Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Anaïs Fléchet, « Si tu vas à Rio... ». La musique populaire brésilienne en France au XXe siècle

Paris, Armand Colin/Recherches, 2013
Richard Marin
p. 224-226
Référence(s) :

Anaïs Fléchet, « Si tu vas à Rio... ». La musique populaire brésilienne en France au XXe siècle, Paris, Armand Colin/Recherches, 2013.

Texte intégral

1Cet ouvrage, adaptation d’une thèse de doctorat d’histoire soutenue en 2007, est consacré à la réception en France, sur le temps long du XXe siècle, de la musique brésilienne, principal pourvoyeur après Cuba de rythmes exotiques sur les marchés occidentaux. La musique, entendue ici au sens large, concerne celle qui est importée du Brésil mais aussi celle qui est créée en France et dont le contenu textuel ou rythmique évoque ce pays.

2« Si tu vas à Rio... », recherche de facture très originale sur un thème longtemps peu légitime chez les historiens, se situe au carrefour de l’histoire culturelle – sous l’angle des sensibilités, des régimes sensoriels, de l’imaginaire et des transferts – et de l’histoire des relations internationales.

3Pour atteindre ses objectifs, l’historienne a mobilisé, avec beaucoup d’inventivité, les sources les plus diverses : partition, programme de concerts, correspondances privées de musiciens, archives diplomatiques de l’Itamaraty, presse généraliste et spécialisée, sources audiovisuelles et sources orales issues d’entretiens…

4Loin d’une vision éthérée et idéaliste de la « culture », elle se montre constamment attentive aux conditions concrètes de la circulation musicale. D’où son intérêt pour l’extraordinaire diversité des passeurs : compositeurs de musique savante (Darius Milhaud, Villa-Lobos) mais également musiciens populaires dont certains Brésiliens établis en France, éditeurs, arrangeurs, impresarios, mécènes, maîtres de danse, voyageurs, agents de la diplomatie culturelle, sans oublier les médias avec la radio, le cinéma et la télévision, etc. ; d’où, aussi, son attention au contexte culturel et aux horizons d’attente de la société de réception : ainsi, par exemple, met-elle en relation de façon particulièrement éclairante le primitivisme qui envahit les arts plastiques à la Belle Epoque (cubisme, expressionnisme, dada) et l’engouement pour la maxixe, ce « tango brésilien » ou, encore, le rôle des expositions universelles (1900, 1925, 1937) et coloniales (1906, 1922, 1931) dans la propagation de l’exotisme.

5De même, rappelle-t-elle, l’essor des musiques et danses latines dans l’après-guerre ne peut se comprendre sans référence aux innovations techniques et à la mise en place progressive du système médiatique des trente glorieuses : croissance exponentielle du marché du disque microsillon, du rôle de la radio avec l’essor des radios périphériques et de celui des salles de spectacle parisiennes : Bobino, l’Olympia…

6L’ouvrage, découpé en trois parties sagement chronologiques, rend compte de façon tout à fait pertinente de l’évolution des circulations musicales transatlantiques.

7La première partie sur « La révélation d’un nouveau monde sonore », de la Belle Époque à la Seconde Guerre mondiale, évoque l’apparition de la musique brésilienne dans le paysage culturel français. À la veille de la Première Guerre mondiale, la maxixe est le premier genre brésilien à conquérir les faveurs du public parisien. Elle est bientôt suivie par les Saudades do Brasil de Darius Milhaud les Choros d’Heitor Villa-Lobos qui connaît son heure de gloire dans les années 20, quand est introduite la samba.

8La deuxième partie, sur « Le rêve exotique : 1945-1959 », souligne qu’après un net recul pendant la Seconde Guerre mondiale, la musique populaire brésilienne connaît un nouvel essor sous la IVe République. Interprétés par des vedettes françaises souvent accompagnées à l’accordéon, la samba et le baião, ce dernier popularisé par le film O cangaceiro primé à Cannes en 1953, deviennent des objets de consommation de masse. Entre 1945 et 1959, huit films français comprenant des morceaux brésiliens dépassent le million de spectateurs.

9La dernière partie, intitulée « Brésil, nouvelle vague » correspond à une sorte d’âge d’or brésilien marqué par la victoire à trois Coupes du monde de football (1958, 1962, 1970), la construction de Brasilia et le succès international du cinema novo. La France reçoit alors la bossa nova, née de la rencontre entre la samba et le cool jazz américain, le tropicalisme de Gilberto Gil et Caetano Veloso ainsi que la chanson engagée (Chico Buarque).

10De ce travail d’une grande richesse se détachent quelques apports majeurs que nous voudrions évoquer pour finir.

11En tout premier lieu, il donne à voir de manière fort suggestive comment, dans la première moitié du XXe siècle, se constitue un exotisme français et une rhétorique de l’altérité axée sur la primitivité du Brésil, opposé à la civilisation européenne. Ainsi, par exemple, s’ingénie-t-on, bien à tort, à considérer les Amérindiens comme principale source d’inspiration de la musique savante brésilienne, notamment sur le plan mélodique.

12Les transferts musicaux vers la France, comme le montre Anaïs Fléchet, ne sont pas simple diffusion à l’identique, l’horizon d’attente local contribuant souvent à modifier substantiellement les musiques, les instruments et les tempos venus du Brésil. Dans la plupart des cas, cette diffusion, c’est vrai pour la maxixe comme pour la samba, se fait au prix d’une considérable dénaturation et d’une réinvention. Les géographies, elles-mêmes, sont des plus fantaisistes : le Brésil se réduit souvent à la ville de Rio et les paysages brésiliens sont assimilés à la pampa argentine !

13En outre, et sans doute est-ce un des apports majeurs de la recherche, les modes brésiliennes éclairent d’un jour nouveau l’histoire des relations culturelles entre l’Europe et l’Amérique latine, traditionnellement pensée de manière bilatérale et selon un schéma centre-périphérie. Or, la diffusion de la musique brésilienne contredit cette idée et atteste, au contraire, la réciprocité des échanges culturels entre les deux continents au cours du XXe siècle. Ainsi voit-on nombre de musiciens et de critiques français traverser l’Atlantique pour découvrir la scène musicale brésilienne. D’un autre côté, le passage par Paris confère une légitimation qui facilite la carrière brésilienne. C’est notamment le cas de la maxixe qui a dû passer par Paris avant de faire son entrée dans le salon carioca, ou encore de Villa-Lobos qui occupait une position marginale au Brésil avant son passage dans le Paris des années 20.

14Enfin, l’ouvrage met bien en lumière l’apogée puis la perte de centralité culturelle de Paris à partir des années 1940 au bénéfice d’une nouvelle géographie culturelle. Dans la première moitié du XXe siècle, avec toutefois un léger déclin dans les années 1930, Paris est un centre de création et de légitimation internationale sans égal. Le plus souvent, ce n’est qu’après avoir gagné Paris que les musiques brésiliennes se diffusent en Europe. Après la Seconde Guerre mondiale les États-Unis deviennent le principal pôle de légitimation et de distribution de la plupart des biens culturels et, singulièrement, de la musique brésilienne. Émergent alors de nouvelles circulations musicales dans l’espace atlantique, plus complexe, avec des transferts culturels triangulaires entre l’Amérique latine, les États-Unis et la France.

15À travers l’histoire de la circulation vers la France des rythmes brésiliens, primitifs dans les années folles, typiques après la Seconde Guerre mondiale, authentiques à l’ombre des années 60, c’est une bien belle et innovante recherche d’histoire culturelle qui nous est offerte. Au-delà de la seule histoire des circulations musicales, elle nous livre aussi bien des clés pour penser le siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Richard Marin, « Anaïs Fléchet, « Si tu vas à Rio... ». La musique populaire brésilienne en France au XXe siècle », Caravelle, 105 | 2015, 224-226.

Référence électronique

Richard Marin, « Anaïs Fléchet, « Si tu vas à Rio... ». La musique populaire brésilienne en France au XXe siècle », Caravelle [En ligne], 105 | 2015, mis en ligne le 05 février 2016, consulté le 30 août 2016. URL : http://caravelle.revues.org/1877

Haut de page

Auteur

Richard Marin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org