Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Fernado Morais, Olga. Allemande, juive, Révolutionnaire

Chandeigne, 2015
Richard Marin
p. 195-196
Référence(s) :

Fernado Morais, Olga. Allemande, juive, Révolutionnaire, Chandeigne, 2015, 454 p.

Texte intégral

1Les éditions Chandeigne, dont on sait le précieux travail de divulgation des littératures lusophones, ont eu l’excellente idée de traduire l’ouvrage de Fernando Morais, Olga, paru en 1985. Cette biographie journalistique particulièrement bien informée, rapidement devenue un best-seller, retrace la vie aventureuse, intrépide et tragique de la communiste allemande Olga Benario entre Allemagne et Brésil. Au fil des pages, c’est à un voyage dans l’histoire du mouvement communiste des années 20 et 30 que nous convie l’auteur.

2Née en 1908 dans une famille de la bourgeoisie juive munichoise, Olga tient de son père, un avocat social-démocrate défenseur des ouvriers devant les tribunaux, son ouverture précoce à la question sociale. Dès l’âge de 15 ans, elle milite dans les rangs des Jeunesses communistes et, en 1928, elle participe à un audacieux coup de main qui parvient à libérer son compagnon de prison. Partie à Moscou avec celui-ci, elle intègre les filières de l’Internationale communiste. C’est dans la capitale de l’Union soviétique qu’elle fait la connaissance de Luis Carlos Prestes, devenu une légende au Brésil après avoir dirigé, à travers tout le pays, une longue marche insurrectionnelle de 1924 à 1927. Arrivé en 1931 à Moscou, celui que Jorge Amado désignera quelques années après comme le « chevalier de l’espérance », adhère au Parti communiste brésilien en 1934 et intègre, dans la foulée, la commission exécutive de l’Internationale. Cette même année, Olga est désignée pour l’accompagner au Brésil afin d’y préparer la révolution. Au cours du voyage se noue entre les deux une relation intime.

3Au Brésil, en dépit du développement rapide de l’Alliance Nationale Libératrice (A.N.L.), un mouvement de masse antifasciste contrôlé par le PCB, les conditions sont loin d’être réunies pour le passage à l’action révolutionnaire et à la prise du pouvoir. Aussi, le putsch de caserne imprudemment déclenché par les communistes, le 23 novembre 1935, à Natal, Recife et Rio est rapidement maté.

4Ce fiasco offre l’occasion rêvée à Getulio Vargas de briser l’opposition de gauche et de mettre en place les futures bases de la dictature de l’Estado Novo (1937-1945). En mars 1936, Prestes et Olga sont arrêtés et cette dernière, enceinte de sept mois, est livrée par Vargas à l’Allemagne nazie, avec laquelle, à ce moment-là, les relations sont au mieux. Anita Leocadia, la fille de Olga naîtra dans une prison allemande et ne devra sa libération qu’à une campagne internationale de grande ampleur. Quant à sa mère, elle est transférée en mars 1938 au camp de concentration de Lichtenburg puis, l’année suivante, à Ravensbrück. Le 23 avril 1942 elle est finalement exécutée dans la chambre à gaz du camp de Bernburg, spécialisé dans l’élimination de malades et d’attardés mentaux.

5Devenue héroïne en RDA comme grande figure de la résistance féminine antinazie, sa fin dramatique, aujourd’hui largement divulguée, est comme une tache indélébile sur le régime de Getulio Vargas, ce que nous rappelle excellemment cette volumineuse biographie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Richard Marin, « Fernado Morais, Olga. Allemande, juive, Révolutionnaire », Caravelle, 106 | 2016, 195-196.

Référence électronique

Richard Marin, « Fernado Morais, Olga. Allemande, juive, Révolutionnaire », Caravelle [En ligne], 106 | 2016, mis en ligne le 25 juin 2016, consulté le 29 mai 2017. URL : http://caravelle.revues.org/2022

Haut de page

Auteur

Richard Marin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org