Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Jean-Philippe BELLEAU, Le mouvement indien au Brésil. Du village aux organisations

Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2014, 340 p.
Richard Marin
p. 222-224
Référence(s) :

Jean-Philippe BELLEAU, Le mouvement indien au Brésil. Du village aux organisations, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2014, 340 p.

Texte intégral

1Si la question des Indiens du Brésil est de longue date l’objet d’une abondante littérature en sciences sociales, peu de travaux s’étaient intéressés au mouvement indien proprement dit. Or, sa présence dans l’espace public n’a cessé de croître depuis le milieu des années 70. L’ouvrage de Jean-Philippe Belleau, professeur à l’université Massachusetts de Boston, a le grand mérite de combler un tel vide en recourant à l’anthropologie et à la sociologie américaine des mouvements sociaux. Dans la première partie, il aborde le contexte où émerge et se solidifie le mouvement indien et examine, dans la seconde, le mouvement proprement dit.

2Au fil des pages, il tente de comprendre comment ce monde indien qui pèse moins de 0,5% de la population nationale, très atomisé – plus de 200 peuples dispersés sur un territoire grand comme 15 fois la France, parlant 173 langues – a su relever le défi de se transformer en moins de 30 ans en acteur social autonome capable de s’approprier les formes d’organisation et de mobilisation caractéristiques de la modernité ?

3Sa toute nouvelle puissance est spectaculairement apparue en avril 2000, lors des cérémonies commémoratives du cinquième centenaire de la découverte du Brésil organisées en grande pompe par les autorités. À Porto Seguro, aux côtés d’autres associations contre-mémorielles de la société civile regroupées dans le collectif des « autres 500 ans », quelques 3000 indigènes ont participé à la Conférence des Peuples et Organisations Indigènes du Brésil. Ils y ont exprimé leur rejet de « la fête des Blancs », réaffirmé leur droit à la terre, se sont heurtés aux forces de police, perturbant même l’office commémorant la première messe, en présence du nonce et de la conférence épiscopale au grand complet !

4Quand on sait que, jusqu’en 1974, l’agence d’État de la Fondation Nationale de l’Indien (FUNAI) était seule légitime et habilitée pour parler au nom des Indiens et gérer leurs affaires, on mesure l’ampleur du chemin parcouru !

5Comme le montre bien l’auteur, la structuration du mouvement indien s’amorce dans la première moitié des années 1970, au cours de la phase la plus répressive de la dictature militaire. C’est alors que, en rompant avec l’État prétorien, l’Église catholique, surtout, gagnée à la théologie de la libération, et les anthropologues, à un moindre degré, deviennent les tuteurs du mouvement indigène. Le Conseil Indigéniste Missionnaire (CIMI) fondé en 1972 sous l’égide de la Conférence épiscopale en est le grand incubateur. En mettant à la disposition des organisations indiennes le réseau national de l’Église, sa forte légitimité et son audience, il contribue à leur mue en acteurs sociaux et politiques à part entière en même temps qu’il contribue à limiter les effets de la spoliation des terres indiennes.

6Toutefois, dès la fin des années 1990, le rôle de médiation de ces « alliés » est de plus en plus contesté. Le groupe social marginalisé des débuts s’est transformé en acteur puissant et structuré. Il est désormais en mesure de poursuivre ses objectifs propres hors de toute tutelle, se lance dans des mobilisations de grande ampleur, parfois transnationales et très médiatisées, en « indianisant » toutes les ressources de l’hyper modernité.

7Aujourd’hui, le monde indien connaît une spectaculaire vitalité démographique, inimaginable il y a peu. La myriade des organisations qui le représentent est, bien plus que par le passé, à la recherche de la négociation plus que de l’affrontement avec l’État. Les bureaucraties indigènes qui ont émergé ici ou là se reconnaissent de moins en moins dans les orientations antimondialiste et antilibérale du CIMI. Beaucoup ont construit leur autonomie financière en gérant de nombreux projets de concert avec des organismes publics.

8Solidement documenté et argumenté, l’ouvrage de Jean-Philippe Belleau nous offre ainsi un fort utile contrepoint aux représentations stéréotypées et alarmistes sur les Indiens brésiliens en voie d’extinction et en marge de la modernité, même si l’on doit convenir qu’il y a sans doute loin des bases indiennes aux bureaucraties qui les représentent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Richard Marin, « Jean-Philippe BELLEAU, Le mouvement indien au Brésil. Du village aux organisations », Caravelle, 104 | 2015, 222-224.

Référence électronique

Richard Marin, « Jean-Philippe BELLEAU, Le mouvement indien au Brésil. Du village aux organisations », Caravelle [En ligne], 104 | 2015, mis en ligne le 06 octobre 2015, consulté le 28 mai 2016. URL : http://caravelle.revues.org/1691

Haut de page

Auteur

Richard Marin

Université Toulouse – Jean-Jaurès

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org