Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Solange ALBERRO, Pilar GONZALBO, La sociedad novohispana. Estereotipos y realidades

México, El Colegio de México, 2013, 362 p.
Frédérique Langue
p. 225-228
Référence(s) :

Solange ALBERRO, Pilar GONZALBO, La sociedad novohispana. Estereotipos y realidades, México, El Colegio de México, 2013, 362 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage à deux mains de spécialistes reconnues d’histoire novohispana s’appuie sur une constatation radicale : l’histoire sociale du Mexique “vice-royal”, en d’autres termes de la Nouvelle Espagne, repose sur un certain nombre d’idées préconçues qui ne contribuent qu’à déformer l’image du passé national. Les deux ensembles ici réunis visent par conséquent à apporter un démenti épistémologique et heuristique quant au rôle joué par le monde métis – les castas –, dénonçant le « piège » que comporte cette dénomination, tant l’usage des catégories importe dans cette remise en question, et proposant dans le même temps une réhabilitation du monde indigène et plus particulièrement de ses élites. Pour qui a fréquenté les archives d’autres régions d’Amérique espagnole, le constat n’est guère nouveau, tant furent relatifs et pluriels les statuts dévolus aux populations métisses en termes d’honneur et de respectabilité sociale (et plus encore au XVIIIe siècle), sans compter les situations atypiques en termes de dépassement et de fluidité des frontières sociales par rapport à un modèle culturel hispanique fondé sur l’honneur : en d’autres termes, de la capacité de négociation dont font preuve les représentants les plus en vue et les plus combatifs d’un monde métis qui allait se transformer peu à peu, à la veille des Indépendances ibéro-américaines et pour certains de ses représentants alors les plus en vue, en une « classe moyenne américaine » (M. Pérez Vila). Comme nous avons eu l’occasion de le relever, cette métisse – la pardocracia évoquée par Bolívar – n’hésitait guère à revendiquer le modèle exclusiviste des élites espagnoles ou créoles nobles à l’égard de toute origine « impure », fût-elle religieuse ou ethnique, ceci aussi bien au niveau du discours que des pratiques sociales effectives. Le statut d’exception de la Nouvelle-Espagne au sein de l’empire espagnol a, en revanche, quelque peu contribué à focaliser l’intérêt des spécialistes sur les formes institutionnelles de la colonisation et de la mise en valeur d’un territoire immense, sur lequel les intérêts privés s’avéraient essentiels afin de maintenir l’ordre politique et social de la monarchie ibérique.

2Dans la première partie de cet ouvrage, Pilar Gonzalbo s’attache ainsi à reconsidérer et, d’une certaine manière, à déconstruire les concepts existants tels que les développe une historiographie récente inspirée de l’anthropologie culturaliste et des Cultural Studies. Elle réexamine les relations entre les différentes catégories socio-ethniques et la société coloniale, y compris du point de vue des représentations parfois controversées émises à l’encontre d’une société pourtant « harmonieusement métissée » selon l’expression de W. Jiménez Moreno. Considérant dans un deuxième temps les impératifs juridiques qui président à cette discrimination dans l’ordre social, politique, mais tout aussi bien moral, elle met en évidence les deux extrêmes entre lesquels évoluent – sauf exceptions notoires – les représentants des castas, entre acceptation sans autre forme de procès (notamment aux XVIe et XVIe siècles), compassion, peur, rejet, voire ségrégation et négation au fil du temps. Dépasser cette approche binaire et on ne peut plus manichéenne de la société novohispana impliquait fort logiquement d’effectuer un retour aux sources, autrement dit aux archives d’une histoire sociale trop souvent évacuée au profit d’un récit centré sur des considérations d’ordre institutionnel et/ou sur les seules élites, qu’elles soient « principales » ou « secondaires », selon leur origine, péninsulaires ou créoles, et leur niveau de richesse et de pouvoir. P. Gonzalbo insiste à cet égard sur l’importance décisive des registres paroissiaux, point de départ d’innombrables conflits liés précisément et en d’autres lieux au statut reconnu ou contesté des acteurs sociaux (« agents sociaux » selon les auteures), en d’autres termes leurs prééminences, et qui figuraient bel et bien, au moins jusqu’à une date tardive qui nous mène fréquemment à la veille de l’Indépendance, dans les registres en question. Baptêmes, mariages, décès, attestent à cet égard des modalités de la classification et dans le même temps, des fondements de l’honneur et de la réputation (fama) des intéressés, de leurs réseaux également (parentèle et clientèle pouvant se décliner d’ailleurs dans toutes les couches sociales). L’ambiguïté n’en est donc que relative, même après les tentatives de « blanchiment » rendues possibles par la promulgation de la Real Cédula de Gracias al Sacar de 1795, à l’encontre de l’usage fait des pragmatiques sur le mariage (1778), visant à préserver les unions des élites nobles et leurs lignages de toute mésalliance. Ces mêmes archives montrent bien que les populations de couleur concernées, autrement dit certains descendants d’esclaves, étaient eux-mêmes fort soucieux de se « blanchir » et de s’affranchir à la fois du stigmate de l’esclavage et de leurs origines « plébéiennes ». La consolidation du système des « castes » évoquée par l’auteur doit donc beaucoup au contexte régional et à la répartition ethnique des populations en présence, y compris au sein d’un même ensemble territorial. De cette conjonction de pratiques effectives dans un sens (exclusion) comme dans l’autre (blanchiment et intégration relative), et de représentations sociales réinterprétées (d’où la nécessité de contextualiser les dénominations et les normes en usage), dérivent les tentatives répétées des représentants du monde métis pour accéder à l’université ou à des charges publiques. Elles procèdent en ce sens de ce que P. Gonzalbo qualifie d’« invention d’identités », identités revendiquées particulièrement présentes dans les dernières décennies du XVIIIe siècle en vertu d’un double processus de croissance démographique des populations de couleur et de métissage culturel. Il reste que, dans le cas des XVIe et XVIIe siècles, les références à la couleur relèvent bien souvent de l’anachronisme, la « race » si plébiscitée par l’une des dernières tendances de l’historiographie américaniste renvoyant en fait à des situations et à des interprétations beaucoup plus contemporaines, comme en témoignerait a contrario la relecture du Tesoro de la lengua castellana de Covarrubias (1611).

3La deuxième partie, consacrée par Solange Alberro aux regards croisés impliquant les Indiens, principalement nobles, sur des terrains aussi divers que Tlaxcala, Mexico et Madrid sur un laps de temps relativement court (1753-1779), réhabilite, à travers quelques figures clés (nobles, caciques, gouverneurs notamment), cette élite indigène quelque peu oubliée voire marginalisée au Siècle des lumières. Elle avait en revanche attiré l’attention des autorités en tout genre, civiles – fonctionnaires du Conseil des Indes à l’échevinage de Mexico en passant par l’Audience, ou le consulat de commerce –, ou encore religieuses (archevêque et autres prélats) notamment lorsque les intéressés revendiquent la création d’un colegio qui leur soit réservé, en vertu précisément du statut d’exception qui était le leur, statut pleinement reconnu par le tribunal du Saint-Office. À ce titre, l’infamie ne résidait pas dans la qualité de « naturel », mais dans le fait de faire état dans sa généalogie d’une ascendance « maure », juive ou renvoyant à des ancêtres qui auraient fait l’objet d’une condamnation par le Saint-Office. Les pratiques d’un Cirilo de Castilla, des gouverneurs et des caciques de Tlatelolco, Tlaxcala et Tenochtitlán renvoient par conséquent à un contexte culturel parfaitement maîtrisé en ce qui concerne les écoles de pensée en usage aussi bien que les circonstances sociopolitiques de l’empire espagnol et la rhétorique de ses élites. Nombre de caciques et de « principales » avaient en effet été éduqués dans les collèges jésuites, comme en d’autres régions d’Amérique espagnole. C’est bien d’intégration dans la société novohispana qu’il faut parler, une intégration cependant contestée non en vertu des dispositions officielles mais du non-respect de ces dernières. Comme le souligne S. Alberro, ces nobles indiens sont, du point de vue culturel et social, des métis qui allaient très rapidement constituer une élite comparable à celle des créoles, nourrie certes d’un universalisme chrétien indissociable de la tradition politique hispanique mais également ouvert aux idées nouvelles des Lumières.

4Au terme de cette lecture passionnante et en aucun cas réitérative, quand bien même le lecteur disposerait en arrière-plan d’études conséquentes allant précisément dans le sens de cet ouvrage (tel serait peut-être le seul regret que nous aurions à la lecture de cet ouvrage, l’absence de références suivies à d’autres régions d’Amérique espagnole), s’affranchir des stéréotypes historiographiques anciens et récents revient en définitive à préciser le sens des termes et concepts utilisés, en d’autres termes à les contextualiser en s’appuyant sur la « réponse des sources ». Les précisions contenues dans le chapitre « le problème et les concepts » demeurent à cet égard essentielles et bienvenues, tant cette historiographie rejetée par les auteures, en ne prenant en compte que les critères « raciaux » – et non pas sociaux et culturels – de l’organisation sociale ou encore les aspects coercitifs liés à l’exercice du pouvoir, ne résulte que de l’imposition d’une historiographie extérieure. Les relations entre illégitimité, limpieza de sangre et castas telles qu’elles affleurent dans les archives judiciaires ou ecclésiastiques n’ont que peu voir avec une conceptualisation contemporaine « racialisante » dépourvue de nuances, cet « abîme » conceptuel et chronologique selon les termes de l’ouvrage et renvoyant de fait à une « idéologie raciste » issue d’autres contextes. À l’inverse de ces interprétations rapides et génératrices de confusion dont se défiait E. Hobsbawn, il s’agit bel et bien, comme en témoignent ces deux ensembles extrêmement argumentés, de pratiques évolutives tout au long des trois siècles considérés. Autant le discours officiel, religieux notamment, mettait en exergue l’égalité des droits, autant les pratiques quotidiennes se fondaient sur la distinction, la mise en valeur de différences et favorisait les privilèges, et plus fréquemment encore la valeur symbolique de ces derniers, puisque l’appartenance aux élites procédait tout aussi bien d’autres facteurs et d’autres négociations.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédérique Langue, « Solange ALBERRO, Pilar GONZALBO, La sociedad novohispana. Estereotipos y realidades », Caravelle, 104 | 2015, 225-228.

Référence électronique

Frédérique Langue, « Solange ALBERRO, Pilar GONZALBO, La sociedad novohispana. Estereotipos y realidades », Caravelle [En ligne], 104 | 2015, mis en ligne le 06 octobre 2015, consulté le 29 août 2016. URL : http://caravelle.revues.org/1695

Haut de page

Auteur

Frédérique Langue

CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org