Navigation – Plan du site
Regards sur 50 ans de latino-américanisme
Regards critiques sur le latino-américanisme toulousain

Les évolutions de l’américanisme toulousain depuis les années 1980

Soizic Croguennec
p. 171-194

Résumés

L’américanisme fait figure de tradition bien ancrée à l’Université du Mirail, aussi bien à travers l’offre de formation, proposée par l’IPEALT devenu récemment IPEAT, qu’à travers une recherche dynamique entretenue notamment par les différentes thèses soutenues en littérature et en sciences humaines depuis une trentaine d’année. Toutefois, cet intérêt américaniste est loin d’être monolithique. De ce fait, il convient de s’interroger à la fois sur les évolutions chronologiques des préoccupations de la recherche toulousaine sur ces thématiques et sur les différents questionnements qui tendent à émerger en fonction des disciplines concernées.

Haut de page

Texte intégral

Les contours d’une tradition universitaire

  • 1 Michel Bertrand et Richard Marin, « Toulouse, université pionnière de l’hispanisme » dans Midi-Pyré (...)

1L’intérêt pour les mondes hispaniques est une caractéristique forte qui a marqué l’Université du Mirail de longue date, structurée autour de pôles dynamiques dans différents départements (Espagnol bien entendu, Histoire, Géographie, Sociologie, etc.). De fait, l’hispanisme toulousain est le fruit d’une tradition séculaire débutée en 1886 avec la création de la première chaire d’Etudes Hispaniques à Toulouse occupée par Ernest Mérimée. C’est sous sa houlette que l’Université de Toulouse est la première habilitée à délivrer un certificat d’aptitude en espagnol dans le cadre d’une licence de lettres en 1894-95. L’hispanisme toulousain fait donc figure de mouvement pionnier en France. A partir de ce moment fondateur, on observe un dynamisme croissant alimenté tout d’abord par la « dynastie » Mérimée : Ernest, son fils Henri dans l’entre-deux-guerres puis Paul Mérimée entre 1948 et 1975. C’est ce dernier qui crée l’Institut des Etudes Hispaniques, hispano-américaines et luso-brésiliennes, une création qui marque l’élargissement de l’hispanisme toulousain aux questionnements latino-américains. Enfin, sous l’impulsion de Marcellin Défourneaux, la pluridisciplinarité devient un pilier de l’hispanisme local. Historien lui-même, il s’est toutefois attaché à encourager une approche diversifiée de l’hispanisme en le faisant sortir de ses deux disciplines majeures, littérature et histoire1.

  • 2 Voir, entre autres, sa thèse soutenue en 1967 devant Fernand Braudel et Ernest Labrousse, Valladoli (...)
  • 3 De cette manière, avec la création de l’IPEALT, a été mis en place un regroupement d’UV au sein des (...)

2Dans ce cadre, l’hispanisme toulousain a connu un véritable « âge d’or » des années 1960 aux années 1980, appuyé en littérature sur le dynamisme des études siglodoristes – c’est-à-dire les études du Siècle d’Or espagnol – et de l’histoire médiévale et moderne. C’est ainsi que les cours donnés par Bartolomé Bennassar, avec la collaboration de Jean-Pierre Amalric, pendant près de trente ans, tout comme la diversité de ses recherches, et de celles qu’il a dirigées chez les historiens et les « civilisationnistes »,2 ont contribué à faire rayonner les études hispaniques autour de l’Université du Mirail. Elles ont également suscité de nombreuses passions et vocations qui ont, à leur tour, permis l’enracinement de véritables écoles toulousaines. C’est dans cette atmosphère qu’ont été formés les cadres de l’histoire hispanique dans les années 1980 et 1990, Jean-Pierre Dedieu, Elisabeth Balancy, Francis Brumont chez les historiens et Lucienne Domergue ou encore Antonio Risco chez les « civilisationnistes »… A l’intérieur de ce mouvement, l’américanisme a suivi une dynamique comparable fondée sur le souci de la transmission par le biais des cours de licence, de la formation et de la stimulation de la recherche dans différents départements, et ce de longue date3.

Les thèses comme baromètres de l’américanisme toulousain

  • 4 Si l’on se concentre sur l’UTM, on peut évoquer les forts contacts noués par Claude Bataillon et Ge (...)

3Toutefois, ce bref rappel d’une tradition bien ancrée ne suffit pas à comprendre les logiques et les évolutions d’un mouvement qui est tout sauf monolithique. Examiner la production des différents chercheurs titulaires est une première porte d’entrée, fascinante et abondante. Elle ne permet cependant pas de mettre en lumière le facteur de la transmission des passions et la formation de véritables écoles. De ce fait, l’examen des différentes thèses soutenues à l’Université du Mirail depuis 1980 paraît le moyen le plus pertinent pour intégrer ce paramètre essentiel et mesurer l’attractivité exercée par l’Université du Mirail comme pôle indéniable d’un américanisme international. De ce point de vue, l’ensemble des thèses américanistes préparées et soutenues à Toulouse peut être considéré comme un véritable baromètre de l’intérêt local pour l’Amérique latine au cours des trente dernières années. Un tel engouement est souvent le fruit d’un parcours pour ainsi dire classique qui voit des étudiants du Mirail découvrir les études américanistes dans le cadre d’UE de licence puis se lancer dans les différentes étapes de la recherche jusqu’à l’obtention d’un doctorat. D’autres parcours renvoient davantage à des démarches volontaristes de la part d’étudiants désireux de poursuivre leur formation américaniste en faisant le choix de l’Université du Mirail. On peut évoquer enfin les étudiants latino-américains qui suivent la tradition d’une longue coopération scientifique entre la France et l’Amérique latine4. Par conséquent, l’américanisme toulousain tel qu’il s’exprime dans les différents sujets de thèse depuis une trentaine d’année est véritablement le fruit de la rencontre des traditions internes et des influences externes. Cette double dynamique se trouve ainsi à l’origine des évolutions et des renouvellements de l’américanisme toulousain tel qu’il se dessine à travers l’analyse des sujets de thèse.

4Dans ce processus, la création de l’IPEALT (Institut Pluridisciplinaire pour les Etudes sur l’Amérique Latine à Toulouse) en 1985 a joué le rôle de véritable catalyseur en favorisant la rencontre de ces différents mouvements – internes et externes – et en imprimant des tendances durables comme le fort attachement à un regard pluridisciplinaire. Appuyé sur trois départements (espagnol, histoire et géographie), créé sous l’impulsion conjointe de Georges Baudot (Mexique), Claude Bataillon (Mexique) et Romain Gaignard (Argentine), l’IPEALT ne représente toutefois pas la totalité de l’américanisme toulousain, même s’il en constitue la vitrine la plus visible. En effet, en dépit de la « tri-disciplinarité » initiale et d’un élargissement progressif à la sociologie (Yvon Le Bot), à l’anthropologie (Françoise Morin) et à la géographie économique centrée sur la ruralité (Thierry Linck), de nombreux pans de l’américanisme toulousain sont restés dans une perspective disciplinaire. Ils sont, par conséquent, moins facilement identifiables en tant que travaux américanistes dans les bases de données : c’est le cas notamment de la psychologie dont les nombreuses collaborations avec l’Amérique latine sont toujours restées à l’extérieur du champ de l’IPEALT. De fait, plus qu’un reflet parfaitement fidèle de l’américanisme toulousain, l’IPEALT constitue, dès sa fondation, la première pierre d’une volonté affichée de structuration du mouvement. Dans le système qui s’est alors mis en place, l’IPEALT représentait le volet « enseignement (à travers le DEA Amérique latine notamment), documentation (grâce à l’action du CEDOCAL – Centre de Documentation sur l’Amérique latine) et publications (les deux revues toulousaines Caravelle et L’ordinaire latino-américain constituent en effet le pôle « édition » de l’IPEALT) ». La partie « recherche » était quant à elle prise en charge par le GRAL (Groupe de Recherche sur l’Amérique latine) fondé au milieu des années 1980 en tant qu’UPR avant d’accéder au statut d’UMR en 1994. Pluridisciplinaire par essence, c’est ce laboratoire qui a réuni pendant une bonne vingtaine d’années les américanistes venus essentiellement des trois disciplines fondatrices de l’IPEALT (espagnol, géographie, histoire). Sont ensuite venues s’ajouter la sociologie et l’anthropologie avant que les logiques disciplinaires ne reprennent le pas sur la spécialisation géographique et culturelle en 2003.

Américanisme toulousain et fondation de l’IPEALT

  • 5 Voir les thèses dirigées par Bernard Kayser (Everaldo Pereira dos Santos, Rapports de production et (...)
  • 6 Voir notamment les thèses dirigées par Georges Baudot (Max Godefroy, Justo Sierra et le traité de T (...)
  • 7 Toutefois, l’existence même de cette étiquette est à la fois bien commode dans la mesure où elle pe (...)

5De fait, l’américanisme toulousain précède la création de l’IPEALT comme en témoigne le nombre de thèses soutenues dans ce domaine avant 1985 (voir document 1). De même, il n’est pas vraiment possible de considérer que les thèses soutenues de 1986 à 1989 appartiennent réellement à la nouvelle dynamique lancée par la fondation de l’institut, la formation des doctorants alors concernés et le choix des sujets étant antérieurs. Il est toutefois intéressant de remonter aux années précédant la création de l’IPEALT pour donner à voir l’existence d’une tradition américaniste toulousaine forte. Au début des années 1980, celle-ci est tout d’abord alimentée par la géographie autour du récemment fondé GRAL dont la direction est assurée par Claude Bataillon5. Cet état de fait est le résultat de l’association entre Claude Bataillon, dont les travaux se concentrent sur le Mexique et le monde urbain, et Romain Gaignard, spécialiste de l’Argentine et des problématiques rurales. Une telle association, qui permettait de couvrir une palette très large de questionnements, a ainsi fortement stimulé les études américanistes en géographie, les plaçant au premier plan, faisant d’elles une première vitrine de l’américanisme toulousain durant cette période. Un autre pilier est la nébuleuse des « Etudes latino-américaines ». Elle regroupe sous une même et unique étiquette les travaux émanant de différentes disciplines – littérature, sociologie, histoire6 – du moins dans les bases de données toulousaines7. Cette impression de « diarchie » disciplinaire perdure, du moins dans l’esprit du recensement des thèses américanistes réalisé par le CEDOCAL pour les années 1980 et le début des années 1990 : les listes produites maintiennent une nette division entre la géographie et les autres disciplines regroupées sous la bannière de l’IPEALT. Dans ce contexte, il semble donc que la fondation de l’institut pluridisciplinaire exprime une volonté de structurer davantage un mouvement quelque peu éparpillé entre les différentes disciplines, de lui donner une certaine cohésion tout en cristallisant la nébuleuse préexistante des études latino-américaines. Dans le même temps, il faut bien dire que la fondation de l’IPEALT n’a pas empêché l’enracinement et l’épanouissement d’un américanisme que l’on pourrait qualifier de « disciplinaire », notamment autour de la géographie et de ses différentes composantes – Etudes rurales, Etudes urbaines, Aménagement, Développement, etc. – ou, plus tardivement, de l’histoire. Ce sont ces divers mouvements qu’il est possible de relever et de détailler grâce à une analyse quantitative des thèses américanistes soutenues à Toulouse depuis les années 1980.

Dynamisme et diversité de l’américanisme toulousain

  • 8 Un tel choix s’explique tout d’abord par la volonté de prendre en compte les mutations entraînées p (...)

6En effet, une analyse de type quantitatif réalisée à partir des notices trouvées dans les bases de données toulousaines – listes du CEDOCAL et consultation du site de la Bibliothèque Universitaire du Mirail – produit des résultats très intéressants. Le corpus qui a servi de base pour l’étude comprend les thèses soutenues à Toulouse de 1980 à 20118 et réunit un total de 221 travaux, ce qui permet de tirer certaines conclusions fondées sur un échantillon solide et loin d’être anecdotique, révélateur de l’ancrage américaniste de l’Université du Mirail. Le premier élément qu’il est possible de mettre en lumière, grâce à une telle démarche, est l’évolution chronologique et quantitative de la production américaniste toulousaine au cours des trente dernières années. Au-delà de cette esquisse, c’est également et surtout un phénomène d’ouverture disciplinaire et de recomposition des intérêts qui est donné à voir à la suite du traitement sériel des données.

« Périodes fastes et moments creux » de l’américanisme toulousain

7Les travaux compilés dans la base de données se répartissent de manière relativement régulière au cours des trente dernières années, suivant une moyenne de 6,9 thèses soutenues par an entre 1980 et 2011, comme on peut le voir dans le document 1. Cette impression de relative régularité est renforcée par le fait que huit années – soit pratiquement un quart de la période considérée : 1985, 1986, 1987, 1990, 1995, 1996, 1997, 1998 – ont connu un nombre de soutenances proche de cette moyenne, entre 6 et 8 par an. Si on ouvre davantage l’éventail, de 4 à 10 soutenances par an, c’est la moitié de la période qui est concernée, soit seize années. Il apparaît ainsi que l’américanisme occupe une place limitée mais constante au sein des thèses soutenues chaque année à l’Université du Mirail.

  • 9 Pour ce tableau comme pour les autres illustrations, les données ont été réunies à partir des liste (...)

Document 1 : Evolution du nombre annuel de thèses américanistes soutenues à l’Université du Mirail (1980-2011)9

Document 1 : Evolution du nombre annuel de thèses américanistes soutenues à l’Université du Mirail (1980-2011)9
  • 10 Il faut toutefois garder à l’esprit le fait que ces fluctuations apparaissent à l’intérieur d’un év (...)
  • 11 Pour l’année 2012-2013, si l’on se concentre seulement sur le laboratoire FRAMESPA, on compte une d (...)

8Toutefois, cette relative régularité ne doit pas masquer des fluctuations parfois importantes. En effet, au-delà d’une telle impression, il est tout de même possible de distinguer des périodes « fastes » et d’autres plus « creuses » entre 1980 et 201110. La majeure partie des années 1980, de 1981 à 1987, représente ainsi une première période faste pour l’américanisme toulousain tandis que le début des années 2000 (de 1999 à 2004, en exceptant 2001) constitue un autre grand moment. A l’inverse, des moments creux apparaissent également, notamment au début des années 1990 et à la fin des années 2000. Comment expliquer ces fluctuations ? Une thèse est un travail de trop longue haleine, sur plusieurs années (quatre ans en moyenne actuellement, bien plus auparavant), si bien qu’il n’est pas possible d’affirmer que ces fluctuations correspondent à des moments de franche hausse d’intérêt ou de désaffection pour les études américanistes. D’ailleurs, pour mesurer cela, la date de soutenance n’est peut-être pas l’indicateur le plus pertinent et il faudrait retrouver la date de première inscription. Comme la durée des thèses est très variable, on ne peut guère remonter le fil sans recourir aux dossiers administratifs, ce qui paraît bien éloigné de l’objet de cet article. Il faut donc se contenter des soutenances comme indicateur principal, en gardant à l’esprit le fait qu’une année faste n’est peut-être que le fruit d’un hasard voyant un nombre important de travaux achevés au même moment. Quoi qu’il en soit, si l’on prend en compte également le nombre de thèses américanistes en cours11, ces premières statistiques permettent de donner à voir un américanisme toulousain vivace au cours des trente dernières années, dont le dynamisme ne se dément pas en dépit de certaines fluctuations.

Les chemins tortueux de l’ouverture disciplinaire

9Plus révélatrice encore est l’analyse des différentes disciplines représentées par les thèses soutenues au cours des trente dernières années. Comme mentionné plus haut, l’américanisme toulousain s’est tout d’abord appuyé sur les deux piliers qu’étaient la géographie et les « études latino-américaines ». Toutefois, comme le montre le document 2, on assiste à une diversification indéniable des thèmes abordés à travers un véritable processus d’ouverture disciplinaire.

Document 2 : Américanisme toulousain et ouverture disciplinaire (1980-2011)

Document 2 : Américanisme toulousain et ouverture disciplinaire (1980-2011)

10Les thèses en histoire font ainsi une première percée dans les années 1980 avant de « disparaître », probablement absorbées par la nébuleuse des « études latino-américaines », avant de retrouver une place solide et constante, au point de devenir un des pôles latino-américanistes. La sociologie suit une trajectoire similaire, avec un nombre de thèses inférieur. La littérature suit, quant à elle, une évolution particulière, plus irrégulière, avec un âge d’or dans les années 1990 et au début des années 2000 avant de reculer quelque peu. Au-delà de ces grandes tendances, d’autres disciplines telles que la philosophie, les sciences de l’éducation et la linguistique (surtout pour la première partie de la période), les sciences de l’information et de la communication et l’anthropologie (pour les années 2000) apparaissent de manière assez réduite mais régulière. Cette diversité est encore plus accentuée lorsqu’on entre dans le détail des nébuleuses que sont les travaux en géographie et les « études latino-américaines. »

  • 12 Voir, par exemple, Aurélie Noël, La gestion collective de l’eau dans les périmètres irrigués du Nor (...)
  • 13 Voir Jacques Scheibling, Qu’est-ce que la géographie ?, Paris, Hachette Supérieur, 1994, 199 p.

11En apparence, si l’on se réfère au document 2, les études géogra-phiques se maintiennent comme pilier de l’américanisme toulousain tout au long des trente années considérées, malgré un recul indéniable dans les années 2000. Toutefois, une analyse plus fine révèle un phénomène de perte d’importance relative de la discipline et même de recomposition profonde. En effet, si l’on examine les études géographiques au sens strict, telles qu’elles sont désignées dans les notices bibliographiques, on remarque un recul net de leur importance relative au sein des thèses américanistes. Dans le même temps, on assiste à l’émergence de diverses nouvelles thématiques très spécialisées, à l’instar des études rurales structurées autour des laboratoires Dynamiques rurales et GEODE (symbolisé notamment par les travaux de Georges Bertrand)12 ou des études urbaines regroupées dans le CIEU, que l’on a regroupées sous la même étiquette « géographie » dans le document 2 pour faciliter la lecture des données. De fait, les études américanistes en géographie semblent suivre le phénomène de diversification et même d’éclatement qui a caractérisé l’ensemble de la discipline ces dernières années13, ce qui donne l’impression d’un recul net de la géographie au sens strict alors que la discipline se maintient sous différentes formes.

12Le même effet en trompe-l’œil peut être évoqué pour les études latino-américaines. Comme précisé plus haut, cette étiquette adoptée par les bases de données de la Bibliothèque Universitaire du Mirail regroupe sous la même appellation des travaux extrêmement divers, depuis la littérature jusqu’à l’anthropologie en passant pas l’histoire ou la sociologie. Si, dans un premier temps, il paraissait intéressant de respecter ce classement pour insister sur la volonté manifeste de faire ressortir un américanisme toulousain cohérent, centré sur la thématique « études latino-américaines » et structuré autour de l’IPEALT à partir de 1985, il semble dorénavant important de resserrer l’objectif et de tenter de décomposer cette appellation commune pour dégager les grandes tendances disciplinaires.

Document 3 : Les différentes tendances des « études latino-américaines »

Document 3 : Les différentes tendances des « études latino-américaines »

13A partir de ce travail, il apparaît ainsi que les études littéraires (33%) et l’histoire (29%) constituent les deux piliers des « études latino-américaines ». Ce fait est intéressant à plus d’un titre. Tout d’abord, il permet de réévaluer le poids respectif de ces deux disciplines dans le tableau global esquissé plus haut, et de nuancer l’importance de la géographie : l’américanisme toulousain est aussi bien historique et littéraire que géographique. Le deuxième intérêt de ce graphique est de donner quelques indices quant au fonctionnement institutionnel des études latino-américaines à l’Université de Toulouse 2 Le Mirail. La forte présence de la géographie comme discipline indépendante d’une part, et la présence marquée de la littérature et de l’histoire dans un regroupement global (souvent associé à la mention IPEALT dans les catalogues) semblent indiquer l’existence d’une double dynamique universitaire qui a alimenté l’américanisme toulousain depuis une trentaine d’années14.

  • 15 En effet, un rapide parcours du catalogue de la bibliothèque universitaire du Mirail révèle l’activ (...)
  • 16 Ce sont en effet plus de 70 mémoires de maîtrise ou de master qui ont été préparés sous la directio (...)

14Il est toutefois nécessaire d’apporter quelques nuances à ce propos. Comme nous l’avons précisé précédemment, la création de l’IPEALT dans les années 1980 a reposé sur l’association étroite de la géographie et des études hispaniques à travers les personnalités de Claude Bataillon, Romain Gaignard et Georges Baudot. Une telle association se retrouve dans l’existence des deux piliers de l’IPEALT que sont la géographie et les « études latino-américaines ». Par conséquent, en raison même des conditions de son apparition, l’IPEALT ne regroupe pas toutes les disciplines abordant les problématiques américanistes à l’Université de Toulouse 2. En d’autres termes, l’institut est la vitrine la plus visible de l’américanisme toulousain mais il ne représente pas le mouvement dans son intégralité, certains chercheurs ayant privilégié le rattachement disciplinaires à la thématique géographique et culturelle. De fait, le choix même de centrer cet article sur les thèses soutenues dans le cadre de l’IPEALT conduit à réduire de manière un peu arbitraire l’éventail disciplinaire réel de l’américanisme toulousain, à passer sous silence des pans entiers qui mériteraient une analyse approfondie qu’il n’est guère possible de réaliser ici. De la même manière, cette restriction auto-imposée – c’est-à-dire le choix de se centrer uniquement sur les thèses au détriment des travaux de recherche de maîtrise, DEA puis Master – a conduit à sous-évaluer le dynamisme d’une discipline comme l’anthropologie et plus particulièrement l’activité de recherche et d’encadrement de Françoise Morin entre les années 1990 et le début des années 2000 dans les domaines de l’anthropologie, de l’ethnologie et de la sociologie15. Une remarque similaire peut être faite au sujet de l’histoire et plus spécifiquement au sujet du travail d’encadrement de Pierre Vayssière. En effet, le fait de se concentrer seulement sur les travaux doctoraux conduit à ignorer son intense activité au cours des années 199016 pour privilégier les deux grands moments pendant lesquels les thèses qu’il dirigeait ont été soutenues (années 1980 puis début des années 2000).

15Il résulte donc de ce premier examen le constat d’une diversité croissante des études latino-américaines et d’un phénomène de recomposition des intérêts disciplinaires au cours des trente dernières années. Un tel mouvement s’accompagne naturellement d’une évolution des questionnements. La tentative d’une brève historiographie des thèses toulousaines qui suit se propose ainsi d’analyser les grandes tendances de l’américanisme toulousain et les questions qui le sous-tendent.

Evolution des questionnements : essai d’historiographie

16En effet, l’expression même d’« américanisme toulousain » est à la fois bien commode et trompeuse à la fois, commode car elle permet de désigner un mouvement scientifique fort, et trompeuse car elle tend à masquer les différentes écoles et divers questionnement, donnant à voir une homogénéité quelque peu factice. Le but des lignes qui suivent est donc d’aller au-delà de la façade et de distinguer les nuances telles qu’elles apparaissent dans le corpus considéré. A cette fin, les perspectives géographiques et chronologiques constituent les deux points d’analyse majeurs.

Un intérêt fortement marqué pour le Mexique et le Brésil

  • 17 Tout comme la tradition mexicaniste toulousaine trouve son origine dans l’influence de Claude Batai (...)
  • 18 Entre 1980 et 1996, dix thèses ont été soutenues sur le Venezuela, et seulement trois depuis 1997, (...)

17Sur le plan géographique, deux constantes apparaissent très nettement : le poids des thèses portant sur le Brésil et sur le Mexique. Ces deux pays ont reçu en effet l’essentiel de l’attention des jeunes chercheurs toulousains depuis une trentaine d’années. Comme le montre le document 4, sur les quelques deux cents thèses soutenues à l’Université du Mirail depuis 1980, les études consacrées à ces deux pays représentent plus d’un tiers du total (84 soit 59 pour le Mexique et 26 pour le Brésil). Les travaux mexicanistes et brésilianistes17 constituent ainsi les deux piliers des études latino-américaines à Toulouse. A l’inverse, l’Amérique Centrale et les Caraïbes, si l’on excepte le cas de Cuba – 16 thèses, surtout menées à la fin des années 1990 et début des années 2000 – paraissent relativement délaissée par les jeunes chercheurs (15 thèses en tout, 31 si on compte Cuba). Entre ces extrêmes, des foyers sources d’un intérêt net mais plus ponctuel apparaissent. C’est notamment le cas du Venezuela qui a fourni le cadre pour de nombreuses travaux en géographie dans les années 1980 et au début des années 1990 avant de reculer de manière significative dans la liste des aires étudiées18.

Document 4 : Aires géographique et pays étudiés dans les thèses toulousaines

Amazonie

Amérique centrale

Amérique latine

Andes

Antilles

Argentine

Bolivie

Brésil

1

1

9

2

2

14

7

26

Chili

Colombie

Costa Rica

Cuba

Equateur

Guatemala

Guyane

Honduras

9

16

5

14

2

2

1

1

Mexique

Nicaragua

Panama

Paraguay

Pérou

St Domingue

Uruguay

Venezuela

59

3

2

3

4

1

2

15

18Ces orientations sont le fruit d’« écoles » plus ou moins durables, souvent structurées autour d’un enseignant-chercheur, de ses propres réseaux en Amérique Latine et de ses préoccupations scientifiques mais aussi et surtout de collaborations universitaires prolongées qui ont finalement donné naissance à une véritable tradition. C’est notamment le cas des liens étroits noués au fil des années entre l’Université du Mirail et le monde universitaire mexicain, liens illustrés par l’existence d’une « chaire d’études mexicaines » à l’IPEALT19 permettant d’inviter en France des chercheurs mexicains pour des périodes de un à trois mois. A partir de l’invitation de Rodolfo Stavenhagen en 1999, 55 chercheurs ont été accueillis à ce jour dans une entreprise initiée par Romain Gaignard pour souligner les liens tissés avec le Colegio de México par Georges Baudot et Claude Bataillon20. Enfin la participation au programme ECOS – Nord ANUIES permet d’illustrer la force des liens universitaires et personnels noués entre l’Université du Mirail et le monde universitaire mexicain21. Ces différentes entreprises ont contribué à créer un environnement propice à l’épanouissement des études mexicanistes à Toulouse, à créer de nouvelles vocations qui, à leur tour, viennent contribuer à ce mouvement dynamique.

Des études centrées sur le temps présent

19Outre la dimension géographique, il est intéressant de se pencher également sur les périodes abordées dans le corpus analysé pour poursuivre la description de l’américanisme toulousain. Comme le montre le graphique ci-dessous, l’intérêt des jeunes chercheurs se porte pour l’essentiel sur la période contemporaine voire le temps présent, ce qui s’explique en grande partie par le poids représenté par les travaux provenant des sciences sociales (géographie, sociologie, sciences de l’éducation, cinéma…).

Document 5 : Les périodes abordées dans les thèses toulousaines

Document 5 : Les périodes abordées dans les thèses toulousaines
  • 22 Il s’agit des récentes thèses dirigées par Michel Bertrand (Zélie Navarro-Andraud, Les élites urbai (...)

20Dans ce cadre, les études coloniales occupent une place relativement marginale dans un américanisme que l’on pourrait qualifier de contemporain. Les thèses portant sur le XXe siècle et le début du XXIe siècle constituent en effet l’immense majorité du corpus. De même, la période contemporaine dans son ensemble surclasse les études coloniales (dominées quant à elles par les travaux consacrés aux XVIe et XVIIIe siècles – de ce point de vue, en « délaissant » le XVIIe siècle, l’américanisme toulousain ne se distingue guère de l’historiographie coloniale dans son ensemble). Dans le même esprit, l’association des jeunes chercheurs toulousains ATRIA – Association toulousaine pour la recherche interdisciplinaire sur les Amériques – fondée en 2007, est très révélatrice de cette construction de l’américanisme local autour du temps présent. Ainsi, au cours de la période 2006-2011, c’est-à-dire les premières années d’existence d’ATRIA, seules deux thèses en cours concernaient la période coloniale22. Un tel état de fait a des conséquences sur les animations scientifiques proposées par les jeunes chercheurs américanistes toulousains et centrées sur des questionnement contemporains, ce qui conduit à un véritable phénomène de « reproduction scientifique » et au renforcement de cette caractéristique de l’américanisme local.

21Une autre perspective qui parait intéressante dans ce balayage des thèses toulousaines est la focalisation, la fenêtre déterminée par les bornes chronologiques choisies par les doctorants comme cadre de leurs recherches. Ici, il n’est pas vraiment commode d’identifier de manière précise ces fenêtres chronologiques dans la mesure où seule une petite minorité de travaux mentionnent des bornes chronologiques (78 sur plus de 200 travaux recensés et analysés). Toutefois, l’échantillon, aussi réduit soit-il, parait fournir des résultats significatifs que l’on peut observer dans le document 6 ci-dessous.

Document 6 : Temps présent, temps court et temps long dans les thèses américanistes toulousaines

Document 6 : Temps présent, temps court et temps long dans les thèses américanistes toulousaines
  • 23 Voir un exemple de thèse portant sur le temps très long : Barbara Lavergne, Pour une histoire des A (...)

22Il ressort donc de ce rapide inventaire que le temps « court » (soit une fenêtre inférieure à un siècle) semble privilégié par les doctorants (46 thèses sur 78 identifiées) tandis que le temps « long » (une période considérée supérieure à un siècle) est moins utilisé comme perspective d’analyse. Plusieurs tentatives d’explication peuvent être avancées. Tout d’abord, il faut rappeler que la majeure partie des thèses concerne la période contemporaine : l’abondance documentaire inhérente à cette période (si on compare avec le XVIe siècle par exemple) peut expliquer le choix d’une fenêtre plus restreinte permettant l’exploitation d’un corpus documentaire imposant. De même, le raccourcissement progressif de la durée des thèses a pu pousser les doctorants à faire ce choix pour être en mesure de soutenir dans des délais raisonnables. Il est enfin possible d’invoquer une tradition universitaire privilégiant des approches plus réduites plutôt que des perspectives « braudéliennes » : rares en effet sont les thèses portant sur une période supérieure à deux siècles au sein du corpus toulousain23.

  • 24 Voir la thèse de Dominique Gonçalves, Le planteur et le roi. Etudes des relations entre les élites (...)

23Un dernier élément semble digne d’intérêt : le cloisonnement entre études coloniales et études contemporaines. Comme le montre le tableau, peu de sujets « osent franchir le Rubicon » des Indépendances. Une première conséquence de cette tendance est l’existence d’un obstacle non négligeable pour des perspectives diachroniques de grande ampleur. Certes, les études caribéennes et notamment cubaines24 tendent à regrouper XVIIIe et XIXe siècles en raison d’une histoire coloniale prolongée jusqu’en 1898. Toutefois, en-dehors de ce particularisme cari-béen, la charnière entre les XVIIIe et XIXe siècles semble marquer une limite nette dans la périodisation des travaux américanistes toulousains.

Des « écoles » et des traditions

24Ces différentes tendances dégagées dans le rapide balayage historiographique qui précède peuvent enfin être perçues comme les traces laissées par la succession des différentes « écoles » qui ont structuré l’américanisme toulousain depuis une trentaine d’années. De fait, au-delà de l’esquisse historiographique proposée, l’analyse des différentes thèses donne un aperçu particulièrement intéressant pour entrevoir le rôle des influences personnelles, des traditions et des écoles dans l’évolution de la production scientifique en milieu universitaire.

  • 25 Jesús Arnaldo Pérez, L'aménagement du piémont andin et des Llanos Occidentaux au Venezuela: enquête (...)
  • 26 Veronika Kugel, Les instituteurs. Formation d'une nouvelle élite indienne? (Valle del Mezquital, Me (...)

25Tout d’abord, si l’on examine l’ensemble des thèses soutenues en géographie, trois noms de directeurs se dégagent nettement (plus d’une trentaine de thèses dirigées sur les soixante recensées pour l’étude soit la moitié). On trouve ainsi par ordre chronologique : Claude Bataillon (première thèse soutenue sous sa direction – à l’intérieur du corpus défini – en 1981, dernière thèse soutenue en 2000), Romain Gaignard (1981-2003) et Thierry Linck (1994-2004). Si les thèses dirigées par Romain Gaignard se caractérisent par une véritable diversité tant au niveau de l’espace considéré (du Brésil au Costa Rica en passant par le Venezuela25) que des thématiques et échelles abordées (études urbaines ou régionales, locales ou nationales), la place éminente du Mexique dans les thèses dirigées par Claude Bataillon (dix sur quinze au total) et Thierry Linck (six sur douze) est remarquable. A la lecture de ces données, il apparaît donc que l’ancrage mexicaniste prononcé des études latino-américaines toulousaines est tout d’abord dû aux questionnements des géographes dans les années 1980 et 1990. C’est très visible à travers les thèses soutenues sous la direction de Claude Bataillon : les préoccupations mexicanistes du directeur se retrouvent dans les travaux de ses étudiants ainsi qu’une volonté de couvrir un champ thématique aussi large que possible (toutes les échelles sont abordées, les espaces urbains comme ruraux, les relations internationales et les migrations)26. En outre, si l’on analyse avec un peu plus d’attention les thèses dirigées par Thierry Linck, on peut observer que les travaux mexicanistes se concentrent entre 1994 et 2000 (années de soutenance) puis cèdent la place à une orientation andiniste jusqu’à la dernière thèse soutenue en 2004.

  • 27 Si l’on se concentre non pas sur la période entière mais sur sa période d’activité, le pourcentage (...)
  • 28 Son importance se traduit par exemple par la publication d’un ouvrage collectif reflétant ses préoc (...)
  • 29 José Contel, Tlaloc: l'incarnation de la Terre. Naissance et métamorphoses, 1999.
  • 30 José de Jesús Omedo González, Los zapateros de Guadalajara durante los siglos XVIII y XIX, 1995.
  • 31 Pierre Fraixanet, Buenos Aires 1900 : les caricatures de «Caras y caretas» vie politique et sociale (...)
  • 32 Patrick Lesbre, Historiographie acolhua du premier siècle de la colonisation. Genèse d'une culture (...)

26Au-delà de l’école géographique, un nom se détache particulièrement, celui de Georges Baudot. A l’intérieur du corpus étudié, vingt-six thèses ont en effet été soutenues sous sa direction entre 1982 et 2004 dont seulement trois en co-direction (et notamment les deux dernières dirigées avec Patrick Lesbre et soutenues en 2004). Autrement dit, c’est un peu plus d’un dixième des thèses américanistes toulousaines qui ont été dirigées par Georges Baudot au cours de la période considérée27. On peut donc affirmer sans crainte qu’il a vraiment été le moteur de l’américanisme toulousain pendant plus de vingt ans28. Plusieurs points peuvent être dégagés à partir de l’analyse des thèses qu’il a dirigées au cours de ces vingt années. Le fort ancrage mexicaniste est tout d’abord ce qui saute aux yeux : les thèses mexicanistes représentent l’immense majorité des travaux dirigés par Georges Baudot (dix-huit sur un total de vingt-six thèses). De fait, si l’on ajoute ce dernier élément aux tendances des études géographiques dans les années 1980 et 1990, on voit bien comment la tradition mexicaniste de l’américanisme toulousain a pu se développer au cours des vingt premières années d’existence de l’IPEALT. L’ampleur chronologique abordée dans ces thèses est le second point qu’il faut souligner. Si la spécialisation géographique est très nette, la diversité des périodes considérées est réelle et permet de dessiner un large panorama de l’histoire et de la culture mexicaines : période précolombienne29, époque coloniale30, monde contemporain31. Enfin, c’est la cohérence thématique qu’il est possible de souligner dans la mesure où la plupart des travaux soutenus sous la direction de Georges Baudot présentent un intérêt commun pour les dimensions culturelles, anthropologiques et ethnohistoriques : analyse des dieux mexicas, phénomène de l’acculturation32, étude de la musique indigène… Dans cet ensemble, il ne faut pas oublier les thèses littéraires souvent regroupées sous l’étiquette générale « études latino-américaines » qui viennent compléter le panorama d’une approche très diversifiée de la culture latino-américaine en général et mexicaine en particulier qui porte la marque d’un des principaux initiateurs de l’américanisme toulousain.

  • 33 Georges Baudot est en fait l’exemple parfait de la transmission de la tradition hispaniste et améri (...)
  • 34 Voir document 3.
  • 35 Gabrielle Croguennec-Massol, Presse, littérature et société à Cuba au temps des guerres d'Indépenda (...)
  • 36 D’ailleurs, si l’on sort de la littérature pour considérer l’ensemble des disciplines, il est intér (...)
  • 37 De fait, ces thèses portent véritablement la marque de Jacques Gilard et constituent une prolongati (...)
  • 38 Sylviane Senescal, Poésie de femme au Nicaragua : 1960-1980, 1988.
  • 39 José Antonio Silva, Silva : poésies. Edition bilingue à l’occasion du centenaire de la mort de José (...)

27Ce qui vient d’être mentionné pour les thèses littéraires dirigées par Georges Baudot33 peut en fait être élargi à l’ensemble de la discipline. Si l’on se réfère aux statistiques présentées dans les premières pages, seules onze thèses littéraires ont été soutenues entre 1980 et 2011 à l’Université du Mirail, ce qui est bien peu. Or, une analyse plus fine de l’étiquette « études latino-américaines » a montré dans le document 3 que de nombreuses thèses de littérature se retrouvaient dissimulées sous cette appellation généraliste34. Il est ainsi peu surprenant de constater que les thèses dirigées par Jacques Gilard, un des principaux moteurs des études littéraires au sein de l’américanisme toulousain, sont, à une exception près35, recensées sous l’étiquette « études latino-américaines ». Comme pour les « écoles » esquissés plus haut, une véritable impression de cohérence scientifique se dégage des 13 thèses dirigées par Jacques Gilard entre 1994 et 2007. C’est tout d’abord le fort intérêt pour Cuba qui se détache : six thèses sur treize portent sur la littérature et l’histoire de l’île, au XIXe siècle et, dans une moindre mesure, au XXe siècle36. Au-delà d’une réelle cohérence géographique, il convient également de noter l’existence d’une forte thématique commune, centrée sur l’analyse de la presse et des questions d’identité ou d’image : quatre thèses sur treize portent sur ces problématiques et présentent un panorama complet de la culture et de l’histoire cubaine à travers sa presse depuis le début du XIXe siècle jusqu’à la fin de la période coloniale37. Ce panorama littéraire peut être complété par l’évocation des travaux de Milagros Ezquerro et ceux de Claire Pailler, spécialiste de la poésie centraméricaine et directrice en 1988 d’une thèse sur la Poésie de femme au Nicaragua38. L’édition bilingue d’un livre hommage à José Asunción Silva est le fruit du travail conjoint de Claire Pailler et Jacques Gilard39.

  • 40 Ces thèses se divisent en deux groupes nettement séparés sur le plan chronologique : trois thèses s (...)
  • 41 Stéphane Boisard, L'émergence d'une nouvelle droite : monétarisme, conservatisme et autoritarisme a (...)
  • 42 Fe Esperanza Cardenas Redonnet, Le pouvoir d'achat de la famille dans le nord-est du Mexique à Monc (...)
  • 43 Marie Jacques Le Seigneur-Polderman, La Guyane française 1676-1763: mise en place et évolution de l (...)
  • 44 La thèse de Felipe Angulo, Images de l'Amérique espagnole devant l'opinion française : le Mexique e (...)

28Il faut enfin évoquer l’activité de Pierre Vayssière, élève de Frédéric Mauro, qui a alimenté le versant historique contemporain des études latino-américaines. En effet, entre 1987 et 2005, ce sont dix thèses qui ont été préparées et soutenues sous sa direction dans le cadre de l’IPEALT40. La diversité des zones géographiques abordées est remarquables, malgré le poids des travaux mexicanistes (4 sur 10) : Pierre Vayssière a dirigé des thèses sur le Mexique, le Guatemala, le Brésil, la Guyane française, le Chili, couvrant de cette manière une large partie du continent latino-américain. Si la variété domine sur le plan géographique, la cohérence est en revanche de mise sur le plan thématique. Les travaux encadrés par Pierre Vayssière abordent en effet l’histoire politique des XIXe et XXe siècles, et dans une moindre mesure l’économie, l’histoire culturelle ou la philosophie politique : les questionnements sur la formation et le fonctionnement de l’Etat, les recompositions politiques41 ou l’impact des mutations économiques42 dominent ainsi des propos centrés sur le monde contemporain à de rares exceptions43. Un autre thème récurrent est le lien entre l’Amérique latine d’une part et la France d’autre part à travers la diaspora chilienne ou le regard de la presse44.

En guise de conclusion : les promesses d’un américanisme toulousain recomposé

  • 45 Le rôle central de l’Université et plus encore de l’IPEALT dans l’organisation d’un congrès interna (...)

29Le format d’un article ne permet de rendre totalement justice à la richesse des informations fournies par le corpus des thèses réunies pour cette étude. Il permet néanmoins de brosser un portrait satisfaisant de l’américanisme toulousain au cours des trente dernières années. Le corpus de thèses étudié constitue en effet une porte d’entrée fascinante non seulement dans l’évolution des curiosités et des thématiques mais aussi dans le fonctionnement institutionnel et même pourrait-on écrire personnel d’un mouvement scientifique qui représente une des vitrines de l’Université du Mirail45.

  • 46 Voir Michel Bertrand, Grandeur et misère de l’office. Les officiers de finances de Nouvelle-Espagne (...)
  • 47 Voir Richard Marin, Meurtre au palais épiscopal. Histoire et mémoire d’un crime d’ecclésiastique da (...)
  • 48 Voir la thèse récemment soutenue de Rodrigo Nabuco de Araujo, Conquête des esprits et commerce des (...)
  • 49 http://ipeat.univ-tlse2.fr/
  • 50 Les efforts menés par l’ATRIA sont véritablement révélateurs de cette nouvelle dynamique, comme le (...)

30A l’issue de ces quelques pages, que peut-on ajouter si ce n’est que l’américanisme à Toulouse a connu ces dernières années des mutations profondes tant dans ses questionnements que dans son organisation. En effet, après le temps des « écoles », il semblerait que le temps soit aujourd’hui à une plus grande diversité des interrogations et des champs étudiés. Certes, des noms de directeurs se dégagent nettement, comme celui de Michel Bertrand, animateur des analyses de réseaux dans une perspective pluridisciplinaire (histoire et sociologie)46 et directeur de douze thèses soutenues en histoire entre 2000 et 2011, mais la diversité et l’élargissement des espaces considérés paraissent l’emporter sur les traditions fortement ancrées de la décennie précédente. Dans ces douze thèses, cinq portent sur le Mexique colonial tandis qu’un intérêt accru est porté sur l’Amérique centrale et les Caraïbes, espaces autrefois bien ignorés. L’éventail des études latino-américanistes actuelles ne serait pas complet si l’on n’évoquait pas l’activité brésilianiste de Richard Marin, autant sur le plan de la recherche47 que de l’encadrement des thèses48. A l’intérieur d’un monde universitaire français dans lequel le brésilianisme est devenu marginal, l’existence de ce pôle dynamique est remarquable et permet à l’Université de Toulouse 2 de se distinguer par sa capacité à couvrir la globalité du monde latino-américain. De même, la diversité se retrouve sur le plan de la chronologie, depuis le XVIe siècle jusqu’aux premières décennies du XXe siècle. Une telle tendance à la diversification a enfin été renforcée par une profonde redéfinition de l’américanisme à la suite de la création de l’IDA et la volonté affichée de rapprocher des espaces d’étude qui avaient tendance à s’ignorer auparavant : « latino-américanisme » et « nord-américanisme ». Ce rapprochement a nécessairement conduit à une diversification accrue et à une réorga-nisation de l’IPEALT en IPEAT : la création d’un Master des Amériques49 ne pourra qu’avoir un impact important sur les thèses américanistes à venir dans le cadre de l’Université du Mirail, ne serait-ce qu’en raison des échanges qui tendent déjà à se multiplier entre chercheurs, enseignants et étudiants de deux bords autrefois séparés50.

31De ce point de vue, faire le point en 2012 sur les trente premières années de l’américanisme toulousain au cours de ce que l’on pourrait dorénavant qualifier de « période de l’IPEALT » paraît une entreprise non seulement fascinante mais également indispensable alors que cette tradition bien ancrée connaît actuellement une mue sans précédent.

Haut de page

Notes

1 Michel Bertrand et Richard Marin, « Toulouse, université pionnière de l’hispanisme » dans Midi-Pyrénées Patrimoine, Hors-Série Octobre 2012, Toulouse, Editions midi-pyrénéennes, p. 62-63.

2 Voir, entre autres, sa thèse soutenue en 1967 devant Fernand Braudel et Ernest Labrousse, Valladolid au Siècle d’Or et Bartolomé Bennassar, L’Homme espagnol, Attitudes et Mentalités du XVIe siècle au XIXe siècle, Paris, Editions Complexe, Nouvelle Edition, 2003, 256p. / Histoire des Espagnols, VIe – XXe siècle, Paris, Laffont, 1992, 1132p. / 1492, un monde nouveau ?, Paris, Perrin, 1991, 273 p. / Hernán Cortés, el conquistador de lo imposible, Madrid, Temas de Hoy, 2002, 367 p. /

3 De cette manière, avec la création de l’IPEALT, a été mis en place un regroupement d’UV au sein des différentes UFR de l’UTM (Espagnol, Histoire, Géographie pour l’essentiel) permettant de valider un parcours latino-américaniste parallèlement au parcours disciplinaire. Cette initiative permettait aux étudiants d’officialiser ce parcours via la création de diplôme d’université (DUELA, CIELA, véritables « rubans » matérialisant le regroupement des UV) menant au DEA « Etudes sur l’Amérique latine » dans le cadre de l’IPEALT et ouvrant à un parcours doctoral proprement latino-américaniste.

4 Si l’on se concentre sur l’UTM, on peut évoquer les forts contacts noués par Claude Bataillon et Georges Baudot avec le Mexique (la chaire Mexique en est une conséquence) ou encore Romain Gaignard avec l’Argentine.

5 Voir les thèses dirigées par Bernard Kayser (Everaldo Pereira dos Santos, Rapports de production et migrations internes dans le Nord-Est du Brésil, 1980) ou Claude Bataillon (Guillermo Carvajal, Mouvements interrégionaux de populations au Costarica [i. e. Costa Rica] : une étude comparative entre natifs et migrants dans l’aire métropolitaine, 1981).

6 Voir notamment les thèses dirigées par Georges Baudot (Max Godefroy, Justo Sierra et le traité de Tzucacab : la guerre des castes au Yucatan en 1848, 1982) ou Bartolomé Bennassar (Fernand Campillo, Les Allemands dans la conquête et la colonisation du Venezuela au XVIe siècle, 1982).

7 Toutefois, l’existence même de cette étiquette est à la fois bien commode dans la mesure où elle permet de repérer aisément les thèses américanistes dans les bases de données toulousaines et bien problématique dans la mesure où elle soulève un certain nombre de problèmes bibliographiques et historiographiques. Tout d’abord, l’étiquette commune permet de gagner en visibilité mais, dans le même temps, elle tend à noyer les particularités disciplinaires, ce qui rend une analyse fine des tendances historiographiques plus malaisée. En outre, il est difficile de savoir s’il s’agit d’une étiquette apposée au moment de la soutenance – ce qui traduirait une véritable tendance à un moment donné, origine possible de l’IPEALT – ou d’une désignation a posteriori – ce qui traduirait alors un effort de recomposition et de cohésion postérieur, fruit probable de la création de l’IPEALT.

8 Un tel choix s’explique tout d’abord par la volonté de prendre en compte les mutations entraînées par la création de l’IPEALT sur la répartition disciplinaire des thèses et l’évolution des questionnements. Le choix de la borne chronologique en aval est en revanche beaucoup plus pragmatique dans la mesure où le travail d’analyse a été entrepris avant que ne s’achève l’année 2012 et qu’il ne semblait pas possible de prendre en compte seulement les travaux soutenus au début de l’année et de laisser de côté les thèses soutenues au cours de l’automne.

9 Pour ce tableau comme pour les autres illustrations, les données ont été réunies à partir des listes du CEDOCAL évoquées plus haut et de la consultation des catalogues de la Bibliothèque Universitaire du Mirail.

10 Il faut toutefois garder à l’esprit le fait que ces fluctuations apparaissent à l’intérieur d’un éventail somme toute réduit, entre 0 et 15 thèses soutenues par an. De fait, le caractère réduit des échantillons annuels a tendance à rendre spectaculaire la moindre fluctuation à la hausse comme à la baisse.

11 Pour l’année 2012-2013, si l’on se concentre seulement sur le laboratoire FRAMESPA, on compte une dizaine de thèses américanistes en cours, en histoire et en littérature essentiellement (http://framespa.univ-tlse2.fr/actualites/theses-et-hdr/theses-en-cours/).

12 Voir, par exemple, Aurélie Noël, La gestion collective de l’eau dans les périmètres irrigués du Nordeste brésilien, vallée de São Francisco, 2002.

13 Voir Jacques Scheibling, Qu’est-ce que la géographie ?, Paris, Hachette Supérieur, 1994, 199 p.

14 Le fait que le catalogue disponible en ligne sur le site du CEDOCAL (http://ipeat.univ-tlse2.fr/accueil/documentation-le-cedocal-/cedocal-theses-165611. kjsp?RH=1332343225080) fasse la différence entre deux grandes catégories de thèses (IPEALT et Géographie) pour le début des années 1990 confirme l’existence de la « diarchie » qui a présidé à la création de l’IPEALT.

15 En effet, un rapide parcours du catalogue de la bibliothèque universitaire du Mirail révèle l’activité intense de Françoise Morin non seulement dans le domaine de l’américanisme (Brésil, Mexique, population latina en France et à Toulouse) mais aussi de l’africanisme. Une préoccupation qui semble se dégager de la consultation des mémoires de maîtrise qu’elle a pu encadre (une quarantaine) montre notamment une préoccupation marquée par la question de l’identité des populations immigrées dans leur pays d’accueil (France, Etats-Unis…).

16 Ce sont en effet plus de 70 mémoires de maîtrise ou de master qui ont été préparés sous la direction de Pierre Vayssière, en histoire contemporaine bien sûr mais aussi en histoire l’art et en géographie.

17 Tout comme la tradition mexicaniste toulousaine trouve son origine dans l’influence de Claude Bataillon et Georges Baudot, l’orientation brésilianiste de la recherche locale a été le fruit des efforts de Frédéric Mauro. Doctorant de Braudel, il est nommé assistant à la faculté de lettres de Toulouse en 1949 puis professeur d’histoire moderne en 1958.

18 Entre 1980 et 1996, dix thèses ont été soutenues sur le Venezuela, et seulement trois depuis 1997, dont la dernière en 2003 (Carmen Díaz Orozco, La luxure sous contrôle. Corps et sexualité citoyenne dans les manuels d’urbanité du Venezuela au XIXe siècle : 1825-1854, 2003).

19 http://ipeat.univ-tlse2.fr/accueil/chaire-d-etudes-mexicaines-chem-/

20 Cette même volonté de promotion d’une longue tradition d’échanges entre Toulouse et le Mexique se retrouve à l’origine de la fondation de la Maison Franco-Mexicaine en 1999.

21 C’était notamment le cas pour le projet ECOS-NORD/ANUIES dirigé entre 2007 et 2011 par Leonor Ludlow et Zacarias Moutoukias, projet au sein duquel l’Université du Mirail a été représentée par les activités de Michel Bertrand et par le colloque final organisé par FRAMESPA en octobre 2011, Changement institutionnel et fiscalité dans le monde hispanique (1750-1850).

22 Il s’agit des récentes thèses dirigées par Michel Bertrand (Zélie Navarro-Andraud, Les élites urbaines de Saint-Domingue dans la seconde moitié du XVIIIe siècle : la place des administrateurs coloniaux (1763-1792), 2007 / Soizic Croguennec, Les sociétés minières du Centre-Nord de la Nouvelle-Espagne au XVIIIe siècle. Construction et évolution d’un monde métis, 2011).

23 Voir un exemple de thèse portant sur le temps très long : Barbara Lavergne, Pour une histoire des Afro-brésiliens : tradition africaine, conscience sociale et conscience politique dans la communauté nègre au Brésil (1600-1983), 1984.

24 Voir la thèse de Dominique Gonçalves, Le planteur et le roi. Etudes des relations entre les élites aristocratiques havanaises et la couronne espagnole (1763-1838), 2004.

25 Jesús Arnaldo Pérez, L'aménagement du piémont andin et des Llanos Occidentaux au Venezuela: enquêtes de terrain et utilisation des images satellitaires, 1994 / Guénola Capron, La ville privée : les « shopping centers » à Buenos Aires, 1996 / Colette Faure, Agro-industrie et système coopératif au Costa-Rica : le cas de l'entreprise Victoria, 1981.

26 Veronika Kugel, Les instituteurs. Formation d'une nouvelle élite indienne? (Valle del Mezquital, Mexique), 1996 / Jorge Durand Arpnisen, Migrations internationales dans l'ouest du Mexique : conditions sociales, politiques et culturelles, 1991 / Federico Bussey Campos, La consommation de l'espace urbain dans la région sud de la ville de Mexico, 1981.

27 Si l’on se concentre non pas sur la période entière mais sur sa période d’activité, le pourcentage est encore plus important : il apparaît ainsi que 15,2% des thèses américanistes toulousaines ont été dirigée par Georges Baudot entre 1982 et 2004, soit 26 sur 171.

28 Son importance se traduit par exemple par la publication d’un ouvrage collectif reflétant ses préoccupations mexicanistes et anthropologiques : Georges Baudot, Michel Bertrand, Charlotte Arnault, Frédérique Langue, Pouvoirs et déviance en Mésoamérique, Toulouse, PUM, 1998, 160 p.

29 José Contel, Tlaloc: l'incarnation de la Terre. Naissance et métamorphoses, 1999.

30 José de Jesús Omedo González, Los zapateros de Guadalajara durante los siglos XVIII y XIX, 1995.

31 Pierre Fraixanet, Buenos Aires 1900 : les caricatures de «Caras y caretas» vie politique et sociale 1898-1900, 1990.

32 Patrick Lesbre, Historiographie acolhua du premier siècle de la colonisation. Genèse d'une culture métisse, 1997.

33 Georges Baudot est en fait l’exemple parfait de la transmission de la tradition hispaniste et américaniste toulousaine. Elève de Paul Mérimée, sous la direction duquel il a soutenu sa thèse Les premiers chroniqueurs de la civilisation mexicaine en 1975, il se trouve à l’origine de la prolongation et du renforcement de cette tradition, notamment à travers l’ajout des préoccupations nahuatlistes, reprises par Patrick Lesbre.

34 Voir document 3.

35 Gabrielle Croguennec-Massol, Presse, littérature et société à Cuba au temps des guerres d'Indépendance, 1868-1898, 2003.

36 D’ailleurs, si l’on sort de la littérature pour considérer l’ensemble des disciplines, il est intéressant de remarquer à partir du document 4 que Jacques Gilard a dirigé six des quatorze thèses réalisés sur Cuba à l’Université du Mirail depuis 1980.

37 De fait, ces thèses portent véritablement la marque de Jacques Gilard et constituent une prolongation de son propre intérêt pour ces questions, intérêt développé dans sa thèse d’Etat soutenue en 1984 à Paris III sous la direction de Claude Fell, Le groupe de Barranquilla.

38 Sylviane Senescal, Poésie de femme au Nicaragua : 1960-1980, 1988.

39 José Antonio Silva, Silva : poésies. Edition bilingue à l’occasion du centenaire de la mort de José Antonio Silva – hommages de Pablo Neruda (et al.) ; traduit de l’espagnol par Jacques Gilard (prose) et Claire Pailer (poèmes), Paris, Edition UNESCO, 1996, 264 p.

40 Ces thèses se divisent en deux groupes nettement séparés sur le plan chronologique : trois thèses soutenues entre 1987 et 1990, puis cinq entre 2000 et 2005. Entre ces deux moments, il apparaît, à la lecture du catalogue de la BUC de l’Université de Toulouse 2, que l’essentiel de l’activité d’encadrement de Pierre Vayssière s’est concentré sur la direction de très nombreux mémoires de maîtrise.

41 Stéphane Boisard, L'émergence d'une nouvelle droite : monétarisme, conservatisme et autoritarisme au Chili (1955-1983), 2001.

42 Fe Esperanza Cardenas Redonnet, Le pouvoir d'achat de la famille dans le nord-est du Mexique à Monclova (Coahuila) en temps de crise, 1987 et Vincent Redonnet, Effets socio-économiques de la crise de 1982 sur l'industrie sidérurgique de Monclova (Coah) Mexique, 1990.

43 Marie Jacques Le Seigneur-Polderman, La Guyane française 1676-1763: mise en place et évolution de la société coloniale, tensions et métissages, 2002.

44 La thèse de Felipe Angulo, Images de l'Amérique espagnole devant l'opinion française : le Mexique et les pays andins dans la presse, 1815-1848, soutenue en 2004, reflète ainsi dans une certaine mesure la démarche suivie par Pierre Vayssière dans Le Chili d'Allende et de Pinochet dans la presse française : Passions politiques, informations et désinformation, 1970-2005, Paris, L’Harmattan, 2005, 306 p.

45 Le rôle central de l’Université et plus encore de l’IPEALT dans l’organisation d’un congrès international de l’ampleur du CEISAL 2010 peut être considéré comme un fort indicateur de ce dynamisme.

46 Voir Michel Bertrand, Grandeur et misère de l’office. Les officiers de finances de Nouvelle-Espagne. XVIIe-XVIIIe siècles, Paris, Publications de la Sorbonne, 1999, 459 p. ainsi que l’activité du groupe de recherche ReSTo_ARS.

47 Voir Richard Marin, Meurtre au palais épiscopal. Histoire et mémoire d’un crime d’ecclésiastique dans le Nordeste brésilien (de 1957 au début du XXIe siècle), Paris, Institut des Hautes Etudes de l’Amérique latine, 2010, 208 p.

48 Voir la thèse récemment soutenue de Rodrigo Nabuco de Araujo, Conquête des esprits et commerce des armes, 2011.

49 http://ipeat.univ-tlse2.fr/

50 Les efforts menés par l’ATRIA sont véritablement révélateurs de cette nouvelle dynamique, comme le montrent les différentes journées d’étude organisées depuis 2008 et la volonté répétée d’intégrer toutes les facettes d’un américanisme élargi.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Document 1 : Evolution du nombre annuel de thèses américanistes soutenues à l’Université du Mirail (1980-2011)9
URL http://caravelle.revues.org/docannexe/image/175/img-1.png
Fichier image/png, 45k
Titre Document 2 : Américanisme toulousain et ouverture disciplinaire (1980-2011)
URL http://caravelle.revues.org/docannexe/image/175/img-2.png
Fichier image/png, 37k
Titre Document 3 : Les différentes tendances des « études latino-américaines »
URL http://caravelle.revues.org/docannexe/image/175/img-3.png
Fichier image/png, 23k
Titre Document 5 : Les périodes abordées dans les thèses toulousaines
URL http://caravelle.revues.org/docannexe/image/175/img-4.png
Fichier image/png, 38k
Titre Document 6 : Temps présent, temps court et temps long dans les thèses américanistes toulousaines
URL http://caravelle.revues.org/docannexe/image/175/img-5.png
Fichier image/png, 12k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Soizic Croguennec, « Les évolutions de l’américanisme toulousain depuis les années 1980 », Caravelle, 100 | 2013, 171-194.

Référence électronique

Soizic Croguennec, « Les évolutions de l’américanisme toulousain depuis les années 1980 », Caravelle [En ligne], 100 | 2013, mis en ligne le 02 décembre 2013, consulté le 27 juin 2017. URL : http://caravelle.revues.org/175 ; DOI : 10.4000/caravelle.175

Haut de page

Auteur

Soizic Croguennec

Université de Toulouse-Le Mirail

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org