en quelque sorte été restreint à l’idée d’avant-garde, à la rupture de paradigmes par l’intermédiaire de mécanismes formels.

15D’un autre côté, la disparité entre la façon de penser la littérature et celle des arts plastiques est notoire au Brésil. Le « moderne » s’est enraciné dans le domaine des arts plastiques à partir du milieu du xixe siècle avec l’introduction de l’impressionnisme et la rupture progressive de la représentation classique. En s’efforçant d’appréhender l’environnement par les sensations, l’artiste se détachait de la figuration traditionnelle pour traduire le monde de manière plus diffuse et imprécise. Cette démarche était en quelque sorte le reflet de l’accélération graduelle observée dans les différents secteurs de la société qui commençaient à expérimenter la fugacité spécifique de la modernité. En ce qui concerne la critique littéraire, en revanche, ces caractéristiques n’ont été recherchées que dans les œuvres dites « modernistes ». Pourtant, il n’est pas difficile de trouver dans les écrits de la période comprise entre 1890 et 1920 une forte charge de pessimisme ; un peu comme si se dessinait un art endeuillé, soucieux des temps et des coutumes pris dans un changement frénétique, des traditions sapées par le progrès technique. Accusé d’être une prose importée, tributaire de normes internationales et ancré dans une nostalgie puérile, ce régionalisme érudit ponctuait en vérité un moment de transition progressive dans la pensée intellectuelle brésilienne, indiquant peut-être une synthèse entre monde rural et monde urbain, archaïque et moderne, au fur et à mesure que surgissaient de telles questions. Non seulement il signalait le décalage entre le centre et la périphérie occasionné par le processus de modernisation mondialisé, mais de plus il évitait de mépriser les façons régionales d’être et de voir le monde.

  • 27 Arinos, A., Pelo sertão, São Paulo, Martins Fontes, 2006, p. 47-48.

16La courte nouvelle « Buriti perdido27 » [Palmier perdu], publiée par Afonso Arinos dans le recueil intitulé Pelo sertão, en 1898, illustre bien cet aspect. Dans le texte dominé par un impressionnisme descriptif, le palmier a le pouvoir d’évoquer des images dans l’esprit du narrateur qui ne cherche pas du tout à en dresser un portrait naturaliste. Au contraire, l’arbre déclenche des sentiments et il est présenté au lecteur par le biais des impressions du poète qui se lance dans une frénésie verbale similaire à celle de la palette diffuse de l’impressionnisme dans les arts plastiques. Les sensations superposent des scènes qui se mêlent et amènent le palmier à tout être en même temps. Elles agissent comme une métonymie d’un univers traditionnel en voie de perdition. Contrairement à l’euphorie moderniste qui se manifestera des décennies plus tard, « Buriti perdido » contient, dans ses tableaux exubérants et héroïques, des adjectifs qui renvoient aux thématiques de l’extinction, de la douleur, de la solitude et du passé. Le texte véhicule un questionnement sur le monde rural perdu, victime des forces modernisatrices. Enregistrée à partir de l’un des arbres symboles de la région du sertão, la disparition inexorable se produit par l’intermédiaire d’une prose pleinement moderne associée aussi bien à l’impressionnisme européen qu’aux avant-gardes ultérieures, offrant un répertoire imagé important pour la compréhension de cette période de l’Histoire.

  • 28 Loi qui octroyait la liberté d’office à tous les enfants à naître.

17Dans ces mutations de la littérature, les changements historiques que connaît alors le pays ne sont sans doute pas pour peu. En 1850 prend fin la traite transatlantique d’esclaves ; en 1871 est adoptée la loi du Ventre Libre28; à partir des années 1870, les immigrés italiens commencent à débarquer en masse ; l’esclavage est aboli en 1888 et la république proclamée l’année suivante. Outre qu’elles ont transformé le scénario économique et politique, ces mutations ont aussi eu de profondes conséquences sociales et ont modifié, certes très lentement, les structures de pouvoir en place.

  • 29 Neto, C., Sertão, 3e ed., Porto, Lello & Irmão, s. d., p. 131-207.

18Ce n’est pas par hasard que Coelho Neto met en scène dans sa nouvelle « Cega29 » [Aveugle], publiée dans le volume intitulé Sertão, en 1897, l’histoire d’un couple mixte – il est noir et elle est métisse. Elle est d’une telle beauté que beaucoup la désirent et ne comprennent pas pourquoi elle a choisi cet homme comme mari. Le couple s’installe dans une petite propriété et vit modestement, au gré des récoltes. Mais en peu de temps une série de malheurs s’abat sur eux : le mari meurt, sa femme devient aveugle, leur fille décède en mettant au monde un bâtard. Par conséquent, l’utopie de la réalisation personnelle du couple pauvre ne se concrétise pas ; la promesse des temps modernes, en grande partie responsable du mouvement en faveur de l’abolition de l’esclavage, ne se réalise pas.

  • 30 Walter, B. (in : Didi-Huberman, 1998, p. 184) parlait déjà dans Sens Unique du pouvoir d’énoncer : (...)

19Le centre du pays se modernise peu à peu, mais les provinces et le très grand nombre de défavorisés continuent de ne pas comprendre le chauvinisme justifié par la modernisation et les machines. Dans des ouvrages comme celui de Coelho Neto – il en existe un certain nombre de la même veine pendant cette période –, on assiste à une confrontation entre les différentes forces en présence dans un Brésil en voie de modernisation. Quoi qu’il en soit, il semble évident qu’il ne s’agit pas du ton narratif que l’on espère de cet auteur, ce qui relève moins de son manque supposé de qualité que des images que la critique littéraire a forgées à propos de ses textes30. Sur ce point, Luciana Murari se prévaut de la pensée de Lima Barreto pour distinguer une constante dans la critique qui s’est penchée sur l’œuvre de Coelho Neto :

  • 31 Murari, L., ‘‘ ‘Sob o tênue véu da ficção’: três eventos da história brasileira nos romances de Coe (...)

[Même la] valeur documentaire de l’œuvre de Coelho Neto a été questionnée parce que ses idiosyncrasies ont parfois été traduites comme une forme d’aliénation face à la réalité locale, et qu’un style excessivement imagé ne semblait pas être le mieux adapté au registre vériste que l’on attendrait d’une littérature authentifiée par sa valeur de témoignage, ou favorable au regard critique qui changerait l’écrivain en conscience sociale vigilante31.

20Il se peut donc que le versant moderne de la prose brésilienne ait été négligé, cantonné dans un « pré-modernisme » insuffisant avec, pour seule fonction, de précéder l’« art véritable » qui allait naître en 1922. Bien que porteurs d’une indiscutable modernité, aussi bien sur le plan social qu’artistique, des textes comme celui de Coelho Neto n’étaient pas reçus comme tels par les modernistes.

Du régionalisme au modernisme de 1922 au Brésil : silences et excès

21La longue présence du courant régionaliste dans la tradition littéraire brésilienne n’est pas fortuite. Que ce soit pour dénoncer ou évoquer avec pessimisme les temps passés, les ouvrages appartenant à ce courant se sont insérés dans la modernité en dialoguant avec son imaginaire. Souvent, ils ont même inscrit jusque dans leur forme le déphasage entre les différentes régions. D’après Murari, et contrairement à ce que l’historiographie a très souvent tendance à affirmer, la perpétuation du régionalisme dans la littérature brésilienne n’est pas un événement isolé :

  • 32 Murari, L., ‘‘ ‘Um plano superior de pátria ’: o nacional e o regional na literatura brasileira da (...)

[Il s’agit plutôt d’un] processus culturel commun à divers pays qui ont fait l’expérience de la perception des différents rythmes d’insertion de leurs régions dans la modernité et qui, à partir de là, traitaient les dissemblances à la fois comme registre réaliste et potentiellement dérisoire du contemporain, et comme révélation mystique du passé ressuscité32.

22À l’époque du romantisme brésilien, le Sertanejo/Indien était le prototype de la construction de l’identité nationale, de la formulation d’une littérature spécifique. Sa figure véhiculait la plongée réelle et symbolique dans les campagnes inexplorées du territoire, la quête d’une identification mythique-héroïque ; mais dans les premières années de la République, son image tombe progressivement en décrépitude. Si, au départ, l’habitant des régions oubliées par l’urbanisation dénonce le décalage de l’insertion dans la modernité sans en renier les valeurs, il devient ensuite synonyme de retard, d’incapacité d’évolution. Il incarne une réalité contraire à celle que souhaite la nation, un blocage du développement. Précédant de peu le modernisme des années 1920, le personnage de Jeca Tatu, créé par Monteiro Lobato dans Urupês (1918), prend le contrepied de la vision romantique et idéalisée du paysan. Son héros, oublié par les pouvoirs publics, est pauvre, ignorant et terriblement attardé.

  • 33 Murari, L., op. cit., p. 4.

23Si « la plus grande partie des réalisations du régionalisme exprimait clairement l’inconfort des intellectuels qui se consacraient à dépeindre le monde rural moribond dans un moment de transition historique où le passé semblait toujours plus éloigné du futur33 », le projet idéologique moderniste a déconstruit les visions de cette époque trouble. Avec le renouvellement à tout prix de la forme et le culte de la modernisation, de la puissance industrielle et des icônes de l’urbanisation, le mouvement se positionne différemment en face de l’art brésilien et de son passé. Dorénavant, le culte de la tradition et les formes précédentes n’ont plus leur place ; l’accent est mis sur la ville, symbole du progrès technologique.

  • 34 Nous faisons référence au célèbre extrait où Mário de Andrade déclare : « Ce régionalisme ne sert m (...)

24La faille du modèle intellectuel de l’époque ne se situe pas au niveau de ses réalisations proprement dites, mais dans la négation des faits antérieurs. Au lieu de chercher à renouveler sans oublier les leçons du passé ou les éléments conservés dans les tiroirs de la mémoire, au lieu de comprendre que le culte du progrès technique empêchait les intellectuels brésiliens de penser à ceux qui étaient en marge du processus, une partie du mouvement de 1922 arborait un certain chauvinisme qui a fini par laisser de côté des pans de l’histoire. Pire, ces tenants estimaient être les seuls garants du nationalisme et de la reconstruction identitaire et ils accusaient leurs prédécesseurs du courant régionaliste de fléaux antinationaux34, tributaires de modèles importés et responsables d’une vision étriquée du pays.

25Si les modernistes avaient pris la peine d’analyser plus finement les clivages subtils de la pensée « prémoderniste », peut-être auraient-ils été moins euphoriques au sujet de la modernisation qui se dessinait à São Paulo, en dévoilant de manière plus critique certaines de ses conséquences.

  • 35 Mouvement politico-militaire révolutionnaire du nom de son leader Luis Carlos Prestes.
  • 36 Bosi, A., “Situação de Macunaíma”, Céu, inferno, São Paulo, Duas Cidades, Editora 34, 2003, p. 199.
  • 37 Andrade, M. (de), Macunaíma, o herói sem nenhum caráter, Rio de Janeiro, Agir, 2007, p. 220, soulig (...)

26Alfredo Bosi se base sur l’étude de Gilda de Mello e Souza pour signaler très justement la présence conjointe de l’optimisme et du pessimisme dans Macunaíma, comme les fruits d’un climat saturé de questions nationales et qui allait nourrir la période « des espoirs révolutionnaires de la Colonne Prestes35 et de la Révolution d’Octobre 193036 » ; en contrepoint pessimiste s’opposait le retard brésilien comparé à l’essor de l’Europe et des États-Unis. Mais si Macunaíma propose ce type de questionnements – et, en ce sens, il est une réussite – il donne aussi la possibilité à l’auteur de saper les limites géographiques, ainsi qu’il l’indiquait dans sa préface de 1926 : « Ainsi, je dérégionalisais le plus possible la création et, en même temps, j’avais le mérite de concevoir de manière littéraire le Brésil en tant qu’entité homogène – comme un concept ethnique national et géographique37. »

  • 38 Murari, L., op. cit., p. 9.

27La rapsodie du héros le plus controversé atteint son objectif et, sur le ton mythique des distances diluées et des courses sans fin, fait imploser les divisions régionales. Toutefois, il faut souligner que si la trame procède à la synthèse d’une énorme source culturelle, dans le même temps elle converge vers São Paulo, pôle moderniste, centre détenant le pouvoir de légitimer ce qui est produit à l’époque. C’est en ville que le Brésil surgit comme entité homogène, mais à quel prix ? Les particularités régionales responsables de l’identification de différents « Brésils » dans le Brésil sont réunies en une seule formule, généralisatrice par excellence afin qu’elle puisse remplir son objectif d’homogénéisation. La querelle est relancée entre le Centre et la périphérie, mais dans le cas présent c’est le Centre qui dicte les règles du jeu, de l’écriture, de la norme artistique. Le véhicule de légitimation cannibalise et, d’ailleurs, la revue du Mouvement ne porte-t-elle pas le titre suffisamment explicite de Revue d’Anthropophagie ? Entre 1917 et 1928, les modernistes n’épargnent pas, souvent de manière très injuste, les œuvres qu’ils jugent « passéistes » et relevant de l’art d’importation38 alors qu’eux-mêmes se sont aussi nourris des influences étrangères.

  • 39 Andrade, M. (de), “Paulicea desvairada”, Poesias completas, 4e ed., São Paulo, Martins Editora, 197 (...)

28Il est également important de souligner le silence approbateur de la critique littéraire issue de cette matrice de pensée par rapport à un localisme chauviniste observé dans une partie non négligeable de la production de l’époque. Si elle n’était pas quantitativement significative, elle a joui d’un certain prestige. En effet, dans Paulicea desvairada39 (São Paulo égarée), de Mário de Andrade, le poème « Inspiração » (p. 32) est consacré à l’éloge de la ville de São Paulo, cette « commotion de ma vie » ; « Paisagem N. 1 » (p. 37) à la relation nostalgique avec le Londres des brouillards fins ; dans « O Domador » (p. 41) à l’image héroïque d’un « fils d’immigrant domptant ‘‘blondement’’ une automobile » ; sans oublier les largeurs du fleuve Anhangabaú associées aux parcs parisiens dans « Anhangabaú » (p. 41-42), pour ne citer que quelques exemples. À cela s’ajoute le recours fréquent aux termes étrangers : anglais, français et italien présents dans de nombreux poèmes. Néanmoins, l’ostentation et l’insistance des modernistes sur la forme ont longtemps bâillonné la critique à leur égard.

29Si bien que Cavalcanti Proença a pu affirmer dans une étude d’envergure :

  • 40 Proença, M. C., Roteiro de Macunaíma, Rio de Janeiro: Civilização Brasileira, 1969, p. 40, souligné (...)

L’homme de culture critique les défauts de São Paulo comme ceux du Brésil. Parfois plus durement ceux de São Paulo, parce que le localisme aux yeux d’un homme cultivé est pire que le patriotisme outré. Il faut dire la vérité, ne pas permettre la rengaine du chauvinisme-ignorant, ce qu’il fait comme personne. […] Toutefois, dans les moments où le cerveau est en accord avec le cœur, c’est le débordement, l’enthousiasme. Quand la sensibilité se libère dans les vers sans contrôle, surgissent des passages tels que :
« Oh, cette grande fierté d’être à la manière de São Paulo »40

30Or, dans ce cas les extraits observés ne sont pas perçus comme expression du chauvinisme ou du patriotisme, mais, bien plus, comme l’émanation du bel enthousiasme de Mário de Andrade. Son expressivité acquiert le statut de beauté poétique alors que chez les écrivains tenus pour « prémodernistes », la critique littéraire moderniste ne manque pas de juger sévèrement cette même caractéristique.

Conclusion

  • 41 La República Velha (Vieille République) est le régime politique du Brésil entre 1889 et 1930.

31En matière de légitimation, dans le monde littéraire brésilien, le modernisme de la forme a largement dépassé le régionalisme de la Vieille République41, soucieux de représenter le décalage entre l’ancien et le nouveau, le monde rural et le monde urbain, l’archaïque et le cosmopolite au tournant du siècle. Dans certains cas, la mise en avant excessive des caractéristiques formelles semble avoir donné lieu à des textes dépourvus d’un « vouloir dire », même s’ils ne sont pas les seuls. Néanmoins, force est de constater que le modernisme brésilien a produit des textes importants pour la continuité de la littérature dans le pays. D’où l’intérêt de l’observation de Graciliano Ramos dans une interview originellement publiée dans Revista do Globo en décembre 1948 :

  • 42 Senna, H., “Revisão do Modernismo”, in: Brayner, S. (dir.), Graciliano Ramos, Rio de Janeiro, Civil (...)

— En confondant le milieu littéraire du pays avec l’Académie, les modernistes brésiliens ont tracé des lignes de séparations rigides (mais arbitraires) entre le bien et le mal. Et en voulant détruire tout ce qui était derrière eux, ils ont condamné, par ignorance ou vilenie, beaucoup de choses qui méritaient d’être sauvées.
— Vous voulez dire que vous ne vous considérez pas moderniste ?
— Quelle idée ! Pendant que les jeunes hommes de 22 promouvaient leur petit mouvement, j’étais à Palmeira dos Indíos, en plein sertão de l’état d’Alagoas, en train de vendre du tissu au comptoir42.

32Graciliano Ramos parle sans détour de cette « vilenie » que l’on a tendance à négliger dans l’histoire de la littérature brésilienne : pour pouvoir instituer les précurseurs de la célèbre rénovation esthétique, il a fallu en « assassiner » un grand nombre ; en les stigmatisant avec l’étiquette du « prémodernisme », ils ont été condamnés à la mort littéraire. Leurs œuvres n’ont pas eu droit à un lieu dans la mémoire collective, ni à des possibilités de lectures renouvelées et novatrices.

  • 43 Bourdieu, P., Langage et pouvoir symbolique, Paris, Éditions du Seuil, 2001, p. 283.

33Dans les luttes pour le monopole du « faire voir » et du « faire croire »43, pour l’imposition légitimée des divisions du monde social, le discours performatif du modernisme a eu un pouvoir d’énonciation beaucoup plus grand que les autres courants ; il a fondé une tradition et fait école en instaurant une pensée encore largement en vigueur aujourd’hui, de telle sorte que le régional, le régionaliste et le régionalisme ont vu leur axe sémantique progressivement passer de la désignation d’un courant littéraire à une littérature de mauvaise qualité. De même, la littérature brésilienne fin de siècle n’a pas réussi à dépasser les barrières de son temps et a fini par être dénigrée par les contre-discours de 1922 – qui, comme l’a très justement observé Graciliano Ramos, ont détruit le passé et fait en sorte que beaucoup de ces textes soient aujourd’hui rejetés avant même d’être lus.

Haut de page

Bibliographie

Alencar, José (de), Iracema, Porto Alegre, L&PM, 2009.

Anderson, Benedict, Comunidades imaginadas: reflexiones sobre el origen y la difusión del nacionalismo, México, D. F., Fondo de Cultura Económica, 1993.

Andrade, Mário (de), Macunaíma, o herói sem nenhum caráter, Rio de Janeiro, Agir, 2007.

Andrade, Mário (de), “Paulicea desvairada”, Poesias completas, 4e ed., São Paulo, Martins Editora, 1974, p. 9-64.

Arendt, João Claudio, “Contribuições alemãs para o estudo das literaturas regionais”, Pandaemonium, vol. 17, jul. 2011, p. 217-238.
[www.scielo.br/pdf/pg/n17/a12n17.pdf (consulté le 26/08/2012)]

Arendt, João Claudio, “Simões Lopes Neto: da Estância da Graça à Sorbonne”, História de um Bruxo Velho: ensaios sobre Simões Lopes Neto, Caxias do Sul, Educs, 2004.

Arinos, Afonso, Pelo sertão, São Paulo, Martins Fontes, 2006.

Berman, Marshall, Tudo que é sólido desmancha no ar, São Paulo, Companhia das Letras, 2007.

Bosi, Alfredo, A Literatura Brasileira. vol. 5 (O Pré-modernismo), 2e ed., São Paulo, Cultrix, 1967.

Bosi, Alfredo, “Situação de Macunaíma”, Céu, inferno, São Paulo, Duas Cidades, Editora 34, 2003.

Bourdieu, Pierre, Langage et pouvoir symbolique, Paris, Éditions du Seuil, 2001.

Castro, Genuino (de), “Desde o Rio Grande ao Pará!”, Revista de Antropofagia, año 2, n° 13, in: Diário de São Paulo, 4 jul. 1929, p. 1. [http://www.brasiliana.usp.br/bbd/handle/1918/060013-23 (consulté le 22/07/2011)]

Chiappini, Lígia, “Velha praga? Regionalismo literário brasileiro”, in: Pizarro, Ana (dir.), América Latina, palavra, literatura e cultura, São Paulo, Memorial da América Latina/Ed. da Unicamp, vol. 2, 1994, p. 665-702.

Didi-Huberman, Georges, O que vemos, o que nos olha, São Paulo, Editora 34, 1998.

Hardman, Francisco Foot, “Antigos modernistas”, in: Novaes, Adauto (dir.), Tempo e História, São Paulo, Companhia das Letras/Sec. Municipal de Cultura, 1992, p. 289-305.

Meyer, Augusto, “Resolana”, Revista de Antropofagia, año 1, n° 1, mayo 1928, p. 2. [www.brasiliana.usp.br/bbd/handle/1918/060013-01#page/3/mode/1up (consulté le 22/07/2011)]

Murari, Luciana, «‘‘Sob o tênue véu da ficção’’: três eventos da história brasileira nos romances de Coelho Neto», Navegações, vol. 4, jan./jun. 2011, p. 26-39. [http://revistaseletronicas.pucrs.br/ojs/index.php/navegacoes/article/viewFile/9435/6536 (consulté le 6/10/2011)]

Murari, Luciana, ‘‘ ‘Um plano superior de pátria’: o nacional e o regional na literatura brasileira da República Velha ’’, XI Congresso Internacional da ABRALIC: Tessituras, Interações, Convergências, USP, Brasil, 13-17 jul. 2008.
[www.abralic.org/anais/cong2008/AnaisOnline/simposios/pdf/040/LUCIANA_MURARI.pdf (consulté le 10/08/2010)]

Neto, Coelho, Sertão, 3e ed., Porto, Lello & Irmão, s. d.

Proença, Manoel Cavalcanti, Roteiro de Macunaíma, Rio de Janeiro, Civilização Brasileira, 1969.

Revista de Antropofagia, año 2, n° 13, in: Diário de São Paulo, 4 jul. 1929. [www.brasiliana.usp.br/bbd/handle/1918/060013-23 (consulté le 22/07/2011)]

Ribeiro, Santiago Nunes, “Da nacionalidade da literatura brasileira», in: Coutinho, Afrânio (dir.), Caminhos do pensamento crítico, vol. I, Rio de Janeiro, Americana, 1974, p. 30-61.

Senna, Homero. “Revisão do Modernismo”, in: Brayner, Sônia (dir.), Graciliano Ramos, Rio de Janeiro, Civilização Brasileira, 1978, p. 46-59 (col. Fortuna Crítica).

Haut de page

Notes

1 Œuvre de Mário de Andrade, ce roman phare de la littérature moderniste brésilienne est paru en 1928. Publié en français sous le titre Macounaïma : le héros sans aucun caractère, Paris, Flammarion, 1992.

2 En portugais : Revista de Antropofagia. La revue a connu deux phases, ou « dentitions » pour reprendre le terme utilisé par ses organisateurs. Elle est responsable de la diffusion du mouvement anthropophagique brésilien, dont le Manifeste Anthropophage d’Oswald de Andrade.

3 Castro, G. (de), «Desde o Rio Grande ao Pará!», Revista de Antropofagia, 2do año, n° 13, in: Diário de São Paulo, 4 jul. 1929, p. 1. [www.brasiliana.usp.br/bbd/handle/1918/060013-23 (consulté le 22/07/2011)]

4 Revista de Antropofagia, 2do año, n° 13, in: Diário de São Paulo, 4 jul. 1929, p. 1. [www.brasiliana.usp.br/bbd/handle/1918/060013-23 (consulté le 22/07/2011)]

5 Nous faisons spécifiquement référence à ce que Berman nomme la deuxième phase de la modernité, qui a débuté avec la grande vague révolutionnaire de 1790, et à ses conséquences sur la vie publique (cf. Berman, M., Tudo que é sólido desmancha no ar, São Paulo, Companhia das Letras, 2007).

6 Expression consacrée par Alfredo Bosi (1967) dans le 5e volume de la collection A literatura brasileira, intitulé « O Pré-modernismo ».

7 Revista de Antropofagia, 2do año, n° 13, in: Diário de São Paulo, 4 jul. 1929, p. 1. [www.brasiliana.usp.br/bbd/handle/1918/060013-23 (consulté le 22/07/2011)]

8 Aussi connue comme la « Semaine de 22 ».

9 En décembre 1917, Anita Malfatti, déjà ouvertement moderniste, réalise sa deuxième exposition à São Paulo. Elle a été durement critiquée par Monteiro Lobato dans l’article « Paranoïa ou mystification – l’objectif de l’Exposition Malfatti » publié dans le journal O Estado de São Paulo. À la rigueur, les critiques s’adressaient aux idéaux du modernisme et ont été déclenchées par l’exposition, cependant elles ont suscité une vive polémique parmi les intellectuels de l’époque et certains clients ont même rendu les tableaux acquis.

10 João Simões Lopes Neto (1865-1916) est un écrivain originaire de Pelotas, ville de l’état du Rio Grande do Sul. Il a vécu et produit en dehors du grand axe culturel brésilien : Rio de Janeiro-São Paulo. Son œuvre a mis du temps avant de franchir les limites de sa région et d’être connue nationalement. Peut-être cela n’a-t-il été possible que grâce à un effort de la critique, qui a « désidéologisé » l’œuvre en lui attribuant un caractère universel (cf. Arendt, J. Cl., “Contribuições alemãs para o estudo das literaturas regionais”, Pandaemonium, vol. 17, jul. 2011, p. 223) [www.scielo.br/pdf/pg/n17/a12n17.pdf (consulté le 26/08/2012)] et Arendt, J. Cl., “Simões Lopes Neto: da Estância da Graça à Sorbonne”, História de um Bruxo Velho: ensaios sobre Simões Lopes Neto, Caxias do Sul, Educs, 2004, p. 67-74.

11 Dans son acception la plus courante au Brésil, le terme de gaúcho désigne l’habitant de l’État du Rio Grande do Sul.

12 Scheichl, S. P., «Der Austritt aus der Regionalliteratur», in: Arendt, J. Cl., “Contribuições alemãs para o estudo das literaturas regionais”, Pandaemonium, vol. 17, jul. 2011, p. 223-224. [www.scielo.br/pdf/pg/n17/a12n17.pdf (consulté le 26/08/2012)]

13 Arendt, J. Cl., “Contribuições alemãs para o estudo das literaturas regionais”, Pandaemonium, vol. 17, jul. 2011, p. 222. [www.scielo.br/pdf/pg/n17/a12n17.pdf (consulté le 26/08/2012)]

14 Meyer, A., “Resolana”, Revista de Antropofagia, año 1, n° 1, mayo 1928, p. 2. [www.brasiliana.usp.br/bbd/handle/1918/060013-01#page/3/mode/1up (consulté le 22/07/2011)]

15 Bourdieu, P., Langage et pouvoir symbolique, Paris, Éditions du Seuil, 2001, p. 283.

16 Ibid., p. 285.

17 Alencar, J. (de), Iracema, Porto Alegre, L&PM, 2009, p. 124, souligné par nous.

18 Ibid., p. 124.

19 Ibid., p. 125.

20 Une partie de la critique littéraire brésilienne estime que O Vaqueano (1872), d’Apolinário Porto Alegre, est une réponse au texte de José de Alencar publié deux ans auparavant et intitulé O Gaúcho. Dans cette perspective, l’ouvrage d’Alencar ne serait pas fidèle à la caractérisation de l’habitant de l’État du Rio Grande do Sul, alors que le texte de Porto Alegre, alors membre de la Société Partenon Littéraire, une grande société littéraire du sud du Brésil, active au xixe siècle, aurait cherché à corriger ces erreurs et à rectifier la représentation du paysan gaúcho.

21 Le gaúcho est l’habitant de l’État du Rio Grande do Sul ; le sertanejo vit dans le sertão, une zone semi-aride du nord-est du pays.

22 La Révolution Farroupilha, ou Guerre des Farrapos, est un conflit armé qui a eu lieu entre septembre 1835 et mars 1845 dans l’État brésilien du Rio Grande do Sul. Il a été marqué par la déclaration d’indépendance de l’État en 1836 par les rebelles. Même si la séparation ne s’est jamais concrétisée, elle reste encore présente dans l’imaginaire populaire.

23 Anderson, B., Comunidades imaginadas: reflexiones sobre el origen y la difusión del nacionalismo, México, D. F. , Fondo de Cultura Económica, 1993.

24 Ribeiro, S. N., «Da nacionalidade da literatura brasileira», in: Afrânio, C. (dir.), Caminhos do pensamento crítico, vol. I., Rio de Janeiro, Americana, 1974, p. 39.

25 « Colonéliste », de colonélisme : expression qui a pour origine le mot « colonel », qui, au Brésil, désigne celui qui contrôle le pouvoir économique, social et politique local ou régional. Dans la plupart des cas, il s’agit d’un grand propriétaire terrien.

26 Hardman, F. F., “Antigos modernistas”, in: Novaes, A. (dir.), Tempo e História, São Paulo, Companhia das Letras / Sec. Municipal de Cultura, 1992, p. 290.

27 Arinos, A., Pelo sertão, São Paulo, Martins Fontes, 2006, p. 47-48.

28 Loi qui octroyait la liberté d’office à tous les enfants à naître.

29 Neto, C., Sertão, 3e ed., Porto, Lello & Irmão, s. d., p. 131-207.

30 Walter, B. (in : Didi-Huberman, 1998, p. 184) parlait déjà dans Sens Unique du pouvoir d’énoncer : « Trouver les mots pour ce qu’on a devant les yeux comme cela peut être difficile. Mais lorsqu’ils viennent, ils frappent le réel à petits coups de marteau jusqu’à ce qu’ils aient gravé l’image sur lui comme sur un plateau de cuivre. » Dans une certaine mesure, la critique littéraire brésilienne a marqué au fer rouge beaucoup d’ouvrages en consolidant des imaginaires préétablis sur eux.

31 Murari, L., ‘‘ ‘Sob o tênue véu da ficção’: três eventos da história brasileira nos romances de Coelho Neto ’’, Navegações, vol. 4, janeiro/junho 2011, p. 27.
[http://revistaseletronicas.pucrs.br/ojs/index.php/navegacoes/article/viewFile/9435/6536 (consulté le 6 octobre 2011)]

32 Murari, L., ‘‘ ‘Um plano superior de pátria ’: o nacional e o regional na literatura brasileira da República Velha’’, XI Congresso Internacional da ABRALIC: Tessituras, Interações, Convergências, USP, Brasil, 13-17 julho 2008, p. 2. [http://www.abralic.org/anais/cong2008/AnaisOnline/simposios/pdf/040/LUCIANA_MURARI.pdf (consulté le 10/08/2010)]

33 Murari, L., op. cit., p. 4.

34 Nous faisons référence au célèbre extrait où Mário de Andrade déclare : « Ce régionalisme ne sert même pas pour la conscience de la nationalité. Il ne fait que la souiller et l’appauvrir, en rétrécissant excessivement le champ de manifestation et donc la réalité. Le régionalisme est un fléau antinational. » (in: Chiappini, L., Velha praga? Regionalismo literário brasileiro”, in: Pizarro, A. (dir.), América Latina, palavra, literatura e cultura, São Paulo, Memorial da América Latina/Ed. da Unicamp, vol. 2, 1994, p. 669).

35 Mouvement politico-militaire révolutionnaire du nom de son leader Luis Carlos Prestes.

36 Bosi, A., “Situação de Macunaíma”, Céu, inferno, São Paulo, Duas Cidades, Editora 34, 2003, p. 199.

37 Andrade, M. (de), Macunaíma, o herói sem nenhum caráter, Rio de Janeiro, Agir, 2007, p. 220, souligné par nous.

38 Murari, L., op. cit., p. 9.

39 Andrade, M. (de), “Paulicea desvairada”, Poesias completas, 4e ed., São Paulo, Martins Editora, 1974, p. 9-64.

40 Proença, M. C., Roteiro de Macunaíma, Rio de Janeiro: Civilização Brasileira, 1969, p. 40, souligné par nous.

41 La República Velha (Vieille République) est le régime politique du Brésil entre 1889 et 1930.

42 Senna, H., “Revisão do Modernismo”, in: Brayner, S. (dir.), Graciliano Ramos, Rio de Janeiro, Civilização Brasileira, 1978, p. 51-52 (col. Fortuna Crítica).

43 Bourdieu, P., Langage et pouvoir symbolique, Paris, Éditions du Seuil, 2001, p. 283.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Tessaro Pelinser, « Régionalisme et modernisme au Brésil : dialogues entre fléaux anciens et localismes modernes », Caravelle, 107 | 2016, 95-110.

Référence électronique

André Tessaro Pelinser, « Régionalisme et modernisme au Brésil : dialogues entre fléaux anciens et localismes modernes », Caravelle [En ligne], 107 | 2016, mis en ligne le 31 décembre 2016, consulté le 22 août 2017. URL : http://caravelle.revues.org/2117 ; DOI : 10.4000/caravelle.2117

Haut de page

Auteur

André Tessaro Pelinser

Universidade de Caxias do Sul, Brasil

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org