Navigation – Plan du site
Amérique latine : mémoires et histoires nationales

L’Empire et la Révolution ou Bolivar et son double

Frédérique Langue
p. 13-29

Résumés

La vie et l’action de Bolivar, héros des guerres d’Indépendances latino-américaines et « Libérateur » du Venezuela, a donné lieu dès le xixe siècle à l’instauration d’une religion civique dont l’aspect consensuel a accompagné la formation de la nation vénézuélienne, ouvrant la voie à l’imposition sur le long terme d’une histoire officielle fondée sur le culte héroïque. Avec l’arrivée de H. Chávez à la présidence de la République (1999-2013), le culte bolivarien a franchi une étape décisive. La nouvelle histoire officielle tend en effet à promouvoir la vision rédemptrice d’une « deuxième indépendance », cette fois contre l’« empire » américain, faisant du « Bolívar du xxie siècle » le nouveau sauveur du continent. On assiste ainsi à une instrumentalisation sans précédent de l’histoire, dans un contexte commémoratif des plus consensuel et mobilisateur : le Bicentenaire des Indépendances latino-américaines.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sur la définition de l’histoire des sensibilités et notamment son rapport aux émotions, nous renvo (...)

1À travers cet intitulé parodique, expression d’un imaginaire politique dérivé du « réalisme magique » cher aux écrivains latino-américains, nous souhaiterions non pas revenir sur un thème devenu à la mode et par là même passablement galvaudé, y compris dans le milieu universitaire – le Venezuela et son charismatique président –, mais proposer une réflexion sur le long terme. Seule une temporalité étendue permet en effet de prendre la mesure de la relation entre mythe et histoire au Venezuela, du rôle dévolu à l’histoire officielle dans le temps présent vénézuélien et des variations de régimes d’historicité. En effet, le rôle joué par les émotions dans l’appréhension d’un temps présent constamment confronté à des situations de paroxysme demande à être cerné sur le long terme. Précisons que cette approche s’inscrit dans la perspective d’une histoire des sensibilités, par conséquent située en amont de la résultante émotionnelle. Ce regard porté sur le présent découle en ce sens de la réception de l’événement, de la mise en contexte mondialisé – et inévitablement médiatisé – de l’écriture de l’histoire, et enfin, de ce qui peut être perçu comme l’intromission des mémoires en présence. Les dénonciations constantes de l’impérialisme étasunien par le successeur de H. Chávez, renvoient à la prégnance de certains thèmes discursifs dans un contexte à la fois national et hémisphérique. Les thématiques « impériales » sont devenues un élément clé de la réécriture de l’histoire proposée par H. Chávez – le Bolívar du xxie siècle selon ses thuriféraires – et, dans une moindre mesure, son héritier politique, beaucoup moins charismatique et moins à même de mobiliser au même degré l’imaginaire politique qu’avait porté avec brio le « Commandant suprême1 ».

  • 2 Carrera Damas, G., El culto a Bolívar, Caracas, Grijalbo, 1989. Langue, F., « L’Indépendance du Ve (...)

2La « religion civique bolivarienne » mise en place après les guerres d’Indépendance et dont l’aspect consensuel a accompagné la formation de la nation a été officialisée à la fin du xixe siècle sous le gouvernement du positiviste Guzmán Blanco, le culte « pour et par le peuple » (G. Carrera Damas) ouvrant la voie à l’imposition sur le long terme d’une histoire officielle fondée sur le culte héroïque. Au-delà de la traditionnelle « historiographie patriotique » (historiografía patria) et des usages du passé propres aux gouvernants vénézuéliens, le culte bolivarien a franchi une étape décisive avec l’arrivée de H. Chávez à la présidence de la République. Cette religion civique s’est en effet amplifiée et radicalisée tout au long de son mandat (1999-2013). La nouvelle histoire officielle se fonde sur une réécriture particulièrement offensive de l’histoire nationale, privilégiant des schémas binaires, manichéens. Elle tend à promouvoir la vision d’une « deuxième indépendance », à l’encontre d’un deuxième empire – l’Espagne étant remplacée par les Etats-Unis –, faisant du « Bolívar du xxie siècle » le nouveau sauveur du continent. Elle s’appuie sur une instrumentalisation sans précédent de l’histoire nationale – l’histoire devant servir un propos politique libérateur –, dans un contexte commémoratif des plus favorable et a priori consensuel : la célébration du Bicentenaire des Indépendances latino-américaines2.

Imaginaire anti-impérialiste

  • 3 Dernière polémique impliquant des historiens, celle concernant le film de Luis Alberto Lamata, Lib (...)
  • 4 Verdès-Leroux, J., La Lune et le Caudillo. Le rêve des intellectuels et le régime cubain (1959-197 (...)
  • 5 Zago, A., La rebelión de los ángeles. Reportaje. Los documentos del movimiento, Caracas, Warp edic (...)

3La Révolution bolivarienne a pour principe établi de ne pas laisser indifférent. Cette stratégie influe dès lors sur toute considération, fût-elle scientifique, et présente un intérêt certain pour l’histoire des représentations et sensibilités, la distance critique de l’historien se trouvant confrontée non seulement à la contemporanéité des faits mais également à leur interprétation officielle, omniprésente dans les médias ou la propagande visuelle (rôle des films à caractère « historique »)3. Devenu la planche de secours idéologique d’une gauche européenne ou étasunienne déconcertée par la disgrâce de Fidel Castro dans des milieux intellectuels et politiques autrefois engagés dans la défense de la Révolution cubaine, le phénomène Chávez a alimenté du vivant du Président l’imaginaire politique de gauches extrêmes et conservatrices à la fois, à l’intérieur comme à l’extérieur du pays4. Il reste que le « mage des émotions », l’un de ces « anges » rebelles qui ouvrit une nouvelle voie politique dans les années 1990 (avec la très médiatique tentative de coup d’État de février 1992) s’est transformé en un phénomène politico-médiatique durable, passant du statut de candidat atypique aux élections de décembre 1998 à celui de président plébiscité, de porte-parole des déshérités du continent, de « Bolívar du xxie siècle » dans la deuxième partie de son mandat, et de « Commandant suprême » après sa disparition en mars 20135.

  • 6 Zago, A., op. cit.
  • 7 Baduel, R. I., Mi solución. Venezuela, crisis y salvación, Caracas, Libros Marcados, 2008. Ramos P (...)

4Après l’état de grâce des premières années de gouvernement, les divergences idéologiques internes furent toutefois réelles. Plusieurs compagnons de route se sont éloignés, tel l’ancien ministre de la Défense, Raúl Baduel, des intellectuels engagés (la politologue Margarita López Maya), et même, des idéologues consacrés (Heinz Dieterich). À l’origine du succès du charismatique « commandant » figurait la revendication d’une plus grande justice sociale, en rupture radicale avec la démocratie représentative instaurée à la chute de la dictature en 1958 en vertu du pacte de Punto Fijo. Au nombre des symboles de cette geste bolivarienne, le souvenir des révoltes populaires de février 1989 (« anti libérales ») occupait tout naturellement une place déterminante, l’anniversaire du Caracazo se superposant même dans le calendrier révolutionnaire, à celui de la tentative de coup d’État perpétrée par H. Chávez lui-même le 4 février 1992 ou « rébellion des anges »6. Le régime chaviste a évolué vers la radicalisation à partir de l’année 2002 (tentative de coup d’État contre H. Chávez, dits « événements d’avril »), en d’autres termes vers un projet personnaliste – au sens de concentration du pouvoir politique, suivant en cela une tradition nationale établie – puis vers le « Socialisme du xxie siècle », confortant un modèle étatique empreint d’autoritarisme. Le Parti socialiste unifié du Venezuela est créé en 2007, signant la fin d’un projet politique fondé sur des « équilibres » – y compris entre les partis appuyant H. Chávez, Parti communiste du Venezuela (PCV) inclus – et la démocratie participative ; en février 2009 est adopté un amendement constitutionnel permettant la réélection à des charges électives, notamment à celle de président de la République : depuis des institutions militarisées, la « Révolution » fonctionne désormais ouvertement sur un mode binaire (on est pour ou on est contre), ses pratiques et représentations usant de métaphores militaires jusque dans l’organisation des consultations nationales. Tel est l’aboutissement d’une singulière stratégie de conquête et de transformation du pouvoir qui a su tirer le meilleur parti de l’imaginaire politique national et continental voire au-delà, l’une des constantes de la rhétorique officialiste étant précisément sa dimension anti-impérialiste7.

  • 8 Ramos Jiménez, A., El experimento bolivariano. Liderazgo, partidos y elecciones, Mérida, Universid (...)
  • 9 Hugo Chávez : el destino superior de los pueblos latinoamericanos : conversaciones con Heinz Diete (...)
  • 10 Laclau, E., La razón populista, Buenos Aires, FCE, 2005 ; Arenas, N., Gomez Calcaño, L., Populismo (...)
  • 11 Laclau, E., op. cit. ; Rangel, C., Del buen salvaje al buen revolucionario. Mitos y realidades de (...)

5La « démocratie électorale » qui prévaut dans le Venezuela de H. Chávez est également la résultante des relations tissées sur le long terme entre mémoire criolla et histoire nationale. Évoquer un « laboratoire de la politique vénézuélienne » ou une « expérimentation bolivarienne » (Alfredo Ramos Jiménez) est donc particulièrement pertinent8. Son inclusion dans la geste des « libérateurs » du continent latino-américain, geste aux accents messianiques – Chávez serait le Bolivar des xxe et xxie siècles, le nouveau « constructeur de la Patria Grande et du destin supérieur des peuples latino-américains » d’après l’un de ses idéologues, depuis déçu (H. Dieterich) –, relève en revanche d’une argumentation mâtinée de croyances diverses9. Le « Commandant » est en effet l’avatar d’un culte bolivarien enraciné dans les pratiques politiques nationales et l’héritier assumé d’un personnalisme politique sui generis. Le proceso s’appuie sur une série d’éléments propres au populisme (leader charismatique, rhétorique anti partis, dénonciation de la corruption, absence de médiation avec le « peuple »), des postures antilibérales radicales et des mots d’ordre anti-impérialistes. Cette rhétorique hybride, aux fondements nationalistes, introduit ainsi la confusion entre un État à tendance centralisatrice et la nation, entre le « peuple » et ses partisans organisés, là aussi héritage d’un populisme vécu et expérimenté à l’échelle du continent10. Revisiter les pratiques politiques et leurs acteurs permet à cet égard d’éviter les non-sens et malentendus liés à un certain nombre de mythes et de clichés, et plus encore lorsque la perspective altermondialiste s’invite dans le débat : dans Del buen salvaje al buen revolucionario (1976), ouvrage visionnaire de Carlos Rangel, l’auteur n’hésite guère à formuler un diagnostic de Bolívar. Il insiste notamment sur la permanence du « parti militaire », bien avant que le courant idéologique en question ne se manifeste dans les années 198011.

  • 12 Rómulo Betancourt. Leninismo, Revolución y reforma. Selección, prólogo y notas de M. Caballero, Mé (...)

6L’imaginaire comme les partis politiques vénézuéliens remontent aux années 1940. Action démocratique (AD) est fondée en 1941 et le parti social-chrétien (COPEI) en 1946. L’avènement de pratiques démocratiques en termes de représentation politique n’est toutefois pas dépourvu de paradoxes : AD fut en effet le parti qui fit le plus grand usage de mots d’ordres nationalistes, anti-oligarchiques et égalitaristes, incarnant le populisme dans sa version locale tout en étant représenté au sein de l’Internationale socialiste. Le parti compte parmi ses fondateurs des membres d’organisations marxistes, principalement du Parti communiste vénézuélien (PCV, 1929), à la différence de ce que l’on observe au même moment dans le Brésil de Getulio Vargas ou dans l’Argentine de Juan Domingo Perón. L’un de ses principaux fondateurs et inspirateurs sur le plan de la théorie politique fut Rómulo Betancourt, président de la République de 1959 à 1964. R. Betancourt, le « père de la démocratie vénézuélienne », avait lui-même participé au gouvernement issu de la « Révolution d’octobre » 1945, consécutive à un coup d’État d’inspiration civico-militaire12.

  • 13 Langue, F., Histoire du Venezuela de la conquête à nos jours, Paris, L’Harmattan, 1999, p. 310 et (...)

7Le deuxième paradoxe, qui ne manque pas d’éclairer le parcours du lieutenant-colonel H. Chávez et de ses successeurs, est en effet le suivant : ce fut par le biais de ce coup d’État qu’AD parvient au pouvoir, déplaçant l’élite gouvernementale mise en place sous le règne du « tyran libéral » Juan Vicente Gómez (1908-1935). Tel fut le point de départ de la symbiose civils-militaires mise en évidence par Domingo Irwin dans l’ensemble de ses travaux, une caractéristique qui allait marquer durablement le devenir politique et institutionnel du pays : depuis le renversement du président élu, Rómulo Gallegos, en 1948, jusqu’à la dictature de Marcos Pérez Jiménez (1952-1958), la chute de celui-ci le 23 janvier 1958 et le pacte de Punto Fijo, initiateur du retour à une démocratie qui aura toutefois valeur de modèle sur l’ensemble du continent13.

  • 14 Irwin, D., Relaciones civiles-militares en el siglo XX, Caracas, Centauro, 2000 et « Una visión hi (...)

8Pendant ces quarante années de démocratie représentative fondée sur le consensus dit des élites ou système « populiste de conciliation nationale », marquées par l’alternance des partis AD et COPEI au pouvoir et la prospérité pétrolière – la Venezuela saudita –, les coups de force militaires ne sont pas la norme, à la différence de la situation observée dans les pays voisins. C’est en vertu de ce même consensus qu’il sera mis un terme, dans les années soixante, à la lutte armée développée suivant la théorie du foquisme et le modèle castriste, après une collaboration suivie avec les États-Unis dans le domaine de la contre guérilla et de la formation des militaires vénézuéliens. L’échec de la guérilla sera cependant davantage d’ordre politique que militaire. Dans cette perspective, le concept de prétorianisme, en tant qu’influence abusive ou utilisation de la force symbolique, ou réelle, de la part du secteur militaire, s’avère particulièrement éclairant. La tendance prétorienne persisterait à l’état latent tout au long du xxe siècle, malgré la modernisation de l’armée dans les années trente et la structuration de l’institution militaire dans un cadre national, sous le gouvernement du « tyran libéral » Juan Vicente Gómez. Les tentatives de coup d’État de l’année 1992, celle de Chávez comprise, et la radicalisation du régime à partir de 2002 (le coup d’État orchestré à l’encontre de Chávez avec en toile de fond l’appui des États-Unis) puis 2008, sont ainsi l’« expression d’un prétorianisme récurrent du xxe siècle » (D. Irwin). Le militarisme, terme d’usage plus récent et connoté, renvoie à une situation politique dans laquelle le secteur militaire en vient à envahir et par conséquent à contrôler la société dans son intégralité14.

9Dans cette tendance à la conspiration permanente résident précisément l’origine et la spécificité du mouvement bolivarien, loge clandestine fondée à l’occasion du Bicentenaire de la naissance du Libertador (MBR-200, 1983). Les révoltes populaires de février 1989 allaient accélérer la prise de conscience de ces jeunes officiers, dans un climat désormais généralisé de discrédit de la classe politique. L’idée d’une stratégie électorale de conquête du pouvoir, associant civils et militaires, se fait jour. En 1997 est ainsi créé le Mouvement Ve République, à la veille des élections présidentielles remportées par H. Chávez (décembre 1998). Ce n’est qu’en 2007 que le Mouvement se fondra dans le Parti socialiste unifié du Venezuela (PSUV), créé malgré l’opposition manifeste de certains alliés, dont le Parti communiste (PCV). À l’opposé de cette option civiliste des premiers temps va s’affirmer un autre facteur appelé à devenir déterminant à partir des années 2004-2005 : la « fusion civils-militaires », fondée sur un nationalisme récurrent et un discours de gauche radicale rejoignant un discours anti-impérialiste omniprésent.

  • 15 Irwin, D., « Les relations civils-militaires au Venezuela. Hugo Chávez et les Forces armées nation (...)
  • 16 Langue, F., « Pétrole et révolution dans les Amériques… », idem.

10Au-delà de l’« arbre aux trois racines », ancré dans le xixe siècle (le « Libérateur » Simon Bolivar, le pédagogue Simon Rodriguez et le « général du peuple souverain » Ezequiel Zamora) et qui inspire depuis toujours le discours chaviste y compris dans sa projection internationale, deux influences majeures sont à signaler. La première, celle du sociologue argentin Norberto Ceresole, procède d’un positionnement révisionniste fondé sur la trilogie caudillo-armée-peuple, dimension que la Constitution bolivarienne de 1999 ne manquera pas, à certains égards, de conforter. Avant son éviction, qui ouvrira la voie aux conseillers cubains, Ceresole inspira le travail d’« édification politico-stratégique » visant à « internationaliser » le proceso et son leader, notamment face aux tentatives de déstabilisation intérieure ou extérieure. D’où l’insistance mise sur un monde « multipolaire », dont Venezuela serait le fer de lance en Amérique latine, en tant que défenseur des masses déshéritées du continent et des « Forces armées humiliées de toute notre Amérique hispano-créole ». Les équilibres hémisphériques sont ici constamment en toile de fond, en raison des relations fluctuantes avec les États-Unis et de l’enjeu pétrolier, malgré des exportations et par conséquent des échanges plus stables qu’on ne pourrait le croire au premier abord. Un nouvel ordre international à opposer aux États-Unis est mis en avant, d’où certaines initiatives connexes, telle la création à La Havane en 2004 de l’Alternative Bolivarienne pour les Amériques (ALBA)15. Avec la réactivation de l’« espace bolivarien » suite au référendum d’août 2004, s’ouvre une phase offensive d’affirmation de la Révolution et de sa composante civico-militaire : références au « citoyen-soldat » et « défense populaire intégrale » (réservistes et miliciens) signent tout aussi bien la radicalisation du « processus » sur le plan international, le renforcement des liens avec des pays que les États-Unis associent à l’« axe du mal », l’alliance renouvelée avec l’Argentine des Kirchner et le Brésil de Lula que, d’un point de vue tout aussi stratégique et tactique, des achats de matériel militaire16.

  • 17 Ceresole, N., Caudillo, ejército, pueblo, op. cit.

11Les États-Unis sont en effet désignés comme une « menace permanente », d’où la décision stratégique d’en appeler aux réservistes et à la population civile en cas de « guerre asymétrique », au sens d’un affrontement de puissances inégales sur le plan militaire. La participation des civils, coordonnée depuis un réseau d’« intelligence sociale », participe de la « fusion civils-militaires » évoquée précédemment. Le rôle des milices et de la réserve, dans l’hypothèse d’une attaque venue du nord (États-Unis), devient ainsi un leitmotiv du discours présidentiel. Et c’est au président qu’en revient le commandement direct, à la différence des autres armes, rattachées à un commandement unifié. Le « contrôle civil », condition sine qua non d’exercice de la démocratie sur le continent américain, perd désormais tout son sens, l’armée se transformant en parti politique et les forces auxiliaires dépassant rapidement l’armée traditionnelle en termes d’effectifs17.

  • 18 Verstryngen, J., La Guerra Periferica y el Islam Revolucionario : Origenes, Reglas y Etica de la G (...)

12Une autre influence idéologique est celle de l’auteur de La Guerra Periférica y el Islam Revolucionario : Origenes, Reglas y Etica de la Guerra Asimetrica, ouvrage acheté à 30 000 exemplaires par les Forces armées vénézuéliennes. Universitaire et politologue espagnol, ancien secrétaire général du parti Alianza Popular entre 1979 et 1986, expulsé pour désaccord avec Fraga Iribarne, devenu membre du PCE et de la Fondation de recherches marxistes, Jorge Verstryngen a souligné à maintes reprises l’importance du leadership de H. Chávez. Il a insisté notamment sur son effet l’entraînement sur les mouvements « émancipateurs » et les déshérités du continent, dans la ligne de William Izarra, « directeur idéologique » du Commando Maisanta et à ce titre ordonnateur des mobilisations officialistes et de la propagande18.

  • 19 Pino Iturrieta, E., El divino Bolívar. Ensayo sobre una religión republicana, Madrid, Ed. de la Ca (...)
  • 20 Langue, F., « Les cendres des héros. Mémoires et histoires du temps présent vénézuélien » in Capde (...)

13Ce discours anti-impérialiste s’inscrit par conséquent dans un imaginaire qui se déploie sur le long terme. Un bref rappel suffit à souligner la prégnance du mythe bolivarien dans les pratiques politiques nationales du temps présent. La Révolution d’Indépendance demeure le point de départ de la constitution d’un culte héroïque centré sur le personnage de Simón Bolívar, en une « religion civique » qui parviendra à son acmé sous le régime positiviste de Guzmán Blanco (1870-1888), avant que la présidence de Chávez ne le porte à un niveau paroxystique. C’est en 1842, année du retour des cendres du héros (Bolívar est décédé à Santa Marta, Colombie, en 1830), que Bolívar devint la référence incontournable des présidents vénézuéliens et des « lieux de mémoire » crées à cet effet. Le culte civique sera depuis le Panthéon national, aujourd’hui encore partie intégrante des célébrations officielles – un deuxième panthéon a été édifié à côté du monument historique, afin d’y accueillir le deuxième « Libérateur », dont les restes reposent à la Caserne de la montagne, à proximité du quartier populaire dit du 23 janvier, en référence à la chute de la dictature de Pérez Jiménez en 195819. Dès la présidence de Guzmán Blanco, des reliques du héros furent également exhibées (1872) et intégrées à la liturgie du pouvoir civique. La mythification du héros et l’imaginaire rédempteur proprement dit ne se sont toutefois imposés durablement qu’à la suite de la « Révolution d’octobre » en 194520.

  • 21 Pino Iturrrieta, E., Nada sino un hombre. Los orígenes del personalismo en Venezuela, Caracas, Edi (...)

14Dans cette première période de glorification du héros et du défenseur de la Liberté, précurseur de l’Indépendance voire de l’anti-impérialisme, le versant conservateur de sa pensée domine toutefois, si l’on considère le thème de la concentration du pouvoir en un seul individu littéralement investi par un peuple libéré. Tel est le sens de la « dictature commissoire », message politique présent dans les écrits les plus célèbres de Bolívar, qu’il s’agisse du Manifeste de Carthagène (1812), de la Lettre de Jamaïque (1815), ou encore de la Constitution de Bolivie (1826). La Révolution bolivarienne mettra l’accent sur une orientation plus « révolutionnaire » de Bolívar, certains apologistes n’hésitant pas à transfigurer véritablement le représentant de l’aristocratie créole blanche des mantuanos en un métis (zambo) d’un teint foncé que l’on retrouvera dans le portrait officiel numérisé diffusé en 2012, à un moment où l’histoire officielle atteint un paroxysme inégalé dans l’histoire nationale21.

Les paroxysmes de la rédemption

  • 22 Langue, F., « De panteones cívicos e imaginarios políticos. Los usos del pasado en la Revolución b (...)

15La très rédemptrice Révolution – lors de son discours à l’ONU en 2006, H. Chávez avait indiqué qu’il souhaitait « sauver le monde » confronté aux visées « diaboliques » de l’impérialisme américain – s’inspire de cette religion civique régénératrice dans sa quête d’une identité nationale reconfigurée. D’où l’évocation constante de l’« arbre aux trois racines » que nous mentionnions précédemment, référence constante du Mouvement bolivarien dans ses textes fondateurs de 1983. L’instrumentalisation de l’histoire par le pouvoir en place est rythmée à cet égard par un certain nombre d’événements. Le premier est l’inscription dans la Constitution de 1999 de cette référence à l’idéal bolivarien – la constitution elle-même devient explicitement « bolivarienne » – et de la refonte du calendrier commémoratif : le 12 octobre, dit de « découverte de l’Amérique », « rencontre de deux mondes », ou encore « jour de la race » selon les pays concernés, devient le Jour de la résistance indigène et par là même motif à contre commémorations. Dans le même ordre d’idées est dûment l’anniversaire de la rébellion populaire du 27 février 1989 (El Caracazo), ou encore – les deux célébrations se rejoignant en quelque sorte dans la ferveur officialiste, la seule différence notable résidant dans les défilés militaires qui accompagnent systématiquement la seconde – l’anniversaire de la tentative de coup d’État du 4 février 1992 orchestré par le lieutenant-colonel H. Chávez22.

  • 23 Carrera Damas, G., Alternativas ideológicas en América Latina contemporánea (El caso de Venezuela  (...)

16L’instrumentalisation de l’histoire par la République bolivarienne s’appuie dans une très large mesure sur des symboles, aussi bien à l’intérieur des frontières nationales qu’à l’extérieur. Tel est le sens de la modification des « symboles de la patrie » (símbolos patrios) en 2006 (le cheval regarde désormais vers la gauche, entre autres modifications), occasion d’un débat animé avec les historiens de l’Académie nationale d’histoire. Dans la rubrique internationaliste, il convient également de mentionner la référence constante à l’épée du Libertador, arme fétiche devenue propriété de la nation en 1889, systématiquement utilisée lors des cérémonies militaires, dont la réplique est offerte aux invités et alliés de marque. Mentionnée dans les textes fondateurs du mouvement bolivarien, elle était précédemment le symbole de mouvements de guérilla – ainsi en Colombie avec le M -19, qui alla jusqu’à l’enlever d’un musée de Bogotá – mais également de la Coordinación guerrillera Simón Bolívar (1985-1987), ainsi que de mouvements de gauche plus récents d’inspiration altermondialiste23.

  • 24 Primera, M., « La república alucinada, Ana Teresa Torres y el pasado que se quedó », Prodavinci, 9 (...)

17Le mythe du sauveur de la nation, voire du continent, renforcé par les tendances prétoriennes prévalant au sein des forces armées, tend à cet égard à s’amplifier dans des conjonctures de crise, ouvrant la voie à des prises de position de type personnaliste. La présence des libéraux sur la scène politique vénézuélienne dès le xxe siècle n’a que peu contribué à affaiblir ce paradigme de l’homme en arme ou du caudillo – tout d’abord régional, puis national avec Guzmán Blanco –. En ce début du xxie siècle, ce que l’on qualifiait de personnalisme politique est devenu la tendance dominante de la vie politique nationale. Le président Chávez se trouve être le chef d’État qui a disposé des facultés de gouvernement et du pouvoir le plus étendu dans toute l’histoire du pays depuis le régime du Benemérito Juan Vicente Gómez (1908-1935) et de la dictature de Pérez Jiménez et de son « Nouvel idéal national » (1948-1958). Cet imaginaire politique national est dûment convoqué à l’occasion de la création d’un Centre national d’histoire « engagé dans la démocratisation de la mémoire nationale ». Créé en 2007 par décret présidentiel, le CNH est rattaché au Ministère populaire pour la culture et engagé dans une véritable guerre des mémoires, favorisée par la confusion introduite entre le propos critique de l’histoire et celui, plus conservateur et moins universalisant, de la mémoire24.

  • 25 Straka, T., La épica del desencanto. Bolivarianismo, Historiografía y Política en Venezuela, Carac (...)

18Le « Libérateur » en personne fait les frais de cette réécriture officielle de l’histoire en une révision mythique et manichéenne du culte fondateur de la nation, sous les auspices du Centre national d’histoire (2007). Plusieurs étapes vont conduire à la sanctification du héros et à l’imposition d’un « fondamentalisme héroïque » : entre décembre 2007 et janvier 2008 est créée la commission présidentielle chargée de réexaminer les circonstances de la disparition de Bolívar, assassiné par les « oligarques vénézuéliens et colombiens » et non mort de phtisie, comme l’histoire patriotique et la science l’avaient établi de longue date. L’intérêt de cette démarche, qui s’amplifie à la veille des élections parlementaires de septembre 2010, réside dans la jonction de deux interprétations qui réunissent en une même gloire le héros du passé et celui du présent : H. Chávez est ainsi le Bolívar du xxie siècle, dont la mission continentale voire universelle est confrontée aux tentatives répétées de l’« empire » pour l’assassiner (thème du magnicide et du complot, motif récurrent des discours castristes et désormais chavistes, avec un coupable désigné : l’« Empire », sous sa forme passée et présente. La dimension messianique du héros se déploie par conséquent à deux échelles, nationale et internationale. Ces « traditions inventées » telles que les a évoquées Tomás Straka convergent par conséquent vers le thème d’une « deuxième Indépendance », et plus encore dans le contexte des commémorations du Bicentenaire de l’Indépendance (1811)25.

19Autre moment clé de l’affrontement entre historiens critiques et partisans du régime : le 6 juin 2010, alléguant la nécessité d’ouvrir au plus grand nombre les archives des héros de l’Indépendance, Simón Bolívar (El Libertador) et Francisco de Miranda (El Precursor) ces archives passèrent sous le contrôle direct de la nation (sic) et furent transférées aux Archives nationales (AGN) depuis le siège de l’Académie nationale d’histoire. Autre étape du culte du héros passé et présent, l’exhumation des restes de Bolívar en juillet 2010, coïncidant avec l’anniversaire de la naissance du héros. La cérémonie fut retransmise par les médias officiels et sur YouTube, commentaires présidentiels à l’appui, depuis le Panthéon national, en une sorte de ballet funèbre autour du cercueil du Libertador, avec comme fond sonore l’hymne national (« Gloria al bravo pueblo »). Il y eut une lecture du poème de Pablo Neruda (« Un canto para Bolívar ») et reprise d’une chanson évoquant le Libertador et son idéal continental (« Simón Bolívar », chanson popularisée notamment par le groupe chilien Inti Illimani). Y participèrent des experts en médecine légale et des chercheurs – tous vêtus de combinaisons blanches – afin de prouver que le Libérateur n’avait pas succombé à la tuberculose mais avait bel et bien été assassiné (sic). L’événement fut l’occasion de débats enflammés à l’endroit du culte à Bolívar et de sa « réinvention », autrement dit de sa réécriture à des fins idéologiques et dans un contexte de crise diplomatique avec la Colombie voisine (en raison de la présence des guérillas colombiennes en territoire vénézuélien26). L’une des conclusions majeures que l’on peut tirer de ce type d’événement et de sa réception renvoie indiscutablement à l’une des préoccupations premières du retour à la démocratie en 1958, après la chute de la dictature de Pérez Jiménez et la promulgation du pacte de Punto Fijo : le personnalisme politique criollo que le « Père de la démocratie vénézuélienne », Rómulo Betancourt, s’efforça précisément d’éradiquer de la vie politique nationale27.

Un ressentiment mobilisateur

  • 28 Conan, E., Rousso, H., Vichy, un passé qui ne passe pas, Paris, Fayard, 1994 (ed. augmentée Plurie (...)

20Ce « passé qui ne passe pas », rejeté dans l’oubli par l’officialisme dans sa version à moyen terme – les quarante années de démocratie qui ont suivi 1958 –, ou plus récente (les années 90 cette fois dans le cas des opposants au gouvernement de Chávez), ne laisse pas de susciter, à l’instar d’autres débats centrés sur des faits traumatiques inscrits dans les mémoires et histoires nationales – les « années de plomb » dans les pays du Cône sud – un débat quant à la place et au rôle de l’historien dans la cité du temps présent. Le compromis démocratique qui sous-tend à cet égard l’histoire du temps présent ne peut que contribuer à mettre en évidence l’inversion de cette équation dans le cas vénézuélien. Ce sont en effet ces « quarante années de démocratie », selon la formule consacrée, qui sont vouées aux gémonies et effacées du récit historique. Rómulo Betancourt lui-même, l’un des principaux artisans de la résistance aux dictatures du XXe siècle – celles de Gómez et de Pérez Jiménez –, et du retour à la démocratie en 1958, artisan qui plus est d’un anti-impérialisme raisonné, qualifié de « père de la démocratie » tend à disparaître des références officielles. La quête proclamée d’une « deuxième Indépendance » – à l’encontre de l’« Empire » – s’appuie à cet égard sur un régime émotionnel spécifique, partie intégrante de l’instrumentalisation des sensibilités dans un champ politique supposément rendu au « peuple ». Loin de la ferveur révolutionnaire des premiers temps de la Révolution bolivarienne, l’effervescence idéologique se veut une logique de guerre et de conflit qui anime la scène politique. La destruction de l’adversaire est son mot d’ordre, la (re)création de symboles nationaux, aussi bien dans l’ordre historique que patrimonial, son leitmotiv, et l’invention de nouveaux « lieux de mémoire » (la caserne dite de la « Montagne », où repose désormais le « grand leader » ou « leader suprême ») et d’un calendrier guerrier actualisé deviennent les mots d’ordre d’un imaginaire politico-religieux recomposé et d’une croyance à l’usage de temps de crise28.

  • 29 Ascensio, M., De que vuelan, vuelan. Imaginarios religiosos venezolanos, Caracas, Editorial Alfa, (...)

21Les paroxysmes, en d’autres termes les situations extrêmes dérivées dans l’exemple vénézuélien d’un imaginaire aux fondements religieux avérés – si l’on entend par religion un système de croyances et de pratiques –, voire magico-religieux, générateur de croyances à l’usage du gouvernant en place, tendent à « justifier » les décisions prises par les parties en présence et le fait, dans le temps présent criollo, que les élections – le Venezuela est fréquemment qualifié de « démocratie électorale » – se réalisent dans un contexte d’affrontement politique permanent. La mobilisation sur le terrain idéologique, la référence au « mal » (les États-Unis, où cette référence n’est d’ailleurs pas non plus absente du discours politique, du moins du côté républicain) et la charge affective et émotionnelle portée par les discours présidentiels vers la voie d’un ressentiment (vengeance ?), se superposent de la sorte à la « pensée magique » traditionnellement fondée sur des éléments aussi divers que les héritages religieux espagnol, indigène et africain, ou encore les séquelles d’un colonialisme empreint d’une vision fataliste du monde. Cette économie affective va de pair avec la quête de la salvation, celle d’un passé révolu et celle qui se conjugue au présent, ainsi dans la « Cour des Libérateurs » présente dans le culte syncrétique à la déesse María Lionza, aéropage qui inclut désormais, dans les autels populaires, une statuette ou image du Libérateur du xxie siècle, induisant une tendance marquée à la religiosité dans le champ du politique29.

  • 30 Coronil, F., El Estado mágico. Naturaleza, dinero y modernidad en Venezuela, Caracas, Nueva Socied (...)

22La renaissance d’utopies liées à l’État – à l’« État magique » si l’on considère l’acception fétichiste et nationaliste évoquée par Fernando Coronil – et des idéologies tombées en d’autres lieux en déshérence y trouvent leur origine. Cette situation explique également le fait que la « Révolution », à l’inverse d’autres processus politiques d’inspiration marxiste (ce que la Révolution bolivarienne n’a jamais été si l’on en croit des déclarations de son leader), n’ait pas établi de distance par rapport aux croyances en général, se constituant en point de départ d’un nouveau culte civique syncrétique accompagné d’un imaginaire de la rédemption. La tendance prétorienne récurrente et le personnalisme politique caractéristiques de la vie politique nationale depuis l’Indépendance en sont les meilleurs alliés, plus particulièrement depuis les dernières décennies du xixe siècle et la présidence d’Antonio Guzmán Blanco30.

  • 31 Langue, F., « Ressentiment et messianisme du temps présent vénézuélien », idem. Sur la figure du t (...)

23Depuis le xviiie siècle et l’« ère des révolutions », la valeur morale des émotions et la nécessité d’un « gouvernement » de celles-ci sont bien connues, de même le rôle des affects politiques dans la crédibilité accordée à des pratiques de gouvernement. Dans le même ordre d’idées, la croyance révolutionnaire en la valeur normative des sentiments et des émotions investit l’espace public sous une forme ritualisée. La téléologie bolivarienne et son « instrumentalisation du ressentiment social », tendent à survaloriser le rôle des émotions dans la gestion d’un temps présent polarisé. En témoigne la figure expiatoire d’un « ennemi pour la nation » – procédé utilisé dans une perspective similaire par les dictatures du Cône sud –, ennemi ici du « processus » et de la « Révolution », ou encore du « Socialisme du xxie siècle », dans le cadre d’un imaginaire bolivarien recomposé. Dans la séquence mythique, patriotique et populaire incarnée par H. Chávez, la figure la plus mobilisatrice est ainsi celle de l’ennemi et plus encore du traître. Bolívar aussi bien d’Ezequiel Zamora, général populaire héros des guerres fédérales, furent trahis, de même l’anti-impérialiste président du début du XXe siècle ayant résister au blocus des côtes vénézuéliennes par les grandes puissances (1902), Cipriano Castro, fut-il victime de son « compère » Juan Vicente Gómez. Le « Peuple » lui-même est constamment trahi par l’oligarchie ou la bourgeoisie. Le traître devient le pire ennemi de la Révolution et toute critique ou questionnement devient condamnable, quand bien même ils émaneraient de l’« intérieur », gouvernement et parti gouvernemental inclus31.

  • 32 Ferro, M., Le ressentiment dans l’histoire. Comprendre notre temps, Paris, Odile Jacob, 2007, p. 4 (...)

24Cette présence politique du passé s’insère par conséquent dans le cadre de sensibilités nouvelles, porteuses d’un sens moral différencié, y compris dans l’acception religieuse du terme. Le mécanisme d’inversion demeure toutefois fondamental : détenteurs du pouvoir politique et symbolique, les « vaincus » du passé, les persécutés et les victimes se font oppresseurs. S’appuyant en première instance sur des passions négatives renouvelées (haine, ressentiment), les révolutions seraient ainsi « l’une des expressions extrêmes du ressentiment », sans que leur soit conférée pour autant une acception négative ou dévalorisante, si l’on considère les exemples tirés de l’histoire européenne – histoire coloniale comprise –. Il faut se souvenir par ailleurs que H. Chávez fut qualifié à ses débuts présidentiels de « mage des émotions ». La remise par l’actuel président du Venezuela de 135 exemplaires de la très symbolique épée de Bolívar à des hauts gradés afin de conforter leur fidélité au régime, et l’invocation constante de la mémoire de Chávez avec lequel son successeur Nicolás Maduro est en « contact » – le « Commandant suprême » lui « parle », parfois par l’intermédiaire d’un petit oiseau –, sont censés être des symboles forts du mythe bolivarien dans sa version passée et présente, mais également de ses récupérations récentes, sans grandes nuances : le charisme est absent, et le charme désormais rompu32.

Haut de page

Notes

1 Sur la définition de l’histoire des sensibilités et notamment son rapport aux émotions, nous renvoyons au dossier publié dans Caravelle n° 86, 2006 : « L’Amérique latine et l’histoire des sensibilités » et à l’introduction à nos ouvrages collectifs : Bernabeu, S., Langue, F. (dir.), Fronteras y sensibilidades en las Américas, Madrid, Doce Calles, 2011 ; Capdevila, L., Langue, F., Le passé des émotions. Une histoire à vif Amérique latine-Espagne, Rennes, PUR, 2014. Cf. également le dossier récent de Vingtième siècle, n° 123, juillet-septembre 2014 : « Histoire des sensibilités au 20e siècle ».

2 Carrera Damas, G., El culto a Bolívar, Caracas, Grijalbo, 1989. Langue, F., « L’Indépendance du Venezuela : idéalisation de l’histoire et paradigme du héros », C.M.H.L.B. Caravelle, n° 94, 2010.

3 Dernière polémique impliquant des historiens, celle concernant le film de Luis Alberto Lamata, Libertador (2013), dont la sortie fut programmée pour le 24 juillet, jour anniversaire de la naissance du Libertador. Cf. Quintero, I., « En torno a la película ‘‘Libertador’’ : Los héroes mueren de pie », Prodavinci, 4/8/2014, http://prodavinci.com/blogs/en-torno-a-la-pelicula-libertador-los-heroes-mueren-de-pie-por-ines-quintero/vinci. L’un des aspects les plus controversés réside dans l’image donnée de Francisco de Miranda, celle d’un traitre remis à « juste titre » aux autorités espagnoles, ou de Francisco Paula Santander, présenté comme un opposant à Bolívar, contrastant avec l’attitude des alliés inconditionnels tels Sucre, Urdaneta, ou O’Leary et l’image d’un Bolívar « assassiné » (sic). Pour une liste convaincante des retouches apportées à l’histoire par le fil, cf. « Una historiadora comenta « Libertador » luego de ir a la premier con Prodavinci », Prodavinci, 24/7/2014, http://prodavinci.com/2014/07/24/artes/una-historiadora-comenta-libertadorluego-de-ir-a-la-premier-con-prodavinci. Diego Rísquez avait dirigé en 2006 un long métrage consacré à Francisco de Miranda, Miranda regresa, pour lequel la polémique avait été moindre même si les inexactitudes historiques avaient, là aussi, été pointées par les historiens. Cf. Hernández Jerez, E., s.j., « Sobre la película Francisco de Miranda », SIC, n° 688, 2006, http://gumilla.org/biblioteca/bases/biblo/texto/SIC2006688_374-375.pdf À noter qu’un autre film sur Bolívar, Bolívar, el hombre de las dificultades, de Luis Alberto Lamata (2013), était déjà allé encore plus nettement dans le sens de l’histoire officielle, cf. Straka, T., Bolívar, dos películas, ¿una epopeya ?, Prodavinci, 28/7/2014, http://prodavinci.com/2014/07/28/artes/bolivar-dos-peliculas-una-epopeya-por-tomas-straka/print

4 Verdès-Leroux, J., La Lune et le Caudillo. Le rêve des intellectuels et le régime cubain (1959-1971), Paris, Gallimard, 1989. Le personnage de H. Chávez est souvent évoqué dans les écrits et blogs de groupes se situant à l’extrême droite, aux côtés de Vladimir Poutine ou de Fidel Castro, et reprenant fréquemment la théorie du complot. Voir sur ce point le site Égalité et réconciliation et notamment l’affiche « Longue vie au nationalisme » représentant les trois présidents : www.egaliteetreconciliation.fr/-Affiches-tracts-stickers-.html

5 Zago, A., La rebelión de los ángeles. Reportaje. Los documentos del movimiento, Caracas, Warp ediciones, 1998 ; Uzcátegui, L. J., Chávez mago de las emociones. Análisis psicosocial de un fenómeno político, Caracas, Ed. Lithopolar, 1999.

6 Zago, A., op. cit.

7 Baduel, R. I., Mi solución. Venezuela, crisis y salvación, Caracas, Libros Marcados, 2008. Ramos Pismátaro, F., Romero, Carlos A., Ramírez Arcos, H. E. (dir.), Hugo Chávez : una década en el poder, Bogotá, Universidad del Rosario/Centro de Estudios Políticos e Internacionales/Observatorio de Venezuela, 2010.

8 Ramos Jiménez, A., El experimento bolivariano. Liderazgo, partidos y elecciones, Mérida, Universidad de los Andres/CIPCOM, 2009.

9 Hugo Chávez : el destino superior de los pueblos latinoamericanos : conversaciones con Heinz Dieterich, Caracas, Alcaldía de Caracas, 2004.

10 Laclau, E., La razón populista, Buenos Aires, FCE, 2005 ; Arenas, N., Gomez Calcaño, L., Populismo autoritario : Venezuela 1999-2005, Caracas, UCV/Centro de estudios del Desarrollo, Caracas, 2006 ; des mêmes auteurs : « El populismo chavista : autoritarismo electoral para amigos y enemigos », CDC (en ligne), vol. 30, n° 82, 2013, p. 17-34 : www.scielo.org.ve/scielo.php ?script =sci_arttext&lng =es&nrm =iso

11 Laclau, E., op. cit. ; Rangel, C., Del buen salvaje al buen revolucionario. Mitos y realidades de América Latina, Madrid, Gota/Fundación Faes, 2007 (1976), p. 126 et suiv., p. 349 ; Ramos Jiménez, A., El experimento bolivariano, op. cit.

12 Rómulo Betancourt. Leninismo, Revolución y reforma. Selección, prólogo y notas de M. Caballero, México, FCE, 1997 ; Carrera Damas, G., Rómulo histórico, Caracas, Editorial Alfa, 2013.

13 Langue, F., Histoire du Venezuela de la conquête à nos jours, Paris, L’Harmattan, 1999, p. 310 et suiv., et Hugo Chávez. Une action politique au pays de Bolívar, Paris, L’Harmattan, 2002, p. 94 et suiv., Caballero, M., Gómez, el tirano liberal, Caracas, Monte Avila Editores, 1994.

14 Irwin, D., Relaciones civiles-militares en el siglo XX, Caracas, Centauro, 2000 et « Una visión histórica de conjunto sobre las relaciones políticas entre los civiles y los militares venezolanos en el siglo XX », Research and Education, in Defense and Security Studies Seminars, CHDS-NDU, Washington, mai 2001 : www.ndu.edu 

15 Irwin, D., « Les relations civils-militaires au Venezuela. Hugo Chávez et les Forces armées nationales, 1999-2007 », Problèmes d’Amérique latine, n° 65, 2007, p. 63-92 ; Langue, F., « Pétrole et révolution dans les Amériques. Le Venezuela de Hugo Chávez », Hérodote, n° 123, 2006, p. 41-61. www.herodote.org Ceresole, Norberto, Caudillo, ejército, pueblo. La Venezuela del Comandante Chávez, Madrid, Estudios Hispano-Arabes, 2000. Langue, F., Hugo Chávez et le Venezuela, op. cit., p. 52-59 et p. 159-163. Romero, C., Jugando con el globo. La política exterior de Hugo Chávez, Caracas, Ediciones B, 2006, et « Venezuela y Estados Unidos : ¿una relación esquizofrénica », Nueva Sociedad, n° 206, 2006 : www.nuso.org

16 Langue, F., « Pétrole et révolution dans les Amériques… », idem.

17 Ceresole, N., Caudillo, ejército, pueblo, op. cit.

18 Verstryngen, J., La Guerra Periferica y el Islam Revolucionario : Origenes, Reglas y Etica de la Guerra Asimetrica, Barcelona, El Viejo Topo, 2005.

19 Pino Iturrieta, E., El divino Bolívar. Ensayo sobre una religión republicana, Madrid, Ed. de la Catarata, 2003, p. 17 et suiv.

20 Langue, F., « Les cendres des héros. Mémoires et histoires du temps présent vénézuélien » in Capdevila, L. et Langue, F. (dir.), Entre mémoire collective et histoire officielle : l’histoire du temps présent en Amérique latine, Rennes, PUR, n° 209, p. 215-230 ; Arenas, N., Gomez Calcaño, L., « El imaginario redentor : de la Revolución de Octubre a la Quinta República Bolivariana », temas para la discusión, n° 6, Cendes, UCV, Caracas, 2000 : www.nuso.org/upload/articulos/3295_1.pdf

21 Pino Iturrrieta, E., Nada sino un hombre. Los orígenes del personalismo en Venezuela, Caracas, Editorial Alfa, 2007, p. 87-88, p. 93-105. « Chávez revela la foto digital del rostro de El Libertador Simón Bolívar », Telesur (canal officiel diffusant sur tout le continent latino-américain), 24/7/2012 : www.telesurtv.net/articulos/2012/07/24/chavez-revela-la-foto-digital-del-libertador-simon-bolivar-3235.html

22 Langue, F., « De panteones cívicos e imaginarios políticos. Los usos del pasado en la Revolución bolivariana » in Ramos Pismataro, F., Romero, Carlos A., Ramirez Arcos, Hugo E. (dir.), Hugo Chávez : una década en el Poder, Bogotá, Universidad del Rosario/Centro de Estudios Políticos e Internacionales/Observatorio de Venezuela., 2010, p. 761-781.

23 Carrera Damas, G., Alternativas ideológicas en América Latina contemporánea (El caso de Venezuela : el bolivarianismo-militarismo), Gainesville, University of Florida-Universidad Central de Venezuela, 2001 ; « La Academia Nacional de la Historia y los símbolos patrios », communiqué du 9/2/2006 : www.anhvenezuela.org ; Gómez, A., « L’épée du Libertador dans l’idéologie des révolutionnaires bolivariens », Problèmes d’Amérique Latine, n° 60, 2006, p. 95-114.

24 Primera, M., « La república alucinada, Ana Teresa Torres y el pasado que se quedó », Prodavinci, 9/12/2019 http://prodavinci.com/2010/12/09/actualidad/la-republica-alucinada-ana-teresa-torres-y-el-pasado-que-se-quedo Torres, Ana Teresa, La herencia de la tribu, Caracas, Editorial Alfa, 2010.

25 Straka, T., La épica del desencanto. Bolivarianismo, Historiografía y Política en Venezuela, Caracas, Editorial Alfa, 2009. Décret présidentiel n° 7.375 du 12 avril 2010, disponible sur le site de l’Académie nationale d’histoire : http://anhvenezuela.org/boletin.php ?cod =25

26 Vidéo de Chávez présentant la cérémonie : www.youtube.com/watch ?v =HDu6tX6DOl8 (17 juillet 2010). D’autres vidéos, notamment du canal Venezolana de Televisión (VTN) sont également accessibles. Langue, Frédérique, « ‘‘Levántate Simón, que no es tiempo de morir’’. Reinvención del Libertador e historia oficial en Venezuela », Araucaria. Revista Iberoamericana de Filosofía, Política y Humanidades, n° 25 (Sevilla, 2011), p. 26-45 : www.en.us.es/araucaria/nro25/nro25.htm ; Rico, M., « La reinvención del Libertador », El País, 17/7/2010 : www.elpais.com//articulo/internacional/reinvencion/Libertador/elpepiint/20100717elpepiint_2/Tes ; Primera, M., « Chávez ‘‘resucita’’ a Bolívar para salvarse », El País, 16/7/2010 : http://internacional.elpais.com/internacional/2010/07/16/actualidad/1279231207_850215.html ; « Bolivar’s Exhumation. TB or not TB. Venezuela’s president buries bad news by disinterring a nacional icon », The Economist, 11/7/2010 (en ligne) : www.cnh/gob.ve/index.php ?option =com_docman&task =cat_view&gid =21&Itemid =44

27 Interview de G. Carrera Damas, El Universal, 12/5/2010 ; Personalismo o liderazgo democrático. El caso de Rómulo Betancourt. Estudio preliminar de Juan Carlos Rey, Caracas, Fundación Rómulo Betancourt, 2007.

28 Conan, E., Rousso, H., Vichy, un passé qui ne passe pas, Paris, Fayard, 1994 (ed. augmentée Pluriel 2013). Sur le rôle de l’oubli dans l’histoire officielle, cf. Rojas, R., La máquina del olvido. Mito, historia y poder en Cuba, México, Taurus, 2011. Quintero, I. (dir.), El relato invariable. Independencia, mito y nación, Caracas, Ed. Alfa, 2011 ; Langue, Frédérique, « L’Indépendance du Venezuela : idéalisation de l’histoire et paradigme du héros », C.M.H.L.B. Caravelle, n° 94, p. 49-80, Toulouse, 2010 ; Lynch, J., Las revoluciones hispanoamericanas 1808-1826, Barcelona, Ariel, rééd. 2010 (version originale

29 Ascensio, M., De que vuelan, vuelan. Imaginarios religiosos venezolanos, Caracas, Editorial Alfa, 2012 ; Langue, F., « Ressentiment et messianisme du temps présent vénézuélien » in Capdevila, L., Langue, F. (dir.), op. cit.

30 Coronil, F., El Estado mágico. Naturaleza, dinero y modernidad en Venezuela, Caracas, Nueva Sociedad/CDCH-UCV, 2002 ; Pino Iturrieta, E., Nada sino un hombre, op. cit.

31 Langue, F., « Ressentiment et messianisme du temps présent vénézuélien », idem. Sur la figure du traître dans la sociologie historique latinoaméricaines, cf. Manero, Edgardo, L’autre, le même et le bestiaire : Les représentations stratégiques du nationalisme argentin, ruptures et continuités dans le désordre global, Paris, L’Harmattan, 2003.

32 Ferro, M., Le ressentiment dans l’histoire. Comprendre notre temps, Paris, Odile Jacob, 2007, p. 43 ; Grandjean, A., Guénard, F., Le ressentiment passion sociale, Rennes, PUR, 2012, p. 77 et suiv. ; Uzcátegui, J. L., Chávez, mago de las emociones, op. cit. ; Franco, M., Un enemigo para la nación. Orden interno, violencia y « subversión », 1973-1976, Buenos Aires, FCE, 2012 ; Boholavsky, E., Franco, M., et al. (dir.), Problemas de historia reciente del Cono Sur, Buenos Aires, Universidad Nacional de General Sarmiento/Prometeo Libros, 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédérique Langue, « L’Empire et la Révolution ou Bolivar et son double », Caravelle, 104 | 2015, 13-29.

Référence électronique

Frédérique Langue, « L’Empire et la Révolution ou Bolivar et son double », Caravelle [En ligne], 104 | 2015, mis en ligne le 06 octobre 2015, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://caravelle.revues.org/1537 ; DOI : 10.4000/caravelle.1537

Haut de page

Auteur

Frédérique Langue

CNRS-IHTP

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org