Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Jean-Pierre TARDIEU.- Cimarrones de Panamá, la forja de una identidad en el siglo XVI

Madrid, Iberoamericana, Vervuert, 2009.- 287 p.
Michel Bertrand
p. 269-271
Référence(s) :

Jean-Pierre TARDIEU.- Cimarrones de Panamá, la forja de una identidad en el siglo XVI.- Madrid, Iberoamericana, Vervuert, 2009.- 287 p.

Texte intégral

1Le spécialiste reconnu de l’histoire des Noirs dans l’Amérique espagnole qu’est Jean-Pierre Tardieu aborde avec cet ouvrage un aspect largement négligé par l’historiographie. Si l’histoire de l’esclavage aux Amériques constitue un aspect qui connaît depuis longtemps un réel dynamisme – dynamisme dont témoigne, par exemple, le programme de l’UNESCO intitulé « la route de l’esclave » – bien des aspects comme certaines régions de l’espace américain restent quelque peu en marge de ce processus. Tel est bien le cas de la question noire dans plusieurs pays d’Amérique centrale où les historiographies nationales n’accordent que peu de place à ces populations trop souvent encore difficilement visibles, à l’image du Costa Rica ou du Nicaragua. Tel n’est sans doute pas exactement le cas du Panama, Etat né au début du XXe siècle dans l’espace que ses premiers découvreurs baptisèrent à l’aube du XVIe siècle la Terre Ferme, région où prédominent aujourd’hui des populations d’afro-descendants. Dans le même temps, l’origine très particulière de ce peuplement mérite de retenir l’attention. Sur ces vastes espaces côtiers atlantiques qui courent depuis le Panama jusqu’au Belize actuels, le contrôle des autorités espagnoles fut longtemps très relatif. Très vite, sans doute dès la mise en place du système esclavagiste dans l’espace insulaire caraïbe, ces régions se transformèrent en zones de refuge pour esclaves en fuite, ces cimarrones devenus « marrons » dans la langue de Molière. Comme le souligne Jean-Pierre Tardieu, la résistance et la fuite des esclaves africains depuis les possessions coloniales de la couronne d’Espagne s’organisèrent dès la mise en place du système esclavagiste. Ces manifestations de refus imposèrent aux autorités coloniales de s’efforcer d’en réduire l’ampleur, souvent par la force, parfois aussi par la négociation. C’est à cette double politique espagnole que s’intéresse l’essai de Jean-Pierre Tardieu, en en limitant l’analyse à la zone dite de Terre Ferme, espace par ailleurs stratégique aux yeux de la Monarchie. C’est en effet dans cette région que circulaient les marchandises provenant d’Espagne destinées au Pérou et, en sens inverse, les revenus tirés par l‘Espagne des richesses péruviennes, à commencer par l’argent provenant de Potosi. Dans le même temps, les contraintes imposées par le milieu naturel rendait d’autant plus difficile l’exercice de ce contrôle, facilitant la tâche des marrons comme celle des « pirates » ou plus largement des ennemis de l’Espagne.

2L’ouvrage est construit chronologiquement, permettant de suivre la naissance, l’apogée puis enfin la réduction de cette zone propice aux palenques. Les premiers affrontements entre Espagnols et rebelles datent des années 1530. Dès cette période, les colons de la région exigent de la couronne protection vis-à-vis de ces populations incontrôlées. Ces demandes débouchèrent sur les premiers affrontements dont le plus important vit s’affronter le leader des marrons, un certain Felipillo, et le capitaine Carreño vers 1550. En 1551, l’Espagnol réussit à s’emparer de l’esclave fugitif et détruisit son palenque dans lequel se retrouvaient non seulement des esclaves marrons mais aussi des indigènes.

3Ces premières escarmouches débouchèrent sur une véritable guerre menée sous le vice-roi Mendoza, à compter de 1555. L’objectif était bien, pour les représentants de la monarchie espagnole, de tenter une première mise sous contrôle de la région dans le cadre de ce que l’on a baptisé la « guerre de Bayano ». Tel était en effet le nom du nouveau leader rebelle, alors que le chef des Espagnols n’était autre que Pedro de Ursúa, l’explorateur du fleuve Marañón. A la différence du palenque de Felipillo, la documentation disponible permet de préciser les modes de fonctionnement de ce nouveau palenque, véritable monarchie aux racines africaines centrée sur la personne du chef. C’est d’ailleurs ce caractère qui, s’il en garantissait la cohérence, était cause de sa fragilité : une fois le chef capturé, le palenque perdit de sa cohérence sans pour autant disparaître.

4C’est dire que ces échecs successifs ne résolvaient pas le problème. Conformément au développement du trafic d’esclaves et à celui du système esclavagiste, de nouveaux fuyards venaient alimenter le peuplement des cimarrones. Vers 1575, ces derniers sont ainsi estimés à un total de 2500 dans la région de Panama, soit près de la moitié du total des populations d’origine africaine présentes dans la région. Ces populations incontrôlées constituaient donc une menace latente pour l’ordre colonial. La situation tendit à s’aggraver pour les intérêts espagnols quand aux cimarrones se joignirent les pirates anglais. La conjonction de ces deux menaces rendait la permanence des palenques dans la région encore plus difficile à contrôler. En d’autres termes, les continuateurs du palenque de Bayano surent parfaitement s’intégrer dans la géostratégie régionale, jouant des rivalités aux Amériques entre monarques européens.

5Cette nouvelle situation rendait inévitable une nouvelle tentative de réduction de cette région. Elle fut mise en place à compter de 1579 sous l’autorité de l’oidor Alonso Criado de Castilla. Devant la menace que représentaient les pirates anglais sous le commandement de Francis Drake, l’oidor entra en contact avec les responsables du palenque afin de mener à bien une négociation destinée à fonder une réduction regroupant ces populations. C’est ainsi que furent fondées successivement plusieurs réductions qui transformèrent les esclaves fuyards en sujets libres du roi. Un peu comme dans les réductions destinées aux amérindiens, ces regroupements de marrons rassemblaient des populations aux origines variées. De la même façon aussi, ces réductions devinrent des lieux de christianisation confiés à des doctrineros. Enfin, devenus sujets du roi, ils se voyaient garantir leur droit à la liberté. En d’autres termes, l’Espagne appliqua aux populations d’origine africaine la même solution que celle imposée, un demi-siècle plus tôt, aux Amérindiens. Cette politique donna naissance dans la région panaméenne à une véritable confédération des Bayanos regroupant les diverses réductions ainsi constituées. Cependant, il serait erroné de penser que ces populations s’intégrèrent aisément au système colonial. Comme le souligne Jean-Pierre Tardieu, à la fin du XVIe siècle, la menace que représentaient les populations de marrons vis-à-vis des colons espagnols n’avait pas totalement disparu. La moindre tension, quel qu’en fût le prétexte ou la cause, pouvait déboucher sur de véritables psychoses chez les colons. Il n’empêche, à la fin de ce même siècle, les cimarrones de Panama ne comptaient plus que 94 individus, le reste étant de fait intégré au système colonial.

6La reconstitution proposée par Jean-Pierre Tardieu permet donc de suivre avec une grande précision la mise en place d’une politique de contrôle des populations qui représentaient un véritable danger pour le système colonial. A la fin du XVIe siècle, le palenque de la région de Panama se trouvait donc pratiquement sous contrôle espagnol, servant de base à l’élaboration d’une identité régionale. C’est donc ailleurs, notamment plus au nord, que continuèrent à chercher refuge les esclaves fuyant le système esclavagiste qui, lui, continuait à exister et donc à fomenter de nouvelles populations marrons.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Bertrand, « Jean-Pierre TARDIEU.- Cimarrones de Panamá, la forja de una identidad en el siglo XVI », Caravelle, 97 | 2011, 269-271.

Référence électronique

Michel Bertrand, « Jean-Pierre TARDIEU.- Cimarrones de Panamá, la forja de una identidad en el siglo XVI », Caravelle [En ligne], 97 | 2011, mis en ligne le 01 décembre 2011, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://caravelle.revues.org/1499

Haut de page

Auteur

Michel Bertrand

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org