Navigation – Plan du site
Comptes rendus

António Costa Pinto, Francisco Carlos Palomanes Martinho (org.), O passado que não passa. A sombra das ditaduras na Europa do Sul e na América Latina

Rio de Janeiro, Civilização Brasileira, 2013, 334 p.
Frédérique Langue
p. 214-216
Référence(s) :

António Costa Pinto, Francisco Carlos Palomanes Martinho (org.), O passado que não passa. A sombra das ditaduras na Europa do Sul e na América Latina, Rio de Janeiro, Civilização Brasileira, 2013, 334 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage à plusieurs mains, fruit d’un projet collectif fondé sur une approche commune entre les anciennes métropoles ibériques et l’Amérique latine voire les Suds européens (Portugal et pays de l’aire méditerranéenne, une historiographie là aussi récente et dynamique) s’interroge sur un passé certes récent à l’aune des chronologies historiques communément admises. Ce passé n’en est pas moins problématique compte tenu des échos persistants qu’il suscite dans le temps présent du politique ou encore de l’oubli ou anamnèse dont il a fait l’objet jusqu’à une période récente, y compris en Europe, voire du retour de certaines idées précédemment développées à « l’ombre des dictatures ». La prise en compte du passé apparaît en effet, de part et d’autre de l’Atlantique et bien que suivant des calendriers différentiels, comme un préalable au retour et plus encore à la consolidation d’une démocratie à la définition parfois incertaine. Par la reconnaissance de faits traumatiques qu’elle implique, ce « passé qui ne passe pas » ne manque pas d’interpeller le pouvoir en place des décennies après la chute des régimes concernés, comme le montrent bien les travaux réunis dans cet ouvrage. Sa prise en compte est même l’un des impératifs majeurs de cette démocratie retrouvée. Plusieurs contributions montrent bien à cet égard que la rupture avec les élites portées au pouvoir par les régimes autoritaires constitue en principe une première étape, plus ou moins consensuelle selon les conjonctures considérées, dans un contexte de fin de Guerre froide particulièrement centré sur l’émergence d’une communauté démocratique internationale : les élites grecques et le gouvernement de Karamanlis contrôleront ainsi la mise en œuvre de la « justice de transition » dans la période postérieure à 1974, au profit d’une stabilité politique fragilisée par les conspirations militaires. Dans le cas italien, c’est un processus « inachevé » qui est généralement mis en exergue par les spécialistes de la période. Au Portugal, les interactions entre l’armée et le Parti communiste sont un élément clé de cette période de transition fréquemment fondée sur des accords « informels » (voir également l’exemple espagnol, qui « ignore » délibérément le passé pendant trois longues décennies, y compris depuis des gouvernements dirigés par le PSOE).

2Le contexte international, les luttes partisanes mais aussi le rôle des partis lorsqu’il s’agit de juger des crimes d’État (rôle particulièrement essentiel dans le Portugal de la Révolution des œillets et de la transition 1974-1976, lors des premières élections libres du 25 avril 1975), l’émergence de mémoires nationales inspiratrices de commémorations, la quête de la vérité ou de pardon, la justice « transitionnelle » ou le rôle des médias (essentiel dans le cas des « deux Espagne »), ont conduit depuis quelques années à une réflexion renouvelée aussi bien du point de vue des problématiques historiques que d’enjeux mémoriels incontestablement très proches. Les sorties de dictatures et les héritages autoritaires y compris dans le cadre européen, les politiques publiques du passé et la justice « transitionnelle » – plus volontiers évoquée dans cet ouvrage dans le cas du Brésil et du Portugal, pour lesquels les circulations sont notables, y compris dans le cas de politiques et intellectuels partisans du salazarisme – sont ainsi le prétexte d’une révision conceptuelle et épistémologique qui s’appuie sur des études de cas. Celui de l’Italie met ainsi en évidence un héritage contrasté et insuffisamment remis en question du fascisme selon les régions, plus ou moins affectées par la guerre civile entre « partisans » et la République sociale italienne (1943-1945) ou libérées du fascisme comme ce fut le cas dans le Sud.

3La mémoire de la dictature apparaît de toute évidence plus clairement dans le cas du Brésil et de sa commission d’amnistie, en une reconnaissance, à la fois matérielle et morale, des victimes, et en une mise à l’écart d’une culture politique jugée désormais anachronique. Les modalités d’application de la justice transitionnelle posent ici la question de la durée de ces réparations dans l’ordre juridique et du moment du passage à une « politique du passé ».

4Cet ouvrage fournit par conséquent des éclairages peu habituels sur la question, clivée généralement entre deux continents et des historiographies privilégiant habituellement les questions partisanes ou de représentations strictement politiques au détriment des mécanismes, achevés ou non, de transition, que ce soit du point de vue politique ou judiciaire. Il présente de ce fait le grand mérite de dépasser les histoires nationales prédominant dans l’aire européenne, sauf conjonctures spécifiques liées à la Guerre froide ou aux deux conflits mondiaux. Dans la perspective de l’histoire du temps présent, peu évoquée en définitive malgré la référence explicite à l’ouvrage de Henry Rousso, on pourra regretter l’absence de discussion sur le rôle des historiens dans le débat démocratique, la manière dont ils ont été à même de jouer un rôle d’experts et ont parfois été partie prenante dans la démocratisation de leur pays. Dans la perspective comparée certes ambitieuse affichée par le titre (Europe du Sud et Amérique latine), il aurait également été pertinent de revenir plus longuement sur les dictatures du Cône sud (Argentine, Chili, Uruguay, ce qui n’est fait qu’à la fin de l’ouvrage) et l’abondante production historiographique sur les sorties de dictature, le rôle de la justice y compris au plan international, et le rôle d’une société civile à la fois vigilante et engagée (d’où le Nunca más). Renforcer la comparaison « atlantique » aurait également permis de revenir sur les rythmes de prise en compte de ce passé traumatique, et notamment celui du pardon. La Commission de vérité brésilienne est en effet bien postérieure à celles d’autres pays latino-américains et la question des droits humains demeure une question toujours brûlante dans le cas d’une Espagne confrontée tout à la fois à l’ouverture des fosses communes, à la difficulté d’accéder désormais à des archives de la période franquiste (la mémoire d’une dictature tue bien après la disparition du caudillo) et à l’application chaotique de la Loi de mémoire historique de 2007. Ces quelques remarques n’enlèvent bien entendu aucun mérite à cette réalisation collective qui s’insère dans un débat qui est loin d’être clos sur ce « passé qui ne passe pas » des Suds dans leur acception à la fois méditerranéenne et atlantique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédérique Langue, « António Costa Pinto, Francisco Carlos Palomanes Martinho (org.), O passado que não passa. A sombra das ditaduras na Europa do Sul e na América Latina », Caravelle, 105 | 2015, 214-216.

Référence électronique

Frédérique Langue, « António Costa Pinto, Francisco Carlos Palomanes Martinho (org.), O passado que não passa. A sombra das ditaduras na Europa do Sul e na América Latina », Caravelle [En ligne], 105 | 2015, mis en ligne le 05 février 2016, consulté le 29 mai 2016. URL : http://caravelle.revues.org/1869

Haut de page

Auteur

Frédérique Langue

CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org