Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Manuel LOFF, Luciana SOUTELO e Filipe PIEDADE (coord.), Ditaduras e Revolução. Democracia e políticas da memória

Coimbra, Ed. Almedina, 2014, 463 p. CNRS
Frédérique Langue
p. 229-231
Référence(s) :

Manuel LOFF, Luciana SOUTELO e Filipe PIEDADE (coord.), Ditaduras e Revolução. Democracia e políticas da memória, Coimbra, Ed. Almedina, 2014, 463 p.

Texte intégral

1Les épisodes de révision des histoires nationales à la fois récentes et problématiques constituent dans une certaine mesure un courant historiographique à part entière quel que soit l’espace culturel considéré. Les usages politiques du passé, le poids de la mémoire collective dans le champ social, ses instances polémiques et peu consensuelles à la différence du regard critique de l’historien à même de « réunir » (d’après Ricœur) sont toutefois à prendre en compte à l’aune des pratiques de la démocratie en usage dans les différents espaces (trans)nationaux considérés. Confrontées aux sorties de dictature en Amérique latine et en première instance à la violence d’origine étatique, les transitions certes affirmées et prolongées telles que l’Europe les a connues jusqu’à une période récente n’avaient pas donné lieu à des tentatives suivies de revisiter ce « passé qui ne passe pas ». La prégnance des événements traumatiques à l’échelle des nations, les « dernières catastrophes » en date, à savoir les héritages politiques des deux conflits mondiaux, de la décolonisation, du diptyque résistance et collaboration, de l’holocauste ou de la Shoah (problématique des génocides), explique en partie ces déphasages dans la réinterprétation d’un passé fort dépendant par ailleurs du dévoilement de ses sources. La fermeture récente des archives contemporaines de l’Espagne montre si besoin était que l’État est devenu un acteur non seulement à part entière de l’écriture de l’histoire mais le producteur de représentations autorisées du passé, soucieux d’orienter, voire de poser, des limites à la connaissance de cette histoire du temps présent. Ce sont désormais le rôle et la capacité de l’État à produire des représentations du passé et l’élaboration de politiques publiques à l’égard de ce passé qui entrent en ligne de compte, et sur lesquelles l’historien du temps présent ne peut faire l’impasse.

2La persistance sur le long terme de mémoires clivantes, dans l’ordre régional, politique et idéologique (cas exemplaire de la Guerre d’Espagne, mais également des relations entre dictature et Révolution au Portugal) a rendu cependant plus hasardeuse la bataille à livrer contre les histoires officielles et le retour du conservatisme. Or, les enjeux mémoriels et les patrimoines immatériels ont fait de l’histoire de ces quarante dernières années un véritable champ de bataille que les exemples de l’Espagne et du Portugal contribuent à mettre en évidence, malgré les tropismes tendant à privilégier l’histoire de puissances continentales hégémoniques dans le contexte européen. Comme le soulignent la plupart des contributeurs à cet ouvrage, c’est en effet la tradition révolutionnaire fondatrice de démocraties sociales qui s’en trouve remise en question dans la phase de sortie des dictatures. Les « politiques publiques » visent par ailleurs à préserver une « mémoire collective » tout en reconsidérant les responsabilités morales et politiques des États, en d’autres termes la reconnaissance légale des victimes.

3La démocratisation à l’œuvre en Espagne et au Portugal depuis les années soixante-dix a certes connu une étape de réconciliation, plus au moins marquée (la résistance antifasciste n’a pas été reconnue comme telle au Portugal) avant de voir s’affronter des discours et des politiques radicalement opposés. Malgré les apports conséquents des sciences humaines et sociales sur les régimes de Franco puis, un peu plus tardivement, de Salazar, des polémiques révisionnistes ont récemment occupé l’espace public. Portant sur les responsabilités lors de la Guerre civile et de la répression franquiste, les polémiques ont débouché en Espagne sur la promulgation de la Loi de mémoire en 2007. Dans le cas portugais, c’est la nature du régime salazariste et de la Révolution de 1974-1976 qui est devenue centrale, ouvrant la voie à des débats sur le fait colonial, la répression politique et les mouvements de résistance. À la différence de l’Espagne, ces confrontations pourtant renouvelées lors des anniversaires de la « Révolution » ne donnèrent pas lieu à des questionnements aussi élaborés – fondés sur des recherches approfondies à l’échelle nationale et régionale – quant aux « politiques de mémoire », à l’indispensable « devoir de mémoire » et aux usages politiques du passé.

4Les études réunies dans ce volume, fort diverses et portant aussi bien sur l’Espagne et le Portugal que le Brésil, sont organisées selon quatre axes thématiques. Le premier, qui s’ouvre sur une analyse circonstanciée de Manuel Loff, «  Estado, democracia e memória: políticas públicas e batalhas pela memória da ditadura portuguesa (1974-2014) », met en exergue la « lutte pour la mémoire au Portugal », à l’endroit de la dictature comme de la « Révolution ». M. Loff montre en effet comment la perception de la dictature fut dans un premier temps indissociable d’une « Révolution » jouant le rôle de « filtre ». Des études de cas, tels les itinéraires de militants du Movimento Reorganizativo do Partido do Proletariado ou encore des résistants communistes (Paula Godinho, Cristina Nogueira) permettent à cet égard de revenir sur la différenciation effectuée par Enzo Traverso entre mémoires fortes/faibles. Certains thèmes bien précis sont ainsi abordés : la singularité du coup d’État de 1974, dans un contexte à la fois de « guerre coloniale » et des dernières années de l’Estado Novo (Fernando Rosas), la vision des élites économiques de Porto (Bruno Monteiro), la mémoire de la « lutte armée » et des diverses organisations clandestines qui combattirent la dictature, en d’autres termes le recours à la violence comme arme politique (Ana Sofia Ferreira), ou les publications militaires armées en tant que conservatoire de mémoire sur la « guerre coloniale » menée en Angola, en Guinée et au Mozambique, de 1976 à 2013 (Filipe Piedade) ou encore le « révisionnisme historique » dans une éclairante perspective comparée Espagne-Portugal (Luciana Soutelo).

5Le deuxième grand ensemble est consacré plus spécifiquement à la mémoire de la guerre civile espagnole et du franquisme, aux parallélismes existant entre la mise en œuvre de la mémoire de la Guerre civile et celle de la Deuxième Guerre mondiale et enfin aux politiques publiques de mémoire sur ce conflit et le franquisme (Julián Casanova, « O castigo no[s] pós-guerra[s] »), à l’héritage de la droite après la disparition de Franco en 1975 (Carmen Molinero) et aux positionnements à gauche pendant la Transition démocratique. L’historien ne peut que faire le constat du silence qui a longtemps pris le pas sur le travail de mémoire, autrement dit du polémique et encore méconnu « pacte du silence » (Pere Ysas).

6Une troisième partie est consacrée à la mémoire de la dictature militaire au Brésil (1964-1985), aux politiques de mémoire mises en œuvre par l’État brésilien, au rôle de la législation et de la société civile à quelques décennies de distance (Carla Luciana Silva), au coup d’État de 1964 et à l’enjeu d’une « mémoire ouverte » à partir du retour à la démocratie en 1985 (Lucileide Costa Cardoso). Le dernier ensemble relève certes d’un pari – européen – dans la mesure où Enzo Traverso, référence clé tout au long de cet ouvrage, pose la question des « mémoires européennes ». Sont ainsi abordées leurs relations réciproques au-delà de la péninsule ibérique, la réception et l’influence de certains événements sur le processus d’élaboration d’une mémoire souhaitable mais encore en construction (cf. la mémoire « transnationale de guerre germano-soviétique » par Xosé M. Núñez Seixas), et enfin l’éthique devant présider à cette construction (Luisa Passerini), réflexion qui fait le constat incontournable d’une dichotomie persistante entre identité (européenne) et mémoires (nationales). À la fois précis et foisonnant, cet ouvrage a certes valeur de synthèse sur les sorties de dictature, les circonstances du retour à la démocratie dans la péninsule ibérique et par conséquent les régimes d’historicité qui y sont associés. S’inscrivant dans une historiographie reconnue, celle de l’histoire du temps présent et des interactions histoire-mémoire, il constitue un apport non négligeable à l’étude de ce passé qui, de nos jours encore, ne « passe pas », suscite controverses, souffrance ou ressentiment malgré ou du fait même des lois mémorielles adoptées, posant de fait la question de la relation de l’historien à son propre présent et son statut de témoin voire d’acteur de cette écriture en débat à l’échelle européenne et au-delà.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédérique Langue, « Manuel LOFF, Luciana SOUTELO e Filipe PIEDADE (coord.), Ditaduras e Revolução. Democracia e políticas da memória », Caravelle, 104 | 2015, 229-231.

Référence électronique

Frédérique Langue, « Manuel LOFF, Luciana SOUTELO e Filipe PIEDADE (coord.), Ditaduras e Revolução. Democracia e políticas da memória », Caravelle [En ligne], 104 | 2015, mis en ligne le 06 octobre 2015, consulté le 31 août 2016. URL : http://caravelle.revues.org/1698

Haut de page

Auteur

Frédérique Langue

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org