Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Esteban MIRA CABALLOS.- Conquista y destrucción de las Indias, (1492-1573)

Tomares, Munoz Moya editores, 2009.- 404 p.
Michel Bertrand
p. 267-269
Référence(s) :

Esteban MIRA CABALLOS.- Conquista y destrucción de las Indias, (1492-1573).- Tomares, Munoz Moya editores, 2009.- 404 p.

Texte intégral

1L’ouvrage d’E. Mira Caballos se propose de revenir sur un sujet rebattu s’il en est, à savoir l’impact de la conquête espagnole sur le continent américain et plus précisément sur ses populations. Certes, comme l’écrit l’auteur, toute histoire est fille de son temps et cherche d’abord à répondre aux questions que se posent ses contemporains. Ceci étant, et sur un tel sujet qui, depuis 500 ans, a suscité plusieurs centaines de titres, voire peut-être des milliers dont quelques chefs-d’œuvre de la pensée occidentale, y a-t-il place aujourd’hui pour une nouvelle approche historienne de la question ? Il faut bien dire que la lecture de l’ouvrage ne réussit pas à nous convaincre de la pertinence de l’entreprise.

2L’auteur n’a de cesse de vouloir apporter une « réponse d’aujourd’hui » à la question posée dès 1550 par la « destruction des Indes » pour reprendre le titre de l’auteur qui reste, de toute évidence, sa référence indépassable. Son bilan historiographique montre bien que les réponses antérieures ont été étroitement liées aux intérêts les plus divers qui se saisissaient du sujet. Cela est tout particulièrement manifeste de l’historiographie espagnole partagée entre le sentiment de devoir justifier l’injustifiable et celui de dénoncer les abus en tous genres qui accompagnèrent le processus colonial. Mais, à travers la « légende noire », cela a été aussi le cas, des décennies durant, d’une partie de l’historiographie européenne. Pour autant, on pouvait penser que, précisément, les historiographies non espagnoles, européennes tout spécialement mais pas seulement, moins directement impliquées dans le débat, l’avaient aujourd’hui tranché. Il est vrai que l’auteur semble les ignorer superbement, se limitant à citer parmi les auteurs étrangers ceux ayant bénéficié de traductions castillanes… L’ouvrage prend alors la coloration d’un débat interne, très « castellano-hispanique » – le Portugal et sa colonie brésilienne n’étant même pas convoqués à une polémique à laquelle ils ont, ô combien, eux aussi contribué. De ce point de vue, l’ambition clairement exprimée p. 27 à travers une formulation ambitieuse selon laquelle « es necesario seguir revisando la historia de la Conquista y de la Colonización con una metodología propia del siglo XXI » est loin d’atteindre vraiment ses objectifs puisque la perspective choisie ne permet pas vraiment de faire un tour préalable suffisamment large pour ne pas dire exhaustif de la question.

3Pour autant, on comprend bien l’optique de l’auteur, très actuelle en effet, dans la mise en œuvre de son travail. Il s’inscrit dans le courant que l’on pourrait qualifier de la repentance. Il s’agit donc bien pour lui de montrer ce que l’impact colonisateur a pu avoir de destructeur dans le cas des Indes espagnoles. D’où l’importance accordée à une question qui, historiographiquement, n’en est plus réellement une, à savoir celle du « génocide » des Amérindiens, à laquelle il consacre la seconde partie de son travail et près de 70 pages. Le fond des éléments apportés n’est pas ici en cause. L’auteur mobilise pour ce faire les travaux les plus sérieux sur le sujet, depuis ceux de S. Cook et W. Borah jusqu’à ceux de N. Sanchéz-Albornoz ou encore de N. Wachtel. C’est plutôt la phase interprétative qui laisse perplexe l’historien auquel il assigne, p. 80, une « mission impossible », à savoir celle de « connaître la vérité historique et de l’accepter » comme au plus bel âge de l’histoire méthodique et de l’historicisme triomphant qu’il épingle par ailleurs. Sans tomber dans le relativisme culturel inspiré du linguistic turn ou des culturals studies, on pouvait penser que les travaux d’épistémologie de la discipline avaient montré la vanité d’une telle ambition… Sur la question du génocide, l’admettre devient sous sa plume non pas le fruit d’un raisonnement fondé sur des « données historiques » mais une sorte d’obligation morale afin de rendre justice aux millions d’Amérindiens disparus (p. 77).

4L’ensemble de l’ouvrage suit une démarche du même type. Les diverses questions traitées – qu’il s’agisse de la place de la législation protectrice de l’Indien et de son non-respect, de la représentation de l’Indien construite par le système colonial, de l’évangélisation, du processus de conquête et enfin de celui de la colonisation – sont certes des interrogations fondamentales pour qui veut comprendre ce qu’a été la construction du système colonial ibérique en Amérique. Dans le même temps, sur chacun de ces sujets, la bibliographie est si ample et si difficile à maîtriser aujourd’hui que le risque est bien d’en rester à un niveau de généralités ou de superficialité coupables. En ce sens, sur toutes ces questions essentielles, la réflexion de l’auteur est systématiquement étayée par des exemples qui illustrent prioritairement la thèse qu’il veut défendre, justifiant de la responsabilité destructrice du processus colonial – que l’on ne saurait sérieusement nier ! –, ouvrant inévitablement la porte à une nécessaire repentance.

5La conclusion de l’ouvrage vient confirmer la perspective fondamentalement morale – et non pas proprement historienne – qui est celle de l’auteur. Il établit le lien entre l’illégitimité du processus colonial et la mort, le plus souvent violente et sans avoir atteint leur objectif d’enrichissement, de la plupart des conquistadors, tout spécialement de ceux de la Nouvelle Espagne. Bien plus même, pour ceux qui ne périrent pas « l’or dans les poches » à l’occasion de la Noche Triste, les trésors qu’ils avaient réussi à récupérer finirent entre les mains du roi de France car capturés en 1521 sur la route du retour par le corsaire Jean Fleury. Il étaye cette argumentation sur la base d’un tableau (p. 351-2), dont le titre – « Morir matando, adelantados y conquistadores ante la muerte » – révèle bien l’optique choisie. Or, indépendamment du fait qu’il y sélectionne une cinquantaine de ces conquistadors (toutes régions de l’empire confondues) sans jamais justifier son choix, on ne peut que le renvoyer aux travaux de l’un des principaux spécialistes de l’histoire des conquistadors de Nouvelle Espagne, B. Grunberg, pour l’inviter à revoir une telle reconstruction.

6Un autre aspect de cette même conclusion mérite d’être relevé, tant il confirme l’optique choisie. Face à tous ceux qui, pour cause de violence, sont voués aux gémonies de l’Histoire, il met en évidence ceux qui, dès le XVIe siècle surent émettre de vives dénonciations devant les abus généralisés des colonisateurs. Indépendamment du fait qu’ils deviennent à ses yeux « lo único realmente glorioso de toda la expansión ultramarina » – jugement de valeur là encore bien peu historien… – il étaye son raisonnement sur l’action lascasienne, Las Casas étant promu au rang de seul véritable héros de tout le processus colonial espagnol (p. 322). Un tel raisonnement l’amène alors à se poser une dernière question, bien peu historienne elle aussi : la conquête n’aurait-elle pas pu se dérouler « pacifiquement » ? La violence était-elle intrinsèquement liée à la conquête américaine ? C’est inévitablement B. de Las Casas qui sert ici à nouveau d’étendard à cette « autre conquête », celle qu’A. Saint-Lu, dans une étude magistrale sur la Verapaz baptisa comme une « conquête évangélique ». Les importants travaux de cet historien, disparu il y a peu, ainsi que ceux qui s’inscrivent dans leur prolongement en étudiant l’action dominicaine dans cette région que B. de Las Casas avait voulu exemplaire, montrent combien la prétendument « conquête évangélique » ne modifia pas grand-chose en termes de mise en place du système colonial.

7L’étude de E. Mira Caballos, malgré une mobilisation de données nombreuses et le plus souvent tout à fait recevables, prête ainsi le flan à de sérieuses réserves, tout spécialement en termes de démarche et de méthode. Son approche, prioritairement morale si ce n’est édifiante, s’éloigne des exigences sur laquelle se fonde toute recherche historique dont pourtant l’auteur mobilise très amplement les apports. Comme l’écrivait L. Febvre, en l’absence de tout « Tribunal de l’Histoire », l’historien ne saurait se transformer en juge, pas même en juge d’instruction. Or, c’est manifestement cette dernière fonction qu’a choisi d’occuper l’auteur de cet ouvrage, se plaçant dans une position qui ne saurait correspondre à celle de l’historien.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Bertrand, « Esteban MIRA CABALLOS.- Conquista y destrucción de las Indias, (1492-1573) », Caravelle, 97 | 2011, 267-269.

Référence électronique

Michel Bertrand, « Esteban MIRA CABALLOS.- Conquista y destrucción de las Indias, (1492-1573) », Caravelle [En ligne], 97 | 2011, mis en ligne le 01 décembre 2011, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://caravelle.revues.org/1497

Haut de page

Auteur

Michel Bertrand

Université de Toulouse

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org