Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Ewa Bogalska-Martin (dir.), Être noir au Brésil aujourd’hui. Identité et mémoires en mutation

Paris, L’Harmattan, La Librairie des Humanités, 2015
Richard Marin
p. 230-231
Référence(s) :

Ewa Bogalska-Martin (dir.), Être noir au Brésil aujourd’hui. Identité et mémoires en mutation, Paris, L’Harmattan, La Librairie des Humanités, 2015.

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif est composé de dix articles rédigés par des anthropologues et sociologues de l’Université de Grenoble, des chercheurs brésiliens et le journaliste Charles Vanhecke, longtemps correspondant du Monde au Brésil. Il est préfacé par la grande historienne brésilienne Katia Mattoso, décédée en 2012. « Être esclave au Brésil » (1982), un de ses maîtres-livres, inspire d’ailleurs le titre de l’ouvrage.

2À travers les différentes contributions, l’objectif affiché est de sonder les différentes facettes de ce moment inauguré avec la restauration des institutions démocratiques, il y a une trentaine d’années, avec l’effervescence de l’afro-brasilianité et la remise en cause du mythe de la démocratie raciale, forgé dans les années 1930.

3À cette fin, l’ouvrage revisite un certain nombre de thèmes au cœur du débat national. Ainsi sont passées en revue les questions du racisme, de la discrimination raciale, les programmes d’affirmation positive imaginés sous la présidence Fernando Henrique Cardoso et devenus effectifs sous celle de Lula, la vivacité des formes religieuses d’origine africaine ou, encore, l’élaboration d’une mémoire de l’afro-brasilianité, longtemps occultée et qui pèse désormais dans le sens d’une reconfiguration de l’identité nationale. Dans leur ensemble, ces contributions témoignent de ce que, au bout du compte, la société brésilienne a beaucoup gagné en lucidité sur elle-même et que, si beaucoup reste encore à faire pour la promotion des afro-descendants, on ne peut contester qu’un grand chemin a été parcouru.

4Au total, il s’agit d’un ouvrage qui ne manque pas d’intérêt mais, c’est un peu la loi du genre, très inégal. Dans la première partie intitulée « Dynamiques identitaires et mémoires », la plus fournie, on relèvera tout particulièrement l’article de Charles Vanhecke : « La nouvelle position des noirs dans la conscience brésilienne » qui problématise et synthétise de manière très claire l’évolution des trente dernières années.

5Dans la seconde partie, les deux articles consacrés au fait religieux disent en réalité fort peu sur les religions de racine africaine au-delà de quelques généralités.

6Quant à la dernière partie, intitulée carrières noires », on retiendra l’article original de Michel Raspaud qui montre de manière convaincante que les trois autobiographies du footballeur Pelé (1961, 1977, 2006) sont un bon sismographe capable de prendre la mesure des évolutions des mentalités brésiliennes. En effet, les plus récentes n’hésitent pas à évoquer le racisme vécu par le jeune footballeur, alors que rien n’en est dit dans l’ouvrage de 1961, au temps de la démocratie raciale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Richard Marin, « Ewa Bogalska-Martin (dir.), Être noir au Brésil aujourd’hui. Identité et mémoires en mutation », Caravelle, 105 | 2015, 230-231.

Référence électronique

Richard Marin, « Ewa Bogalska-Martin (dir.), Être noir au Brésil aujourd’hui. Identité et mémoires en mutation », Caravelle [En ligne], 105 | 2015, mis en ligne le 05 février 2016, consulté le 03 décembre 2016. URL : http://caravelle.revues.org/1885

Haut de page

Auteur

Richard Marin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org