Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Ricardo Salas Astrain, Fabien Le Bonniec (dir.), Les Mapuche à la mode. Modes d’existence et de résistance au Chili, en Argentine et au-delà

Paris, L’Harmattan, Esthétiques, 2015
Richard Marin
p. 231-232
Référence(s) :

Ricardo Salas Astrain, Fabien Le Bonniec (dir.), Les Mapuche à la mode. Modes d’existence et de résistance au Chili, en Argentine et au-delà, Paris, L’Harmattan, Esthétiques, 2015.

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif, produit par les chercheurs du groupe d’Études Interethniques et Interculturelles de l’Université catholique de Temuco (Chili), se compose de treize articles. Pour l’essentiel, il se consacre à l’analyse de l’émergence du mouvement sociopolitique et culturel mapuche, en Argentine et, surtout, au Chili. Il s’intéresse tout particulièrement à la confrontation entre les logiques culturelles de la société dominante et celles des Mapuche dont les revendications et l’affirmation identitaire n’ont cessé de gagner en ampleur depuis le début des années 90. Cette visibilité nouvelle mérite d’autant plus d’être soulignée qu’il y a peu encore de nombreuses voix pronostiquaient la disparition inexorable de leur culture. Or, selon les derniers recensements et avec toutes les réserves qu’ils peuvent susciter s’agissant des classifications ethniques, l’auto-affirmation mapuche a progressé : ils étaient 955 000 en Argentine (2,4 % de la population) en 2010 et 1 442 215 au Chili (8,6 % de la population) en 2012.

2Les Mapuche à la mode est organisé autour de trois axes de réflexion. Le premier, intitulé « Territoires, Mémoires et Langues en pays mapuche », rend compte des cadres historique, géographique, linguistique et juridique qui ont conditionné l’évolution du territoire et de la société mapuche contemporaine. Cette première partie met bien en lumière la façon dont les États argentin et chilien, dans la seconde moitié du XIXe siècle, ont progressivement mis fin à la souveraineté des Mapuche sur leur territoire, alors que celle-ci était reconnue par la législation coloniale.

3Le second axe sur les « savoirs éducationnels et culturels entre deux mondes » s’intéresse aux combats récents menés par les Mapuche en défense de leur culture. Il évoque leur lutte de longue durée contre la castillanisation à outrance et la scolarisation mono-culturelle, la défense de leur langue (le mapudungun) ainsi que l’insistance militante en faveur d’un dialogue entre savoirs occidentaux et indigènes. À partir des années 90, de substantielles avancées sont intervenues au Chili : ainsi, la loi de 1993 dite ley indígena (Chili) a-t-elle donné une impulsion décisive à l’éducation primaire interculturelle en contexte mapuche.

4Le troisième et dernier axe décrit, à partir d’études de cas, les modes de résistance et les échelles de mobilisation des Mapuche dans le contexte de la mondialisation, avec, nous disent les auteurs, un glissement du discours autonomiste vers une rhétorique de plus en plus ethno-nationaliste. Ces luttes complexes mettent en relations les acteurs locaux, les ONG, les fonctionnaires d’organismes nationaux et internationaux et les entreprises transnationales. Une place particulière est accordée à la lutte des Mapuche de l’Araucanie contre les avancées et la spoliation des grandes entreprises forestières. Au passage, est rappelé le tribut payé par les Mapuche sous la dictature du général Pinochet : selon le rapport de la Commission Nationale de réparation et de réconciliation (2001), 149 d’entre eux sont morts victimes de la violence d’État dont 51 en Araucanie pour la défense de leurs terres.

5Ces mobilisations, dans un contexte international plus favorable avec, notamment, les résolutions de la décennie onusienne des populations autochtones (1995-2005), ont sans doute favorisé une réelle inflexion des politiques publiques de l’État chilien – fort peu est dit sur l’Argentine. Nombre de communautés mapuche ont pu récupérer leurs terres et la nomination par Michelle Bachelet, en 2014, du premier intendant d’origine mapuche pour la 9e région, lequel a publiquement demandé pardon au peuple mapuche pour la spoliation de ses terres par l’État chilien marque, au moins symboliquement, un tournant à ne pas sous-estimer.

6On l’aura compris, grâce à son ambition synthétique sur la question, cet ouvrage est une lecture de grand intérêt pour quiconque s’intéresse au devenir des descendants des Araucans, ces farouches résistants à la Conquista espagnole.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Richard Marin, « Ricardo Salas Astrain, Fabien Le Bonniec (dir.), Les Mapuche à la mode. Modes d’existence et de résistance au Chili, en Argentine et au-delà », Caravelle, 105 | 2015, 231-232.

Référence électronique

Richard Marin, « Ricardo Salas Astrain, Fabien Le Bonniec (dir.), Les Mapuche à la mode. Modes d’existence et de résistance au Chili, en Argentine et au-delà », Caravelle [En ligne], 105 | 2015, mis en ligne le 05 février 2016, consulté le 31 mai 2016. URL : http://caravelle.revues.org/1887

Haut de page

Auteur

Richard Marin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org