Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Anne-Marie BRENOT (dir.).- Mémoires d’Amérique latine, correspondances, journaux intimes et récits de vie (XVII-XXèmes siècles)

Madrid, Iberoamericana-Vervuert, 2009.- 303 p.
Michel Bertrand
p. 284-286
Référence(s) :

Anne-Marie BRENOT (dir.).- Mémoires d’Amérique latine, correspondances, journaux intimes et récits de vie (XVII-XXèmes siècles).- Madrid, Iberoamericana-Vervuert, 2009.- 303 p.

Texte intégral

1L’écriture de soi, quelles qu’en soient les modalités, est devenue aujourd’hui une source à laquelle les sciences sociales attachent de plus en plus d’attention. Longtemps, ces textes par nature très personnels, n’étaient considérés que pour leur valeur littéraire. De fait, l’autobiographie, notamment sous la forme de « confessions », de « récits de vie » ou encore de « mémoires », a d’abord été un genre littéraire dont l’un des premiers adeptes n’est autre que St. Augustin. A sa suite, qu’il s’agisse de Montaigne, de Rousseau, éventuellement Chateaubriand ou encore, plus récemment, du Général de Gaulle, de Simone de Beauvoir ou de Jorge Semprún, tous ces auteurs ont d’abord été lus pour la valeur littéraire, et éventuellement philosophique ou politique, de leurs textes. Pour l’historien, et plus largement pour les sciences sociales en général, ce genre d’écrits, même ceux produits par des personnalités hors du commun, ne pouvaient avoir valeur de « source », faute de la moindre représentativité. A l’inverse, pour les « littéraires », seuls les textes rédigés par des écrivains réellement inspirés et capables, par la profondeur de leur analyse et de leur réflexion, de dépasser la banalité du quotidien, présentaient un réel intérêt. En d’autres termes, et pour des raisons exactement inverses, de nombreux textes relevant de l’autobiographie et qui ont pu être écrits depuis des siècles, sont longtemps restés dans l’oubli, remisés au rang d’écrits mineurs.

2Ce n’est que très progressivement que ces écrits ont changé de statut, notamment aux yeux des chercheurs en sciences sociales. Anthropologues et sociologues ont progressivement découvert l’intérêt du « récit de vie », multipliant travaux et publications fondés sur ce type de documents recueillis par leurs soins, au point d’en faire une approche du social à part entière, définie comme la reconstitution des « parcours de vie ». Quant aux historiens, ce n’est que depuis peu qu’ils ont, à travers les écrits dits du for privé ou encore des « égo-documents », réellement investi ce champ de connaissance.

3L’ouvrage coordonné par A.M. Brénot offre, très précisément, une vision assez large de ces diverses approches du social à partir de ces sources très particulières. La presque vingtaine de contributions propose un échantillon convaincant, à la fois des approches disciplinaires mobilisables et des types de sources disponibles. Auparavant, la coordinatrice de l’ouvrage propose une réflexion intéressante sur la pertinence d’exporter ce type de questionnements au monde latino-américain. Dans des sociétés où la dimension collective, héritée des sociabilités d’Ancien Régime, garde une prégnance forte, peut-on légitimement s’intéresser au « je » ? Si les réponses apportées mériteraient sans doute d’être approfondies, elles n’en dessinent pas moins les contours d’un questionnement assez novateur pour l’espace latino-américain. D’autant que, comme le rappelle A.M. Brénot en s’appuyant sur les travaux de Philipe Lejeune, analyser les méandres du Moi c’est d’abord réfléchir aux liens personnels que les auteurs entretiennent avec les Autres. En d’autres termes, le Moi n’est jamais seul : à travers l’analyse de l’intime, c’est d’abord la relation aux autres qui est reconstituée, par le biais de liens sociaux, qu’ils soient imaginaires, virtuels ou bien réels. A travers ces sources, c’est donc bien la question de l’Altérité qui est inévitablement posée. Ce faisant, au-delà des repères mémoriels permettant de reconstituer un parcours personnel, les écritures de soi « finissent toujours par se fondre dans une mémoire collective ».

4Les 18 contributions regroupées proposent une définition assez large de ces égo-documents. On y trouve inévitablement les journaux intimes qui en constituent une sorte de paradigme. C. A. Pont étudie ainsi la question du « je » dans le Diario de mi vida de E. M. de Hostos rédigé au cours de la seconde moitié du XIXe siècle. Ce dont il s’agit ici, assez classiquement pour l’Amérique latine depuis le XIXe siècle, c’est de littérature de l’exil. Cette approche du moi est somme toute assez proche de celle proposée par C. Lancha à travers l’analyse d’un récit autobiographique, celui de V. Ocampo dans la société argentine de la première moitié du XXe siècle. C’est à cette même V. Ocampo que André Gabastou s’intéresse dans sa contribution où est analysé le poids de la contrainte sociale dans une société traditionnelle. La place de ces sources dans le monde latino-américain fait l’objet de la contribution de F. Aubès à partir du seul cas péruvien. Cependant, ses conclusions, qui soulignent la banalisation d’une forme d’écriture jusqu’alors difficilement admise, peuvent s’étendre très probablement à bien d’autres pays du sous-continent. C’est ce que montrent les textes de E. Arocha et de G. Henriquez Pereira. Le premier analyse le journal intime de F. Kahlo dont l’auteur souligne à la fois l’originalité et la richesse alors que le second s’intéresse à « l’étrange journal intime » d’une favelada autodidacte. Deux écritures de soi radicalement différentes qui illustrent chacune à leur manière la banalisation d’une écriture longtemps ignorée ou rejetée.

5Un deuxième type d’égo-document pris en compte dans cet ouvrage, étroitement lié au précédent mais qui en est tout de même très différent, est le récit ou le journal de voyage. C’est là un genre littéraire dans lequel l'auteur rend compte d'un ou de voyages. Dans le même temps, c’est un genre hybride et polymorphe par excellence tant la dimension personnelle y est omniprésente. Longtemps considéré comme un genre mineur sous le nom de « littérature géographique » ou encore de « littérature de voyage », ces textes retiennent de plus en plus l’attention, à commencer par celle des historiens. F. Chevalier s’intéresse ici à un journal de bord célèbre de la maigre littérature de la piraterie, à savoir celui de A.O. Oexquemelin datant de la seconde moitié du XVIIe siècle. Dans le même esprit se situe la contribution de I. Grégor à propos du non moins célèbre journal de bord de L.A. de Bougainville. Les contributions de C. Poncioni et de N. Jamet nous confrontent à une variante de ces récits de voyage, bien plus personnelle par définition, même si, comme les deux précédents le montrent, les auteurs de journal de bord étaient à même de glisser dans leurs textes à finalités pratiques, scientifiques ou administratives, une dimension personnelle. N. Jamet analyse le carnet de route et la correspondance d’un Français, Joseph Miran, émigré au Chili au milieu du XIXe siècle alors que C. Poncioni s’intéresse au journal intime d’un Français, Louis-Léger Vauthier, dans le Pernambouc de la même époque. Quant à M. Rodriguez, c’est aux carnets de voyageurs mexicains aux Etats-Unis de la fin du XIXe siècle qu’il s’intéresse. L’intérêt ici est d’inverser la perspective : alors que le récit de voyage est traditionnellement compris comme celui de l’Occidental faisant part de ses perceptions face à une altérité assimilée le plus souvent à la sauvagerie, M. Rodriguez vient nous rappeler utilement qu’elle peut en fait prendre bien d’autres formes. Un dernier texte peut se rattacher à ce type de narration-témoignage : c’est celui de A.M. Brénot à propos du journal de Francisco Estévez, un chasseur de Noirs marrons dans l’île de Cuba du milieu du XIXe siècle. Avec cette source difficile à cerner – on n’est pas vraiment face à un journal intime mais plutôt devant une sorte de « journal de bord » des activités macabres de son auteur – A.M. Brénot restitue un témoignage de tout premier ordre sur le monde de l’esclavage à Cuba.

6Un troisième type d’égo-document ici mobilisé est celui du « récit de vie », le plus souvent fruit d’une sollicitation provenant d’un tiers. On ne peut s’empêcher, à la lecture des deux contributions qui font appel à eux, de penser au récit de vie de Rigoberta Menchú qui, par l’écho tant littéraire que politique qu’il a eu, constitue peut-être un modèle du genre. E. Beaudet analyse le témoignage d’une femme de mineur bolivien recueilli en 1975 à Mexico par une journaliste brésilienne. Quant à S. Revet, elle restitue la mémoire d’une catastrophe naturelle dans la communauté qui en fut la victime au Venezuela en 1999. Les deux cas illustrent la démarche de l’anthropologue face à ces récits de vie.

7Les trois derniers textes offrent enfin une ultime approche possible de l’écriture de soi, la plus classique sans doute car longtemps la plus légitime, à savoir l’approche littéraire. J. Dupont s’intéresse aux Amériques de Butor en s’interrogeant sur la dimension personnelle de son récit. C. Héau Lambert et G. Giménez Montiel analysent le corrido mexicain sous l’optique du récit de vie tant ces chansons populaires s’enracinent dans le quotidien de ce pays. Enfin, F. Liézart pose la question du rapport entre fiction et réalité dans un texte de Elena Poniatowska.

8Après la lecture de ce livre, on peut indéniablement savoir gré à A.M. Brénot d’y avoir regroupé quatre approches parmi les plus significatives dans l’utilisation des égo-documents, démontrant au passage la richesse des confrontations disciplinaires. Dans le même temps, ce livre est une réponse catégorique à l’interrogation qu’elle formulait dans l’introduction, à savoir celle de la légitimité de l’application de ce type d’approche et de questionnements à l’espace latino-américain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Bertrand, « Anne-Marie BRENOT (dir.).- Mémoires d’Amérique latine, correspondances, journaux intimes et récits de vie (XVII-XXèmes siècles) », Caravelle, 97 | 2011, 284-286.

Référence électronique

Michel Bertrand, « Anne-Marie BRENOT (dir.).- Mémoires d’Amérique latine, correspondances, journaux intimes et récits de vie (XVII-XXèmes siècles) », Caravelle [En ligne], 97 | 2011, mis en ligne le 01 décembre 2011, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://caravelle.revues.org/1515

Haut de page

Auteur

Michel Bertrand

Université de Toulouse

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org