Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Marie DURAND, Bolivie, la voix de Flora résonne encore... des femmes et du développement participatif (1971-1985)

Préface de Gilles Rivière, L’Harmattan, Horizons Amérique Latine, 2013, 314 p. 
Richard Marin
p. 224-225
Référence(s) :

Marie DURAND, Bolivie, la voix de Flora résonne encore... des femmes et du développement participatif (1971-1985), préface de Gilles Rivière, L’Harmattan, Horizons Amérique Latine, 2013, 314 p. 

Texte intégral

1Cet ouvrage, construit sur le modèle chronologique du journal, nous livre une expérience de vie. Celle de l’auteur, une professeure d’économie sociale et familiale rurale, partie en 1971, pour le compte d’une ONG belge, coopérer au développement en Bolivie. Elle y restera près de quinze ans.

2Dans un style alerte et plaisant, elle évoque tout à la fois sa trajectoire, ses engagements, ses enthousiasmes et sa vie personnelle, mais aussi la chaotique histoire bolivienne de la période où les régimes constitutionnels étaient l’exception alors que sévissaient les dictatures galonnées, dont celle, impitoyable, du général Hugo Banzer (1971-1978).

3Marie Durand, originaire d’une famille de la petite paysannerie catholique du Tarn est, comme beaucoup alors dans sa génération – elle est née en 1945 –, séduite par l’imaginaire que véhicule la musique andine et, plus encore, fascinée par la mort christique du Che Guevara exécuté par les rangers boliviens, le 9 octobre 1967.

4Au fil des pages, on voit comment la jeune femme, inexpérimentée et candide, mais dotée d’un solide bon sens, gagne en conscience et en maturité jusqu’à devenir, à la fin de son séjour, une experte reconnue, au service de projets du Bureau International du Travail. Sous différentes formes, c’est à l’autonomisation des femmes des communautés indigènes qu’elle a consacré l’essentiel de ses efforts : projets de développement participatif, soutien au renforcement des organisations paysannes, diffusion de techniques agronomiques, clubs de mères, etc.

5Sa narration, sensible aux paysages et aux ciels de l’Altiplano, fourmille aussi d’annotations ethnographiques : sur la misère, la malnutrition, la cohésion des communautés andines, la pratique religieuse, les cérémonies de mariage, les coutumes alimentaires ou les fêtes. Au fil des pages, on découvre aussi des personnages hauts en couleur. Ainsi ces attachantes figures de prêtres aux pieds nus qui, dès le début des années 1970, ont adhéré à la théologie de la libération et à « l’option préférentielle pour les pauvres » ; ou encore ces militantes paysannes, pugnaces et courageuses face à l’adversité, voire ces militants du MIR (Movimiento de Izquierda Revolucionaria) qui s’essayent à concilier marxisme, catholicisme social et révolution et dont elle se sent proche.

6En creux, c’est bien le portrait d’une génération subjuguée par l’Amérique latine que nous donne ici à voir Marie Durand. Tirant, avec près de 30 ans de recul, les leçons de sa tranche de vie bolivienne, loin d’être désabusée ou aigrie par le cours des choses, elle conserve intacte cette même capacité d’indignation qui l’avait conduite à partir. Une belle leçon de cohérence.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Richard Marin, « Marie DURAND, Bolivie, la voix de Flora résonne encore... des femmes et du développement participatif (1971-1985) », Caravelle, 104 | 2015, 224-225.

Référence électronique

Richard Marin, « Marie DURAND, Bolivie, la voix de Flora résonne encore... des femmes et du développement participatif (1971-1985) », Caravelle [En ligne], 104 | 2015, mis en ligne le 06 octobre 2015, consulté le 03 décembre 2016. URL : http://caravelle.revues.org/1693

Haut de page

Auteur

Richard Marin

Université Toulouse – Jean-Jaurès

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org