Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Anita Ferrara, Assessing the Long-term Impact of Truth Commissions. The Chilean truth and reconciliation commission in historical perspective

London-New York, Routledge, 2015, 258 p.
Frédérique Langue
p. 228-230
Référence(s) :

Anita Ferrara, Assessing the Long-term Impact of Truth Commissions. The Chilean truth and reconciliation commission in historical perspective, London-New York, Routledge, 2015, 258 p.

Texte intégral

1Bien que placé dans une collection consacrée au droit et aux sciences politiques, cet ouvrage récent d’Anita Ferrara, issu de sa thèse soutenue à l’Université de Londres en 2012, présente un intérêt indéniable pour l’histoire du temps présent, au-delà de sa remarquable vocation pluridisciplinaire. Les commissions de la vérité constituent en effet l’un des éléments clés des processus de transition à la démocratie dans l’Amérique latine des années 1990 voire plus tardivement dans le cas brésilien. À l’interface des institutions étatiques et des ONG portées par la société civile, elles font de la connaissance de ce « passé qui ne passe pas » l’une des conditions sine qua non de la viabilité d’une démocratie retrouvée et de modes de gouvernance fondés sur la « réconciliation ». Telle est d’ailleurs l’une des initiatives prises par les gouvernements de sortie de dictature, ce dont témoigne l’exemple chilien. La Commission de vérité et réconciliation chilienne a été créée en 1990, à la fin du régime de Pinochet et à l’initiative d’un gouvernement démocratiquement élu, afin de statuer sur les violations des droits humains commises au long des dix-sept années d’une dictature parmi les plus impitoyables de l’histoire tragique du continent. Elle est la première des cinq commissions de ce type créées dans le monde et, par conséquent, à autoriser une analyse sur une durée suffisamment longue à l’échelle de ce type d’organisme, y compris dans le domaine sensible de la justice dite « transitionnelle » dont elle a été, en grande partie, à l’origine.

2L’ouvrage vise en tout premier lieu à analyser la manière dont la commission chilienne a contribué à la « transition » à la démocratie, s’appuyant sur le pacte conclu à cette occasion, identifiant les responsabilités (politiques et militaires) et ouvrant la voie à des décisions de justice. Cette perspective historique et le constat de cette « mémoire du passé » dans l’opinion publique chilienne permet à l’auteur de s’inscrire à l’encontre de l’opinion communément admise et véhiculée en grande partie par les medias, selon laquelle les activités de la commission chilienne n’auraient été suivies que de peu d’effets. A. Ferrara démontre tout au long de son étude que c’est l’inverse qui s’est produit sur le long terme : la commission chilienne a bel et bien été à l’origine de la quête de justice (condamnations des responsables d’assassinats et de disparitions), de politiques de réparation mais aussi de transformations éthiques et institutionnelles (notamment lors de la deuxième commission dite commission Valech, à l’origine du rapport de 2004), à l’instar du travail réalisé par d’autres organismes comparables au niveau mondial. Le travail ardu de ces commissions, sur lesquelles les travaux adoptant une perspective historique sont encore peu nombreux et plus encore dans une perspective comparée, est ainsi éclairé par l’exemple chilien. Les prolongements de celui-ci en termes de justice internationale (épisode de l’arrestation de Pinochet à Londres [1988] et ses conséquences sur le processus politique chilien ou « transition pactée », les institutions judiciaires et la société dans son ensemble, le rôle joué sur ce point par le rapport Rettig, enquête sur les violations des droits humains publiée en 1991) sont ainsi amplement précisés.

3Ce très bel ouvrage, extrêmement précis et argumenté constitue une lecture incontournable pour les historiens du contemporain et plus encore du temps présent, spécialistes ou non du domaine latino-américain, de la « justice transitionnelle » (A. Ferrara est d’ailleurs la fondatrice du Centre for Transitional Justice and Development, à Rome, et a une expérience dans le domaine des droits humains et de la gouvernance, acquise auprès d’organismes dépendant de l’ONU) et de la résolution de conflits, des droits humains et de la justice criminelle internationale. Son orientation pluridisciplinaire fait la preuve, si besoin était, de la nécessité d’approches convergentes d’événements et de situations présentes dont seule l’inscription dans le passé permet de percevoir les tenants et aboutissants. Ajoutons que le processus de mémorialisation, perceptible entre autres à travers la création d’un Musée de la mémoire et des droits humains, en d’autres termes la prise en compte des enjeux patrimoniaux liés à la connaissance d’un passé récent et de ses implications dans le temps présent, n’est pas oublié de cette réflexion « holistique » combinant archives et témoignages qui constitue, à nos yeux, un modèle du genre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédérique Langue, « Anita Ferrara, Assessing the Long-term Impact of Truth Commissions. The Chilean truth and reconciliation commission in historical perspective », Caravelle, 105 | 2015, 228-230.

Référence électronique

Frédérique Langue, « Anita Ferrara, Assessing the Long-term Impact of Truth Commissions. The Chilean truth and reconciliation commission in historical perspective », Caravelle [En ligne], 105 | 2015, mis en ligne le 05 février 2016, consulté le 25 mai 2016. URL : http://caravelle.revues.org/1883

Haut de page

Auteur

Frédérique Langue

CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org