Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Soizic Croguennec, Société minière et monde métis. Le centre-nord de la Nouvelle Espagne au XVIIIe siècle

Madrid, Casa de Velázquez, 2015
Frédérique Langue
p. 185-187
Référence(s) :

Soizic Croguennec, Société minière et monde métis. Le centre-nord de la Nouvelle Espagne au XVIIIe siècle, Madrid, Casa de Velázquez, 2015, 358 p.

Texte intégral

1Que l’histoire d’Amérique espagnole ait des thèmes et des espaces privilégiés n’est guère une surprise. Sa propre généalogie et les mythes associés à la découverte des Nouveaux Mondes et à la richesse créée par des métaux précieux qui firent le bonheur des économies et des imaginaires européens, ont suscité un intérêt non démenti en faveur des régions productrices de minerai d’argent, qu’il s’agisse de la Nouvelle Espagne ou de la vice-royauté du Pérou. Paradoxalement, une nouvelle génération d’historiens, délaissant des thèmes à la mode, s’est à nouveau intéressée à des régions dont on pouvait penser, a priori, que « tout » avait été fait, un nombre conséquent d’ouvrages étant devenu des références incontournables sur le sujet. Tel est indéniablement le cas de la région correspondant à l’Intendance de Zacatecas. Il est toutefois deux circonstances qui permettent de pallier cette impression dominante : la situation des archives mexicaines, qui, malgré des aléas persistants, ont été pour certaines d’entre elles tirées de l’oubli grâce à une politique patrimoniale volontariste ; et le renouveau de l’historiographie par les marges de l’histoire sociale. Au-delà de l’histoire minière proprement dite et de ses élites, c’est en effet l’histoire des métissages et des réseaux dits relationnels qui ont ouvert la voie à une histoire sociale novatrice, fondée sur une prise en compte constante des « représentations ».

2Il est donc naturel que Soizic Croguennec ait revendiqué l’inscription de ses travaux à la fois dans le cadre des études portant sur le métissage, dans l’ordre biologique et culturel, en renouvelant d’entrée les questionnements. Il est à noter que ce recentrement sur une région et même, sur une ville (Zacatecas), particulièrement bienvenu en ces temps d’errements historiographiques « mondialisés », est la condition indispensable à l’appréhension de la circulation des hommes et des métaux précieux à la période moderne et plus précisément tout au long du XVIIIe siècle. L’enjeu était indéniable en raison de l’ampleur prise par l’historiographie du métissage. Dès l’introduction se trouvent ainsi proposées un une série d’hypothèses des plus stimulantes, qui prolongent voire subvertissent la question des « influences » européennes et de l’« américanisation en retour ». Dès lors, c’est une réflexion extrêmement originale qui nous est proposée, croisant statut social et métissage : c’est tout un « monde métis » qui est ici mis en exergue, un petit peuple urbain de cette société d’Ancien Régime appréhendée dans son quotidien. S. Croguennec en aborde le discours, revisitant des sources jusqu’alors peu utilisées dans cette perspective, notamment les archives inquisitoriales et judiciaires.

3Dans la région minière de Zacatecas, « zone-frontière » de la Nouvelle Espagne au XVIIIe siècle voire au-delà, des comportements et des pratiques sociales en partie libérés du contrôle exercé par l’administration espagnole sont ainsi mis en évidence, ne se limitant pas aux problématiques indigénistes prisées de l’historiographie fronteriza. Les diverses composantes du monde métis se trouvent prises en considération, des Indiens ladinos aux Espagnols pauvres, sans sacrifier pour autant à la dernière mode historiographique américaniste et à ses invocations « racialisantes » issues en fait de catégories analytiques pour le moins contemporaines. Réhabilitant les termes mêmes utilisés par les sources judiciaires et criminelles, condición et calidad, S. Croguennec met l’accent sur une « stratification socio-raciale » de ces « plèbes urbaines » qui est aussi d’ordre « socio-économique », distinguant par ailleurs dans cette histoire « au ras du sol » des degrés de la servitude. Une remarquable typologie des mobilités caractéristiques de cette plèbe minière émerge de cette étude passionnante de populations à la fois métisses et migrantes (en fonction des cycles de l’économie minière), aux pratiques pour le moins hétérodoxes, dans la grande tradition des sociétés du centre-nord de la Nouvelle Espagne et de leurs marges. Le quotidien de cette « société métisse fondée sur un jeu de rôle permanent » est marqué en effet par une grande violence et une criminalité non moins présente, ainsi que par la transgression des normes et des hiérarchies sociales, comme en témoigne l’ampleur du phénomène de la bigamie, des litiges d’ordre économique (dettes) ou encore des désaccords survenant au sein même des familles. S. Croguennec en vient de la sorte à identifier les « angoisses identitaires d’un groupe créole parfois déstabilisé par la pression démographique » et une plèbe urbaine transformée en facteur de déstabilisation de l’ordre colonial.

4Fondé sur une argumentation précise, une grande maîtrise des sources judiciaires et de l’historiographie spécialisée, cet ouvrage offre un contrepoint des plus éclairants au « silence des sources » habituellement invoqué à l’endroit des sociétés métisses coloniales. Le croisement des discours produits par les métis sur eux-mêmes avec ceux qui émanent d’autres instances ou groupes sociaux et l’ensemble des « représentations » en dérivant constitue de toute évidence l’un de ses apports majeurs. Le métis est appréhendé et posé comme une construction et une dynamique socio-culturelle résultant d’identités certes assignées, mais tout aussi bien contestées, voire effacées. Cette étude ne manquera donc pas de susciter nombre de débats quant à l’usage des catégories en histoire sociale et culturelle de l’Amérique espagnole et au-delà, s’imposant pour l’heure comme une référence essentielle de l’historiographie américaniste.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédérique Langue, « Soizic Croguennec, Société minière et monde métis. Le centre-nord de la Nouvelle Espagne au XVIIIe siècle », Caravelle, 106 | 2016, 185-187.

Référence électronique

Frédérique Langue, « Soizic Croguennec, Société minière et monde métis. Le centre-nord de la Nouvelle Espagne au XVIIIe siècle », Caravelle [En ligne], 106 | 2016, mis en ligne le 25 juin 2016, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://caravelle.revues.org/2013

Haut de page

Auteur

Frédérique Langue

CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org