Navigation – Plan du site
Comptes rendus

José Manuel Díaz Blanco, Así trocaste tu gloria : guerra y comercio colonial en la España del siglo XVII

Valladolid, Instituto Universitario de Historia Simancas, 2012, 313 p.
Guillaume Gaudin
p. 204-208
Référence(s) :

José Manuel Díaz Blanco, Así trocaste tu gloria : guerra y comercio colonial en la España del siglo XVII, Valladolid, Instituto Universitario de Historia Simancas, 2012, 313 p.

Texte intégral

1Comment renouveler l’histoire du commerce atlantique, longtemps prisonnière des querelles de chiffres, des pesées globales et de la longue durée aux méthodes toujours discutées ? José Manuel Díaz Blanco relève le défi en proposant d’aborder un sujet éminemment économique du point de vue politique. Il s’interroge sur « comment et à quel point l’interventionnisme institutionnel peut conditionner le jeu économique » (p. 21) et se place dans la perspective des travaux de Carlos Álvarez Nogal, d’une « analyse économique institutionnelle ». De la sorte, il retourne la question classique de l’impact qu’eurent les métaux précieux américains sur l’économie et la politique européennes, pour saisir des conséquences de la politique royale castillane sur le commerce atlantique : une pression fiscale particulièrement agressive à l’encontre des marchands sévillans, notamment avec la saisie forcée des remesas à l’arrivée de la flotte, a détérioré le commerce pendant le règne de Philippe IV. Si la question semble plus spécifique, elle évite l’écueil de grandes théories en intégrant les réalités politiques, mais aussi sociales (le sort de la caste marchande sévillane), qui guident les multiples acteurs pris dans d’inextricables contradictions ou conflits d’intérêts.

2Ainsi, J. M. Díaz Blanco saisit de façon originale l’évolution des pratiques et les différents styles de gouvernance de la monarchie hispanique de Philippe II à Charles II. L’unité de temps réside dans le XVIIe siècle, celui d’une « crise globale » (G. Parker) dont on ne cesse de discuter les tenants et les aboutissants : pour l’Espagne ce siècle marque le passage de la prépondérance au « déclin », mais conserve une forte cohérence politique (les Habsbourg règnent) et les défis de la guerre sans cesse renouvelés à l’exception de deux périodes de paix toute relative (sous Philippe III et Charles II).

3Plus précisément, l’étude propose de suivre année par année, le jeu de négociations entre les différents acteurs institutionnels du commerce entre Séville et l’Amérique : elle souligne la marge de manœuvre souvent étroite de chacun et le pouvoir de coercition de la Couronne. Les acteurs sont multiples, mais suffisamment peu nombreux pour être suivis de près : notamment grâce à la correspondance de la Casa de la Contratación, aux avis des Conseils des Indes et des Finances à Madrid, aux décrets royaux et aux actas du Consulat des marchands à Séville. Cette documentation homogène met en scène le roi, le président de la Casa de la Contratación, le président du Conseil des Indes, les conseillers des Indes, le Conseil des Finances, le valido, le cabildo de Séville, le Consulat (son prieur, ses membres). Ce dernier, dont le siège – la Casa Lonja – accueille aujourd’hui l’Archivo General de Indias, est le fil conducteur de la recherche et fournit le principal poste d’observation pour l’historien. Le Consulado ou Universidad de cargadores a Indias réunissait donc les marchands sévillans commerçant avec les Indes occidentales pour protéger et améliorer les conditions du négoce tout en disposant d’une juridiction sur ce commerce.

4La thèse défendue par J. M. Díaz Blanco est celle que la politique intérieure de la monarchie, en particulier de la Castille, dépend aux XVIe et XVIIe siècles de la politique extérieure : autrement dit la Castille paye le prix de l’empire voulu par Charles Quint et conservé par Philippe II et ses descendants. Así trocaste tu gloria réussit à synchroniser les aspects économiques, politiques et internationaux en n’oubliant pas de déplacer la focale entre Séville et Madrid, entre la communauté des marchands, la capitale andalouse, le royaume et l’empire. D’une part, il s’agit de révéler la participation plus ou moins directe des marchands sévillans à la politique impériale, par le biais des fortes contributions financières consenties pour les guerres et la lutte contre les révoltes.

5Le cœur de la Castille bat au rythme de la politique impériale (dans des registres différents cette idée apparaît dans les travaux de G. Salinero, I. Altman ou B. Yun) et le commerce atlantique par sa nature même est particulièrement exposé. Dès lors J. M. Díaz Blanco s’inscrit dans la tendance actuelle de ne plus envisager les questions à des échelles (nationales) qui n’étaient pas celles des temps modernes et de rompre la dichotomie « historia moderna »/« historia de América ». D’autre part, l’auteur reconsidère l’idée de pactisme qui caractérise la « monarchie composite » et la relation roi/royaumes pour y inclure de puissantes institutions locales (autres que les cortes) comme les universités de marchands. C’est bien le sens du titre de l’ouvrage, repris d’un vers du poète Francisco de Rioja qui en 1633 s’adressant à Séville écrivait « así trocaste tu gloria » faisant référence à l’acceptation d’échanger au profit de la Couronne de l’or et argent contre la monnaie de vellón... Le dialogue permanent entre le roi et ses royaumes pour obtenir l’argent nécessaire à la guerre permet aux groupes sociaux sollicités d’atteindre leurs objectifs politiques en profitant des difficultés financières de la Couronne. Les marchands obtiennent la création d’un Consulat en 1543 en même temps qu’une nouvelle imposition sur le commerce est adoptée : l’almojarifazgo de Indias. Dès lors, le Consulat voit son pouvoir croître et le manifeste dans la Suma de Tratos y Contratos (1571) de Tomas de Mercado ou la construction au cœur de Séville de la Casa Lonja dessinée par Juan de Herrera.

61591 marque une étape décisive dans l’histoire du Consulat avec la signature d’un pacte presque indissoluble avec la Monarchie : avec l’asiento de avería de 1591, le Consulat s’engage à financer dix galions pour la protection de la Carrera de Indias, ce qui lui confère une grande responsabilité donc un grand pouvoir. Philippe II concède une série de privilèges au négoce (dont une suspension des enquêtes pour fraudes) et soutient la position des marchands sévillans contre la concurrence des étrangers : de ce point de vue la victoire est complète pour le Consulat qui obtient un décret royal interdisant les étrangers dans le commerce et un tarissement des naturalisations. Néanmoins, le commerce sévillan s’épanouissait depuis le XVe siècle grâce au commerce avec l’Europe du Nord et le cabildo de Séville défendait les marchands étrangers. La question des étrangers resta toujours au cœur des tractations entre les marchands et la monarchie : durant le valimiento d’Olivares, les marchands affaiblis luttèrent péniblement contre une augmentation des naturalisations des serviteurs étrangers du comte-duc.

7À côté des étrangers, plusieurs questions récurrentes traversent l’ouvrage : la fraude, l’appétit fiscal de la Couronne, le jeu des institutions. La question de la fraude est au cœur de la relation et de la négociation entre le roi et ses marchands : c’est autant un moyen de pression pour le roi qui menace fréquemment de la réprimer sévèrement tout en acceptant indultos et composiciones, que la manière pour les marchands d’échapper à la fiscalité et surtout aux saisies arbitraires des métaux précieux enregistrés à la Casa de la Contratación. En 1617, une enquête révèle une fraude de 400 000 ducats sur les droits de douane. Le Consulat demande la possibilité de payer une composición de 120 000 ducats. Dans le même temps, les négociations du nouvel asiento de avería et le changement de politique internationale à Madrid avec la disgrâce du duc de Lerma et le retour d’une politique agressive provoquent d’importantes nécessités financières. Le roi exige 400 000 ducats aux marchands de Séville, contre l’avis même du Conseil des Indes. Le Consulat négocie cette somme en mettant dans la balance l’avería et l’intégration des marchands naturalisés. En 1619, la négociation reprend dans le cadre d’une junta à Madrid : le roi accepte de diviser par deux la somme, mais le paiement effectif se laisse attendre. Finalement, en 1620, le conflit dans la Valteline oblige la Monarchie à puiser 1/8 de l’or et de l’argent des particuliers arrivés à Séville soit 800 000 ducats ! Casa et Conseil des Indes protestent en vain. Cet épisode ouvre une période de 30 ans d’abus de la Couronne sur l’argent des particuliers pour répondre aux besoins de la guerre en Europe. La lutte contre la fraude resurgit tout au long du XVIIe siècle, par exemple vers 1650, avec d’importantes enquêtes contre les commerçants : la Couronne est prête à pardonner moyennant 140 000 pesos. En 1652, 24 notaires publics de la ville de Séville sont chargés de contrôler les écritures des marchands et une commission confiée à don García de Porres cherche à acheter des produits coloniaux en monnaie de vellón. C’est dans ce contexte, en avril 1652, que se déroule le tumulte de la Feria (une des « altercaciones » de Domínguez Ortiz) à cause de la montée du billion et du manque de pain. Les marchands n’ont pas participé (ils sont favorables à la répression du mouvement), mais le Conseil des Indes s’inquiète et demande à Philippe IV de mieux traiter les marchands.

8Suivre année par année les activités du Consulat permet de prendre la mesure de l’appétit fiscal démesuré de la Couronne. Certes deux phases de forte pression (1618-1652 ; 1680-1700) semblent se dégager comme l’auteur le démontre en conclusión ; pourtant les expédients de la Monarchie forment une chaîne continue et démontrent une imagination sans borne (le Conseil des Finances la plupart du temps est à la manœuvre) : on le sait déjà, l’almojarifazgo de Indias, l’asiento de avería dont le taux augmente tout au long de la période, la création d’une avería gruesa, la saisie de l’argent des particuliers pour échange contre de la monnaie de vellón ou des rentes incertaines, les « dons volontaires », les servicios, la taxe sur les marchandises américaines pour payer 6 ans de soldes de 500 soldats en 1631, la taxe sur droit des Infantes, la taxe sur le tonnage... Néanmoins, sitôt la guerre de Trente Ans terminée, l’idée de réforme pour revitaliser le commerce Espagne-Inde émerge. Dans les années 1660-1661, Luis de Haro et José González proposent de donner à l’avería un montant fixe dont la charge reposerait cette fois sur les marchands américains (plutôt péruviens) et ainsi de supprimer l’enregistrement des marchandises à la Casa.

9Dans l’ensemble, toutes les nouvelles contributions sont le fruit d’âpres négociations entre diverses institutions fréquemment en conflit : au départ, le Consulat s’oppose à la Casa de la Contratación, laquelle voit ses compétences rognées ; le Consulat s’oppose également durablement à la municipalité de Séville (jusqu’à ce que l’élite marchande fusionne avec l’élite municipale dans un mouvement d’aristocratisation à la fin du XVIIe siècle), laquelle défend les marchands étrangers, source de richesse pour la ville, mais contraire au principe du monopole ; à Madrid, le Conseil des Indes, favorable aux marchands et à la protection du commerce atlantique, fait front à la mécanique du Conseil des Finances, le commerce est pris dans le jeu des factions attisé par les validos. Le livre démontre comment la matière économique, le commerce international, constituent un enjeu politique de premier plan et dévoilent les jeux de pouvoir. Dans la lignée de B. Yun, Así trocaste tu gloria met en évidence que ce qu’on perd en efficacité économique, on le gagne en stabilité politique. En effet, J. M. Díaz Blanco ne cesse de discuter les grandes questions historiographiques comme la Castille vue comme « une société non révolutionnaire » : il explique que les marchands de Séville ne restent pas passifs face à la pression de la monarchie, ils participent à la chute d’Olivares par leur action à la Cour et empruntent donc une voie politique de résolution du conflit. D’un autre côté, le pouvoir sait faire preuve, ponctuellement, de modération et de souplesse en n’hésitant pas à faire marche arrière.

10La conclusion réside dans l’interdépendance très forte de tous les acteurs, en particulier des marchands et de la Monarchie : l’avería en est le paradigme, mais aussi l’investissement massif, parfois contraint, des marchands dans les juros et autres rentas qui lient leur destin à celui des finances du monarque. On regrettera que, parmi les acteurs présentés, les marchands américains et leurs Consulats à Mexico et Lima apparaissent peu : on mesure par exemple leur poids avec le mémoire, envoyé par les marchands liméniens (les fameux peruleros) en 1654 (p. 219), qui semble infléchir les velléités fiscales de la Couronne. Quoi qu’il en soit Díaz Blanco tranche en dernier ressort : il affirme que le pouvoir monarchique, malgré la fraude massive qui a fait dire aux historiens que l’État hispanique était débordé et faible, est plus fort que le monde des marchands : « En nuestra opinión, lo fundamental es comprobar cómo se quebró la dualidad rey-Reino en un sentido concreto que conducía a la desaparición del Reino como sujeto activo de la negociación política, monopolizada casi por completo por los intereses y la voluntad regia » (p. 288). De là, il n’y a qu’un pas à franchir pour faire de cette histoire celle de la construction d’une monarchie absolue en Espagne au cours du XVIIe siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume Gaudin, « José Manuel Díaz Blanco, Así trocaste tu gloria : guerra y comercio colonial en la España del siglo XVII », Caravelle, 105 | 2015, 204-208.

Référence électronique

Guillaume Gaudin, « José Manuel Díaz Blanco, Así trocaste tu gloria : guerra y comercio colonial en la España del siglo XVII », Caravelle [En ligne], 105 | 2015, mis en ligne le 05 février 2016, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://caravelle.revues.org/1860

Haut de page

Auteur

Guillaume Gaudin

FRAMESPA

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org