Navigation – Plan du site
Regards sur 50 ans de latino-américanisme
Regards critiques sur le latino-américanisme toulousain

Caravelle : entre Lettres et Sciences Humaines

Pierre Vayssière
p. 151-169

Résumés

Depuis sa création en 1963, Caravelle a été dirigée par des chercheurs appartenant au Département, puis à l’UFR, d’Espagnol de l’Université de Toulouse 2. Ses thèmes dominants relevaient principalement de la littérature et de la « civilisation », sans exclure pour autant des recherches portant sur l’histoire et les sciences humaines. En cela, Caravelle se différenciait nettement des Cahiers des Amériques latines, créés en 1968, et clairement orientés vers les sciences sociales presque exclusivement.

Haut de page

Texte intégral

1Je n’ai jamais appartenu au comité de direction de Caravelle. Simple collaborateur épisodique, j’y ai publié quelques articles dès 1970 et assuré des dizaines de comptes rendus : une légitimité minimale pour donner mon sentiment sur cette revue authentiquement toulousaine. Par ailleurs, le fait de ne plus appartenir aujourd’hui à l’Alma Mater m’assure une plus grande liberté d’expression face à l’institution universitaire : mon propos ne sera académique ni dans la forme ni sur le fond.

2Il se trouve également qu’avant d’être nommé maître-assistant à l’UER d’Histoire, en octobre 1972, j’ai été pendant quatre ans chargé de cours à l’IHEAL de la rue Saint-Guillaume, ce qui m’a permis d’approcher les créateurs des Cahiers des Amériques latines, dans lesquels j’ai également publié. Ces deux expériences me sont revenues naturellement à l’esprit au moment d’analyser l’évolution de la revue toulousaine.

Lettres ou sciences humaines ?

3Aujourd’hui, un tel distingo peut sembler dépassé, mais dans les années 1960, il était revendiqué par les chercheurs. Lorsque Pierre Monbeig fonde – en 1968 – les Cahiers des Amériques latines, il imagine deux Séries : « Sciences de l’Homme », « Art et Littérature », cette dernière étant confiée à Paul Verdevoye, alors enseignant à l’IHEAL – cette seconde série ne dépassera pas le troisième numéro. Personnellement, j’ai toujours considéré Caravelle comme relevant du domaine des lettres, c’est-à-dire de la fiction, de la poésie et de la langue. Le sous-titre est sur ce point explicite, qui renvoie au « monde hispanique et luso-brésilien »…

4C’est au cours des années 1960/70 que des expressions comme « sciences sociales », «sciences humaines » et « pluridisciplinarité » commencent à devenir à la mode, sans que l’on sache toujours en préciser les termes. Le premier directeur de Caravelle, Paul Mérimée, – un hispaniste « pur » – se croit même obligé d’affirmer en 1975 : « Nous tenons à la pluridisciplinarité qui permet d’amplifier les points de vue… » Vision stratégique et pragmatique, en aucun cas épistémologique ; la pluridisciplinarité doit permettre aux « spécialités » de cohabiter plutôt que de s’opposer, dans un souci commun de mieux se connaître, de ne pas se nuire, éventuellement de coopérer.

  • 1 Pour Marc Guillaume, les sciences sociales ont été vulgarisées au point d’en être parfois abâtardie (...)
  • 2 Louis Marie Morfaux, Vocabulaire de la philosophie et des sciences humaines, A. Colin, 1980.

5A cette époque, les « sciences sociales » étaient perçues comme le meilleur moyen d’accéder à la compréhension d’un monde en mutation. Le concept  englobait des champs nombreux, de l’anthropologie à la sociologie, de l’économie aux sciences politiques et juridiques, de la psychanalyse à la psychologie. Il excluait incontestablement les « humanités » et les recherches purement littéraires1. Par contre, la notion de « sciences humaines » se voulait plus proche des « humanités » anciennes et du champ proprement littéraire , avec la philosophie, la logique, l’épistémologie des sciences, la morale, l’esthétique et la politique. Certains auteurs y ajoutaient même la pédagogie, la théologie, et sans doute, la sociologie, l’ethnologie et l’histoire2

  • 3 Marc Guillaume, ibid., p. 6.
  • 4 Faire des sciences sociales, Ed. de l’EHESS, 2012.

6Dans ces années-là, certains concevaient la pluridisciplinarité comme une collaboration harmonieuse entre les diverses spécialités qui, à l’image des racines nourrissant les branches, les feuilles et les fruits, enrichiraient l’arbre du savoir. Depuis lors, il a fallu déchanter devant la complexité croissante du monde et la dislocation des grands systèmes de pensée et de croyance. Comme le notait l’économiste Marc Guillaume dès 1986, « les sciences sociales accumulent pêle-mêle des études minutieuses, des synthèses audacieuses mais précaires, des controverses embrouillées, des hypothèses et des questions stimulantes…»3 Au sein même des Facultés de Lettres, on contestait déjà le statut « scientifique » des « sciences humaines et/ou sociales », soit parce que leurs méthodes paraissaient trop complexes, soit parce que leurs résultats se noyaient dans des statistiques, des histogrammes et des courbes, auxquelles les littéraires n’étaient pas préparés. Aujourd’hui, la notion même de « sciences sociales » a évolué : finis les grands paradigmes et les généralisations entre matières, à la manière d’un Pierre Bourdieu et de ses Actes de la recherche en Sciences sociales dont le premier numéro était sorti en 1975. Á la synthèse brillante, on préfère désormais la spécialisation des enquêtes, la comparaison et la critique4

7Pour Caravelle, la principale difficulté serait donc de créer dans une Faculté de langues ibériques une revue « pluridisciplinaire » dirigée par des hispanistes « littéraires » et susceptible d’accueillir des travaux ne les concernant pas directement.

  • 5 Depuis lors, les historiens ont appris que le discours « fictif » n’est pas plus éloigné du « réel  (...)
  • 6 L’historien Jean Bouvier – qui n’en faisait pas partie – osait employer à leur endroit le mot de «  (...)

8La question de l’ouverture aux sciences sociales se posait tout particulièrement pour l’Histoire, une discipline pratiquée à la fois par les historiens « de métier » et par les enseignants de langue dans le cadre de leurs programme de « civilisation ». L’histoire a été pendant trop longtemps assimilée à un récit des faits du passé, alors que l’ «Ecole des Annales» la revisitait dans le sens d’une « histoire-problème » servant à mieux comprendre son temps, à éclairer « au présent » le fonctionnement de la cité, ou encore à comprendre les mécanismes sociaux et économiques qui la régissent. Les émules de Lucien Febvre et de Marc Bloch avaient conçu un projet dynamique : comprendre notre temps à partir des autres composantes de la science sociale. C’était l’immersion de l’Histoire dans le temps présent. On était aux antipodes d’une conception ancienne qui voulait que l’Histoire fût d’abord un genre rhétorique, plus proche des « lettres » que des « sciences ». C’est ainsi, nous confiait le philosophe-historien Michel de Certeau, que l’Histoire a été conduite à camoufler ses liens, « scientifiquement inavouables », avec la « littérature » et plus généralement avec la « rhétorique »5. Depuis les années trente, Marc Bloch et Lucien Febvre souhaitaient fortement que les vieilles « murailles » épistémologiques et institutionnelles s’effondrent entre l’Histoire et les sciences humaines, essentiellement la sociologie et l’économie, la géographie faisant déjà partie constitutive de l’histoire depuis son enseignement au lycée. Tels étaient les premiers pas vers l’interdisciplinarité. En modifiant son sous-titre (« Economies, Sociétés, Civilisations »), la revue des pères fondateurs avait élargi à d’autres champs la démarche pluridisciplinaire : désormais, l’ethnologie, la démographie, la psychologie sociale étaient invitées à coopérer avec l’Histoire. L’historien était prié de s’ouvrir aux débats, de se familiariser avec les concepts des disciplines voisines, et de rester curieux et inquiet : plus qu’une école, les gens des Annales partageaient un état d’esprit, et parfois des connivences et des réseaux, comme dans la fameuse VIe Section de l’EHSS6.

Des fondateurs… aux épigones

  • 7 Créé en 1959, il fut son principal soutien financier jusqu’en 1966, avant d’être relayé par le CNRS

9Le premier numéro de Caravelle sort en…1963, sous le patronage de l’« Institut d’Etudes hispaniques, hispano-américaines et luso-brésiliennes » de Toulouse7. Le siège de l’Université était encore situé rue Albert Lautman, au cœur de la vieille cité, à côté de l’ Université de Droit, à deux pas de la vénérable basilique Saint-Sernin.

  • 8 Citons brièvement les thèses de Cl. Lévi-Straus, de Roger Bastide et de P. Monbeig (1948), de J. So (...)
  • 9 Toulouse baigne alors dans l’euphorie qui a suivi le lancement de la « rapide, sûre et douce Carave (...)

10On ne peut comprendre la création de Caravelle sans évoquer le renouveau des études sur l’Amérique latine : entre 1948 et 1970, l’intérêt pour ce sous-continent se manifeste par la publication de thèses importantes, puis par la création de chaires ou d’institutions8. Au début des années 1960, la VIe Section des Hautes Etudes organisait des séminaires mensuels autour du concept des area studies, sous l’autorité de Fernand Braudel9.

  • 10 Paul Mérimée a orienté sa thèse vers l’art dramatique en Espagne dans la première moitié du XVIIIe (...)

11Paul Mérimée (1905-1976) est cité comme étant le « vrai » père fondateur et le premier directeur de Caravelle. Cet authentique cacique universitaire était le digne héritier de son grand-père et de son père, Ernest et Henri Mérimée – en 1886, Ernest avait été le premier titulaire de la chaire d’espagnol à l’université de Toulouse, et le second avait pris sa succession en 1913. Cette pratique héréditaire, quasiment de caste, aurait pu faire penser à une « charge » d’Ancien Régime, si la chaire avait été achetée… Agrégation d’espagnol, Fondation Thiers, Casa Velázquez : le curriculum de Paul Mérimée est plus qu’honorable, qui le conduit de Bordeaux (en 1936) à Toulouse à partir de 1948. Onze ans plus tard, c’est lui qui prendra la direction de l’Institut des Etudes Hispaniques, et bientôt de la Faculté des Langues de Toulouse. Titulaire des Palmes et de la Légion d’Honneur, il siègeait au Comité consultatif des Universités et il était membre correspondant de la Real Academia ; il laissera à sa mort, en 1976, l’image d’un homme entreprenant et d’un « ponte » quelque peu arrogant, intransigeant mais disponible pour ses « élèves » dont il assurait la promotion au sein du sérail, pour peu qu’ils fussent des collaborateurs efficaces et soumis. Dans le domaine de la recherche, il fut essentiellement un « hispaniste littéraire »10, éloigné du champ des sciences humaines et des problématiques de l’inter-disciplinarité.

12L’autre co-fondateur de Caravelle, l’historien Frédéric Mauro (1921-2001), était professeur d’histoire moderne, puis d’histoire économique, à l’Université de Toulouse. Etudiant, il avait suivi les cours d’agrégation de Fernand Braudel sur l’Amérique latine. Très tôt, il avait manifesté un goût prononcé pour l’histoire économique « pure », détachée de l’histoire sociale, cette vieille tradition française – et « marxienne » – qu’il s’efforçait de dépasser, après une spécialisation à l’Université Colombia de New-York. Frédéric Mauro ne cessait de rappeler à ses étudiants l’importance d’une formation en sciences sociales, qui moderniserait l’histoire traditionnelle du « récit », afin de mettre en valeur les déterminismes qui sous-tendent les actions humaines. Il trouvait l’histoire universitaire trop poussiéreuse, même si à Toulouse, dans ces années 1960, on commençait à s’intéresser à l’histoire des mentalités, sous l’égide de Philippe Wolf qui avait créé la Société Marc Bloch. Frédéric Mauro a formulé tout au long de sa vie et dans des publications variées, françaises et étrangères, sa conception rénovée de l’Histoire, qui consistait à appliquer la problématique et les méthodes des sciences sociales au passé. Ce programme choquait alors les érudits de l’histoire évènementielle, hermétiques à l’histoire du temps présent. F. Mauro déplorait que les facultés de lettres ne s’ouvrent toujours pas aux sciences politiques, à la sociologie et à l’économie. Il allait même jusqu’à soutenir que l’histoire à venir serait une science de l’abstrait, une discipline théorique, une « science sociale du passé », élaborée à partir des sciences sociales du présent. Un peu plus tard, dans les années 1970, Mauro défendra, après François Simiand et Ernest Labrousse, une approche quantitative de l’Histoire.

  • 11 F. Mauro a conscré sa thèse, publiée en 1960, aux relations commerciales entre le Portugal et l’Ata (...)

13Lui, le spécialiste des échanges interocéaniques11, déplorait aussi le dédain des historiens hexagonaux pour l’Ibéro-Amérique, malgré les ouvertures d’un Fernand Braudel vers le continent Brésil – lui-même aura dirigé en trente ans plus de 80 « thésards » travaillant sur l’histoire latino-américaine, véritable armée de l’ombre au service d’une histoire encore largement inexplorée. Tout au long de sa vie, F. Mauro manifesta son soutien à ces jeunes pousses, qui ne répugnaient pas à parcourir de longues distances, tant géographiques que culturelles, pour ne glaner souvent que des archives mal classées ou éparpillées aux quatre coins de l’Europe. Mais à ses yeux, le mérite des historiens français travaillant sur ces terres lointaines aura été de mettre à la disposition des Latino-Américains la riche problématique de l’« Ecole des Annales » inspirée des sciences de l’homme pour leur permettre de comprendre leur propre histoire…».

14L’optimisme de Frédéric Mauro sur l’avenir des sciences sociales se donne à voir dans l’organisation en février 1964 à Toulouse d’un vaste colloque du CNRS sur « Le problème des capitales en Amérique latine », colloque dont les travaux ont été publiés dans le numéro 3 de Caravelle, en 1964. Une centaine de participants et un comité de patronnage prestigieux, présidé par Fernand Braudel, alors professeur au Collège de France : recteurs, doyens, membres de l’Institut et autres directeurs du CNRS, et un programme qui se voulait pluridisciplinaire, ouvrant à l’ethnologie des villes, à l’économie urbaine et au rôle politique des capitales…Sa conclusion se transforma en un vibrant plaidoyer en faveur de l’ « aire culturelle » latino-américaine. Mauro déplorait, aussi, la sous-représentation du droit et l’insuffisante articulation entre les matières représentées : le « pluridisciplinaire » l’avait emporté sur l’« interdisci-plinarité », plus difficile à mettre en œuvre, chaque spécialiste ayant tendance à rester dans son propre domaine et à déconsidérer les autres disciplines. Conscient de la lenteur des évolutions mentales, il défendait le rôle (faussement) modeste de l’Histoire, « auxiliaire éclairant » des autres disciplines…

15Des propos tenus par Frédéric Mauro peu de temps avant sa mort, il ressort que la création de Caravelle n’allait pas de soi : « Mérimée m’a fait peur. J’ai cru que Caravelle ne sortirait jamais…» Phrases sybillines, à peine éclairées par la suite de son témoignage. Il semblerait qu’une concurrence, et peut-être une jalousie, existait entre les hispanisants du Grand Midi, particulièrement entre Bordeaux et Toulouse. Pour apaiser ces tensions, Mérimée aurait envisagé de « réserver » l’histoire espagnole à Bordeaux (avec, en prime, le Bulletin hispanique) et l’histoire « ibéro-américaine » à Toulouse. Mauro affirme, encore, que l’influent F. Braudel se serait, au départ ,opposé au financement de Caravelle par le CNRS, ne pouvant admettre l’idée qu’une revue « provinciale » fût financée depuis Paris. Cette assertion apparaît d’autant plus plausible que Braudel régnait alors en maître sur la recherche en « sciences humaines » dans l’Hexagone.

  • 12 En 2002, Caravelle a publié dans le numéro 78 un article signé de moi-même, mais qui n’est pas sign (...)

16De ces conflits à demi-avoués, il ressort que Caravelle n’est pas sortie exclusivement du cerveau d’un cacique du Département d’Espagnol. Dans ces années-là, Frédéric Mauro se déplaçait souvent à Paris où il a toujours soutenu, même après son départ, la revue toulousaine. Si la chronique locale l’a par la suite un peu oublié, c’est qu’il a, bien trop vite, quitté les bords de la Garonne, d’abord pour une année à l’université de Monterrey (Mexique), et ensuite pour une chaire sur l’Amérique latine à Paris-X Nanterre, où il fut élu en 1967. On peut simplement déplorer qu’au moment de sa disparition, la revue Caravelle ait « oublié » de lui rendre hommage et de saluer son rôle essentiel dans ce moment-clé de la fondation12.

17Le troisième co-fondateur de Caravelle fut Jean Roche, un autre élève de F. Braudel, enseignant au Département de Portugais, et dont la thèse de lettres avait été publiée par les Travaux et Mémoires de l’IHEAL en 1959 : La colonisation allemande et le Rio Grande do Sul. Ce troisième partenaire semble n’avoir joué qu’un rôle secondaire à ce moment-là, même si sa présence se révélait stratégique pour élargir le projet d’une revue « ibéro-américaine » à l’immense Brésil, où Braudel avait travaillé plusieurs années et qui entrait aussi dans l’espace de recherche de F. Mauro. Même si l’institut d’accueil était « hispanique », il fallait donner le sentiment que la future revue représenterait le monde ibéro-américain dans son ensemble…

  • 13 En 1966, les deux seuls historiens « hispanisants » de Toulouse étaient les « modernistes » Marcell (...)

18Ce n’est pas faire injure aux « héritiers » que de rappeler leurs liens étroits avec le co-fondateur Paul Mérimée : dès 1966, les deux futurs directeurs de Caravelle furent associés à son fonctionnement. Absorbé par d’autres tâches, le « patron» avait renforcé l’équipe de direction : aux côtés de Jean Roche, co-fondateur de la revue, Georges Baudot, son « élève » préféré, bientôt épaulé dans la tâche ingrate de « rédacteur » par plusieurs assistants d’Espagnol : Jean Andreu, Maurice Fraysse et Jacques Gilard, spécialistes de l’Argentine, du Chili et de la Colombie ; Jacques Beyrie, Marc Vitse pour les « questions espagnoles » et Jacques Emorine pour le monde luso-brésilien. Caravelle était déjà devenue le monopole des « littéraires » ibéro-américains de Toulouse :13

  • 14 « Décès de Georges Baudot », Caravelle, n° 78, 2002.

19En avril 1975, Georges Baudot devient Directeur-gérant de la revue, après avoir exercé le rôle de directeur adjoint durant plus d’une décennie. A ce moment-là, le Comité de rédaction s’est enrichi de quelques autres familiers des langues : l’écrivain paraguayen Rubén Barreiro Saguier, les professeurs de littérature portugaise et brésilienne R. Cantel et Alderado Castello, et l’anthropologue mexicain Miguel León Portilla, spécialiste de la pensée nahuatl – Georges Baudot travaillait alors sur le monde aztèque, sa langue et ses premiers chroniqueurs franciscains…Contraint par la maladie de renoncer à la direction, en juin 1995, Georges Baudot aura animé la revue durant « vingt-huit longues et fécondes années », pour reprendre la formule de Jacques Gilard, pour qui « Caravelle était bien la revue de Georges Baudot »14.

  • 15 Les Mélanges offerts à G. Baudot proposent une vision érudite ou littéraire du passé : documents en (...)

20Si par son lieu de naissance, G. Baudot semblait prédisposé à la culture hispanique, rien pour autant ne semblait le déterminer à s’intéresser au Mexique ancien, son choix de cœur, et même sa passion de recherche, affichée dès son séjour à la Casa de Velázquez, dans les années 1963-66, et réaffirmée jusqu’à sa soutenance de thèse, en novembre 1975. Présenté par J. Gilard comme un « ethno-historien » doublé d’un excellent « littéraire amoureux de la littérature », G. Baudot nous apparaît d’abord comme un « américaniste » de grande érudition, capable de maîtriser à la fois les langues du Mexique et leur support ethno-culturel. Les hommages que ses amis et anciens élèves lui ont rendus au moment de sa disparition confirment ce point de vue15.

Une approche littéraire et culturelle

  • 16 Pierre Vayssière, « Entre rêve pluridisciplinaire et rayonnement culturel… », Caravelle, n° 78, 200 (...)

21En France, l’histoire latino-américaine a toujours eu du mal à se dégager de la « littérature », et ceci pour une raison historique : pendant longtemps, elle était abandonnée aux spécialistes de la langue et de la civilisation ibéro-américaines, c’est-à-dire aux Facultés de Langues : au début des années 1970, on ne comptait que trois chaires d’histoire (à Paris-X Nanterre, Paris-I Sorbonne et Perpignan) et les étudiants inscrits en Facultés d’Histoire ne maîtrisaient guère les langues ibériques. Les historiens reprochaient aux « littéraires » de ne faire que de la « civilisation » ou de l’histoire « culturelle » ; si bien que les démarches « pluridisciplinaires » ne sortaient guère de l’incantation ou de pétitions de principe : dans la pratique, le dialogue épistémologique était presque impossible. On était même loin de s’entendre sur la notion de « latino-américanité », un concept de longue durée qui ne cadrait que rarement avec les spécificités propres à chaque pays16.

  • 17 La fiabilité de ces Tables est parfois contestable : ainsi les rubriques « Archives » ou « Etudes b (...)

22Créée au sein d’un Département de langue espagnole et dirigée par des enseignants de ce même Département, Caravelle fut à dominante « littéraire » durant ses quarante premières années, ainsi qu’il ressort des données fournies par les Tables décennales17. Indice révélateur de cette orientation culturelle : le Département d’Histoire de la Faculté des Lettres de Toulouse ne s’est jamais abonné à Caravelle, contrairement aux Départements « Langues Etrangères » et «Lettres et philosophie » de la même université….

Les rubriques de Caravelle (1963-2003)

1963-73

1973-83

1983-93

1993-2003

TOTAL

%

%

%

%

%

Lettres

136

57

162

54.5

172

53.7

230

49.3

700

53

Histoire

38

16

45

15.1

77

24.0

134

28.7

294

22

Géographie

15

6.6

8

2.7

2

0.6

32

6.8

57

4.3

Economie

13

5.5

19

6.4

3

0.9

-

-

35

2.6

Socio-Ethno

11

4.6

21

7.0

56

17.5

44

9.4

132

10

Divers

25

10.5

42

14.1

10

3.1

26

5.6

103

7.8

TOTAL

238

100

297

100

320

100

466

100

1321

100

N.B. Les rubriques ci-dessus sont le résultat du regroupement d’une dizaine d’items figurant sur les Tables officielles. Ainsi : Littérature regroupe : Etudes littéraires, Entretiens avec des écrivains, Récits, Témoignages, Poésie, Linguistique, Textes littéraires inédits et Philosophie.

  • 18 On peut y lire des textes d’auteurs mexicains (Octavio Paz), chiliens (Pablo Neruda, Jorge Edwards) (...)

23Sur les quarante premières années, la part des « Lettres » est restée prédominante, même si l’on observe une faible érosion au fil du temps. Mais globalement, les thèmes littéraires, même brefs comme une poésie ou un entretien d’écrivain, occupent de loin la première place quant au nombre des sujets de Caravelle. La rubrique des « Textes littéraires originaux » est abondamment pourvue au tout début de la revue, qui se sent honorée de ces signatures prestigieuses18.

24Loin derrière arrivait l’Histoire, surtout sous la forme de mono-graphies érudites ou de tableaux historiques, sans historiographie ni méthodologie, délaissant l’analyse au profit du descriptif et de l’anecdotique. On notera aussi le poids insignifiant de l’économie, et à un moindre degré, de la géographie, alors que la sociologie-ethnologie occupait une place un peu moins modeste, de l’ordre de 10 %.

25Ces statistiques sont en partie faussées par le fait que nombre d’articles dits « historiques », voire « sociologiques » ont été rédigés par des « littéraires » patentés, tous membres du Comité de direction de la revue. Cette confusion des genres se donne à voir dans la troisième Table décennale (1983-93), où G. Baudot apparaît 10 fois en Histoire, 4 fois en Ethnologie, 1 fois dans Textes littéraires et 1 fois dans Poésie. De tels mélanges de genres sont beaucoup plus rares pour Jean Andreu (15 textes dits « littéraires », sur 18), pour Claire Pailler (11 « littéraires » sur 12 articles recensés), ou pour Maurice Fraysse (6 sur 7).

  • 19 On trouve néanmoins quelques rares participations de géographes reconnus, un P. Monbeig, un Michel (...)

26Les géographes ont peu écrit dans Caravelle : 3 articles seulement de Claude Bataillon, 8 de J.-Ch.Tulet (essentiellement dans les années 1990) et un seul de R. Gaignard19. On retrouve aussi quelques signatures  « reconnues », comme celles du politologue Alain Rouquié, des sociologues François Bourricaud et Léon Bourdon, d’un ethnologue de Mexico (Guy Stresser-Péan) et d’un philosophe toulousain, bien isolé, Alain Guy, qui analysait l’influence du bergsonisme en Amérique latine. Y figurent aussi quelques historiens de métier, et de qualité: le Chilien Alvaro Jara, le Mexicain Miguel León Portilla, l’Uruguayen Carlos Rama, Jacques Rossignol, spécialiste de l’histoire chilienne au XIXe siècle. Des historiens de la péninsule ibérique ont également publié dans Caravelle : Marcellin Défourneaux, Marcel Durliat, Gérard Pradalié, B. Bennassar.

  • 20 Les analyses sociologiques de l’art y sont rares : un article sur l’esthétique du déracinement dans (...)

27En 2003, la littérature occupait encore la première place dans Caravelle. Ainsi, dans un numéro consacré aux Arts d’Amérique latine (n° 80), on chercherait en vain des articles de type sociologique, par exemple sur les rapports entre les créateurs et les publics, sur les marchés de l’art ou sur la diaspora des artistes, ou encore sur l’essor de l’art abstrait dans un pays comme le Venezuela. En réalité, les études de ce numéro thématique portent surtout sur la manière dont les écrivains comprennent ou expliquent l’art de leur temps : le rêve d’un art « national » brésilien à travers la correspondance de l’écrivain Mário de Andrade à l’époque du courant « moderniste », dans les années vingt. Ou bien sur les limites de l’influence esthétique des photographes européens ou nord-américains sur les photographes nationaux. Ou bien encore sur la technique du photomontage inspirée du dadaïsme et de l’art pop britannique chez la Chilienne Catalina Parra… Caravelle reste fidèle à sa tradition érudite en continuant de publier des fragments de textes littéraires, poésie ou prose, comme cette brillante analyse par Mario Vargas Llosa de la peinture du péruviano-polonais Szyszlo dont la complexité des lignes, assimilées à celle d’un lybyrinthe, lui paraît refléter les racines « profondes et inextricables» de l’identité latino-américaine… Dans ces études fort originales, l’esthétique et les approches conceptuelles demeurent, de loin, les centres d’intérêt dominants20. L’ensemble du numéro 80 est complété par une série de textes « bruts » d’écrivains sur la fonction de l’image…

Une autre revue de référence : les Cahiers des Amériques latines

  • 21 Retardés dans leur parution par les évènements de mai 1968, les CAL avaient été précédés par d’autr (...)

28Dans les années 1980, à une époque où les deux instituts IHEAL et IPEALT collaboraient dans le domaine documentaire, G. Baudot se plaisait à souligner une supposée complémentarité entre les « Capitouls » de Caravelle et les « Jacobins » des Cahiers d’AML. En réalité, les objectifs et les contenus des deux revues-sœurs divergeaient sensiblement. Certes, elles avaient en commun d’être nées dans les année soixante: 1963 pour la première et septembre 1968 pour les seconds21. Autre point commun : les deux revues avaient été rattachées à des facultés littéraires, alors que leurs objectifs initiaux affichés étaient tournés vers les sciences humaines. Les CAL l’avaient été de manière autoritaire à l’UER de Langues et Littérature de Paris III, dont les « littéraires » regardaient d’un mauvais œil ces programmes de pluridisciplinarité en sciences humaines, qui visaient au dépassement de l’américanisme érudit du XIXe siècle.

  • 22 Il enseignait aussi au Conservatoire national des arts et métiers, et occupait une charge élevée au (...)
  • 23 Olivier Dollfus (1931-2005) était un géographe spécialiste du monde andin, fervent partisan de la p (...)

29Absorbé par ses autres responsabilités22, P. Monbeig, le directeur des CAL, abandonna à un brillant second, J.-P. Berthe, la direction effective de la revue. Cet historien moderniste assuma la publication des 25 premiers numéros, de 1968 à 1982, en même temps que la direction de l’IHEAL entre 1977 et 1982, secondé par Olivier Dollfus et Jacques Lafaye23. En 1985, à la suite d’une réorganisation, commence une Deuxième Série des CAL avec un nouveau directeur de la publication, l’historien du Brésil Guy Martinière, placé à la tête d’un Comité de rédaction auquel participait le géographe Jean Revel-Mouroz. Les Cahiers veulent alors s’ouvrir à tous les chercheurs en sciences sociales, y compris latinoaméricains, et en dépassant la simple juxtaposition des disciplines. A partir de 1997 et jusqu’en 2004, le nouveau directeur sera le géographe Alain Musset, spécialiste de la géographie urbaine au Mexique. En avril 2006, le jeune historien Olivier Compagnon prend la relève, à la tête d’une autre équipe.

  • 24 16 % seulement des auteurs appartiennent au CREDA, le groupe de recherche adossé à l’IHEAL ; un tie (...)
  • 25 Dans les premiers Cahiers de l’Institut des Hautes Etudes sur l’AML, figurent déjà des approches th (...)

30Ainsi, par différence avec Caravelle, les Cahiers des Amériques latines auront toujours été dirigés par des représentants des sciences humaines : géographes, historiens et enseignants-chercheurs aux Hautes Etudes en Sciences Sociales. La démarche pluridisciplinaire y a été sans cesse réaffirmée par ses directeurs, de P. Monbeig à O. Compagnon. Depuis longtemps, le comité de rédaction des Cahiers intègre des enseignants de la Sorbonne Nouvelle mais aussi de Paris 8-Vincennes, du CNRS, du CERI, etc. Depuis le début de ce siècle, les Cahiers se sont internationalisés et le système d’évaluation se veut plus sérieux24. S’il est vrai que, dans la Première Série des Cahiers, les regroupements thématiques sont plus nombreux que les projets pluridisciplinaires25, la Deuxième Série qui commence en 1985 sous la forme de trois livraisons annuelles, offre un vrai Dossier thématique, susceptible de servir de « dialogue interdisciplinaire », souvent adossé à d’autres rubriques ouvertes au rapprochement des spécialités, telles que : Information scientifique, Méthodes, Lectures, Institutions – la notion même de « dossier » englobe divers concepts, géographiques ou thématiques : un pays, une région, un thème social ou économique…

31Une base de données établie en 1988 permet de mieux cerner les « descripteurs » de contenus des CAL jusqu’à cette date. L’« histoire » venait en tête (274 références), suivie de la « société » (174), de l’«économie » (144), de la « politique » (141), de l’« information » (139) et de la « population » (102). La « culture» et la « littérature » arrivaient bien loin derrière (90). Là réside dans doute la différence majeure avec Caravelle, revue essentiellement « littéraire » et esthétique. Le Cederom permet aussi de repérer les pays les mieux étudiés par les Cahiers : dans l’ordre décroissant : le Brésil (71) et le Mexique (61), suivis de loin par le Pérou (18), l’Argentine (15) et le Chili (11). C’est une approche qui correspond bien au poids relatif des Etats, mais aussi à l’intérêt « scientifique » des chercheurs appartenant au CREDA, groupe de recherche de l’IHEAL.

32L’évaluation de 1988 a été partiellement confirmée par un bilan des CAC réalisé par Olivier Compagnon en 2010 sur les quatre premières années de sa direction : s’il est toujours vrai que les deux pays en tête restent le Brésil et le Mexique, par contre le Pérou et le Chili se sont littéralement effondrés, remplacés par deux Etats placés sous le feu de l’actualité politique : le Cuba des frères Castro et le Venezuela d’Hugo Chávez…Quant aux « thématiques » à la mode chez les chercheurs, on observe un net recul de l’« histoire» (17 %), au profit de la géographie (25 %), de la sociologie-démographie (18 %) et de l’anthropologie (16 %). Les sciences politiques et l’économie y restent toujours minoritaires (11 % et 7 %).

  • 26 Frédéric Mauro, Caravelle, n° 3, 1964, p. 16.

33Dans sa conclusion provisoire, Olivier Compagnon lançait un pavé dans la mare à propos de cette « vache sacrée » des chercheurs de ma génération : l’« aire culturelle », cet avatar de l’Ecole de Berkeley appelle, à ses yeux, une critique de fond, car elle serait « essentialiste» et « européocentrée ». En réalité, l’aire culturelle n’a jamais été pour les chercheurs des années 1960-70, un concept pur (au sens wébérien), mais avant tout le produit d’une observation de l’espace à un moment déterminé. Lorsque Frédéric Mauro organise – en 1963 – « son » colloque sur les villes d’Amérique latine, c’est d’abord à un espace-temps qu’il pense, un espace qu’il resitue dans son époque et qui s’oppose implicitement à celui de l’Amérique anglo-saxonne. La naïveté méthodologique venait peut-être du fait qu’on imaginait alors une sorte de « gentlemen’s agreement » entre les diverses disciplines qui, à l’image des membres d’un orchestre, joueraient chacun leur partition, sans chercher à étouffer les voix les moins audibles. Mais on avait bien conscience du risque majeur de cette entreprise : faire du pluri-disciplinaire sans jamais déboucher sur de l’interdisciplinaire26. Ce qui a manqué sans doute à ces premières tentatives de coopération entre disciplines, c’est la volonté de rechercher un vocabulaire partagé, des concepts croisés, des approches méthodologiques communes.

L’ouverture tardive de Caravelle aux sciences humaines ?

34Jacques Gilard hérita de la direction de la revue entre 1995 et 2008. En réalité, on sait qu’il avait longtemps travaillé dans l’ombre de G. Baudot et franchi toutes les étapes initiatiques : de simple rédacteur (1969) à membre du comité de rédaction (1973), de directeur adjoint (en 1993) à directeur de plein exercice deux ans plus tard. Cet « Occitanisant triste » (aux dires de ses amis colombiens) qui avait découvert l’Amérique à travers Cien años de soledad montra, sa carrière durant, une belle fidélité aux écrivains colombiens du Groupe de Barranquilla – en tant que directeur de Caravelle, il continua d’y publier des talents neufs et des maîtres oubliés. Ses amis ont mis en valeur ses qualités d’essayiste, de critique littéraire, de traducteur et d’éditeur, dans la pure tradition de l’hispanisme et de la philologie.

  • 27 Consuelo Triviño-Anzola, « Jacques Gilard, entre la historia y la literatura », Caravelle, 93, 2009 (...)
  • 28 Oscar Collazos, «Jacques Gilard», Caravelle, ibid.

35Avec Jacques Gilard directeur de Caravelle, nous constatons une ouverture et une mutation épistémologique, déjà présente dans son travail de recherche : pour comprendre les mécanismes créatifs chez García Márquez, il révèle des réflexes d’historien en allant puiser ses sources dans des archives municipales, dans des bibiothèques, et surtout dans la presse locale de Barranquilla, établissant ainsi tacitement le principe selon lequel même une création littéraire peut s’appuyer sur un fond de réalité géographique et sociale27. Ses correspondants colombiens ont souligné, non sans humour, sa rigueur d’entomologiste, son approche critique des textes littéraires, sa méfiance de fond en même temps que sa fascination pour la tradition orale… « Pointilleux dans ses enquêtes, il consacra deux décennies de sa vie de chercheur à faire le tableau d’un moment de la littérature colombienne »28.

  • 29 Alvaro Medina, « Jacques Gilard ó el calor de la razón », Caravelle, 93, ibid., p. 234.

36Sa conscience professionnelle s’exprimait pleinement jusque dans la correction des épreuves de la revue, à croire qu’il y ressentait un réel plaisir, celui de la chose bien faite. De là à considérer que Jacques Gilard partageait l’esprit des Annales29, il y un pas, sans doute à ne pas franchir, tant le primat de la littérature restait chez lui une conviction intime. Pour autant, il semble que le nouveau directeur de Caravelle ait pris conscience progressivement de la nécessité de travailler avec des géographes, des historiens, des sociologues et des ethnologues. Ainsi, avec le géographe Jean-Christian Tulet, il coordonna pour Caravelle plusieurs dossiers « transversaux » : « Les cultures du café » (n° 61), « Senteurs et saveurs d’AML » (n° 71), « Paysanneries LAM » (n° 93). En 2003, il est le premier directeur de Caravelle à oser défendre « la recherche en lettres et en sciences sociales ». Dans son évocation des 40 ans de la revue, il resitue celle-ci dans les grands mouvements qui ont secoué l’histoire du continent : l’espoir du développement, les déceptions des dictatures et des révolutions « mal conduites », le réveil des « ethnicités » et la globalisation. Cette contextualisation historique montre combien Jacques Gilard, homme de compromis et de dialogue plus que d’affrontement, avait compris la nécessité pour sa revue de s’ouvrir encore davantage à l’histoire et aux autres sciences humaines. Une mutation sans doute plus difficile sous son prédécesseur, fidèle à l’héritage laissé par P. Mérimée et qui donnait la priorité à son domaine de cœur : l’histoire ancienne du Mexique.

37En 2003, Gilard annonçait la prochaine mise en place d’une « équipe rajeunie », symbolisée par une nouvelle couverture de la revue, comme pour honorer le nouveau siècle. A sa mort, en 2008, et en l’absence d’un héritier coopté, la mutation s’est opérée : la direction est désormais partagée entre un historien moderniste, Michel Bertrand et une littéraire, gardienne intransigeante du domaine poétique en Amérique centrale, Claire Pailler.

38S’il est prématuré de tirer un bilan de la dernière décennie, on peut se risquer, en l’absence d’une Table décennale, à quelques évaluations personnelles, nécessairement incomplètes et subjectives. Plusieurs nouveautés sont à mettre en évidence.

  • 30 Ainsi, les Mélanges du n° 82 ( juin 2004) montrent le plus grand éclectisme dans le choix des artic (...)

39Tout d’abord, la quasi-disparition des Mélanges30 (les n° 81, 82 et 95), au profit de Dossiers thématiques ou chronologiques, première application de la pluridisciplinarité. Les dossiers à dominante littéraire ont été réduits à trois : « La ville et le détective » (n° 87), « Chanter le bandit » (n° 88), « Journalisme et littérature » (n° 90). Les autres numéros sont consacrés à des sujets proprement historiques (les indépendances, la révolution mexicaine), sociologiques (plèbes urbaines, le sport, icônes d’AML), géographiques (grandes plantations, les Amazonies, les migrants), esthétiques (arts d’AML, cinémas du réel).

40Une première estimation de la répartition des articles de dossiers en fonction de leur discipline dominante pour la période 2003-2012 donne les résultats suivants :

Littérature

Histoire

Sociologie

Géographie

Divers

Total

56

78

23

9

7

183

30.5%

42.5%

12.5%

5%

9%

100%

NB. Ce classement pourrait être affiné en fonction du regard de l’observateur : ainsi, les études sur le cinéma ont été principalement raccrochées à la sociologie, alors que plusieurs d’entre elles contiennent une partie non négligeable d’histoire. De même, l’approche des « sensibilités » ou des « héros » relève incontestablement de regards croisés où l’histoire, la littérature et la sociologie auraient leur mot à dire…

  • 31 Il y est question, pêle-mêle, d’échanges esthétiques entre les deux côtés de l’Atlantique, de l’inf (...)

41Pour chacun de ces Dossiers, la question centrale reste celle de leur approche épistémologique et/ ou méthodologique. Ainsi, si dans le numéro 83, dédié à la France et aux cinémas d’AML , nous devons nous contenter de monographies isolées31, qui n’obéissent pas à une problématique commune, par contre, le numéro 92, consacré aux « Cinémas du réel », présente un fil conducteur, qui est l’essor du film documentaire, aux dépens de la fiction… Le numéro 84 traitant des « Plèbes urbaines » offre une réelle unité temporelle (la période coloniale) et une problématique dominante : la vision par les élites des gens de couleur, perçus comme autant de « classes dangereuses ». Même souci conceptuel sur « Les grandes plantations » (n° 85), avec une définition « objectivée » de la plantation, opposée au latifundio, et deux visions mythifiées, l’une positive (le café) et l’autre négative (« l’enfer du sucre »). Le tout dans la longue durée.

42Si les thèmes dits « historiques » entrent facilement dans un carcan chronologique, ils sont ici renouvelés par le biais de la longue durée des représentations, qui en constituent comme le fil conducteur, que ce soit pour les « Indépendances» (n° 94) ou pour « La révolution mexicaine » (n° 97) : l’un et l’autre traitent, en effet, de l’instrumentalisation de l’Histoire à des fins idéologiques. D’autres dossiers obéissent à des problématiques historiques implicites : ainsi, dans « L’histoire des sensibilités » (n° 86), l’historienne Frédérique Langue convoque Alain Corbin, Arlette Farge, Roger Chartier et Paul Ricœur pour théoriser sur la mémoire, l’histoire des représentations et l’anthropologie culturelle. De manière plus classique, Rodolphe de Roux traite des « Icônes d’AML » comme autant d’objets de légitimation politique ou religieuse à partir d’études sur la culture orale.

43Les dossiers 87 et 90 abordent, au fond, une même problématique : existe-t-il des « sous-littératures » et quels liens ont-elles avec la « grande », que ce soit le « polar » avec ses codes et ses mythes, ou le journalisme, sorte d’écriture « parcellaire », d’« écrivant » plus que d’écrivain, qui fut pourtant une école d’apprentissage pour un García Márquez, un Roa Bastos ou un Vargas Llosa…

44Le numéro 91 (« Les migrants ; penser le retour… ») est à mes yeux l’un des dossiers les mieux accomplis dans une perspective pluridisciplinaire. On ne s’en tient pas aux éternelles « représentations » ; on y évoque des questions concrètes : combien de migrants et combien de retours ? Quels modèles et quels rythmes migratoires ? Quels pôles d’attraction, en particulier européens ? Quelles incidences économiques ? Quel sens identitaire accorder au retour ? Quelles symboliques ? Nous sommes ici au carrefour de l’anthropologie, de l’histoire politique, de l’économie, de la géographie… Car l’approche pluridisciplinaire implique nécessairement de trouver des questionnements communs aux disciplines les plus concernées, sans exclure naturellement les approches littéraires, plus libres, plus intuitives, parfois fulgurantes…

45Au début des années 1980, l’historien Jean Bouvier dénonçait une dérive épistémologique qui ne cesserait de s’amplifier au cours des décennies et qu’on retrouve parfois dans les dernières publications de Caravelle : les abus de l’anthropologie culturelle. Les travaux de Marc Bloch et Fernand Braudel sur l’économie et la société sont aujourd’hui bien oubliés, enfouis sous la masse des études sur les « mentalités » et autres « représentations » ou « regards », concepts flous relevant d’une « longue durée » non maîtrisée, qui ne prend en compte ni les grandes ruptures des crises économiques majeures ni les secousses en profondeur que représentent les révolutions politiques ou technologiques ni les accidents imprévus (la « ruse de l’Histoire ») : autant d’évènements de fond qui peuvent, à leur tour, accélérer les mutations des inconscients collectifs, mais sans déterminisme mécanique. Les thèmes à la mode ont trop souvent fait oublier les questionnements anciens, toujours sous-jacents…

Haut de page

Notes

1 Pour Marc Guillaume, les sciences sociales ont été vulgarisées au point d’en être parfois abâtardies : « Elles n’ont pas d’unité. Ce sont des savoirs aux mouvements incessants, différents par leurs objets, leurs méthodes, leurs statuts épistémologiques, leurs structures académiques », in : L’Etat des sciences sociales en France, La Découverte,1986, p. 5.

2 Louis Marie Morfaux, Vocabulaire de la philosophie et des sciences humaines, A. Colin, 1980.

3 Marc Guillaume, ibid., p. 6.

4 Faire des sciences sociales, Ed. de l’EHESS, 2012.

5 Depuis lors, les historiens ont appris que le discours « fictif » n’est pas plus éloigné du « réel » que le discours scientifique, ce dernier étant souvent une (autre) fiction de la science même, un discours qui oublierait le retour de l’irrationnel, de ce qui est rarement « avouable » par un chercheur, à savoir ses liens avec son idéologie implicite, avec ses origines, sa catégorie sociale (naguère on aurait dit avec sa classe), voire avec sa propre histoire personnelle et familiale.

6 L’historien Jean Bouvier – qui n’en faisait pas partie – osait employer à leur endroit le mot de « cénacle », n’hésitant pas à dénoncer ouvertement leurs liens personnels, leurs réseaux, les promotions médiatiques, et même le marketing télévisuel. In : Marc Guillaume, op. cit., p. 52.

7 Créé en 1959, il fut son principal soutien financier jusqu’en 1966, avant d’être relayé par le CNRS.

8 Citons brièvement les thèses de Cl. Lévi-Straus, de Roger Bastide et de P. Monbeig (1948), de J. Soustelle et de P. Chaunu (1955), de F. Mauro et Jean Roche (1957). En 1951, F. Braudel donnait un cours et des conférences sur l’Amérique latine au Collège de France. En 1954 était créé l’IHEAL, puis deux chaires sur l’Amérique latine à Nanterre (1967) et à La Sorbonne (1970). Mona Huerta, « Le Groupement des universités françaises et des Grandes écoles pour la coopération scientifique », halhs.archivess-ouvertes.fr/docs/00/10/38/40

9 Toulouse baigne alors dans l’euphorie qui a suivi le lancement de la « rapide, sûre et douce Caravelle » (général De Gaulle) à la fin de la décennie précédente. Ce premier moyen courrier supersonique est alors monté sur les chaînes de Blagnac, et l’on sait que Toulouse entretient depuis le temps de l’Aéropostale le mythe exotique de la Croix du Sud, de Saint Exupéry et de l’Amérique du Sud : le nom de la future revue s’imposait presque comme une évidence.

10 Paul Mérimée a orienté sa thèse vers l’art dramatique en Espagne dans la première moitié du XVIIIe siècle ; soutenue en 1955, elle n’a été publiée en livre qu’en1983. Le CR qu’en donne François Lopez dans le Bulletin hispanique de 1986 la présente comme un livre de référence, un peu trop descriptif, à ses yeux, sur les genres de la comédie, et trop allusif sur la vie théatrale à Madrid et sur les aspects sociaux du théâtre.

11 F. Mauro a conscré sa thèse, publiée en 1960, aux relations commerciales entre le Portugal et l’Atantique au XVIIe siècle : routes navales, trafics d’esclaves, de sucre, de bois précieux et de tabac. Il y montre comment ce commerce devient essentiel pour l’économie portugaise, qui échappe ainsi au marasme du siècle. Le Portugal et l’Atlantique au XVIIe siècle, 1570-1670, P., S.E.V.P.E.N., 1960.

12 En 2002, Caravelle a publié dans le numéro 78 un article signé de moi-même, mais qui n’est pas signalé dans le sommaire de la revue, et qui est même rejeté en fin de volume (p. 293-304). Il s’agissait d’un article de fond sur les idées de F. Mauro en matière d’histoire, et en aucun cas d’une nécrologie. Cette mise en page était d’autant plus maladroite qu’elle contrastait avec l’annonce du décès de G. Baudot, placée en première page. Les épigones ont toujours tendance à faire oublier les pères fondateurs… Le professeur Mauro a, par ailleurs, joué un rôle actif dans les affaires latino-américaines ; il est à l’origine de deux institutions qui s’efforcèrent de développer les relations interdisciplinaires et internationales, l’AFFSAL et le CEISAL, deux groupements de chercheurs spécialisés dans les études sociales sur l’Amérique latine, en France et en Europe…

13 En 1966, les deux seuls historiens « hispanisants » de Toulouse étaient les « modernistes » Marcellin Défourneaux et Bartolomé Bennassar. L’un et l’autre travaillaient sur l’Espagne, et non pas sur l’Amérique latine. Défourneaux et Mauro étaient membres du Comité de direction, où figuraient deux professeurs de droit (Montané de La Roque et Vellas), mais sans aucun représentant de la géographie, de la sociologie ou de l’ethnologie.

14 « Décès de Georges Baudot », Caravelle, n° 78, 2002.

15 Les Mélanges offerts à G. Baudot proposent une vision érudite ou littéraire du passé : documents en recouvrance, œuvres poétiques, chroniques anciennes, études littéraires, oralité et écriture…

16 Pierre Vayssière, « Entre rêve pluridisciplinaire et rayonnement culturel… », Caravelle, n° 78, 2002, p. 171.

17 La fiabilité de ces Tables est parfois contestable : ainsi les rubriques « Archives » ou « Etudes bibliographiques » sont signées par d’authentiques historiens. La rubrique « Economie » est en réalité un inventaire d’articles signés également par des historiens. Autre faiblesse récurrente : il arrive qu’un article figure dans plusieurs rubriques, ce qui grossit leur nombre total. Notons enfin qu’une partie non négligeable d’articles concernait l’Espagne et le Portugal, signés par des spécialistes de ces pays : M. Défourneaux, Gérard Pradalié, Frédéric Serralta, Lucienne Domergue, Michel Camprubi. Pour la logique de notre classement, nous regroupons « Etudes littéraires » et « Textes littéraires » : certes, les premiers sont plus longs, et surtout sont le fruit de travaux savants, voire érudits, alors que les seconds, plus courts, sont des inédits émanant d’authentiques écrivains. Mais les uns et les autres abordent des thèmes littéraires : poésie, nouvelles, techniques d’écriture…

18 On peut y lire des textes d’auteurs mexicains (Octavio Paz), chiliens (Pablo Neruda, Jorge Edwards), paraguayens (Augusto Roa Bastos, Rubén Bareiro Saguier), argentins (David Viñas, Julio Cortázar). Les auteurs cubains y sont sureprésentés – Cuba est à la mode : Antón Arrufat, Miguel Barnet, Nicolas Guillén, José Lezama Lima, Nancy Morejón, Virgilio Piñera, Cintio Vitier…

19 On trouve néanmoins quelques rares participations de géographes reconnus, un P. Monbeig, un Michel Rochefort, un Jean Tricart ou un Guy Lasserre…

20 Les analyses sociologiques de l’art y sont rares : un article sur l’esthétique du déracinement dans les colonies de gens déplacés par la guerre civile, et surtout une analyse de l’influence du pouvoir (mécènes, critiques, journalistes) sur l’art en Colombie.

21 Retardés dans leur parution par les évènements de mai 1968, les CAL avaient été précédés par d’autres Cahiers de l’IHEAML, une publication expérimentale de l’Institut, qui perdura de 1961 à 1965. Ces premiers Cahiers publiaient déjà des dossiers thématiques ainsi que les cours de J. Soustelle ou de R. Ricard.

22 Il enseignait aussi au Conservatoire national des arts et métiers, et occupait une charge élevée au CNRS. Co-directeur des Annales de géographie, il présida la Société des Américanistes. Il restera directeur de l’IHEAL de 1957 à 1977. En 1968, il avait fondé le laboratoire de recherche CREDAL, [CREDA] rattaché à l’IHEAL.

23 Olivier Dollfus (1931-2005) était un géographe spécialiste du monde andin, fervent partisan de la pluridisciplinarité. Jacques Lafaye (1930-), historien moderniste, est l’auteur d’une thèse reconnue : Quetzatcoatl et Guadelupe (1974).

24 16 % seulement des auteurs appartiennent au CREDA, le groupe de recherche adossé à l’IHEAL ; un tiers viennent du reste de la France et un tiers d’AML, 7 % d’Europe et 5 % des USA. 44 % des CR portent sur des ouvrages édités hors de France… Parmi les auteurs de la « maison » CREDA, on y rencontre les signatures fréquentes de Frédéric Mauro (46, entre articles et comptes rendus), Claude Bataillon (31), Jean Revel-Mouroz (30), Frédérique Langue (29), Hélène Rivière d’Arc (25), Pierre Ragon (19), Guy Martinière (17), Martine Droulers (15), Yvan Le Bot (13), Christian Gros (12), Bernard Bret (11), Hervé Théry (11), etc. On peut s’étonner de ne trouver cité que deux fois le Chilien Jacques Chonchol, ancien directeur de l’IHEAL…(Base de données CEDEROM, 1988 [CDS/ISIS for Windows, version recherche seule »].

25 Dans les premiers Cahiers de l’Institut des Hautes Etudes sur l’AML, figurent déjà des approches thématiques : «La Rencontre des deux mondes », « La Naissance du sentiment américain », « Les Sociétés d’Amérique latine », avec les signatures prestigieuses de Jean Sarrailh, Marcel Bataillon, Silvio Zavala… Dans la Première série de l’époque de J.-P. Berthe, on trouvait aussi des numéros thématiques : « Mouvements de femmes en AML », « Bolivar et son temps », « Etats généraux de l’AML en France ».

26 Frédéric Mauro, Caravelle, n° 3, 1964, p. 16.

27 Consuelo Triviño-Anzola, « Jacques Gilard, entre la historia y la literatura », Caravelle, 93, 2009, p. 75.

28 Oscar Collazos, «Jacques Gilard», Caravelle, ibid.

29 Alvaro Medina, « Jacques Gilard ó el calor de la razón », Caravelle, 93, ibid., p. 234.

30 Ainsi, les Mélanges du n° 82 ( juin 2004) montrent le plus grand éclectisme dans le choix des articles : un témoin des guerres civiles au Pérou ; un regard sur la Brevísima Relación de las Indias, le rôle des Mercédaires au Pérou jusqu’au XVIIe s., le voyage d’Artaud au Mexique en 1936, le Père Cobo et la botanique…

31 Il y est question, pêle-mêle, d’échanges esthétiques entre les deux côtés de l’Atlantique, de l’influence des Cahiers du cinéma et du rôle des festivals dans la diffusion du cinéma latino-américain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Vayssière, « Caravelle : entre Lettres et Sciences Humaines », Caravelle, 100 | 2013, 151-169.

Référence électronique

Pierre Vayssière, « Caravelle : entre Lettres et Sciences Humaines », Caravelle [En ligne], 100 | 2013, mis en ligne le 02 décembre 2013, consulté le 29 avril 2017. URL : http://caravelle.revues.org/161 ; DOI : 10.4000/caravelle.161

Haut de page

Auteur

Pierre Vayssière

Université de Toulouse

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org