Navigation – Plan du site
Mélanges

Une Madeleine tropicale : la première traduction brésilienne de À la recherche du temps perdu

Étienne Sauthier
p. 137-152

Résumés

Le moment de la diffusion, de la réception et de la traduction de l’œuvre de Proust au Brésil coïncide avec l’émergence du monde de l’édition brésilienne. Après la Première Guerre mondiale et dans le prolongement des mouvances modernistes des années 1920, se développent bon nombre de maisons d’édition à capitaux brésiliens. La traduction devient une spécialité de certaines d’entre elles. Cet article cherchera à traiter l’émergence de l’édition brésilienne, notamment en ce qui concerne la traduction, en regard de la circulation de l’œuvre de Proust dans le pays.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article prend place dans une réflexion plus large sur la diffusion, la réception et la traduction de l’œuvre de Marcel Proust au Brésil. Celle-ci a donné lieu à une thèse de doctorat intitulée Combray sous les tropiques. Diffusion, réception et traduction de l’œuvre de Marcel Proust au Brésil (1913-1960), soutenue à l’Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle en décembre 2014.

Texte intégral

  • 2 Voir sur la question : Adour da Câmara, Jayme, « Depoimento sobre Proust », Revista Branca, n° 4, R (...)
  • 3 America Brasileira, Rio de Janeiro, année II, n° 21, septembre 1923, p. 248.
  • 4 Queirós Mattoso, Katia de, Espirito moderno, São Paulo, Monteiro Lobato, 1925, p. 99-100.
  • 5 Athayde, Tristão de, Estudos – Segunda Série, Rio de Janeiro, Tera de Sol, 1928.
  • 6 Sur la notion d’élites en histoire, cf. Leferme-Falguières, Frédérique, Van Renterghem, Vanessa, « (...)

1C’est à travers le Prix Goncourt que Marcel Proust reçoit en 1919 pour À l’ombre des jeunes filles en fleurs et les protestations qui accompagnent celui-ci dans la presse parisienne que le nom de l’auteur arrive au Brésil2. Les premiers articles critiques sur l’écrivain paraissent dans le pays en 19233, puis en 19254. Le premier essai brésilien de critique littéraire à son sujet est publié en 1928, peu après la parution à Paris du Temps Retrouvé, par Tristão de Athayde, pseudonyme littéraire de l’écrivain et penseur catholique brésilien Alceu Amoroso Lima5. Marcel Proust devient ainsi, au long des années 1920, un écrivain dont on parle et dont on se réclame au Brésil, à tel point qu’en 1930, Manuel Bandeira, l’un des futurs traducteurs de la Recherche, peut parler de l’auteur comme d’un élément de distinction culturelle à avoir lu pour l’élite6 intellectuelle brésilienne :

  • 7 Bandeira, Manuel, «Iniciação em Marcel Proust», Revista Souza Cruz, novembre 1930.

Initiation à Marcel Proust
« Par deux fois j’ai essayé de lire Proust et j’ai échoué. C’était au temps où le génial romancier était encore vivant, ce qui au final est plutôt bon pour moi : le mythe Proust n’était pas encore formé, il n’avait pas encore d’admirateurs à la douzaine, les vautours de la consécration posthume. C’était encore au temps où notre grand Graça Aranha écrivait : « Proust ne nous rajeunit pas », considération importante pour qui veut rajeunir. Aujourd’hui, Proust ne nous rajeunit toujours pas. Proust est toujours difficile à lire, mais comme il est mort et qu’on lui reconnaît maintenant du génie, tout le monde doit « avoir lu » Proust […]7.

  • 8 Ministerio da agricultura, industria e comercio, Diretoria geral da estatistica, Recenseamento do B (...)
  • 9 Queirós Mattoso, Katia de, « Les inégalités socioculturelles au Brésil à la fin du XIXe siècle : Sa (...)

2Sachant que, jusqu’en 1948, l’auteur ne circule dans le pays, qu’en langue française, quel lectorat potentiel pouvait y avoir accès ? Quelle pouvait bien être, dans un pays comme le Brésil, dont le recensement de 1922 présente un taux d’analphabétisme de 65 %8, la proportion de l’élite susceptible de lire et d’apprécier cette œuvre réputée exigeante en France ? Ce genre de donnée, aussi contestable soit-elle, doit néanmoins être prise en compte, surtout s’il faut encore ramener les 35 % restants à la portion de ceux qui maîtrisent suffisamment la langue française pour avoir accès au romancier. L’historienne Katia de Keirós Mattoso circonscrit l’élite d’une capitale régionale comme Salvador, à la fin du XIXe siècle, à 6 % de la population détenant 70 % des ressources de la ville9 : c’est bien souvent au sein de cette élite sociale très réduite que se trouve l’élite culturelle. Proust est dès lors un auteur auquel peu de Brésiliens ont accès : s’il est débattu, il n’est donc que peu lu.

  • 10 Calvino, Italo, Pourquoi lire les classiques, Paris, Seuil, 1996.
  • 11 Saldanha Coelho, « Proust Slogan », Revista Branca, n° 4, Rio de Janeiro, décembre-janvier 1948-194 (...)

3À peu de choses près, c’est la définition que donne Italo Calvino du classique10. C’est ainsi que l’article « Proust Slogan » de Saldanha Coelho11, évoque, en 1948 encore, au moment de sa traduction, un auteur dont les élites se réclament sans l’avoir lu. À cet égard, la traduction de Proust, au tournant des années 1950, vient résoudre la contradiction qui résidait entre un auteur qui était un élément de distinction culturelle et dont une bonne partie des élites se réclamaient, et le fait que celui-ci ne soit accessible, de première main, qu’à une proportion limitée de cette élite.

  • 12 Voir sur la question : Chartier, Roger, Cardenio entre Cervantes et Shakespeare, Histoire d’une piè (...)

4Les questions de circulation internationale des imprimés et de traduction sont étudiées en particulier pour les XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles : que ce soit en Europe ou au Brésil12. L’étude de l’arrivée et de l’appropriation de Proust dans le pays permet de travailler cette problématique au vingtième siècle, dans un contexte différent.

  • 13 Hallewell, Laurence, Historia do livro no Brasil, rev e comp, Sao Paulo, EDUSP, 2005, p. 408-409 (t (...)

5L’analyse de la circulation des œuvres littéraires au Brésil et de leur traduction implique de prendre en compte l’émergence d’une industrie éditoriale nationale. La traduction renvoie par ailleurs a un autre enjeu fondamental : la possibilité offerte à un nouveau lectorat d’accéder à un auteur. Elle équivaut ainsi à la circulation d’un élément culturel au travers de la dissociation linguistique. En ce sens, il faut observer l’entreprise de traduction brésilienne de Proust et le contexte dans lequel elle s’inscrit comme une étude de cas autour de trois axes : tout d’abord l’industrie éditoriale du pays et l’importance qu’y prend la traduction, puis le moment précis dans lequel ce transfert en particulier s’inscrit. Enfin, il est nécessaire de se demander si l’entreprise en question n’est que l’objet d’une politique éditoriale de prestige ou si elle correspond davantage à l’émergence d’un processus de démocratisation de l’œuvre traduite. Ces questions seront traitées en gardant, comme perspective de fond, le contexte de déclin de l’importation au Brésil de livres français en version originale13.

La traduction au Brésil : une dynamique récente

  • 14 Ibid., p. 200-203.

6La question de la traduction au Brésil est intimement liée à la nature du marché éditorial national. Jusqu’à la Première Guerre mondiale, celui-ci est largement dominé par des maisons d’édition issues de librairies aux mains d’étrangers, comme le sont les Français Garraux, à São Paulo, et Garnier, à Rio de Janeiro. La suprématie des Européens sur le marché est d’autant plus grande que jusque dans les années 1910, bon nombre de livres sont imprimés en Europe, même quand ils dépendent d’un éditeur ou d’une antenne de maison d’édition à Rio de Janeiro. Ceci est dû aux coûts de production sur place, qui dépassent alors de loin les prix d’importation, fret compris14. Les années 1920 voient se développer, dans la foulée d’une nécessité ressentie par les modernistes de donner au pays une culture nationale, des maisons d’édition brésiliennes, comme l’Editora Nacional de l’écrivain Monteiro Lobato.

  • 15 Amorim, Sonia de, Em busca de um tempo perdido, São Paulo, EDUSP, 2000.
  • 16 Carelli, Mario, Cultures croisées. Histoire des échanges culturels entre France et Brésil, de la dé (...)

7C’est également à ce moment-là que de nombreuses officines et librairies se développent et deviennent des maisons d’édition à part entière15. La volonté de rupture avec une Europe qui a déçu, en particulier la France, est particulièrement lisible dans l’intérêt de ces nouvelles maisons d’édition pour la littérature nord-américaine. L’intérêt de Monteiro Lobato pour Mark Twain est à comprendre en partie dans ce sens16.

  • 17 Hallewell, Laurence, op. cit., p. 397.
  • 18 Période politique brésilienne allant de la chute de la monarchie, en 1889 à l’arrivée au pouvoir de (...)
  • 19 Hallewell, Laurence, op. cit., p. 396.
  • 20 Ibid., p. 403-405.

8Par ailleurs, Laurence Hallewell signale le peu de succès qu’avaient avant la guerre les traductions vendues par des maisons portugaises au Brésil, soulignant que, dans un pays au taux d’alphabétisation aussi bas, les uniques consommateurs du produit livre étaient globalement les gens qui lisaient les auteurs européens en version originale17. Les années 1930, qui mettent fin à la primeira republica18, coïncident avec un moment d’émergence des masses dans la vie publique et de progrès sensibles de l’instruction, grâce, notamment, à l’impulsion du président populiste Gétulio Vargas et de Gustavo Capanema, qui devient ministre de l’Éducation et de la Santé publique en 1934. Durant cette période se développe également, en partie sous la protection du président, la Livraria do Globo de Porto Alegre (capitale du Rio Grande do Sul, dont Gétulio Vargas avait été le gouverneur)19. Cette maison se focalise, pour pallier sa position géographiquement excentrée, sur le marché de la traduction de livres étrangers dès 1926, les auteurs nationaux ayant été en grande partie accaparés par les éditeurs de Rio de Janeiro, en mettant en place, jusqu’en 1947, une véritable industrie éditoriale basée sur une double traduction : tout d’abord un traducteur pour établir une traduction littérale, puis un traducteur pour assurer la conformité stylistique entre l’œuvre de départ et sa traduction. C’est en référence au travail de cette maison d’édition que l’écrivain Erico Verissimo définit les années 1940 comme « l’âge d’or de la traduction au Brésil »20.

  • 21 Ibid., p. 397-398.

9La traduction massive des livres étrangers dans le pays est ainsi une dynamique récente qui, par ailleurs, profite dès 1929 de la crise économique mondiale et de la forte dévaluation de la monnaie brésilienne. Celle-ci mène à une importante augmentation du prix des livres importés d’Europe21. Si celui-ci était, en moyenne, de 3 000 reis en 1930, il atteint près de 18 000 reis en 1935, alors que le livre brésilien, produit dans le pays, conserve son prix : autour des 6 000 reis. L’édition brésilienne devient dès lors rentable car plus accessible financièrement ; à travers sa récente politique de traduction, elle met par ailleurs le livre à la portée de plus de lecteurs.

  • 22 Amorim, Sonia de, op. cit., São Paulo, EDUSP, 2000, p. 66.
  • 23 Hallewell, Laurence, op. cit., p. 398.
  • 24 Wilfert, Blaise, op. cit., p. 79-80.
  • 25 Ibid., p. 151-163.
  • 26 Freyre, Gilberto, Casa Grande & Senzala: formação da família brasileira sob o regime de economia pa (...)

10Cependant, ces auteurs traduits relèvent en majorité de la paralittérature : ainsi, sur les 338 titres publiés par la Livraria do Globo entre 1931 et 1950, 75 % sont des traductions d’auteurs de divertissements de masses (romans à l’eau de rose, romans policiers, etc.)22. De la même manière, sur les sept collections qui composent les traductions publiées par la même maison d’édition, seules deux éditent ce qui pourrait être perçu comme une littérature exigeante : la « Biblioteca dos séculos », qui publie des auteurs classiques allant jusqu’à la fin du XIXe siècle, et la collection « Nobel », créée en 1933, qui recouvre les grands noms de la littérature d’alors : Proust, Huxley, Woolf, Gide, Pirandello ou Martin du Gard23. Ce poids de la littérature de divertissement au sein des traductions publiées au Brésil n’est pas spécifique à ce pays. En effet, dans la France de la fin du XIXe et des débuts du XXe siècle, il faut, pour qui veut être traduit facilement et de manière rentable, faire partie des auteurs de divertissement24. Un autre facteur de sélection à la traduction dans la France de 1900 est la résonance potentielle de l’œuvre avec les débats d’actualité, le cas de l’importation de Gabrielle D’Annunzio par la Revue des deux Mondes tend à le montrer : en effet, la traduction, qui prend des libertés par rapport au texte original, est établie de manière à constituer une œuvre plus facilement recevable par un public français25. Dans cette optique, la nécessité de traduire Proust semble évidente au Brésil dès la publication, en 1933, de l’élément fondateur de la sociologie brésilienne, Casa Grande e Senzala26. En effet, Gilberto Freyre, son auteur, se réclame, dès la préface de son ouvrage, d’une démarche proustienne :

  • 27 Freyre, Gilberto, Maîtres et Esclaves, Paris, Gallimard, Croix du sud, 1953 (pour la traduction).

L’étude de l’histoire intime d’un peuple a quelque chose de proustien ; les Goncourt l’appelaient déjà « ce roman vrai ». L’architecte Lucio Costa, devant les vieilles maisons de Sabara, de S. Joao del Rey, d’Ouro Preto, de Mariana, et de la province de Minas en général, dit : « C’est comme si l’on se rencontrait soi-même... On se souvient de choses que l’on croyait ignorer, mais qui étaient en dedans de nous, sans doute, Proust arriverait à expliquer cela27.

11Au moment où il peut être mobilisé dans la préface de l’ouvrage ayant valeur de pierre fondatrice de la sociologie brésilienne, l’auteur de la Recherche a acquis, du moins à travers le prisme d’une lecture brésilienne, une pleine place dans l’espace de réception. Cette place est purement liée à cet espace de réception, ce qui rend la traduction de l’auteur, à terme, nécessaire et presque indispensable.

12Les deux collections de prestige de la Livraria do Globo, et en particulier la collection Nobel, se démarquent également des autres par l’importance donnée à la qualité des traductions. Celles-ci sont confiées à des auteurs brésiliens contemporains de renom, salariés au mois et non payés à la mission. Ces traducteurs sont, relativement à Proust, le poète Mario Quintana (pour Du côté de chez Swann, À l’ombre des jeunes filles en fleurs, Le Côté de Guermantes et Sodome et Gomorrhe), le poète Manuel Bandeira et Lourdes Souza de Alencar (pour La Prisonnière), le poète Carlos Drummond de Andrade (pour La Fugitive), et la critique littéraire Lucia Miguel Pereira (pour Le Temps retrouvé). Dans un article de la revue Letras e Artes du 02/03/1947, cette rétribution mensuelle de la traduction est défendue :

  • 28 Sauf mention contraire les traductions sont personnelles.

La Livraria do Globo de Porto Alegre est peut-être la seule entreprise éditoriale au Brésil à adopter le procédé nord-américain de traiter les traducteurs comme des fonctionnaires, travaillant quotidiennement à horaires fixes. […] Une des raisons des mauvaises traductions parues ici ou là est la précipitation. Cette précipitation résulte presque uniquement des conditions du contrat de travail entre l’éditeur et le traducteur. L’éditeur confie le livre à ce dernier pour ne le payer qu’une fois la traduction terminée. Et le travail se prolonge durant six mois, un an ou parfois encore plus, causant au traducteur un manque de rémunération qui ne peut que lui occasionner du tort, étant donné la situation économique peu favorable dans laquelle vit en général cette classe sociale. Conséquence : pour être rapidement rémunéré, le traducteur précipite son travail, sacrifiant même, souvent, son renom littéraire à la nécessité pressante de terminer rapidement son travail. […] Le travail fait à la manière d’un emploi, à horaires fixes et payé à la fin du mois supprime entièrement l’hypothèse de la précipitation. […] [Le traducteur] s’efforcera au contraire de travailler avec le plus d’application possible, sans hésiter à perdre du temps à la recherche du terme exact et à l’usage du dictionnaire. […]28

  • 29 Amorim, Sonia de, op. cit., p.94-95.

13Ces conditions matérielles de traduction très particulières se couplent à l’installation de cette collection dans la capitale, Rio de Janeiro, et à la mise en réseau de ses traducteurs autour d’une bibliothèque commune d’ouvrages de référence29.

  • 30 Archives Fundação Casa de Rui Barbosa: BR FCRB – Carlos Drummond de Andrade – CDA cp 570.
  • 31 Tableau de conversion monétaire dans Hallewell, Laurence, op. cit., p. 756-757.
  • 32 http://www.insee.fr/fr/service/reviser/calcul-pouvoir-achat.asp (consulté le 21/03/2015)
  • 33 Quintana, Mario, Condé, José, «A tradução de Proust – Mario Quintana (entrevista cedida na integra (...)

14Ce mode de fonctionnement revendiqué pose tout de même question. En effet, les contrats de traduction qui lient l’éditeur et Carlos Drummond de Andrade, pour Les Paysans d’Honoré de Balzac et pour La Prisonnière de Marcel Proust30, semblent plutôt avoir été établis sur la base d’une mission payée à la page traduite. Le premier, signé le 23 août 1945, laisse au traducteur jusqu’au 30 juin 1946 pour rendre la traduction dactylographiée des Paysans de Balzac, soit un peu plus de dix mois, et prévoit le paiement de 13 cruzeiros par page traduite de l’édition française, à savoir environ 30 anciens francs français31, ce qui représente, converti à l’aide du convertisseur de l’INSEE32, 3,76 euros en 2014. Le second de ces contrats, établi le 25 octobre 1948, donne à Carlos Drummond de Andrade jusqu’au 30 septembre 1950 pour rendre A Fugitiva en traduction, et le rétribue à hauteur de 20 cruzeiros par page traduite à partir de l’original, ce qui fait en 1948 environ 222 anciens francs, qui équivalent en euros 2014, convertis à l’aide du même tableau, à 7,70 euros. Le salaire sera d’ailleurs réajusté en 1950 à 50 cruzeiros par page, ce qui revient à 1 000 anciens francs, qui eux-mêmes équivalent à 27,87 euros en 2014. Rappelons également que, revalorisé en 1943, le salaire minimum est alors de 380 cruzeiros, il ne sera réévalué qu’en 1952 à 1 200 cruzeiros, pour intégrer l’importante inflation que connaît le pays dès cette année-là. Le traducteur est ainsi nettement mieux payé en valeur absolue pour la traduction de Proust que pour celle de Balzac. Ceci est encore plus sensible dans la mesure où il est payé à la page traduite : le Balzac de départ est le volume VIII de l’édition française de la Pléiade (collection qui a la particularité de réunir en une page environ deux pages normales et demi), l’exemplaire de Proust est, quant à lui, le volume XIII d’À la Recherche du temps perdu dans la collection blanche de Gallimard : la taille d’une page est, dans ce cas-là, standard. La question se pose de la raison de cette différence salariale : amélioration, durant ces années, des conditions de travail des traducteurs ou reconnaissance salariale des difficultés particulières de traduction que présente Proust ? S’il est difficile de répondre à cette question, il est possible au moins de faire référence à ce que répond le poète Mario Quintano, traducteur des quatre premiers volumes de la Recherche, à propos des difficultés de traduction qu’il aurait rencontrées33 :

– Avez-vous rencontré des difficultés spéciales lors de la traduction ?
– Beaucoup, comme j’y ai déjà fait allusion, à cause du style très particulier de l’auteur, en effet, contrairement à la tradition consacrée en France, sa construction est plus psychologique que logique. Ah ! combien de digressions, parenthèses, traits d’union, raccourcis et détours dans ces périodes, qui pour cette raison couvrent de temps en temps plus d’une page ! Mais aussi, quelle beauté ! […] »

15Que le salaire à la page soit plus élevé du fait de la difficulté de traduction de Proust, ou que cela soit lié à une amélioration des conditions de traductions, le fait est que le traitement de Carlos Drummond de Andrade évolue plus ou moins du simple à l’octuple entre sa traduction de Balzac en 1945-1946 et sa traduction de Proust entre 1948 et 1950.

16La traduction de Proust au Brésil, publiée de 1948 à 1956, bénéficie d’un contexte éditorial très particulier et même unique : si la réalité de l’édition brésilienne à ce moment-là ne correspond sans doute pas à l’image idéale qu’en donne la Livraria do Globo, il faut tout de même souligner que les conditions de traduction s’améliorent et que cette édition de Proust en portugais est une entreprise dans laquelle la maison d’édition est particulièrement prête à investir. Elle profite aussi d’un moment intellectuel et littéraire très favorable. Tous ces éléments liés au contexte de l’espace de réception à un moment précis renvoient à ce que dit Michel Espagne de la traduction au XIXe siècle entre les espaces français et allemand :

  • 34 Espagne, Michel, « La fonction de la traduction dans les transferts franco-allemands, Revue d’histo (...)

La traduction autour de 1800 n’est pas uniquement ni même principalement un problème textuel. Tout au contraire, sa signification s’épuise dans les conditions de son émergence : perspective du traducteur, évaluation du contexte de réception, perspectives du contexte de départ, reformulation du sens initial, exécution matérielle du livre, relèvent d’une histoire de la culture34.

17Il semblerait que les circonstances, le contexte participent toujours, un siècle plus tard, des conditions d’émergence ou non d’une traduction, lorsqu’elles ne dépassent pas la simple raison du texte.

Un contexte proustien, une redécouverte de la France

  • 35 Hallewell, Laurence, op. cit., tableau p. 408-409.
  • 36 Compagon, Olivier, « L’Euro-Amérique en question », Nuevo Mundo Mundos Nuevos, Debates [http://nuev (...)

18L’étude de l’importation du livre français au Brésil, tout au long de la première partie du XXe siècle (jusque dans les années 1950), permet d’observer un amoindrissement assez net35. Cependant, il n’y a pas, en matière de circulation culturelle, de mouvement linéaire36 : les dynamiques globales tendent à s’opérer par à-coups, au gré du contexte dans lequel cette circulation s’inscrit. Ainsi, bien qu’une diminution progressive de cette traversée soit amorcée tout de suite après la Première Guerre mondiale, c’est dans les années suivant 1929 que cet étiage est le plus radical. Dès lors, la crise de 1929 représente un moment d’importantes difficultés économiques pour le Brésil qui vivait essentiellement de la manne caféière, d’inflation, et d’augmentation radicale du prix des livres importés. De la même manière, dès 1940, l’occupation de la France réduit à néant la circulation du livre français vers le pays.

19Curieusement, c’est sans doute cette interruption momentanée qui crée en partie les conditions exceptionnelles du moment de traduction de l’œuvre de Proust au Brésil. En effet, la rupture forcée, durant la guerre, de la circulation littéraire entre l’Europe et le pays cause une sensible redécouverte de la France et de sa culture dans l’immédiat après-guerre, lorsque le contact est rétabli. Un article de Letras e Artes du 22 septembre 1946 verbalise cet état de fait :

La vogue du livre français continuera
On a parlé, de manière erronée et précipitée de la décadence, parmi nous, du livre français, il semble qu’il y ait erreur dans tout cela. De fait, jusque peu avant la guerre, nous vivions totalement absorbés par la littérature française, au point de tristement ignorer les autres, surtout la Nord-Américaine. La guerre venue, l’absence du livre français et l’ample introduction sur notre marché du livre en langue anglaise fait que nous nous sommes énormément intéressés à ce dernier. Mais le français n’a pas été pour autant oublié. Aujourd’hui, lorsque les éditions françaises recommencent à apparaître dans nos librairies, nous pensons qu’elles ne manqueront pas de public […].

  • 37 «Livros francêses», Letras e artes, 12/01/1947, p. 5.
  • 38 O Imparcial (Sup.), Rio de Janeiro, 12/10/1941, p. 2. ; O Diario de Noticias, Rio de Janeiro, 14/09 (...)
  • 39 Correio da Manhã, Rio de Janeiro, 2de section, 08/12/1945, p. 1; A Manhã, Rio de Janeiro, 23/11/194 (...)

20Ce retour a aussi une réalité matérielle : ainsi un autre article de la même revue annonce la tenue à Rio de deux foires aux livres français– dans le hall du Ministère de l’Éducation, et au Copacabana Palace37. De nombreuses traductions brésiliennes accompagnent cette dynamique, principalement à la Livraria do Globo : comme Les Liaisons dangereuses de Choderlos de Laclos, traduit, en 1946 par Carlos Drummond de Andrade, le grand projet de traduction complète de La Comédie humaine d’Honoré de Balzac, ou d’À la recherche du temps perdu. Si cette dernière idée avait été évoquée pour la première fois au début de la Première Guerre mondiale38, ce n’est qu’en 1946 qu’elle se concrétise39.

  • 40 Rui, Coehho, «Marcel Proust e a nossa época», Revista Clima, n° 1, São Paulo, mai 1941, p. 20-65.
  • 41 Bulletin de la Société de Marcel Proust et de Combray, n° 1, Illier, 1950, p. 67-68.
  • 42 En cours depuis mai 1949 si l’on se réfère à la correspondance de Jean Paulhan et de Pierre Clarac (...)

21À cette réapparition du livre français au Brésil, il est nécessaire d’ajouter un contexte de redécouverte effective de Proust, d’un côté et de l’autre de l’Atlantique. Au Brésil, il est amorcé par une nouvelle génération d’intellectuels formés par la toute jeune Université de São Paulo. En 1941, le premier article de la revue Clima, mise en place par un groupe d’étudiants prometteurs de l’université en question, traite du rapport de Proust aux temps présents, à la modernité et aux problématiques de cette génération40. De la même manière, ces moments proustiens, en France et au Brésil, semblent correspondre. À la création de la Société des Amis de Marcel Proust et de Combray, dans la France de 1947, répond ainsi la fondation du Proust Club de Rio de Janeiro, la même année. Les deux associations ont d’ailleurs un membre commun : un des secrétaires de l’ambassade du Brésil à Paris, Roberto Assumpção de Araújo41. De la même manière, au projet d’édition de Proust à la Pléiade42 et à la publication de Jean Santeuil, en France, répond au Brésil, bien qu’elle les précède un peu, l’édition de la première traduction d’À la recherche du temps perdu, de 1948 à 1956.

  • 43 Letras e Artes, Rio de Janeiro, 07/11/1948, p. 3.
  • 44 Revista Branca, n° 4 (Homenagem a Proust), Rio de Janeiro, décembre-janvier 1948-1949.
  • 45 Coehho, Saldanha (coord.), «Proustiana Brasileira», Revista Branca, Rio de Janeiro, 1950.
  • 46 Revista Nordeste, Ano V, n° 5 (Em busca da provincia perdida), Recife, novembre-décembre 1949.
  • 47 Rolland, Denis, La crise du modèle français, Marianne et l’Amérique latine : Culture, politique et (...)
  • 48 Lima, Jorge de, Dois Ensaios, Maceio, Edições da Casa Ramalho, 1929.
  • 49 Lima, Jorge de, Proust, traduit du portugais par M.-A. Ducasse d’Oliveira Guimarães, Rio de Janeiro (...)

22C’est le 7 novembre 1948 qu’est signalée la publication de No Caminho de Swann, dans la traduction du poète brésilien Mario Quintana43. Le quatrième numéro de la Revista Branca de Rio de Janeiro, en décembre 1948, est, de son côté, un numéro spécial entièrement dédié à Proust44. Il donne lieu, un an plus tard, à la publication d’une Proustiana Brasileira45, conçue comme une anthologie de bon nombre d’articles critiques brésiliens relatifs à l’auteur. Quelques mois auparavant, en 1949, comme pour corroborer l’idée d’une lecture de l’œuvre de Proust orientée par des problématiques culturelles nationales et même régionales, est publié à Recife un numéro de la revue régionaliste Nordeste consacré à la province chez le romancier46. L’auteur de la Recherche est ainsi à la mode, au point même d’inspirer, dans le numéro du 19 décembre 1948 de la revue Letras e Artes, un mot croisé proustien. L’écrivain bénéficie d’une dynamique de redécouverte après un étiage durant les années 1930 (qui s’était traduit par moins de publications critiques) et une interruption de sa circulation dans les années 1940. Ce qui ne peut toutefois manquer d’intéresser, c’est que cet affaiblissement dans les années 1930 comme cette mode d’après-guerre sont lisibles de manière tout à fait parallèle en France et au Brésil. Il faut dès lors remettre en question, ou du moins fortement nuancer, l’idée d’un divorce culturel47. Le processus semble nettement plus complexe et les critiques brésiliens de Proust tentent, par exemple, de s’exporter vers la France : comme le montre la traduction en français, réalisée grâce aux financements du Proust Club et à destination du public français, de l’essai sur Proust de 192948 du poète brésilien Jorge de Lima49. Il faut enfin se demander, pour prendre une pleine mesure de ce que représente cette traduction, si elle relève uniquement d’une politique de prestige éditorial ou si elle induit une démocratisation effective de la Recherche.

Politique de prestige ou réelle démocratisation ?

  • 50 Letras e Artes, Rio de Janeiro, 07/11/1948, p. 3
  • 51 Diario de Noticias, Rio de Janeiro, 04/11/1951, p. 3.

23La publication de l’œuvre de Proust en portugais est réalisée au Brésil par une maison d’édition dont la traduction est le fond de commerce, mais qui n’a cependant pas pour habitude d’éditer une littérature aussi exigeante. Face à la publication massive de romans de divertissement, traduits à destination d’un public très large et au tirage important, l’entreprise de traduction de Proust peut sembler représenter plutôt une politique de prestige sans vocation rentable, du moins de manière immédiate. Dans les faits, celle-ci rencontre rapidement du succès, sans doute dans la mesure où elle permet de passer du « Proust-Slogan », au statut, pour l’auteur, d’écrivain dont il est au moins possible d’avoir une connaissance de première main. La revue Letras e Artes signale ainsi que la semaine de sa sortie, avec 120 volumes écoulés, No Caminho de Swann est le second livre le plus vendu dans l’État de São Paulo50, le Diario de Noticias annonce quant à lui, en 1951, que Balzac et Proust réalisent alors les meilleures ventes dans le pays en terme de livres traduits51. Il est ainsi tout à fait possible que le succès ait pu surprendre, ou même prendre de court l’éditeur.

  • 52 Boletim Bibliográfico Brasileiro, n° 2, Rio de Janeiro, vol. I, mars-avril 1953.
  • 53 La faculté de Droit de Recife, une des seules facultés à l’époque, est à l’origine de l’université (...)

24Il faut toutefois remarquer que le lectorat qui peut s’offrir Proust en traduction est aisé. En effet, le bulletin bibliographique brésilien précise le prix auquel est offert un exemplaire de la traduction de Du côté de chez Swann fin mars 1953. Celui-ci se vend pour 80 cruzeiros52 ; sachant que le salaire minimum mensuel est à ce moment-là au Brésil de 900 cruzeiros, un volume de la traduction de Proust revient à environ 9 % d’un salaire minimum mensuel brésilien. L’observation des registres d’emprunt de bibliothèques est également un bon moyen de constater cette demande qu’il y a autour de la traduction de Proust. Ainsi les versions portugaises et françaises de l’auteur arrivent à la bibliothèque de la faculté de Droit de Recife plus ou moins au même moment, autour de 195053. La consultation des fiches d’emprunt des ouvrages permet de remarquer que Na Sombra das Raparigas em Flor est emprunté 38 fois en traduction entre les années 1950 et 2000 tandis qu’À l’ombre des jeunes filles en fleurs n’est emprunté, sur la période, que deux fois. Il en va de même pour O Tempo Redescoberto et Le Temps retrouvé, empruntés respectivement vingt-neuf et quatre fois. Le reste des volumes de la Recherche connaît le même écart de diffusion entre texte original et traduction. Du fait de l’existence réelle d’un public sans doute en partie inattendu pour la maison d’édition, et d’un phénomène de redécouverte simultanée de l’auteur d’un côté et de l’autre de l’Atlantique, une traduction sans doute envisagée au départ comme une simple entreprise de prestige aboutit à une démocratisation relative de l’œuvre. Cette émergence d’un public pour la traduction de Proust au Brésil tend aussi à démontrer que le constat d’un rejet d’une certaine culture européenne en Amérique latine au XXe siècle est à nuancer par la circulation effective de celle-ci en langue nationale. Tout ceci fait par ailleurs écho à l’achat, par la bibliothèque nationale de Rio de Janeiro, en 1928, quatre ans seulement après l’acquisition des premiers volumes de la Recherche en version française, du seul tome traduit en Espagne dans les années 1920 par Pedro Salinas : Por el Camino de Swann : preuve qu’il existait sans doute déjà au Brésil, dans les années 1920, un public pour Proust dans une autre langue que le français.

Conclusion : dépasser la langue

25La traduction est ainsi au Brésil une tradition récente, liée à de multiples éléments culturels internes au pays, mais aussi à une situation politique internationale : relative rupture culturelle avec l’Europe, émergence des masses, crise économique internationale des années 1930, guerres mondiales ; elle est également le signe que l’élite culturelle nationale s’élargit durant la période à des gens qui ne maîtrisent pas parfaitement la langue française. L’émergence du marché éditorial de la traduction au Brésil est ainsi le symptôme aussi bien du recul de la maîtrise du français au Brésil que d’un élargissement de l’élite culturelle du pays : dans un cas comme dans l’autre, la langue française n’est plus un incontournable de l’identité des élites culturelles brésiliennes. De ce fait, traduire, c’est accepter cet affaiblissement de la langue au profit d’une circulation culturelle. Cette littérature traduite n’en est pas moins un objet qui circule et qui est donc lu dans le pays, ce qui remet en question l’idée d’un quelconque recul unilatéral de la culture française en Amérique latine et au Brésil en particulier. Et ce, d’autant plus que la traduction de Proust au Brésil vient justement attester du fait que si la langue française n’est plus indispensable pour l’élite intellectuelle nationale, la fréquentation d’un auteur comme Proust, ou au moins sa revendication, n’en reste pas moins un élément de distinction. Il serait pour cette raison plus juste de parler ici d’une dissociation entre culture et langue qui crée un accès plus massif à la première. Un autre élément qui peut faire penser que l’œuvre est devenue, à travers le dépassement de sa langue originale, un classique dans un nouvel espace de réception, est le fait que la lecture critique brésilienne de l’auteur est médiatisée au point d’être traduite en langue française, au Brésil, à destination du marché français.

26En manière d’épilogue, cette édition brésilienne de Proust est reprise à la fin des années 1970 en version bon marché chez l’Editora Abril, une maison d’édition qui produit, aujourd’hui encore, des livres à coûts réduits, vendus dans les kiosques à journaux. Cette traduction de Proust en particulier est dès lors bel et bien devenue, si ce n’est un objet de masses, du moins un objet financièrement plus facile d’accès, ce qui, par extension, médiatise Proust au Brésil. Peut-être est-ce là, comme quand aujourd’hui un roman sort en collection de poche, une autre définition possible, et nécessairement plus matérielle, de ce que pourrait être le fait de devenir un classique.

Haut de page

Bibliographie

Abreu, Márcia , « A Circulação Transatlântica dos Impressos : a globalização da cultura no século XIX », Revista do núcleo de estudos do livro e da edição, 2011, vol. I, p. 115-130.

Abreu, Márcia, Os Caminhos, dos livros, 1ra ed. Campinas, Mercado de Letras/ALB/FAPESP, 2003, vol. I.

Amorim, Sonia (de), Em busca de um tempo perdido, São Paulo, EDUSP, 2000.

Bourdieu, Pierre, « Les conditions sociales de la circulation internationale des idées », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 145, p. 3-8.

Carelli, Mario, Cultures croisées. Histoire des échanges culturels entre France et Brésil de la découverte aux temps modernes, Paris, Nathan, Essais et recherches, 1993.

Casanova, Pascale, La République mondiale des lettres, Paris, Le Seuil, 1999.

Compagnon, Olivier « L’Euro-Amérique en question », Nuevo Mundo Mundos Nuevos, Debates. [http://nuevomundo.revues.org/54783; DOI : 10.4000/nuevomundo.54783 (mis en ligne le 3 février 2009, consulté le 15 septembre 2012)].

Espagne, Michel, « La fonction de la traduction dans les transferts franco-allemands », Revue d’histoire littéraire de la France, numéro spécial « Les traductions dans le patrimoine français », mai-juin 1997.

Hallewell, Laurence, Historia do livro no Brasil, rev e comp, Sao Paulo, EDUSP, 2005.

Leferme-Falguières, Frédérique, Van Renterghem, Vanessa, « Le concept d’élites. Approches historiographiques et méthodologiques », Hypothèses 2000, revue de l’École doctorale de l’Université de Paris I/Sorbonne, 2001, p. 57-67.

Queirós Mattoso, Katia de, Muzart-Fonseca dos Santos, Idelette, Rolland Denis, Matériaux pour une histoire culturelle du Brésil. Objets, Voix et Mémoires, Paris, L’Harmattan, 1999.

Rolland, Denis, La Crise du Modèle français, Marianne et l’Amérique latine : Culture, Politique et Identité, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2000.

Schapochnik, Nelson, « La circulation des contrefaçons belges à Rio de Janeiro au XIXe siècle », in Cooper-Richer, Diana, Mollier, Jean-Yves (coord.), Le commerce transatlantique de librairie, un fundament de la mondialisation culturelle (France, Portugal, Brésil, XVIII-XX siècle), 1ra ed. Campina, IEL/UNICAMP, 2012, vol. I, p. 61-73.

Schapochnik, Nelson, « Edição, recepção e mobilidade do romance Les mystères de Paris no Brasil oitocentista », in Varia História, UFMG Impresso, 2010, vol. XXVI, p. 591-617.

Wilfert, Blaise, Paris, la France et le reste…, Importations littéraires et nationalisme culturel en France, 1885-1930, thèse d’histoire, Université Paris I Panthéon/Sorbonne, 2003.

Haut de page

Annexe

 

Source : Hallewell, Laurence , Historia do livro no Brasi, rev e comp, Sao Paulo, EDUSP, 2005, p. 408-409

Haut de page

Notes

2 Voir sur la question : Adour da Câmara, Jayme, « Depoimento sobre Proust », Revista Branca, n° 4, Rio de Janeiro, décembre-janvier 1948-1949, p. 16 ; O Imparcial, Rio de Janeiro, 13 décembre 1919, p. 4 ; O Paiz, Rio de Janeiro, 13 décembre 1919, p. 5.

3 America Brasileira, Rio de Janeiro, année II, n° 21, septembre 1923, p. 248.

4 Queirós Mattoso, Katia de, Espirito moderno, São Paulo, Monteiro Lobato, 1925, p. 99-100.

5 Athayde, Tristão de, Estudos – Segunda Série, Rio de Janeiro, Tera de Sol, 1928.

6 Sur la notion d’élites en histoire, cf. Leferme-Falguières, Frédérique, Van Renterghem, Vanessa, « Le concept d’élites. Approches historiographiques et méthodologiques », Hypothèses 2000, revue de l’École doctorale de l’Université de Paris I/Sorbonne, 2001, p. 57-67.

7 Bandeira, Manuel, «Iniciação em Marcel Proust», Revista Souza Cruz, novembre 1930.

8 Ministerio da agricultura, industria e comercio, Diretoria geral da estatistica, Recenseamento do Brazil realizado em 1 de septembro 1920, vol. IV, população, Rio de Janeiro, 1929, p. 13-13 et graphique (consulté le 13/03/2012 : http://biblioteca.ibge.gov.br/visualizacao/monografias/GEBIS%20%20RJ/Censode1920/RecenGeraldoBrasil1920_v4_Parte4_Populacao.pdf.)

9 Queirós Mattoso, Katia de, « Les inégalités socioculturelles au Brésil à la fin du XIXe siècle : Salvador de Bahia vers 1890 », in Queirós Mattoso, Katia de, Muzart-Fonseca dos Santos, Idelette, Rolland, Denis, Matériaux pour une histoire culturelle du Brésil. Objets, Voix et Mémoires, Paris, L’Harmattan, 1999.

10 Calvino, Italo, Pourquoi lire les classiques, Paris, Seuil, 1996.

11 Saldanha Coelho, « Proust Slogan », Revista Branca, n° 4, Rio de Janeiro, décembre-janvier 1948-1949, p. 27.

12 Voir sur la question : Chartier, Roger, Cardenio entre Cervantes et Shakespeare, Histoire d’une pièce perdue, Paris, Gallimard, N.R.F. Essais, 2011 ; Wilfert, Blaise, Paris, la France et le reste…, Importations littéraires et nationalisme culturel en France, 1885-1930, thèse d’histoire, Université Paris I Panthéon/Sorbonne, 2003. ; Abreu, Márcia, « A Circulação Transatlântica dos Impressos: a globalização da cultura no século XIX », Revista do núcleo de estudos do livro e da edição, 2011, vol. I, p. 115-130 ; Abreu, Márcia, Os Caminhos dos livros, 1ra ed. Campinas, Mercado de Letras/ALB/FAPESP, 2003, vol. I. ; Schaposchnick, Nelson, «Edição, recepção e mobilidade do romance Les Mystères de Paris no Brasil oitocentista», in Varia História (UFMG Impresso), 2010, vol. 26, p. 591-617 ; Schaposchnick, Nelson, « La circulation des contrefaçons belges à Rio de Janeiro au XIXe siècle », in Cooper-Richer, Diana, Mollier, Jean-Yves (coord.), Le commerce transatlantique de librairie, un des fondements de la mondialisation culturelle (France, Portugal, Brésil, XVIIIe-XXe siècle), 1ra ed. Campinas, IEL/UNICAMP, 2012, vol. I, p. 61-73.

13 Hallewell, Laurence, Historia do livro no Brasil, rev e comp, Sao Paulo, EDUSP, 2005, p. 408-409 (tableau retranscrit en annexe).

14 Ibid., p. 200-203.

15 Amorim, Sonia de, Em busca de um tempo perdido, São Paulo, EDUSP, 2000.

16 Carelli, Mario, Cultures croisées. Histoire des échanges culturels entre France et Brésil, de la découverte aux temps modernes, Paris, Nathan, Essais et recherches, 1993.

17 Hallewell, Laurence, op. cit., p. 397.

18 Période politique brésilienne allant de la chute de la monarchie, en 1889 à l’arrivée au pouvoir de Gétulio Vargas, en 1930.

19 Hallewell, Laurence, op. cit., p. 396.

20 Ibid., p. 403-405.

21 Ibid., p. 397-398.

22 Amorim, Sonia de, op. cit., São Paulo, EDUSP, 2000, p. 66.

23 Hallewell, Laurence, op. cit., p. 398.

24 Wilfert, Blaise, op. cit., p. 79-80.

25 Ibid., p. 151-163.

26 Freyre, Gilberto, Casa Grande & Senzala: formação da família brasileira sob o regime de economia patriarcal, Rio de Janeiro, Maia & Schmidt, 1933, p. 36.

27 Freyre, Gilberto, Maîtres et Esclaves, Paris, Gallimard, Croix du sud, 1953 (pour la traduction).

28 Sauf mention contraire les traductions sont personnelles.

29 Amorim, Sonia de, op. cit., p.94-95.

30 Archives Fundação Casa de Rui Barbosa: BR FCRB – Carlos Drummond de Andrade – CDA cp 570.

31 Tableau de conversion monétaire dans Hallewell, Laurence, op. cit., p. 756-757.

32 http://www.insee.fr/fr/service/reviser/calcul-pouvoir-achat.asp (consulté le 21/03/2015)

33 Quintana, Mario, Condé, José, «A tradução de Proust – Mario Quintana (entrevista cedida na integra pelo escritor José Condé», Revista Branca, n° 4, Rio de Janeiro, décembre-janvier 1948-1949, p. 40.

34 Espagne, Michel, « La fonction de la traduction dans les transferts franco-allemands, Revue d’histoire littéraire de la France, numéro spécial « Les traductions dans le patrimoine français », mai-juin 1997.

35 Hallewell, Laurence, op. cit., tableau p. 408-409.

36 Compagon, Olivier, « L’Euro-Amérique en question », Nuevo Mundo Mundos Nuevos, Debates [http://nuevomundo.revues.org/54783 (mis en ligne le 3/02/2009, consulté le 21/03/2015/)]

37 «Livros francêses», Letras e artes, 12/01/1947, p. 5.

38 O Imparcial (Sup.), Rio de Janeiro, 12/10/1941, p. 2. ; O Diario de Noticias, Rio de Janeiro, 14/09/1941, p. 18. ; O Diario de Noticias, Rio de Janeiro, 02/11/1941, p. 18.

39 Correio da Manhã, Rio de Janeiro, 2de section, 08/12/1945, p. 1; A Manhã, Rio de Janeiro, 23/11/1946, p. 4; Letras e Artes, Rio de Janeiro, 22/09/1946, p. 3.

40 Rui, Coehho, «Marcel Proust e a nossa época», Revista Clima, n° 1, São Paulo, mai 1941, p. 20-65.

41 Bulletin de la Société de Marcel Proust et de Combray, n° 1, Illier, 1950, p. 67-68.

42 En cours depuis mai 1949 si l’on se réfère à la correspondance de Jean Paulhan et de Pierre Clarac et concrétisé en 1954.

43 Letras e Artes, Rio de Janeiro, 07/11/1948, p. 3.

44 Revista Branca, n° 4 (Homenagem a Proust), Rio de Janeiro, décembre-janvier 1948-1949.

45 Coehho, Saldanha (coord.), «Proustiana Brasileira», Revista Branca, Rio de Janeiro, 1950.

46 Revista Nordeste, Ano V, n° 5 (Em busca da provincia perdida), Recife, novembre-décembre 1949.

47 Rolland, Denis, La crise du modèle français, Marianne et l’Amérique latine : Culture, politique et identité, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2000.

48 Lima, Jorge de, Dois Ensaios, Maceio, Edições da Casa Ramalho, 1929.

49 Lima, Jorge de, Proust, traduit du portugais par M.-A. Ducasse d’Oliveira Guimarães, Rio de Janeiro, Tupã Editeurs, 1953.

50 Letras e Artes, Rio de Janeiro, 07/11/1948, p. 3

51 Diario de Noticias, Rio de Janeiro, 04/11/1951, p. 3.

52 Boletim Bibliográfico Brasileiro, n° 2, Rio de Janeiro, vol. I, mars-avril 1953.

53 La faculté de Droit de Recife, une des seules facultés à l’époque, est à l’origine de l’université qui verra le jour quelques années plus tard.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://caravelle.revues.org/docannexe/image/1808/img-1.png
Fichier image/png, 28k
Légende Source : Hallewell, Laurence , Historia do livro no Brasi, rev e comp, Sao Paulo, EDUSP, 2005, p. 408-409
URL http://caravelle.revues.org/docannexe/image/1808/img-2.png
Fichier image/png, 12k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Étienne Sauthier, « Une Madeleine tropicale : la première traduction brésilienne de À la recherche du temps perdu », Caravelle, 105 | 2015, 137-152.

Référence électronique

Étienne Sauthier, « Une Madeleine tropicale : la première traduction brésilienne de À la recherche du temps perdu », Caravelle [En ligne], 105 | 2015, mis en ligne le 05 février 2016, consulté le 21 juin 2017. URL : http://caravelle.revues.org/1808 ; DOI : 10.4000/caravelle.1808

Haut de page

Auteur

Étienne Sauthier

Université de Campinas, São Paulo

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org