Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Manuel HERNÁNDEZ GONZÁLEZ, La guerra a muerte, Bolívar y la campaña admirable (1813-1814)

Santa Cruz de Tenerife, Ediciones IDEA, 2014, 254 p.
Bernard Lavallé
p. 215-216
Référence(s) :

Manuel HERNÁNDEZ GONZÁLEZ, La guerra a muerte, Bolívar y la campaña admirable (1813-1814), Santa Cruz de Tenerife, Ediciones IDEA, 2014, 254 p.

Texte intégral

1Ce libre traite de l’un des épisodes les plus discutés de l’époque des guerres de l’Indépendance américaine, le décret de la guerra a muerte signé à Trujillo par Bolivar le 15 juin 1813. Il est replacé dans son contexte, celui de la Campaña admirable qui devait permettre aux troupes du Libertador de conquérir le Venezuela depuis la Nouvelle-Grenade, de mettre fin à la dictature de Domingo Monteverde suite à leur entrée triomphale à Caracas le 6 août suivant et de donner désormais tout le pouvoir à Bolivar par décision de la municipalité de la capitale le 14 octobre.

2L’auteur commence par rappeler que la violence du gouvernement s’était déjà exercée de manière collective contre les Espagnols, en l’occurrence des Canariens. Il le montre avec l’épisode de la répression du soulèvement de la Sabana del Teque, tout près de Caracas, le 11 juillet 1811, dans laquelle certains historiens ont vu l’origine de la guerra a muerte. Le chapitre suivant analyse la dictature de Monteverde et les conditions de la rédaction du décret de guerra a muerte avec, comme conséquence immédiate, une série de fusillades publiques d’Espagnols, et plus particulièrement de Canariens, les Isleños constituant un secteur à la fois très nombreux, très en vue et économiquement très bien situé au Venezuela. Le livre détaille ces exactions qui firent régner la terreur et posèrent d’autant plus de problèmes que la plupart des condamnés avaient de solides liens avec la société vénézuélienne et y étaient très bien intégrés, parfois depuis fort longtemps.

3Le nouveau cours donné à la guerre entraîna une redistribution des forces. Moins d’un an plus tard, le 16 juillet 1814, les troupes royalistes commandées par Boves et Morales prirent à leur tour Caracas. Composées pour l’essentiel de llaneros souvent métissés, elles mirent fin à la Seconde République, mais surtout commirent beaucoup d’exactions et massacrèrent, à leur tour, un grand nombre de créoles appartenant souvent aux familles les plus en vue du patriciat mantuano.

4Cet enchaînement de violence et les responsabilités respectives ont fait très tôt l’objet de débats parfois acharnés parmi les historiens et les politiques, ainsi que le montre l’auteur. Ces controverses se sont d’ailleurs poursuivies, parfois avec une force renouvelée, pendant une bonne partie du XIXe siècle.

5Ce nouvel ouvrage de Manuel Hernández González, à qui l’on doit de nombreux livres sur le Venezuela, la République dominicaine, Cuba et les Canaries, offre les caractères et toutes les garanties de ses prédécesseurs. Il est bâti à partir d’une vision globale, mais très précise dans le détail, des événements et des processus ainsi que d’une connaissance exceptionnelle des sources d’archives (près de vingt pour le présent livre) tant en Espagne qu’au Venezuela, où l’examen d’une demi-douzaine d’archives de paroisses, notamment, apporte une lumière très éclairante sur la réalité des faits commis par les deux camps.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Lavallé, « Manuel HERNÁNDEZ GONZÁLEZ, La guerra a muerte, Bolívar y la campaña admirable (1813-1814) », Caravelle, 104 | 2015, 215-216.

Référence électronique

Bernard Lavallé, « Manuel HERNÁNDEZ GONZÁLEZ, La guerra a muerte, Bolívar y la campaña admirable (1813-1814) », Caravelle [En ligne], 104 | 2015, mis en ligne le 06 octobre 2015, consulté le 29 juin 2016. URL : http://caravelle.revues.org/1685

Haut de page

Auteur

Bernard Lavallé

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org