Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Carmen De Mora, Alfonso García Morales (ed.), Viajeros, diplomáticos y exiliados. Escritores hispanoamericanos en España (1914-1939)

Bruxelles, Peter Lang, 2014, vol. III
Christoph Singler
p. 219-224
Référence(s) :

Carmen De Mora, Alfonso García Morales (ed.), Viajeros, diplomáticos y exiliados. Escritores hispanoamericanos en España (1914-1939), Bruxelles, Peter Lang, 2014, vol. III.

Texte intégral

1Il s’agit du troisième et dernier volume d’un ensemble dont les deux premiers sont sortis en 2012. Le premier comportait une introduction, due à l’éditrice, portant sur « l’hispano-américanisme » espagnol du début du XXe siècle, un texte programmatique sur les « études transatlantiques » de la part de Julio Ortega, ainsi qu’un troisième, de Claudio Maíz, sur les réseaux intellectuels transnationaux et l’histoire des idées ; ce volume 1 comportait ensuite deux sections consacrées respectivement au Mexique et à l’Amérique Centrale ; j’y reviendrai pour discuter le cadre théorique de l’ensemble. Le deuxième volume, publié en même temps que le premier, s’occupe du Cono Sur. La nationalité étant toujours le principe organisateur, la section argentine traite Borges, Roberto Arlt, Enrique Espinoza, Oliverio Girondo ; au-delà des auteurs individuels, sont étudiées les avant-gardes, où la présence argentine est particulièrement forte, avec notamment une analyse de l’édition espagnole publiant de la littérature argentine, la revue Sur et Victoria Ocampo, ainsi qu’un débat sur Madrid en tant que « méridien intellectuel de Hispanoamérica » ; pour le Chili, Neruda, Huidobro, Mistral ; et pour l’Uruguay, Josefina Plá, José Mora Guarnido, Rodó, Carlos Reyles, Julio Casal et Fernando Pereda. Restait donc ce volume 3, portant sur les Caraïbes hispanophones et les pays andins, du Venezuela jusqu’au Pérou. Celui-ci ne semble plus guère avoir besoin de présentation : il s’agit de passer en revue, pays par pays, les relations entre un certain nombre d’auteurs latino-américains – pardon : hispano-américains – et l’Espagne. Trois volumes donc, et un total d’environ 1 530 pages, qui témoignent d’une certaine volonté sinon exhaustive du moins encyclopédique, pour une période de quelque vingt-cinq ans de présence hispano-américaine en Espagne. C’est certainement une période faste, tant sur le plan des contacts artistiques que sur le plan de l’engagement politique ; les années vingt correspondent aux avant-gardes historiques, auxquelles l’Amérique latine a contribué intensément en Espagne. La période prend fin à la suite de la victoire du franquisme, contre lequel les artistes américains auront été nombreux à prendre les armes.

2On était donc en droit de s’attendre à des volumes passionnants, sans pour autant espérer des révélations majeures. À côté de quelques constellations « classiques » – Alfonso Reyes, Pedro Henríquez Ureña et le Siècle d’Or, Nicolás Guillén et Lorca, Neruda et Paz –, les articles apportent énormément de documentation sur des auteurs moins connus de ce côté de l’Atlantique, dont Pablo de la Torriente Brau (Puerto Rico-Cuba), Genaro Estrada (Mexique), Humberto Salvador (Ecuador), Rosa Arciniega, Oquendo de Amat ou Angélica Palma (Pérou). Chaque texte apporte, en outre, une bibliographie détaillée permettant ainsi au lecteur de construire d’autres pistes exploratoires. Les redites sont peu fréquentes, ce qui est étonnant étant donné que les Latino-Américains fréquentaient sensiblement des réseaux très proches les uns des autres, pour ne pas dire les mêmes, lorsqu’ils résidaient en Espagne. Mais les constellations varient grandement, allant d’un voyage de quelques semaines jusqu’à des séjours de plusieurs dizaines d’années. Les études monographiques sont extrêmement fouillées, on y apprend énormément sur l’implication de certain(e)s auteur(e)s latino-américain(e)s dans les institutions espagnoles, c’est-à-dire les revues, maisons d’édition et instituts culturels ou académiques. Cette minutie n’était pas le fait des relecteurs du premier volume, où les coquilles sont parfois gênantes. Sur Alfonso Reyes on peut lire qu’il aurait 17 ans en 1916, déjà marié et un enfant à nourrir ; dans le même article on soutient que le coup d’État de Primo de Rivera était de 1924 ; et chez Claudio Maíz on trouvera un certain Blanco-Bombona, tandis que Jorge Schwartz apparaîtra comme auteur d’un célèbre texte sur les « idées déplacées » (« Ideias fora do lugar »), suite à une confusion avec Roberto Schwarz (pour ne donner que ces exemples). Le troisième et dernier volume est bien plus soigné. Nombreux sont les auteurs qui, au-delà de la description de leurs mouvements et contacts, tiennent à situer la production ayant trait à l’Espagne dans l’ensemble de l’œuvre des écrivains voyageurs, ainsi Julio Ortega sur Vallejo, Consuelo Triviño sur Jorge Zalamea, ou la constellation Unamuno-Marinello-Mañach que forme María Ángeles Pérez López autour de Martí. Parfois ces rapports restent cependant assez imprécis, voire inexistants. Ainsi chez Vargas Vila, et on ne comprend pas non plus les raisons qui ont poussé les éditeurs à inclure un essai sur la revue Voces de Ramón Vinyes, lui-même catalan vivant en Colombie, et dans laquelle l’Espagne n’est pas un sujet de débat (ce qui se produit aussi dans le premier volume, où El águila y la serpiente, de Martín Luís Guzmán, fait l’objet d’une analyse où l’Espagne n’est nulle part mentionnée).

3Jusqu’ici, l’entreprise semble fructueuse. En revanche, ce qui brille par son absence, ce sont des considérations historiques sur la relation entre ancienne métropole et ex-colonies. Les sujets qui pourraient fâcher auraient mérité au moins une réflexion, ne serait-ce que dans l’introduction. Au contraire, même si chaque auteur donne une vision très équilibrée des relations hispano-américaines, sujet transatlantique par excellence, les vieux démons de l’Espagne éternelle ne sont pas absents. Certes occasionnels, ils sont cependant suffisamment nombreux pour que l’ensemble s’en ressente. L’entreprise donne ainsi l’impression qu’elle sert à démontrer une fois de plus les liens indéfectibles unissant à jamais l’Espagne à ses ex-colonies latino-américaines. Lorsque les dissensions apparaissent, elles restent plus ou moins en sourdine, la fraternité n’est presque nulle part soupesée à l’aune de l’idolâtrie latino-américaine pour la France, toujours virulente pendant la période en question. Plusieurs textes, parmi d’autres sur Asturias et Cardoza y Aragón (dans le volume 1) auraient pu fournir l’occasion de développer cet aspect. Or Asturias est toujours vu en tant que constructeur d’un pont entre « langue hispanique » et « mythes préhispaniques » (c’est moi qui mets entre guillemets) – une affirmation simplificatrice et très discutable. Le texte sur Alberto Hidalgo (volume 3), qui évoque ses attaques désopilantes, voire jouissives contre certaines statues de commandeurs espagnols – attaques injustes bien entendu – réduit celles-ci à des manifestations de son égo, assez développé il est vrai. D’autre part, lorsque Cardoza y Aragón commente Índice de la nueva poesía americana, une anthologie publiée en 1926 par Huidobro, Borges et Hidalgo, il s’étonne du nombre de poètes jugés dignes d’y figurer. Jesús Gómez de Tejada, auteur de l’article, ajoute en bas de page un commentaire de Borges tout aussi féroce : « Habrá ochenta renglones de poesía en toda la literatura hispánica o deshispánica » ? (vol. 1 : 386) C’est l’adjectif « deshispánica » qui mériterait un commentaire, parce qu’il désigne les nouveaux rapports littéraires entre l’Amérique latine et l’Espagne. Ici on pêche par omission, ailleurs les formulations deviennent ambiguës. Vicente Cervera, parlant de Henríquez Ureña affirme d’emblée que « América no podrá ser comprendida sin España y ésta, sin aquélla, por lo cual el plano utópico de su pensamiento estaría al fin « condicionado en su desarrollo por la integración de lo hispánico total » (vol. 3 : 37). Tout se passe comme si l’hispanité constituait en soi une utopie. Vers la fin, Cervera va jusqu’à mettre entre guillemets l’expression « américaine » lorsqu’il parle du projet qui animerait Henríquez Ureña d’une « mancomunidad cultural… que no comporte un alejamiento de la matriz lingüística y su trasfondo étnico y milenario » (vol. 3 : 54). Ce sont des paroles pour le moins anachroniques dans un texte autrement très équilibré. En faisant coïncider la langue et la culture « millénaire » espagnole, Cervera jette aux oubliettes toutes les spécificités culturelles latino-américaines et fait table rase tant des langues (et) populations indo-américaines (« millénaires » elles aussi) que des populations noires (dont la « millénarité » ne devrait pas faire de doute) et les autres immigrants postérieurs aux indépendances. L’idée ne serait-ce que du métissage, pour ne pas mentionner le concept de « transculturation », certes postérieur à la période considérée, ne semble pas faire partie de l’horizon intellectuel de ces volumes. Ce qui ne concerne pas uniquement les auteur(e)s espagnol(e)s. Dans son article sur Luis G. Urbina, Miguel Ángel Castro introduit son texte en écrivant que « se rompieron los lazos del sometimiento, pero permanecieron, sin embargo, los de la sangre, los del sentir y mirar el mundo », etc. (vol. 1 : 143). Qui mettrait en doute l’importance de l’Espagne pour le continent américain ? Mais le « sentir » et le regard sur le monde, seraient-ils restés à l’identique dans une constellation multi-ethnique ? Et à supposer que c’est vrai pour les élites revendiquant leur identité européenne, les littératures hispano-américaines n’auraient-elles pas eu à cœur d’approcher justement des émotionnalités différentes ?

4L’étude sur Marinello, Mañach et Unamuno, va au cœur du débat : réfléchissant sur la place stratégique qu’occupe la figure de Martí dans les contacts entre l’Espagne et l’Amérique latine, María Ángeles Pérez López, dans une contribution portée davantage vers les enjeux des rencontres hispano-américaines, écrit « Unamuno advertía… el carácter medular de la cuestión centro-periferia para abordar el fin de siglo, y abría la réflexion sobre el sentido que alcanzaría esa tupida red trasatlántica » (vol. 3 : 143/4). Il soutenait qu’en 98 « se engendró el pretorianismo que ha parido la tiranía que está devorando a nuestra pobre España ». Bref, en reconnaissant le poids du colonialisme Unamuno devient un interlocuteur crédible et sérieux, même pour un adversaire politique comme Marinello. Mais il est symptomatique de ces volumes qu’elle croit devoir ajouter que les liens entre les deux derniers se créeraient « en raison d’une racine commune de ‘‘penseur’’ (guillemets dans le texte cité) lequel ne se contente pas des apparences mais cherche à aller dans les entrailles des choses » (vol. 3 : 142). Le dire laisse supposer que hélas, ailleurs ce ne serait pas le cas. C’est que, entre frères de sang, le débat n’est pas de mise : peu importent les projets, idées ou conflits, on restera en famille. Si « idée » il y a, c’est l’unité hispanophone d’une culture commune basée sur la langue, deus ex machina si la biologie et/ou autres considérations ont perdu leur crédit : rien de vraiment nouveau, la vision hispanique de cette « unité » n’a pas changé depuis une centaine d’années.

5Ce type d’ouvrages semble transformer la littérature en annexe des services culturels des ambassades, qui en tireront de fort beaux discours. Les introductions ambitieuses du premier volume ne changent rien au fait qu’il s’agit d’une entreprise hispano-centrique, célébrant le retour des anciennes colonies vers l’ex-Mère Patrie à travers les « voyageurs, diplomates et exilés » du titre. Dans son introduction Carmen de Mora retrace brièvement ce qu’il est convenu d’appeler le « desencuentro » entre les deux rives atlantiques dans la période post-coloniale immédiate, qui n’est qu’un interlude précédant le rapprochement autour du 4e Centenaire. Elle cite une thèse discutable de José Carlos Mainer évoquant un « régénérationisme » latino-américain, trait commun des deux rives. Soit. Mais arraché de son contexte, un tel « régénérationisme » pourrait se revendiquer dans toutes sortes de crises nationales. D’autre part, Mora s’appuie fortement sur les « études transatlantiques » dont Julio Ortega, de la Brown University, s’est constitué en porte-parole. Son texte vient présenter les grandes lignes de cet axe de recherche : il s’agirait d’une rupture avec des discours autoritaires, nationalistes, mais aussi et surtout avec les études culturelles dominant la recherche littéraire aux États-Unis. Se réclamant tout autant de l’indigénisme, du postmodernisme et du postcolonialisme etc., Ortega appelle de ses vœux une recherche « dialogique », voire « pluriméthodique, plurithéorique et plurisystémique », distinguée par sa « transnationalité » décentrée. À la place des mono-systèmes, mono-théories, des mono-méthodes qu’il rejette, c’est le retour à l’objet littéraire, dont la nouveauté serait la géotextualité, notion dans laquelle se noueraient deux strates a priori étrangères l’une de l’autre. Dans son texte sur Vallejo, qui clôt le volume 3, il expliquera que l’irreprésentabilité de l’horreur ou du tragique dont traite España aparta de mí este cáliz, se résout dans un nouveau langage, qui viendrait de l’Amérique. C’est une thèse respectable, qui n’est cependant pas étayée. Ici on penche du côté hispano-américain, dans la plupart des autres textes, l’hispano-centrisme est largement surreprésenté. Somme toute, le terme d’études atlantiques est pour le moins abusif, puisqu’il ne s’agit que d’un triangle Espagne-Amérique hispanophone (lusophone, entre parenthèse) et États-Unis. Le reste de la rive européenne de l’Atlantique en est exclu, dont des acteurs transatlantiques de premier plan comme l’Angleterre ou la France, et la rive africaine – introduite dans les études atlantiques par Paul Gilroy en 1993 – est à peine mentionnée, de façon peu crédible puisqu’Ortega place en juge du dialogisme transatlantique la population amérindienne. Le troisième texte d’introduction, dû à Claudio Maíz, déborde largement le cadre des relations bilatérales. Sa discussion des réseaux intellectuels est bien argumentée – mais elle reste confinée à l’espace latino-américain. À juste titre, il signale que le contact peut rester parfaitement « immatériel » – la lecture, l’influence des idées et des formes, à l’opposé des contacts à travers les voyages, les institutions académiques ou politiques, les revues, les voyages, etc. Ce texte est quelque peu isolé, dans la mesure où personne parmi les autres auteurs ne semble utiliser son outillage conceptuel.

6Entreprise volumineuse, certes, et pourtant on sort de ces lectures avec un sentiment d’insatisfaction. Il manque sans doute l’analyse des institutions, incontournable dans l’étude des réseaux évoquée par Maíz : maisons d’édition (GIAP), institutions académiques (fondée en 2008, la Junta de Ampliación de Estudios deviendra le CSIC en 1939, Centro de Estudios de Historia de América, Centro de Estudios Históricos, Instituto Hispano-Mexicano de Intercambio Universitario, Casa de América à Barcelone, etc), revues (Tierra Firme, Revista de Filología Española, Mono Azul), ou bien certains événements (exposition universelle à Séville en 1929), parmi bien d’autres. D’autre part, si l’impact des cultures latino-américaines n’est certes pas l’objet de cette entreprise, le dialogisme prôné par Carmen de Mora, à la suite d’Ortega, reste unilatéral. En fait, les courants de pensée ou conceptions culturelles latino-américaines qui feraient obstacle à « l’hispanité transatlantique » sont absents, et les obstacles du côté péninsulaire n’apparaissent que de-ci de-là : l’ignorance et l’indifférence étant mentionnées une seule fois, ce sont les exceptions qui sont présentées dans ces volumes. On insiste sur le socle commun, l’union « profitable » pour les deux côtés. En fait, pourquoi « deux côtés » ? Y aurait-il des liens plus « profonds » entre l’Équateur et l’Espagne qu’entre l’Équateur et le Pérou ? Enfin, ces études littéraires semblent ne pas avoir assimilé les travaux d’historiens comme Antonio Niño Rodríguez, Javier Moreno Luzón, Isidro Sepúlveda, Nuria Tabanera García, Salvador Bernabeu Albert et Consuelo Naranjo, qui font une approche davantage critique de cet hispano-américanisme espagnol première mouture.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christoph Singler, « Carmen De Mora, Alfonso García Morales (ed.), Viajeros, diplomáticos y exiliados. Escritores hispanoamericanos en España (1914-1939) », Caravelle, 105 | 2015, 219-224.

Référence électronique

Christoph Singler, « Carmen De Mora, Alfonso García Morales (ed.), Viajeros, diplomáticos y exiliados. Escritores hispanoamericanos en España (1914-1939) », Caravelle [En ligne], 105 | 2015, mis en ligne le 05 février 2016, consulté le 22 juin 2017. URL : http://caravelle.revues.org/1874

Haut de page

Auteur

Christoph Singler

Université de Franche-Comté

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org