Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Luc Capdevila, Frédérique Langue (dir.), Le passé des émotions d’une histoire à vif, Amérique latine et Espagne

Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2014, 204 p.
Bernard Lavallé
p. 217-218
Référence(s) :

Luc Capdevila, Frédérique Langue (dir.), Le passé des émotions d’une histoire à vif, Amérique latine et Espagne, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2014, 204 p.

Texte intégral

1En Amérique latine comme dans d’autres régions du monde, les combats politiques des dernières décennies sont souvent allés de pair avec des reconsidérations, voire des luttes historiographiques d’une l’ampleur et d’une vigueur parfois étonnantes, au premier abord, et vues de l’extérieur. Le recours à des rhétoriques productrices d’émotions y a joué une grande place, en général dans des contextes et des logiques de conflits lourds de sens qui ont pu être d’une extrême violence.

2Comme le précisent les éditeurs scientifiques du livre : « Les émotions que leur généalogie rapproche en ce sens des idées politiques, apparaissent de ce fait comme des prismes privilégiés permettant d’analyser la relation intuitive que la société et les individus entretiennent avec le passé, au même titre qu’elles permettent d’affiner la connaissance des systèmes politiques et de leurs dynamiques, des résistances qu’ils suscitent via les affects […] voire d’imaginaires fonctionnant sur un mode religieux. »

3Cet ouvrage prolonge à bien des égards les réflexions de celui que Frédérique Langue et Luc Capdevila avaient publié en 2009 aux PUR (Entre mémoire collective et histoire officielle. L’histoire du temps présent en Amérique latine) dans la mesure où il cherche à savoir « dans quelle mesure et comment les régimes émotionnels participent-ils des régimes d’historicité ? Que nous disent des sociétés ces émotions qui portent la manifestation publique du souvenir, entre exaltation, enthousiasme, exaspération ? Quelles en sont les expressions rhétoriques, rituelles et corporelles ? » Quels peuvent donc être le statut et les attitudes de l’historien du temps présent dans la cité qui est la sienne face aux régimes émotionnels qui fondent l’instrumentalisation des émotions ?

4La douzaine de contributions réunies dans ce livre, dues à des chercheurs européens et latino-américains, sont organisées en deux parties.

5Dans la première (La mémoire des corps), les auteurs ont cherché à démontrer « en quoi et comment les émotions collectives pouvaient manifester la trace d’une expérience passée, dévoilant le corps en archives de sensibilités » d’où des thèmes portant sur la colère des handicapés, la peur lors de la guerre d’Espagne, la haine politique en Argentine, les morts violentes au Mexique ou les funérailles publiques dans l’Argentine des années 1930.

6Les textes de la seconde partie de l’ouvrage se situent sur un plan un peu différent, puisque les contributions questionnent les articulations entre émotions collectives, mémoire et mobilisations politiques à partir d’exemples espagnols, vénézuéliens, chiliens, uruguayens et paraguayens du XXe siècle.

7Le livre se termine sur un texte court mais très fort des deux directeurs scientifiques de la publication, dans lequel ils montrent que dans des sociétés où les reviviscences des blessures du passé sont, selon l’heureuse expression de Marc Ferro, « plus fortes que toute volonté d’oubli », « le passé des émotions ne se réduit pas à une collection d’affects ensevelis et oubliés dont il faudrait retrouver la trace et recouvrer l’historicité », car « il constitue également le laboratoire privilégié de l’expérience historique du temps présent et d’un futur imaginé dans lequel l’insomnie du Libertador n’aurait plus lieu d’être ».

8Au cours des dernières décennies, des manifestations aussi différentes que les escraches d’Argentine, les représentations théâtrales inspirées dans plusieurs pays par les enquêtes et les conclusions des commissions justice et vérité, les asociaciones barriales des sociétés ayant connu la dictature dans un passé récent, ou les combats autour de l’appropriation de certains lieux de mémoire particulièrement symboliques ont donné lieu, sur des registres variés, à des moments de grande émotion collective. À leur manière, ils ont été la preuve d’une profonde intériorisation de ce passé particulièrement douloureux mais aussi de la volonté de travailler à une réécriture de l’histoire avec des moyens nouveaux et vers un avenir qui le serait aussi sans rien oublier du passé.

9Les travaux réunis dans ce livre fort suggestif montrent à l’évidence que le mode des émotions collectives intégrées à l’historicité permet sans doute de mieux comprendre les orientations prises par les sociétés face à leurs propres enjeux, à leur présent et à leur avenir. Il n’en reste pas moins que leur appréhension reste complexe. Toutefois, ainsi qu’il ressort des contributions ici publiées, d’une façon générale, et comme le soulignent les éditeurs scientifiques de ce livre, « non dénuées d’enjeux politiques à court terme, les émotions mobilisées dans le temps présent des mondes ibériques s’inscrivent à l’encontre des violences parfois séculaires et ritualisées et des traumatismes liés au passé récent des dictatures ou des révolutions aux principes subvertis voire trahis. Le thème du retour à la démocratie et à la préservation des acquis d’une politique marquée du sceau de la liberté est donc sous-jacent au registre émotionnel, intimement lié de surcroît à une demande de justice si ce n’est à une mémoire recomposée. »

10Cet ensemble de textes qui sait allier cas particuliers et réflexion théorique est sans aucun doute un outil de grande utilité pour tous ceux qui souhaitent s’intéresser à ces domaines relativement nouveaux de la recherche historique. Outre les exemples étudiés, l’abondante bibliographie figurant en pied de page est fort bien venue et fait de cette publication un ouvrage de référence incontournable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Lavallé, « Luc Capdevila, Frédérique Langue (dir.), Le passé des émotions d’une histoire à vif, Amérique latine et Espagne », Caravelle, 105 | 2015, 217-218.

Référence électronique

Bernard Lavallé, « Luc Capdevila, Frédérique Langue (dir.), Le passé des émotions d’une histoire à vif, Amérique latine et Espagne », Caravelle [En ligne], 105 | 2015, mis en ligne le 05 février 2016, consulté le 27 juillet 2016. URL : http://caravelle.revues.org/1872

Haut de page

Auteur

Bernard Lavallé

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org