Navigation – Plan du site
Comptes rendus

David CIZERON.- Les représentations du Brésil lors des expositions universelles

Paris, L’Harmattan, 2009.- 190 p.
Michel Bertrand
p. 289-291
Référence(s) :

David CIZERON.- Les représentations du Brésil lors des expositions universelles.- Paris, L’Harmattan, 2009.- 190 p.

Texte intégral

1A n’en pas douter, c’est un bel exercice de style que propose D. Cizeron avec cette étude sur les représentations du Brésil durant un siècle, entre le milieu du XIXe siècle et le milieu du siècle suivant. Il est vrai que le Brésil se prête tout particulièrement à une telle approche tant cet espace-continent suscite, depuis des siècles, des constructions d’images toutes plus riches les unes que les autres. Depuis sa découverte à l’orée du XVIe siècle, fruit du hasard maritime, le Brésil ne cesse en effet d’illustrer les rapports ambigus qu’entretient l’Occident avec les terres du bout du monde. Terre de Sauvages par excellence pour les Huguenots français qui y cherchèrent refuge à la veille des Guerres de Religion, elle se teinte par la suite d’images plus flatteuses, tout spécialement quand la découverte de ses richesses naturelles et de ses potentialités économiques la transforme en une sorte de nouvelle Terre Promise. Le XIXe siècle, avec le triomphe de la religion du Progrès, renforce cette représentation d’un Brésil terre de tous les possibles. On comprend d’emblée la pertinence et l’intérêt d’analyser ces représentations du Brésil construites au XIXe siècle à l’occasion des « grands-messes » régulièrement convoquées que sont les Expositions Universelles pour célébrer, précisément, le « dieu Progrès ». L’auteur choisit de se limiter aux seules expositions s’étant déroulées en France, la plupart d’entre elles à Paris, soit un total de 7 expositions entre 1855 et 1937.

2A partir de 4 types de sources – sources produites pour l’Exposition et par l’Exposition, sources produites autour de l’Exposition et enfin extérieures à l’Exposition – l’auteur reconstitue l’ensemble des représentations construites sur le Brésil. S’y côtoient aussi bien celles construites par les Brésiliens eux-mêmes à partir de ce qu’ils veulent donner à voir de leur pays que celles élaborées par les Européens qui accueillent et visitent ces expositions. L’un des intérêts de l’étude est de montrer comment les unes se combinent avec les autres au gré des transferts culturels qui s’opèrent continûment dans un sens comme dans l’autre.

3L’exposition est d’abord conçue comme un voyage. Aussi le pavillon constitue-t-il une sorte de vitrine où le pays concerné va « présenter » tout ce dont il croit que ses visiteurs sont demandeurs dans la découverte qu’ils veulent s’offrir. C’est donc bien sur une dialectique – représentation que l’on veut construire et offrir, réponse à une attente – que fonctionne la logique de l’exposition. Pour ce qui est de la représentation que le Brésil cherche à donner, il importe de rappeler le contexte brésilien de l’époque concernée. Le Brésil commence à émerger comme nation et cherche à s’offrir une identité construite à l’intérieur de frontières définissant un territoire national. L’aménagement du pavillon d’une exposition offre donc l’opportunité de retrouver le processus en marche « d’invention » du national aidant à construire la « brésilianité ». Cette dernière fonctionne autour de 4 variables qui s’articulent entre elles. La première renvoie à l’héritage colonial, tout spécialement à travers la perpétuation d’un système de production économique et de domination sociale. Ce dernier repose sur l’articulation de deux réalités sociales étroitement associées entre elles. L’une n’est autre que l’esclavage, système d’exploitation de la main-d’œuvre que le Brésil est la seule colonie ibérique à perpétuer jusqu’en 1888. La seconde est celle du fazendeiro, le grand propriétaire, qui connaît alors, comme dans tout le reste de l’Amérique latine, son véritable « âge d’or ». Enfin, le dernier trait de cette brésilianité en construction, le plus nouveau, est celui de l’intégration. Il concerne autant le territoire – avancée de la colonisation intérieure par déplacement du front pionnier – que la population – profondément affectée par les vagues d’immigrations qui déferlent, dès les années 1880, sur le pays. Progressivement, ce processus rend les « îlots isolés », constitutifs du Brésil, plus solidaires les uns des autres et accompagne la naissance d’un Etat fédéral.

4L’ouvrage, construit en deux parties d’intérêt très inégal, explore donc les traductions de cette brésilianité proposées aux visiteurs ainsi que la réception que ces derniers en font. La première partie n’est qu’un rapide résumé de la participation brésilienne à chacune des expositions. La seconde, bien plus riche et dense, est une analyse du « discours sur un Brésil donné à voir ». La réflexion s’organise en trois temps passant du Brésil « offert » au Brésil « perçu ».

5Dans un premier temps l’auteur présente le cadre dans lequel se construit la représentation que le Brésil veut donner. Il rappelle que cette dernière est fondamentalement « politique » puisque la décision de participer – ou pas – à ces expositions relève du pouvoir politique. A ce titre, les éléments sélectionnés répondent aux priorités que l’on souhaite afficher. C’est ainsi que se dessine une évolution significative : à un Brésil qui se veut territoire de découvertes scientifiques et d’explorations (1867-78) succède une option plus économique, soucieuse d’incarner le progrès dont on inscrit le mot lui-même dans la devise républicaine (1889-1900) avant de laisser la place à une orientation proprement politique à partir de 1914, témoignant ainsi d’une volonté de peser sur le théâtre international, véritables premiers pas sur la scène mondiale d’un géant en devenir.

6Le second temps présente les éléments qui composent la représentation proposée. Il dessine ainsi ce qui constitue, au sens fort, un « portrait » du pays afin de cerner l’interprétation de la réalité brésilienne que les responsables politiques veulent donner à voir. Le premier élément qui frappe ici l’observateur est indiscutablement la « mosaïque brésilienne ». Le territoire représenté ne l’est jamais dans sa totalité. Le choix se porte systématiquement sur certaines régions, choisies en fonction de la priorité mise en avant, le plus souvent en rapport avec les produits promus au rang de symboles du pays : café pauliste, bien sûr, mais aussi bois et caoutchouc amazoniens, richesses minières du Minas et parfois encore sucre nordestin. C’est donc un Brésil régionalisé, clairement éclaté et surtout très inégalement représenté d’une région à l’autre, qui surgit. Cette présentation proprement matérielle du Brésil s’accompagne de l’exposition des éléments constitutifs de la mythologie nationale. Cette dernière fonctionne sur une dualité bien connue : au Brésil d’hier, sauvage et franchement exotique pour cette Europe devant laquelle on s’expose et qui renvoie à une sorte d’âge d’or à jamais disparu –incarné par la forêt amazonienne –, s’oppose un Brésil ancré dans la modernité dont il se veut l’un des principaux promoteurs dans une Amérique latine en pleine transformation. Ces images sont d’ailleurs largement répandues via l’émission de supports – dessins, gravures, affiches ou photos diffusés sous la forme de cartes postales – qui permettent aux visiteurs de se familiariser avec les représentations du Brésil ainsi construites.

7Dans un dernier temps, l’ouvrage s’interroge enfin sur les représentations du Brésil élaborées par les visiteurs des divers pavillons brésiliens de ces expositions universelles. Là encore, la représentation se construit autour d’une dualité. Le Brésil apparaît d’abord aux visiteurs comme le « tropique des libéraux ». Ces pavillons sont autant de manifestations du triomphe de la classe sociale dominante et de son idéologie. Ils exaltent tout à la fois son esprit d’entreprise, sa foi dans le progrès, sa pleine participation aux avancées de la science, autant de traits qui ont comme fonction d’inciter au départ en promouvant l’immigration. En vis-à-vis de cette perception d’un Brésil somme toute « proche », surgit une seconde image, celle d’un Brésil servant de divertissement aux milieux populaires qui le découvrent. C’est ici un territoire de rêve qui émerge dans l’esprit du visiteur, sorte d’espace « vierge » assimilable à un âge d’or perdu dans une Europe en voie de transformations accélérées au rythme de l’industrialisation en marche. Au sens propre, ce sont alors des « images d’Epinal » qui se construisent, où se côtoient le Paradis et l’Enfer, l’exotisme et la sauvagerie. Elles accompagnent une véritable « littérature » qui permet de vulgariser, c’est-à-dire de mettre à la portée de tout un chacun, des « représentations » partagées d’un territoire dont on ne foulera jamais le sol.

8Intéressante avant tout par l’agencement et les confrontations de données qu’elle met en œuvre, l’étude de D. Cizeron est une illustration stimulante et convaincante de la richesse des processus culturels auxquels les « découvertes » des terres lointaines par les Européens au cours du XIXe siècle donnent lieu.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Bertrand, « David CIZERON.- Les représentations du Brésil lors des expositions universelles », Caravelle, 97 | 2011, 289-291.

Référence électronique

Michel Bertrand, « David CIZERON.- Les représentations du Brésil lors des expositions universelles », Caravelle [En ligne], 97 | 2011, mis en ligne le 01 décembre 2011, consulté le 27 avril 2017. URL : http://caravelle.revues.org/1519

Haut de page

Auteur

Michel Bertrand

Université de Toulouse

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org