Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Verónica Oikión Solano, Eduardo Rey Tristán, Martín López Avalos (ed.), El estudio de las luchas revolucionarias en América Latina (1959-1996). Estado de la cuestión

Zamora-Santiago de Compostela, El Colegio de Michoacán/Universidade de Santiago de Compostela, 2014, 504 p. + CD-Rom
Frédérique Langue
p. 227-228
Référence(s) :

Verónica Oikión Solano, Eduardo Rey Tristán, Martín López Avalos (ed.), El estudio de las luchas revolucionarias en América Latina (1959-1996). Estado de la cuestión, Zamora-Santiago de Compostela, El Colegio de Michoacán/Universidade de Santiago de Compostela, 2014, 504 p. + CD-Rom.

Texte intégral

1Si l’on se place dans le contexte de la Guerre froide et de la rupture « dialectique » affectant aussi bien les processus révolutionnaires que le socialisme internationaliste à la suite de la Révolution cubaine (1959), revisiter les nouvelles options idéologiques et politiques du second vingtième siècle présente un intérêt certain, compte tenu de l’ouverture des archives concernant cette période et de la multiplication des travaux la concernant. Cet ouvrage insiste d’entrée sur la diffusion d’un nouveau modèle globalisant, celui de la « nouvelle gauche » appelé à influencer durablement les gauches latino-américaines et au-delà. Un bilan est proposé de la période pendant laquelle le nationalisme révolutionnaire évolue vers des formes de socialisme internationaliste, et les expériences insurrectionnelles continentales s’insèrent dans une logique internationale. Y a-t-il pour autant un « modèle » de révolution latino-américaine comme l’ont soutenu les propagandistes d’une version autoritaire du changement social et politique ? Les diverses contributions y répondent en partie, dans un cadre qui reste cependant celui des différents pays étudiés. En d’autres termes, elles éclairent cette problématique à partir de cas nationaux visant avant tout à proposer un bilan historiographique critique du « paradigme révolutionnaire » et des idéologies en présence.

2L’étude de cette gauche révolutionnaire s’ouvre logiquement sur deux textes concernant l’exemple emblématique de Cuba et l’Amérique latine dans une perspective comparée, les limitations historiographiques d’un sujet encore marqué par les frontières de l’État-nation, et la variabilité des définitions de la « révolution ». Le rôle légitimateur du discours historiographique – particulièrement conséquent – dans la Cuba de F. Castro est souligné, démarche qui ne manque pas d’intérêt compte tenu de l’importance accordée à la lutte armée et au foquisme sur le continent aussi bien par ses partisans que par leurs adversaires. L’histoire militante trouve également sa place sur le terrain argentin (Montoneros, ERP) ou encore dans Brésil de la Commission de la Vérité, où se pose indiscutablement la question de la place de la guérilla dans la « mémoire sociale et les usages politiques du passé ». La violence sur le long terme (Colombie), la reconnaissance du traumatisme de la dictature et du rôle de la résistance armée (Chili), les racines populaires de la lutte armée, le rôle de la théologie de la Libération et du marxisme et son éventuelle reconversion sous forme de partis politiques (Salvador, Guatemala, Nicaragua, Pérou, Uruguay…), les cycles du socialisme révolutionnaire et son impact dans l’imaginaire politique continental, l’asymétrie des affrontements et le terrorisme d’État voire le rôle des organismes de Sécurité nationale (Mexique et autres) sont quelques-uns des thèmes abordés par les différents auteurs. À noter que l’histoire orale occupe ici et pour des raisons évidentes une place de choix dans ces études du « contemporain », ce qui pose encore plus la question du statut de l’historien ou du spécialiste de sciences sociales dans un espace politique qui est celui du temps présent.

3Il s’agit en définitive d’un bilan fort utile, accompagné pour chacune des contributions d’une sélection bibliographique bienvenue. Une telle entreprise demanderait inévitablement à être précisée concernant certains pays ou espaces (Venezuela, Bolivie, pays d’Amérique centrale), certaines dynamiques et circulations des militants, intellectuels ou/et des idées (i.e. le fonctionnement des Partis communistes, incompréhensible depuis une optique simplement nationale ou hémisphérique) voire certaines sources progressivement dévoilées (les archives des internationales communistes et socialistes, ou du mouvement ouvrier) mais elle facilitera en grande part les recherches à venir sur une question d’une grande actualité.

4Nous regretterons toutefois le peu de maniabilité du répertoire annoncé sur CD-Rom, dont nous n’avons pu visualiser qu’une brève analyse quantitative par pays (PDF). L’accès au répertoire en question semble en effet être réservé à certains systèmes PC puisque même les logiciels de type « couteau suisse » ne parviennent guère à y accéder. À l’heure des humanités numériques, il est indéniable qu’une telle base de données aurait grandement gagné à être mise en ligne à l’instar d’autres réalisations historiographiques et bibliographiques concernant l’Amérique latine, afin notamment d’y être effectivement accessible, complétée et régulièrement actualisée. Plus encore : l’ensemble de ce projet dont il est à espérer qu’une suite lui sera donnée par ses différents acteurs gagnerait à s’enrichir d’un dictionnaire thématique et onomastique, sous forme numérique bien évidemment, afin de mettre en évidence les interactions entre les acteurs de ces luttes révolutionnaires et de leur contrepartie partisane dans le cadre des démocraties représentatives puis participatives.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédérique Langue, « Verónica Oikión Solano, Eduardo Rey Tristán, Martín López Avalos (ed.), El estudio de las luchas revolucionarias en América Latina (1959-1996). Estado de la cuestión », Caravelle, 105 | 2015, 227-228.

Référence électronique

Frédérique Langue, « Verónica Oikión Solano, Eduardo Rey Tristán, Martín López Avalos (ed.), El estudio de las luchas revolucionarias en América Latina (1959-1996). Estado de la cuestión », Caravelle [En ligne], 105 | 2015, mis en ligne le 05 février 2016, consulté le 25 juin 2016. URL : http://caravelle.revues.org/1879

Haut de page

Auteur

Frédérique Langue

CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org