Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Juan Romero, Antoni Furió (ed.), Historia de las Españas. Una aproximación crítica

Valencia, Tirant Humanidades, 2015
Frédérique Langue
p. 196-198
Référence(s) :

Juan Romero, Antoni Furió (ed.), Historia de las Españas. Una aproximación crítica, Valencia, Tirant Humanidades, 2015, 451 p.

Texte intégral

1Pour qui s’intéresse un tant soit peu à l’histoire ou à la littérature de l’Espagne, il est pour le moins difficile de s’abstraire de l’ombre qui plane sur le pays depuis la Guerre civile. Les Espagne sont devenues une référence implicite de la plupart des travaux historiques, référence qui ressurgit fort opportunément sous les feux de l’« actualité », lors de transferts d’archives (ceux de la Guerre civile précisément), de fermetures de ces dernières sous le gouvernement conservateur de Mariano Rajoy, ou encore de l’élaboration d’un dictionnaire particulièrement complaisant envers la période franquiste et ses « héros ». La mobilisation des historiens, plus largement des spécialistes de sciences sociales reflète alors ce clivage érigé en paradigme des idéologies en présence. On ne peut que faire le constat renouvelé de ce clivage, de sa persistance dans les mémoires collectives, de la présence de ce « passé qui ne passe pas » et « pèse » durablement sur le présent comme le soulignent d’entrée les coordinateurs de l’ouvrage.

2Plus encore : selon que l’on s’intéresse au territoire lui-même et à ses régions et par là-même à la formation de la nation, les identités revendiquées se font plus pressantes, influençant une production historiographique tout aussi clivée en fonction des traumatismes d’une histoire par ailleurs chargée d’émotions et de sensibilités diversement interprétées. La fin de la monarquía compuesta, la crise et perte définitive des possessions impériales (abordées par Antonio-Miguel Bernal) et Borja de Riquer Permanyer, l’« échec » de l’inclusion dans la modernité européenne (en 1640, circonstances analysées par Antoni Simon i Tarrés), le temps des « libertés » confrontées à l’absolutisme des Bourbons (Joaquim Albareda), ou encore les aspirations à une régénération politique et morale, la très plurielle Constitution de Cadix de 1812 (Juan Sisinio Pérez Garzón) hantent les écrits de penseurs préoccupés de l’« être » de cette Espagne « invertébrée » (Ortega y Gasset), « réalité historique » (Américo Castro) et, dans tous les cas, « énigme historique » (Claudio Sánchez Albornoz).

3Le débat autour de l’indépendance de la Catalogne n’est à cet égard que le dernier épisode d’une histoire que cet ouvrage vise à retracer en mettant à distance les approches « traditionnelles », les injonctions et orthodoxies essentialistes – érigées en « ingrédients essentiels du processus de nationalisation des Espagnols et de la construction de l’identité espagnole dans la seconde moitié du XIXe siècle, mais situant la singularité hispanique dans la Reconquête (« clé » de l’histoire d’Espagne selon Sánchez Albornoz) et le règne des Rois Catholiques, l’expulsion des « Maures » et l’espagnolité de Al-Andalus, quand ce n’est pas dans la nuit des temps – ou encore l’instrumentalisation de ce passé, les mésusages qui accompagnent les usages publics de cette histoire (Pedro Ruiz Torres à propos de la Catalogne notamment, Josep Fontana).

4Le pluriel, le collectif, mais aussi la diversité importent davantage ici que le singulier, en un parcours qui embrasse tout aussi bien les Espagne du Moyen Âge (étudiées par Antoni Furió) que l’Espagne censément démocratique d’aujourd’hui et des configurations político-institutionnelles et pueblos qui la composent, dans tous les sens du terme, en une invitation à penser d’une manière critique l’histoire de cette Espagne démocratique et inachevée plus qu’intolérante, voire des Espagne, de ses « problèmes », de ses « autonomies » et particularismes, suivant la voie tracée par Jaume Vicens Vives ou Pierre Vilar (Juan Romero, Manuel Alcaraz, Pedro Ruiz Torres). De ses exils également, que Ramón Villares aborde dans la perspective conjointe de la pratique démocratique et des autonomies, ou de ses défis abordés par Alain G. Gagnon par le biais de la référence aux États plurinationaux et le modèle complexe que constitue toujours le Québec du XXIe siècle. Comme l’indiquent la plupart des auteurs, il ne s’agit pas ici de convaincre, vœu pieux que l’actualité récente se chargerait de réduire à néant, encore moins d’imposer une vision spécifique du devenir historique de l’Espagne et des identités qui la composent, mais de susciter la réflexion. Le propos se veut à l’écart de tout engagement ou prise de position. Il reste que, de par sa simple existence, cet ouvrage témoigne déjà, non seulement en faveur de pratiques démocratiques de l’histoire, mais également d’un pluralisme de la pensée, fût-elle historienne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédérique Langue, « Juan Romero, Antoni Furió (ed.), Historia de las Españas. Una aproximación crítica », Caravelle, 106 | 2016, 196-198.

Référence électronique

Frédérique Langue, « Juan Romero, Antoni Furió (ed.), Historia de las Españas. Una aproximación crítica », Caravelle [En ligne], 106 | 2016, mis en ligne le 25 juin 2016, consulté le 26 avril 2017. URL : http://caravelle.revues.org/2024

Haut de page

Auteur

Frédérique Langue

CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org