Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Martin MURPHY.- El ensueño de la razón. La vida de Blanco White, trad. Victoria León

Sevilla, Ed. Renacimiento, Centro de Estudios andaluces, 2011.- 442 p. (or. B. W., a Self-Banished Spaniard, Londres, 1989)
Marie-Cécile Bénassy
p. 279-281
Référence(s) :

Martin MURPHY.- El ensueño de la razón. La vida de Blanco White, trad. Victoria León.- Sevilla, Ed. Renacimiento, Centro de Estudios andaluces, 2011.- 442 p. (or. B. W., a Self-Banished Spaniard, Londres, 1989)

Texte intégral

1Ce sont les chapitres cinq à huit de ce bon ouvrage qui traitent directement du rôle de José Blanco White dans les Indépendances américaines, en particulier à travers le journal El Español. Mais c’est tout le livre qui éclaire minutieusement une personnalité singulière. On ne saurait trop en recommander la lecture aux historiens. Dans son pays, le Dr Murphy est l’un des rares avec le Professeur D. Brading à s’intéresser à Blanco White. La grande histoire de L. Bethell publiée à Cambridge ne le nommait même pas. En revanche, les Espagnols l’ont redécouvert. Ils l’étudient, et ils traduisent ses nombreux textes anglais à tour de bras. Le prof. A. Garnica a entrepris en 2005 la publication échelonnée de ses Obras completas.

2Certains Français aussi avaient compris que bien étudier les indépendances espagnole et américaines voulait dire regarder de près ce qui se passe à Londres. Le regretté André Pons soutint en 1990 une thèse novatrice sur le sujet. Et justement, Martin Murphy, son ami, a joué un rôle décisif dans la publication posthume de la version espagnole (Un. d’Oviedo, 2002 et 2006). Pons apporta aussi son précieux concours à l’édition critique de la Historia de la Revolución de Nueva España de Fray S. T. de Mier, un proche de Blanco, qui publie à Londres en 1813. En 1990, le livre passa inaperçu, mais il est présent en France dans une cinquantaine de bibliothèques universitaires.

3Tentons ici de décrire schématiquement l’essentiel du cas Blanco. Il naît à Séville en 1775 d’un père irlandais qui a traduit son nom et d’une mère andalouse. Poussé au sacerdoce par l’entourage, il perd la foi sous l’influence des « idées » françaises ». Il se distingue à Séville comme journaliste politique en 1809. Début 1810, il part pour l’Angleterre afin de pouvoir quitter l’Église catholique. Intelligent, cultivé, poète, bon violoniste, il voit s’ouvrir beaucoup de portes, surtout dans le parti d’opposition, les Whigs. Avec l’aide discrète du Foreign Office, il publie en 1810-1814 El Español, sévère pour les gens de Cadix, mais qui a un retentissement considérable. Il est partisan de concessions mutuelles entre la péninsule et les royaumes d’Outre-mer et il presse les Cortes de Cadix de prendre pour modèle les institutions anglaises. Ensuite, il tente surtout de faire connaître l’Espagne aux Britanniques, continuant à fustiger le « papisme » avec une violence qui surprend ses amis anglais, mais décrivant de la plus belle façon la chaleur conviviale de ses compatriotes. Entre 1823 et 1825, il publie aussi une revue Variedades, Mensagero de Londres, destinée aux hispanophones américains, pour leur parler de l’Ancien Monde et surtout de l’Angleterre et de l’Espagne. Ensuite il semble juger ne plus pouvoir être utile au lointain continent. Une suggestion de lui avait d’ailleurs été repoussée par le gouvernement britannique : établir la liberté religieuse à Trinidad qui était anglaise depuis 1802.

4Blanco a tenté, avec un succès apparent, de devenir anglais, et même clerc anglican. En 1833, six ans avant sa mort, il change de nouveau de religion, devenant unitarien Cette vida suit pas à pas les tourments théologiques d’un être pessimiste, hypersensible et cyclothymique, un «Quijote racionalista en busca de lo trascendente» (p. 10), qui a laissé plusieurs textes autobiographiques et de très nombreux écrits en plusieurs genres, principalement en anglais. Le livre conclut sur la persistance indubitable (la victoire !) de l’identité espagnole de Blanco qui meurt en 1841.

5Le miracle de l’homme, c’est que, malgré ses défauts et ses accès d’agressivité, il parvient par son charme, son intelligence et sa bonté à se faire des amis de haut niveau (dont Andrés Bello et le futur cardinal Newman) qui lui restaient fidèles même lorsque des écrits imprudents ou injustes les fâchaient profondément. Martin Murphy a lu une œuvre immense ; son empathie avec le personnage est réelle, mais il ne lui fait pas de cadeaux et il maintient une «ecuanimidad» qui n’était pas aisée sur un pareil sujet. Blanco se voulait scrupuleusement véridique, mais il lui arrivait de se mentir à lui-même ou sur lui-même. Ici biographié et biographe retiennent tous deux l’intérêt du lecteur. On a vraiment l’impression d’avoir fait le tour du personnage.

6Le travail d’André Pons sur l’œuvre politique de Blanco était beaucoup plus détaillé, mais il traitait à peine de la période postérieure à 1814. En outre, le plan chronologique de Murphy rend plus clairs ses rapports avec la société politique anglaise (Lady Holland par exemple) et l’évolution du héros vers le conservatisme.

7L’immense bibliographie de Blanco figure à la fin du livre. Celle sur Blanco aurait trop gonflé l’ouvrage : il faut lire les nombreuses notes pour la plus récente, et revenir à l’original anglais pour la plus ancienne. Le choix des illustrations est remarquable ; plusieurs ont été ajoutées à celles de l’original. On trouve d’ailleurs aussi quelques nouveautés dans le texte, par exemple sur la parenté du héros. Des épigraphes latines et des expressions françaises sont finement introduites. Et le « british humor » n’est pas absent.

8Quels reproches faire à ce bel ouvrage ? Ils sont peu nombreux. Dans la dernière partie, Murphy n’est pas toujours charitable envers son lecteur non angliciste peu familier des crises politico-théologiques du clergé anglican aux alentours de 1829, lorsque les catholiques acquièrent leurs droits civiques. Le mot « tractariano » (« tractarian ») peut lui poser problème. Le lecteur se plaindra parfois d’une traduction trop « mot à mot » et d’approximations (« metrópolis » pour « metrópoli »). Néanmoins la gêne n’est pas considérable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Cécile Bénassy, « Martin MURPHY.- El ensueño de la razón. La vida de Blanco White, trad. Victoria León », Caravelle, 97 | 2011, 279-281.

Référence électronique

Marie-Cécile Bénassy, « Martin MURPHY.- El ensueño de la razón. La vida de Blanco White, trad. Victoria León », Caravelle [En ligne], 97 | 2011, mis en ligne le 01 décembre 2011, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://caravelle.revues.org/1512

Haut de page

Auteur

Marie-Cécile Bénassy

Université de Paris III

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org