Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Conquérants et chroniqueurs espagnols en pays maya, 1517-1697, I Découvertes.- Textes choisis, traduits et présentés par François BALDY

Paris, Les Belles Lettres, 2010.- 508 p.
Michel Bertrand
p. 271-273
Référence(s) :

Conquérants et chroniqueurs espagnols en pays maya, 1517-1697, I Découvertes.- Textes choisis, traduits et présentés par François BALDY.- Paris, Les Belles Lettres, 2010.- 508 p.

Texte intégral

1L’ouvrage de François Baldy se situe sur un terrain bibliographique particulièrement encombré : celui de publication de récits relatifs à la découverte du Nouveau Monde. L’approche de la commémoration du 5ème centenaire avait apporté un coup de fouet à de telles éditions ou, le plus souvent, rééditions. Certes, c’est sans doute d’abord en langue espagnole que ces publications de sources se réalisèrent, donnant notamment naissance à des collections nouvelles. En France même, ces publications de sources relatives aux découvertes européennes du Nouveau Monde sont devenues l’apanage d’un éditeur, Utz, qui, depuis des années, a choisi de mettre à la disposition des lecteurs curieux de tels récits, sans se limiter pour autant aux seuls écrits du début du XVIe siècle. Dans un tel contexte, qu’apporte l’ouvrage de François Baldy ?

2On se doit d’abord de souligner l’originalité de l’approche suivie qui rompt avec les publications traditionnelles de récits d’exploration. Habituellement, c’est la source qui est mise au cœur du projet éditorial : l’éditeur en propose alors une édition critique qu’il choisit, ou pas, de faire précéder d’une introduction. Tel n’est pas le choix ici proposé. L’auteur et son récit cèdent la place au profit d’un espace géographique, dans le cas d’espèce le Yucatan. Ce faisant, c’est à partir de ce prisme que l’auteur regroupe dans son ouvrage un certain nombre d’auteurs et de récits. Très concrètement, pour cet ouvrage sur la découverte, ce sont les aventures de trois « découvreurs » de la péninsule yucatèque qui sont ici regroupées. La première concerne le voyage de Francisco Hernández de Córdoba, organisateur en 1517 d’une véritable expédition d’exploration-découverte-conquête en accord avec les autorités espagnoles de Cuba. L’accueil hostile des populations locales l’empêcha d’en prendre le contrôle, le commandant de l’expédition y trouvant même la mort. La seconde est celle organisée un an plus tard, toujours depuis Cuba, par Juan de Grijalva. La dernière enfin narre l’expédition placée en 1519 sous le commandement d’un Hernán Cortès en route pour le continent sans l’autorisation du gouverneur de Cuba, Diego Velázquez. Trois expéditions donc, placées sous l’autorité de trois conquistadors, à trois ans de différence.

3Ces trois récits sont précédés d’une longue introduction d’une centaine de pages. En six chapitres, l’auteur restitue le contexte dans lequel s’inscrivent ces expéditions en remontant aux années de la découverte antillaise par Christophe Colomb. Il y retrace les grandes étapes de la prise de possession espagnole de la région, depuis les expéditions colombines jusqu’à l’échouage sur les côtes yucatèques de Jerónimo de Aguilar et de Gonzalo Guerrero, deux hommes qui survécurent au naufrage de la caravelle de Valdivia partie du Darien pour se rendre à Santo Domingo en 1511. Entre ces deux événements-phares, l’auteur rappelle les infortunes d’Alonso de Ojeda et de Diego de Nicuesa sur la côte de la Terre Ferme en 1509-1510, la découverte de la Mer du Sud par Núñez de Balboa et pour finir l’installation des premiers Espagnols dans la région sous le commandement de Pedrarias Dávila quelques mois plus tard, entre 1511 et 1513.

4Tout converge donc pour offrir au lecteur les clés nécessaires à la compréhension de la progressive prise de contrôle par les Espagnols de cette région américaine. Pourtant la lecture, tant de l’introduction que des trois grandes aventures yucatèques retenues, laisse quelque peu perplexe tant la démarche choisie par l’auteur ne facilite pas au lecteur l’accès aux sources ici présentées. De quoi s’agit-il en effet ? L’introduction, dont on attendrait de la part de l’auteur une contextualisation critique des sources, choisit l’option de la reconstitution des événements exclusivement à partir de sources dont il offre de très long passages. Or, les sources convoquées par François Baldy ont des statuts divers et hétérogènes. Les auteurs conviés pour ce faire sont soit des acteurs directement liés aux événements relatés, soit des témoins, soit enfin des « historiens » – à l’image d’un López de Gómara ou d‘un Bartolomé de Las Casas – qui reprennent des informations glanées dans les récits des premiers au gré de la sympathie ou de l’antipathie qu’ils peuvent ressentir pour tous ceux qui participèrent à ces expéditions. Entre chacune de ces longues citations, aucune véritable analyse critique qui s’imposerait, tant ces sources, comme toutes sources, ne peuvent être utilisées sans le regard vigilant de l’historien. François Baldy se contente de simples transitions dans lesquelles il apporte soit quelques précisions factuelles, le plus souvent utiles et précises, soit des commentaires personnels moins bien venus. Certes, l’appareil critique, très développé sous la forme de longues notes reportées en fin de volume, comble en partie ce manque. Mais il ne saurait remplacer l’analyse de l’historien. En d’autres termes, l’introduction de l’ouvrage est fondamentalement constituée, comme le reste de l’ouvrage, d’extraits de sources bien plus que d’une véritable contextualisation historique du propos développé par la suite.

5Le reste de l’ouvrage est constitué d’extraits de sources sélectionnées sur la base de ce qu’elles apportent à la connaissance des trois expéditions retenues. Là encore, si les choix de François Baldy sont le plus souvent pertinents et ne sont pas en cause, il y manque, comme pour l’introduction, une véritable analyse critique. On peut en effet difficilement mettre sur le même plan des « récits » qui parlent du Yucatan à partir des positions radicalement différentes de leurs auteurs et rédigés à des époques elles-mêmes distinctes et parfois très éloignées dans le temps… C’est ainsi que, pour l’expédition de Cortès, on se surprend de voir voisiner entre deux citations de Diego de Landa un extrait de La pensée aztèque de Miguel León-Portilla (p. 312-313)… Là encore, de tels rapproche-ments, ou d’autres que l’on constate au fil de l’ouvrage, peuvent se révéler pertinents et intéressants. Mais il y manque le nécessaire commentaire critique de l’historien afin que le lecteur puisse autant en saisir la portée qu’éviter les risques d’anachronismes.

6Si l’ouvrage pèche donc du côté de la méthode historique, il n’en offre pas moins au lecteur français des sources essentielles sur la découverte du Yucatan. Certes, la plupart d’entre elles parmi les plus connues étaient déjà accessibles, bien qu’inégalement, dans des éditions plus ou moins récentes. Mais l’ouvrage de François Baldy vient les remettre au premier plan tout en incitant le lecteur à s’adonner à leur propos à une stratégie de confrontation. On peut donc saluer une initiative heureuse dont le premier mérite est bien celui de l’originalité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Bertrand, « Conquérants et chroniqueurs espagnols en pays maya, 1517-1697, I Découvertes.- Textes choisis, traduits et présentés par François BALDY », Caravelle, 97 | 2011, 271-273.

Référence électronique

Michel Bertrand, « Conquérants et chroniqueurs espagnols en pays maya, 1517-1697, I Découvertes.- Textes choisis, traduits et présentés par François BALDY », Caravelle [En ligne], 97 | 2011, mis en ligne le 01 décembre 2011, consulté le 22 juin 2017. URL : http://caravelle.revues.org/1501

Haut de page

Auteur

Michel Bertrand

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org