Navigation – Plan du site
Indiens, Noirs et marrons dans le Brésil septentrional : XVIIe-XIXe siècle

Histoires, identités et frontières : Indiens et Africains dans l’Amazonie coloniale

Patricia Alves-Melo
p. 45-55

Résumés

L’article a pour point de départ une extraordinaire fugue d’esclaves du Pará vers les domaines espagnols dans la seconde moitié du xviiie siècle. À partir de la documentation des Archives générales des Indes (Séville) et de l’Archive Historique de l’Outre-mer (Lisbonne) sont abordés les contextes du monde du travail en Amazonie coloniale et l’expérience historique de la coexistence entre peuples autochtones et populations originaires d’Afrique. L’histoire de João da Silva et de son compagnon d’armes, Fernando de Rojas, a le mérite de rassembler la diversité des acteurs qui composaient l’histoire des régions frontalières. De plus, elle révèle aussi d’autres personnages qui ont contribué à la prospérité de ces régions, elle éclaire leurs relations, leurs réseaux, leurs choix, leurs ententes comme leurs conflits.

Haut de page

Notes de la rédaction

Une première version de ce travail a été publiée dans un numéro spécial de la revue Ciência e Cultura. Le présent texte, beaucoup plus développé, a été présenté en octobre 2014 lors de la IVe Rencontre Internationale d’Histoire Coloniale, à l’occasion d’une table ronde avec les Professeurs Ângela Domingues et Rafael Bivar de Marquese. Traduction de Richard Marin.

Texte intégral

1Ce matin-là de 1782, un homme portant les armes du roi d’Espagne marchait dans les rues étroites du village d’Ega (Tefé), dans la Capitainerie de São José do Rio Negro, de l’État du Grão-Pará. Pour lui, ce n’était pas un jour ordinaire. Il était bien difficile de savoir ce qu’il pouvait penser alors qu’il se rendait au siège de la Commission portugaise de démarcation afin de fournir un témoignage décisif sur sa véritable condition personnelle au fin fond de l’Amazonie. Les rumeurs qui couraient au sein des délégations portugaises et espagnoles étaient-elles fondées ? Juan de Silva, Capitaine de la Conquête, était-il réellement un esclave en fuite de Belém do Pará ?

2Son histoire était, il est vrai, tout à fait extraordinaire. Africain né en Angola, João avait été amené comme esclave, encore enfant, chez le commerçant Manoel Rodrigues Pont à Lisbonne. Il avait survécu au grand tremblement de terre de 1755 et, en 1760, à près de 17 ans, il avait été vendu et envoyé à Belém au service des agents de la Compagnie générale de commerce du Grão-Pará et Maranhão, créée sous le règne de D. José I. Entre 1757 et 1777, elle allait assurer le contrôle des routes commerciales du Pará, du Maranhão, de l’Afrique de l’Ouest et du Portugal.

3À Belém, João travailla quelque temps dans les entrepôts de la Compagnie où étaient stockés le cacao et la salsepareille avant leur expédition à Lisbonne. Là, il apprit le Nheengatu (langue générale) et bien d’autres choses encore sur les moyens de survie en Amazonie qui se révéleraient extrêmement utiles par la suite. En 1762, lassés des mauvais traitements, João da Silva, Fernando, José et deux autres esclaves s’enfuirent de Belém, remontèrent le cours du fleuve Amazone et atteignirent la rivière Putumayo. À partir de là, ils se dirigèrent vers la cordillère des Andes, la franchirent, atteignirent l’embouchure de la rivière Aguarico et trouvèrent refuge dans les missions franciscaines de la région. Le voyage avait duré près de cinq ans au cours desquels ils vécurent la plupart du temps avec les Indiens de la rivière Putumayo.

4En se faisant passer pour des affranchis, ils travaillèrent pour les Franciscains pendant plus de dix ans, les secondant dans l’implantation des villages de mission. Ils construisirent également des maisons et des palissades défensives, s’adonnèrent à l’agriculture, participèrent au maintien de la discipline dans les villages de mission, entre autres activités. Tout cela ne fit qu’accroître la solide expérience de João et de Fernando.

5Aussi, il ne leur fut guère difficile d’entrer au service de la couronne espagnole vu qu’ils avaient été recommandés par le gouverneur de la province de Mainas, en 1778, qui les avait nommés « « Capitaines de la Conquête et de la Réduction des Indiens Infidèles » à la suite de leur participation victorieuse à la déroute d’une rébellion indigène.

  • 1 Le Nheengatu, ou « langue générale » a été développé par les jésuites aux xvie et xviie siècles ave (...)

6Dès lors, il est facile de comprendre pourquoi Don Francisco de Requeña, commandant de la commission du Maranhão, invita les deux capitaines noirs à se joindre à la délégation espagnole du traité de Santo Ildefonso (1777). C’est ainsi que João et Fernando arrivèrent à Tefé, en 1782, provoquant l’étonnement de la colonie portugaise. Outre qu’ils portaient les armes, un privilège rare pour des hommes noirs dans la colonie portugaise, ils manifestaient une réelle familiarité avec le monde de la forêt et avec les Indiens : en plus du Nheengatu1, ils connaissaient la plupart des langues parlées dans le cours inférieur du Rio Putumayo (Ica) et de la rivière Caquetá (Japurá ) ; ils savaient comment nouer des contacts avec les Indiens, ceux des missions comme les autres ; ils pratiquaient l’agriculture, dominaient les techniques de fabrication de la farine de manioc, savaient comment établir des comptoirs de beurre de tortue et de poissons, construire des maisons, fabriquer et piloter des canoës grâce auxquels reconnaître les cours d’eau.

  • 2 L’histoire de João est notamment évoquée dans l’ouvrage collectif Sweet, David et Nash, Gary, Strug (...)

7João et Fernando, qui jouaient un rôle-clé dans les travaux de la commission espagnole, suscitaient un certain malaise parmi les Portugais. C’est alors qu’apparut la dénonciation selon laquelle João était un esclave fugitif du Pará. John Wilckens de Matos, responsable officiel de la Commission portugaise, exigea alors des Espagnols son retour en captivité, ce qui donna lieu à l’émission de toute une série de documents, déposés à l’Archive Historique d’Outre-mer, aux Archives publiques du Pará et aux Archives générales des Indes à Séville. Parmi ces documents, dont certains forment la base de ce texte, se trouvait la déposition de João2.

8L’histoire de João da Silva et de son compagnon d’armes, Fernando de Rojas, est surprenante à bien des égards, en particulier parce qu’elle réunit les différents acteurs impliqués dans l’histoire des régions frontalières. Mais elle met aussi en lumière d’autres personnages qui participèrent à la prospérité régionale et, ce faisant, elle éclaire le tissu des relations, des connexions, des accommodements comme des tensions. Nous n’aborderons ici que quelques-unes de ces situations.

En traçant des frontières : les traités de démarcation

9Une façon de mettre en contexte ces questions frontalières consiste à évoquer les tentatives, plus ou moins couronnées de succès, d’accords diplomatiques qui aboutirent à des traités de démarcation de la frontière. C’est pour cette raison que João, Fernando et près de 800 personnes impliquées dans la mise en œuvre du traité de Santo Ildefonso s’étaient installées dans la petite bourgade de Ega, entre 1781 et 1791.

  • 3 Reis, A., Limites e Demarcações na Amazônia Brasileira – A Fronteira com as Colônias Espanholas, vo (...)

10Ce n’était pas la première fois que l’on tentait de régler les différends territoriaux entre les couronnes espagnole et portugaise en Amérique. Pour le seul xviiie siècle, il y avait eu trois tentatives : le traité de Madrid (1750) qui aboutit à l’échange de la colonie de Sacramento contre les missions guaranis (Sete Povos das Missões) et ne connut aucune application en territoire amazonien ; le traité d’El Pardo (1761), qui annula celui de Madrid et, enfin, celui de Santo Ildefonso, signé le 1er octobre 1777. C’est ce dernier que nous allons évoquer ici3.

11Les commissions de démarcation s’installèrent dans la région à des moments différents. La commission portugaise, composée de plus de 500 personnes, arriva à Barcelos, siège de la capitainerie de São José do Rio Negro, en octobre 1780, sous le commandement de João Pereira Caldas, gouverneur et capitaine général de l’État du Grão-Pará et Rio Negro. En 1781, les Portugais se rendirent en délégation pour recevoir les Espagnols dans la forteresse de São Francisco Xavier de Tabatinga. À leur tête se trouvait Don Francisco de Requeña, le gouverneur de la province de Mainas, accompagné de près de 300 personnes qui composaient le comité espagnol arrivé en territoire portugais en vue de la démarcation.

12Les premiers travaux incluaient l’implantation de bornes à l’embouchure de la rivière Javari et à celle du canal du Auati-Paraná. Sous le sceau de la suspicion permanente, les activités de marquage n’allèrent pas sans grandes difficultés. Entre les agents chargés de la démarcation s’établit un climat de tension et les différends entre les deux délégations ne cessèrent de croître. En 1781, la première des impasses porta sur la question de l’échange des forteresses : le Major Eusebio Antonio Ribeiro refusa de remettre la forteresse de Tabatinga aux Espagnols. À son tour, Requeña manifesta une forte réticence à concéder aux Portugais les forteresses de S. Carlos et S. Felipe sur le Río Negro.

  • 4 Torres, S. M., «Definindo fronteiras lusas na Amazônia colonial: o Tratado de Santo Ildefonso (1777 (...)

13Les problèmes commencèrent à se résoudre lorsqu’on réussit à déterminer l’embouchure véritable de la rivière Japura, appelée à devenir le point zéro de la démarcation. Sur ce point, les commissions étaient en total désaccord : pour les Espagnols, l’embouchure se trouvait sur la rivière Apaporis alors que, pour les Portugais, c’était la rivière dos Enganos. Se posait aussi la question controversée de la communication entre la rivière Japurá et le Río Negro. Toutes deux resteraient sans solution, malgré les innombrables consultations auprès des deux métropoles et les dizaines de voyages d’exploration dans lesquels des hommes comme João et Fernando jouèrent un rôle déterminant4.

  • 5 Farage, N., As Muralhas dos Sertões: os povos indígenas no Rio Branco e a colonização, Rio de Janei (...)

14Au-delà de cette tension, la simple présence de tant de personnes provoqua de grands changements dans la vie quotidienne des villages de la capitainerie en raison de la demande accrue de nourriture, de logement et surtout de main-d’œuvre indienne. Les spécialistes assurent que la fragile structure démographique des noyaux urbains coloniaux fut gravement compromise au cours de la période de démarcation en raison de l’augmentation de demande de main-d’œuvre de la part de la couronne portugaise5.

  • 6 Reis, A., Lobo d’Almada: um estadista colonial, 3ra ed., Manaus, Valer, 2006.

15Finalement, en 1791, Don Francisco de Requeña et son entourage retournèrent à Mainas. À ce moment-là, Manoel da Gama Lobo d’Almada avait déjà remplacé João Pereira Caldas à la tête de la commission de démarcation. Il cumulait ce commandement avec la fonction de gouverneur de la Capitainerie de São José do Rio Negro. La Commission du Maranhão resta à Mainas jusqu’en 1804, date de sa dissolution par la Couronne espagnole6.

Acteurs du monde du travail en Amazonie coloniale

  • 7 Belloto, H., «Pombal - Marquês de», in: Silva, M. B., Dicionário da história da colonização portugu (...)

16Grâce à la diversité des tâches accomplies par João et Fernando, nous pouvons accéder à la réalité du monde du travail sur la frontière amazonienne. La politique du marquis de Pombal et son interventionnisme ont été à l’origine de grands changements dans la région. C’est tout particulièrement le cas pour la question indigène, telle qu’elle s’exprime dans la « loi sur la liberté des Indiens » (1755), la Directive des Indiens (1757-1798), la politique mercantiliste de l’État et la création de la compagnie de commerce du Grão-Pará et du Maranhão7.

  • 8 Sampaio, P., «Remedios contra la pobreza: trabajo indígena y producción de riqueza en la Amazonía P (...)

17La récente « loi sur la liberté des Indiens », tout en les délivrant de l’esclavage, en faisait de nouveaux vassaux de la couronne et les administrateurs coloniaux veillaient soigneusement à ce qu’ils reconnaissent l’autorité royale. Ils devenaient ainsi les garants de la prise de possession des territoires disputés avec l’Espagne, peuplaient les villages et constituaient l’essentielle sinon l’unique source de main-d’œuvre pour la production agropastorale, la collecte de produits de la forêt – « les drogues du sertão » – qui étaient au cœur de l’économie régionale au xviiie siècle8.

18L’économie coloniale du Grão-Pará se dédoublait en secteurs diversifiés mais néanmoins articulés entre eux. Malgré la politique de Pombal, favorable à l’agriculture, c’est le commerce des « drogues du sertão » qui dominait et garantissait la prospérité de la compagnie de commerce à laquelle João avait été vendu. La collecte des produits de la forêt provoqua des changements dans les villages, conduisit au déplacement des travailleurs pour armer les innombrables canoës en direction de l’intérieur. Elle mit en péril la production alimentaire mais enrichit aussi administrateurs, trésoriers et gros négociants.

19D’un autre côté, le secteur lié à la production vivrière a souvent été décrit comme déficitaire. En effet, la culture de produits d’exportation comme le café, le coton, la canne à sucre, même si ceux-ci n’ont sans doute pas atteint les chiffres de la collecte forestière, a tout de même beaucoup pesé jusqu’au xixsiècle.

20Des voies commerciales intérieures importantes et pourtant peu étudiées reliaient le Grão-Pará au Mato Grosso. Par la rivière Madeira transitaient d’importants volumes de marchandises hautement rentables ; les commerçants du Pará embarquaient des esclaves d’origine africaine acquis grâce au financement de la compagnie de commerce et ils s’en retournaient avec de l’or et des diamants des mines du Mato Grosso après avoir franchi des dizaines de chutes.

  • 9 Alencastro, L. F., O Trato dos Viventes, SP, Companhia das Letras, 2000, p. 141.

21L’action de la compagnie de commerce a été décisive pour stimuler les secteurs de l’économie locale. L’entreprise s’est déployée dans des secteurs stratégiques pour résoudre deux problèmes majeurs : celui du transport, en établissant des flottes régulières à travers l’Atlantique et celui de la main-d’œuvre, en introduisant des esclaves africains à des prix abordables. Ainsi a pu prendre forme une des tentatives les plus abouties de la métropole pour « insérer l’économie amazonienne » en la reliant au commerce international d’esclaves africains comme a pu l’écrire Luis Felipe de Alencastro9.

22La Compagnie assura également le financement de la production agricole et concourut à l’amélioration technique. Elle introduisit de nouvelles cultures, avança le paiement des soldes et construisit des forteresses comme celle de São Francisco Xavier de Tabatinga. Ce large éventail d’activités permit l’émergence d’une élite mercantile, d’ailleurs peu étudiée. Progressivement, elle a étendu ses actions dans les immensités intérieures de la Capitainerie en accumulant et en acquérant un patrimoine lui permettant de posséder des esclaves et de vastes propriétés.

23João a longtemps vécu dans les entrepôts de la Compagnie. Malgré sa puissance, celle-ci a été incapable de le maintenir en captivité. D’une certaine façon, c’est peut-être cette cohabitation et cette familiarité avec des populations de l’arrière-pays et des dizaines d’Indiens qui permirent à João et à ses compagnons d’obtenir les informations sans laquelle leur audacieuse évasion eût été impossible.

Réinventer les frontières : les Indiens, les Africains et l’historiographie

  • 10 Bezerra Neto, J. M., Escravidão negra na Pará, séculos xvii-xix, Belém, Pakatatu, 2012; Gomes, Fl., (...)

24Ces personnages replacent au-devant de la scène historique de l’Amazonie la présence de populations africaines dans la région. Un tel thème a longtemps été considéré comme de peu d’intérêt par une certaine historiographie qui s’ingéniait à minimiser le rôle des esclaves africains dans la région. C’est ce qu’ont mis en évidence dans leurs analyses critiques des auteurs comme José Maia Bezerra Neto et Flávio dos Santos Gomes10.

25D’une certaine façon, ils n’étaient pas seuls. Après tout, comme l’indiquait déjà Stuart Schwartz dans un article de 2003 :

  • 11 Schwartz, S., «Tapanhuns, negros da terra e curibocas: causas comuns e confrontos entre negros e in (...)

L’interaction et le contact entre les groupes indigènes et les Africains de la diaspora est l’un des aspects les moins étudiés et compris de l’histoire des Amériques. Le peu que nous savons reflète encore les intérêts du régime colonial. Par conséquent, ce que les Noirs et les indigènes pensaient les uns des autres est particulièrement difficile à démêler, vu que la documentation sur leurs relations mutuelles est rare et toujours filtrée par l’œil vigilant des colonisateurs. Au Brésil, pendant le régime colonial, les Noirs et les Indiens avaient beaucoup de choses en commun11

26Il est bien sûr impossible d’explorer toutes les possibilités et les connexions que l’extraordinaire histoire de João et Fernando suggère. Rappelons-nous qu’ils ont cohabité avec les Indiens installés dans les entrepôts de la compagnie, qu’ils ont vécu dans les missions franciscaines et furent engagés dans l’armée espagnole après avoir concouru à la défaite d’une rébellion indigène.

27Pour des raisons bien connues, l’historiographie et la recherche ont surtout mis l’accent sur les populations indigènes et fait largement l’impasse sur la présence africaine. Les Africains débarqués au Pará appartenaient à différents groupes ethniques, avec une prédominance des esclaves en provenance des ports d’Afrique occidentale au xviiie siècle et de l’Afrique centrale Atlantique au xixe siècle. Les chiffres restent imprécis parce que les études sur la traite en sont à peine à leurs débuts.

28Il convient de mettre à part l’important effort d’historiens comme Flavio Gomes et José Maia Bezerra Neto. De différentes manières, leurs travaux signalent qu’indépendamment de l’entrée tardive des Africains, les caractéristiques du commerce international et les formes d’insertion dans le monde du travail ont permis l’émergence d’une société dans laquelle les Indiens et les Africains de différentes origines ont construit des situations singulières faites à la fois de rapprochements et de conflits. Ils ont partagé un même quotidien fait d’un travail pénible et d’exclusion et, à partir de ces expériences, ils ont réinventé leur vie. Comme le résume bien Rafael Chambouleyron :

  • 12 Chambouleyron, R., «Suspiros por um escravo de Angola. Discursos sobre a mão-de-obra africana na Am (...)

L’idée que la relation plantation / esclavage africain et l’expérience du Nord-Est sucrier représentent un modèle idéal, entrave la compréhension de l’expérience du Maranhão au xviie siècle. [...] Considérer l’Amazonie comme une région périphérique conduit à la penser comme « incomplète » ou sur le mode de « l’échec », alors qu’elle est seulement différente12.

  • 13 Sampaio, P. M., Espelhos partidos: etnia, legislação e desigualdade na colônia, Manaus, EDUA, 2011.

29Les données démographiques démontrent amplement le caractère multiethnique des principales villes de l’Amazonie ; la majorité de la population n’était pas blanche. En 1787, Belém comptait 38 % de Blancs, 11 % de « Noirs, Indiens et métis » et 51 % d’esclaves. La capitainerie de Rio Negro avait une nette majorité indigène ; en 1785, 9 % étaient libres, 3 % esclaves et 88 % étaient des Indiens. C’est une réalité qu’on ne peut continuer à ignorer13.

30Circuler dans les rues de Belém aux xviiie et xixe siècles signifiait, rencontrer des portefaix africains, des vendeuses d’açaí, des domestiques et des serviteurs, des esclaves affranchis qui vendaient leur tabac, des chapeaux de paille, des ustensiles de laiton et de cuivre. Ils offraient leurs services d’orfèvres, de charpentiers et de cordonniers, profitaient de la vie à l’occasion des fêtes du Saint-Esprit, de Nazareth et du Rosaire. Les esclaves étaient aussi utilisés à d’autres tâches comme la construction de forts, la conduite d’embarcations pour le Mato Grosso, la culture de la canne à sucre, du riz, du tabac, du manioc, du maïs, dans les fermes d’élevage du bétail et des chevaux de Marajó. Ils étaient collecteurs d’açaí, pêcheurs, boulangers, travailleurs portuaires, agents de travaux publics, calfats, charpentiers, maçons, forgerons, vendeurs de tabac, de jus de canne à sucre et de fruits, lavandières, aubergistes, cuisinières et tant d’autres qui savaient « coudre, laver, repasser, cuisiner » ou gagner leur vie dans la rue .

31La présence de l’esclavage africain dans le Pará colonial a permis une certaine refonte des hiérarchies et des frontières sociales. La propriété d’esclaves constituait un puissant indicateur dans ce sens. Il est prouvé qu’une partie de la population indigène qui vivait dans le noyau colonial et jouissait d’une certaine position sociale pouvait accéder à la propriété d’esclaves. Ceci nous permet de dessiner le kaléidoscope qui se créait aux frontières : si les Indiens pouvaient être engagés dans des formes de travail contraint, ils étaient juridiquement libres (contrairement aux esclaves africains) et donc, du point de vue hiérarchique, ils jouissaient d’un statut différent.

  • 14 Schwartz, S., Segredos Internos. Engenhos e escravos na sociedade colonial, SP, Companhia das Letra (...)

32S’il est parfaitement fondé d’attendre des recherches historiques approfondies sur la place des Africains, il est tout autant nécessaire que l’historiographie de l’esclavage fasse davantage la lumière sur la place qu’occupèrent les Indiens. Leur présence n’avait rien d’épisodique, d’inhabituel ou de curieux et elle aide beaucoup à comprendre ce que fut le Brésil colonial dans sa complexité. Les indigènes ont durablement joué un rôle clé comme force de travail et donc dans le processus d’accumulation interne. Comme avait pu l’écrire, il y a longtemps déjà, Stuart Schwartz : le contact entre les Européens et les Indiens a permis « la création de catégories et de définitions sociales et raciales qui ont constamment caractérisé l’expérience coloniale »14.

33Tout ceci représente une pressante invitation à amplifier dans les recherches à venir le dialogue entre l’histoire indigène et celle de l’esclavage africain.

Pour conclure : vivre à la frontière

  • 15 Martins de Souza, J., Fronteira: a degradação do outro nos limites do humano, São Paulo, Hucitec, 1 (...)

34José de Souza Martins considère que si la frontière est une réalité singulière, c’est qu’elle est essentiellement le lieu de l’altérité. Espace de la rencontre et du rapprochement, elle est aussi, dans certaines situations historiques, un lieu d’affrontements entre des populations aux identités différentes. Plus qu’échec de la rencontre des altérités, le défi de la frontière met en perspective la divergence des temporalités historiques15.

35Il n’est pas excessif de dire que vivre sur la frontière était une « affaire très dangereuse ». João et Fernando le savaient parfaitement et pour cette raison même ils furent capables de se rendre absolument indispensables et passèrent maîtres dans l’art subtil de la survie malgré un quotidien compliqué et plein de chausse-trapes. La construction des alliances était une partie importante de cette stratégie ; Requeña se refusait de façon péremptoire à livrer son valeureux officier en dépit des réclamations insistantes du commissaire portugais. Il alla jusqu’à offrir de payer le prix de João dans le cas où sa condition du fugitif serait confirmée ; de son côté, le commissaire Matos n’accepta pas de transiger sur la restitution de l’esclave.

36Ainsi allaient les alliances. Quelques jours après le témoignage, Requeña informa le commissaire Matos que João avait déserté le service et qu’il était déjà hors des terres portugaises. Quelques semaines plus tard, les Portugais reçurent l’information selon laquelle João avait été vu avec un groupe de soldats remontant la rivière en direction de la Nouvelle-Grenade pour livrer du courrier. Jamais il ne reviendrait au service de démarcation ; il était toujours libre. Rien n’advint à Fernando qui resta aux côtés de Requeña jusqu’à son départ de Tefé en 1791.

37La dernière piste permettant de localiser João remonte à 1795. Alors proche de la cinquantaine, il venait d’être désigné pour une nouvelle mission frontalière et préparait une expédition en direction de la rivière Santiago afin d’explorer un itinéraire plus court entre Mainas et Quito. L’expédition, surprise par un groupe de guerriers Jivaro, fut décimée. Encore une fois, le conflit.

Haut de page

Notes

1 Le Nheengatu, ou « langue générale » a été développé par les jésuites aux xvie et xviie siècles avec, pour base, le vocabulaire et la prononciation tupi des tribus de la côte. Les jésuites en élaborèrent une grammaire sur le modèle latin et la langue s’enrichit de nombreux termes portugais et espagnols. Jusqu’à la fin du xviiie siècle, le Nheengatu fut une importante langue de communication.

2 L’histoire de João est notamment évoquée dans l’ouvrage collectif Sweet, David et Nash, Gary, Struggle and Survival in Colonial America, University of California Press, 1981. Nous utilisons ici l’édition en langue espagnole : Sweet, D. y Nash, G. (dir.), Lucha por la supervivencia en la América colonial, 2dª ed., México, Fondo de Cultura Ecónomica, 1987.

3 Reis, A., Limites e Demarcações na Amazônia Brasileira – A Fronteira com as Colônias Espanholas, vol. II, Belém, SECULT, 1993; Lucena Giraldo, M. (ed.), Francisco Requeña y otros: ilustrados y bárbaros: diario de la demarcación de límites al Amazonas (1782), Madrid, Alianza Editorial, 1991.

4 Torres, S. M., «Definindo fronteiras lusas na Amazônia colonial: o Tratado de Santo Ildefonso (1777-1790)», in: Sampaio, P. et Erthal, R. (org.), Rastros da memória: histórias e trajetórias das populações indígenas na Amazônia, Manaus/EDUA/CNPq, p. 96-132, 2006.

5 Farage, N., As Muralhas dos Sertões: os povos indígenas no Rio Branco e a colonização, Rio de Janeiro, Paz e Terra/ANPOCS, 1991; Torres, S. M., Onde os impérios se encontram: Demarcando fronteiras coloniais nos confins da América (1777-1791), tese de Doutorado (História), Pontifícia Universidade Católica de São Paulo, PUC/SP, 2011; Santos, Fr. J., Nos Confins Ocidentais da Amazônia Portuguesa: mando metropolitano e prática do poder régio na Capitania do Rio Negro no século xviii, tese de Doutorado (Sociedade e Cultura na Amazônia), Universidade Federal do Amazonas, 2012.

6 Reis, A., Lobo d’Almada: um estadista colonial, 3ra ed., Manaus, Valer, 2006.

7 Belloto, H., «Pombal - Marquês de», in: Silva, M. B., Dicionário da história da colonização portuguesa no Brasil, Lisboa, Verbo, p. 645-648, 1994. Sur la Directive des Indiens, cf. Coelho, M. C., Do Sertão para o Mar: um estudo sobre a experiência portuguesa na América, a partir da Colônia: o caso do Diretório dos Índios (1758-1798), tese de Doutorado (História), Universidade de São Paulo/USP, 2006.

8 Sampaio, P., «Remedios contra la pobreza: trabajo indígena y producción de riqueza en la Amazonía Portuguesa, siglo xviii», in: Fronteras de la Historia, Instituto Colombiano de Historia y Antropologia, 9, p. 17-59, 2004.

9 Alencastro, L. F., O Trato dos Viventes, SP, Companhia das Letras, 2000, p. 141.

10 Bezerra Neto, J. M., Escravidão negra na Pará, séculos xvii-xix, Belém, Pakatatu, 2012; Gomes, Fl., «Indígenas, Africanos y comunidades de fugitivos en la Amazonia Colonial», Historia y espacio, vol. 34, 2010, p. 201-228; Ruiz-Peinado Alonso, J. L., «Tiempos Afroindígenas en la Amazonia Brasileña. Primera mitad del siglo xix», Revista de Indias, 2010, vol. LXX, nº 249, p. 583-608.

11 Schwartz, S., «Tapanhuns, negros da terra e curibocas: causas comuns e confrontos entre negros e indígenas», AfroÁsia, 29/30, 2003, p. 13-40.

12 Chambouleyron, R., «Suspiros por um escravo de Angola. Discursos sobre a mão-de-obra africana na Amazônia seiscentista», in: Humanitas, 20, 1/2, 2004, p. 99.

13 Sampaio, P. M., Espelhos partidos: etnia, legislação e desigualdade na colônia, Manaus, EDUA, 2011.

14 Schwartz, S., Segredos Internos. Engenhos e escravos na sociedade colonial, SP, Companhia das Letras, 1988, p. 57.

15 Martins de Souza, J., Fronteira: a degradação do outro nos limites do humano, São Paulo, Hucitec, 1997.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patricia Alves-Melo, « Histoires, identités et frontières : Indiens et Africains dans l’Amazonie coloniale », Caravelle, 107 | 2016, 45-55.

Référence électronique

Patricia Alves-Melo, « Histoires, identités et frontières : Indiens et Africains dans l’Amazonie coloniale », Caravelle [En ligne], 107 | 2016, mis en ligne le 31 décembre 2016, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://caravelle.revues.org/2076 ; DOI : 10.4000/caravelle.2076

Haut de page

Auteur

Patricia Alves-Melo

Universidade Federal do Amazonas (UFAM)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org