Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Gloria GUARDIA.- El jardín de las delicias (Tercera parte de la trilogía Maramargo)

Panamá, Alfaguara, 2011.- 558 p.
Claire Pailler
p. 300-302
Référence(s) :

Gloria GUARDIA.- El jardín de las delicias (Tercera parte de la trilogía Maramargo).- Panamá, Alfaguara, 2011.- 558 p.

Texte intégral

1Le « roman historique » a connu et connaît actuellement en Amérique Centrale comme dans le reste de l’Amérique latine une explosion que la critique littéraire a attentivement et allègrement suivie, pour déterminer : novela histórica? nueva novela histórica? ou bien le récit ressortira-t-il au témoignage ? à la fiction « engagée » ?

2Peu soucieuse des « scoliastes futurs » et des apposeurs d’étiquette, Maramargo, la trilogie de Gloria Guardia qui s’achève avec El jardín de las delicias, présente une fiction rigoureusement historique, ou de l’histoire fictionnalisée, qui retrace, à travers les vicissitudes de quelques-unes des familles « principales », les douloureuses turbulences qui ont conduit jusqu’à l’orée de ce XXIe siècle le plus récent des états hispano-américains, le plus convoité et le plus déchiré : Panama.

3Chacun des volumes est construit à partir d’un événement précis et daté : pour le premier, El último juego, il s’agit de l’assaut et de la prise en otage, par des guérilleros, en 1976, de la résidence de l’un des négociateurs des nouveaux traités sur le canal – ces négociations qui doivent aboutir à la signature des traités Torrijos-Carter : à travers le jeu subtil des motivations politiques, des ambitions et des espoirs personnels transparaissent la richesse et la complexité de la société panaméenne. Le second, Lobos al anochecer, s’organise autour de l’assassinat, en 1955, du président José Antonio Remón : ce point de départ permet d’éclairer, dans les multiples ramifications de l’intrigue, comment se met en place l’inextricable réseau des complicités qui ont fait du jeune État un terrain privilégié où les sphères dirigeantes et les intérêts étrangers se disputent les prébendes économiques et politiques du Canal.

4Les lecteurs de Caravelle ont eu un avant-goût de ce dernier volet de la trilogie, El jardín de las cenizas, par la publication d’un de ses chapitres dont Gloria Guardia nous avait réservé la primeur. C’est le plus dense et le plus important de la série : son action est tout entière centrée sur le Canal, voie internationale, artère vitale qui a fondé l’existence du jeune pays et l’on y retrouve les protagonistes des deux précédents récits et les jeunes générations, parents et affiliés de la haute société panaméenne, témoins et acteurs de premier plan d’un siècle de tractations et d’affrontements.

5La référence à deux actes officiels qui consacrent la souveraineté définitive de l’état de Panama sur son canal situe et encadre le récit : les premières pages rappellent le 14 décembre 1999, jour du transfert du Canal à la présidente Mireya Moscoso par Jimmy Carter, en présence du roi d’Espagne et de nombreuses personnalités latino-américaines, et le dernier chapitre, le 31 décembre de la même année, la cession officielle à la date prévue par les traités Torrijos-Carter de 1977.

6Le caractère historique de ces événements est souligné par la reproduction en fac-similé, en annexe, des actes protocolaires paraphés.

7La narration se fait à deux voix, par chapitres entrecroisés : une narratrice, presque aussi âgée que le siècle (elle a 93 ans en 1999), et un narrateur omniscient, omniprésent. L’intrigue progresse ainsi dans un double mouvement : le détail ressenti des événements vécus dans le présent, et le souvenir progressivement extrait des archives familiales ré-ouvertes : lettres, articles de journaux, voire reproduction, ici encore en fac-similé, de « Une » de quotidiens ou de télex, intégrée au récit.

8Le personnage central reste toujours cette femme, dont la famille et les relations ont été dans les coulisses, voire dans les allées même du pouvoir avec ses aléas et les soubresauts de la politique nationale. Son caractère bien trempé, son regard sans concession, révèlent alors un monde quasi balzacien, dans les étapes de l’éveil et de la lente construction d’une conscience nationale. Ces étapes sont datées et revécues de l’intérieur, avec leurs dangers, leurs espoirs, frustrés ou récompensés, et le déroulement des faits de l’Histoire n’apparaît qu’à travers le ressenti des personnes. On a là une chronique de la naissance annoncée d’une nation, dans le contexte bien particulier d’un pays dont le territoire est traversé par un canal d’intérêt stratégique mondial, protégé et surveillé dans sa « Zone » par les forces militaires d’une puissance étrangère. C’est un siècle de travaux, de luttes, d’espoirs déçus mais toujours vivaces : soulèvements étudiants, coups d’État, exils à répétition, collaboration aux commissions qui préparent les accords et traités successifs, ou élaborent les réformes législatives et constitutionnelles. Un travail de documentation impeccable et minutieux sert la maîtrise dans la conduite de l’action et la vérité des personnages, accablés par la révélation du rôle équivoque ou criminel d’un frère, d’un neveu... Les péripéties du roman déroulent leur succession tumultueuse que le lecteur saisit, tantôt les dominant par la reconnaissance des événements passés, et tantôt partageant, tel Fabrice del Dongo, l’incertitude suscitée par un présent chaotique.

9A partir de l’instantané d’une société, pris en un moment exceptionnel de son histoire, et approfondi par les arrière-plans des flash-back de la mémoire et des archives, Gloria Guardia livre une magistrale leçon d’histoire. Le thème de la mémoire comme élément fondateur est l’élément constitutif de tout le récit. Mémoire distanciée de l’historien, mémoire vivante et souffrante du témoin et de l’acteur, permettent, par la médiation du travail narratif, d’accéder à la maîtrise d’un temps retrouvé.

*

10Ajoutons qu’en annexe un «Cuaderno de Bitácora» permet de s’orienter dans ce Maramargo panaméen, grâce notamment à

  • Une liste des Dramatis personae de la saga

  • Une liste des «Protagonistas de la historia de Panamá que se convierten en ficticios al interactuar con los de la saga Maramargo»

  • Une chronologie sur deux colonnes, qui facilite une confrontation constante entre les épisodes évoqués dans les trois volumes de la trilogie et les événements marquants de la période qu’ils recouvrent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claire Pailler, « Gloria GUARDIA.- El jardín de las delicias (Tercera parte de la trilogía Maramargo) », Caravelle, 97 | 2011, 300-302.

Référence électronique

Claire Pailler, « Gloria GUARDIA.- El jardín de las delicias (Tercera parte de la trilogía Maramargo) », Caravelle [En ligne], 97 | 2011, mis en ligne le 01 décembre 2011, consulté le 29 avril 2017. URL : http://caravelle.revues.org/1528

Haut de page

Auteur

Claire Pailler

Université de Toulouse

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org