Navigation – Plan du site
La Révolution mexicaine et ses représentations
Révolution et Éducation

La Révolution mexicaine dans les manuels scolaires français

Véronique Pugibet
p. 31-50

Résumés

Ce travail étudie l’évolution de la représentation de la Révolution mexicaine dans des manuels d’apprentissage d’espagnol en France entre 1958 et 2008. Il analyse l’articulation entre les programmes nationaux, le choix des divers supports au service de cette mémoire et le rôle non négligeable des maquettes. Si la Révolution y apparaît encore mythifiée dans les années soixante, cette image s’effritera progressivement pour diverses raisons.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Vázquez Josefina Zoraida, Nacionalismo y educación en México, México, El Colegio de México, 2005 (1(...)

1L’enseignement de la Révolution mexicaine est un des piliers incontournables des cours d’histoire dès l’école élémentaire au Mexique, contribuant ainsi à construire la nation, à renforcer le sentiment d’appartenance nationale et à favoriser une mémoire collective à travers le « culto a los símbolos cívicos y a los héroes de la “patria” »1.

  • 2 Ibidem, p. 18.

2J. Z. Vázquez rappelle combien « en todas las naciones se ha utilizado alguna vez la escuela como instrumento para formar ciudadanos, y la enseñanza de la historia como medio para inculcar ciertos valores y despertar lealtad a la nación en la forma del gobierno establecido »2. Les programmes d’histoire français ethnocentrés ne font aucune mention de la Révolution mexicaine sans doute trop éloignée au sens propre comme au figuré.

  • 3 Ils sont définis par le Ministère de tutelle, l’Education Nationale, et plus précisément la Directi (...)

3C’est pourquoi pour en trouver trace dans l’enseignement scolaire en France il faut se tourner vers l’enseignement de l’espagnol car elle y est mentionnée sous des formes diverses au gré des Instructions Officielles (I.O.). Les programmes nationaux3, c’est-à-dire ce que l’élève doit savoir et donc ce que le maître doit enseigner, impliquent une uniformisation à l’échelle du pays contrairement aux choix opérés ailleurs. Les manuels scolaires soumis à ces programmes sont un outil permettant une étude d’ordre idéologique :

  • 4 Verdelhan-Bourgade Michèle, « Avant propos » dans Les Manuels scolaires, miroirs de la nation, Pari (...)

Les manuels […] peuvent donner un éclairage pertinent sur les savoirs qu’une société juge utile de transmettre, mais aussi sur les idées, les préjugés, les représentations véhiculées par cette société et sous-jacentes aux choix des connaissances transmises4.

  • 5 Ibidem, p. 9.

4Si les manuels d’histoire se prêtent remarquablement à ce type d’analyse, les manuels de langue offrent une alternative tout aussi intéressante puisqu’ils ne se contentent pas d’être simplement des outils d’apprentissage linguistique. Ils initient les élèves aux cultures de la langue cible en opérant des choix révélateurs du regard porté sur l’Autre et en privilégiant certains évènements considérés comme fondamentaux. « L’enseignement d’une langue n’est pas seulement de l’ordre du linguistique : y interviennent des facteurs culturels et politiques »5.

Le corpus

5Les manuels d’espagnol font preuve d’éclectisme dans leur approche culturelle passant par l’histoire, la littérature, l’art, l’anthropologie, la sociologie, le cinéma etc. avec l’ambition de présenter l’Autre mais forcément à partir de soi. A cela s’ajoute une évolution des regards selon les époques. Enfin les manuels offrent une grande richesse iconographique (au point de parfois brouiller la lisibilité du contenu) pour illustrer ou instruire ; là encore le choix n’est jamais neutre.

6Au premier cycle (collège) les impératifs grammaticaux et lexicaux l’ont emporté pendant bien longtemps sur le contenu civilisationnel. Aussi notre corpus de 76 manuels se compose-t-il d’ouvrages du second cycle (lycée).

  • 6 Arrêté du 25 février 1958, Instructions officielles, Ministère de l’Education Nationale.
  • 7 I.O. du 26 juillet 1966.

7Les programmes officiels déterminent le contenu des manuels et en l’occurrence l’étude de la Révolution mexicaine ou non. C’est en 1958 que les I.O. ont introduit une nouveauté dans l’enseignement de la discipline en s’ouvrant à l’Amérique hispanophone. Ainsi en première on aborderait « La terre : La Révolution Mexicaine et la question agraire », puis « L’équipement industriel : apports étrangers, croissance des grandes villes (quelques exemples caractéristiques). Ces différents problèmes seront évoqués en utilisant […] des documents relatifs à la peinture mexicaine (Rivera, Siqueiros, Orozco), aux arts populaires : céramique, tissu, musique »6. En 1966 les nouveaux programmes7 se montreront en revanche plus vagues que ceux de 1958. Et il faudra attendre 1981 pour voir la publication de nouvelles directives. Ainsi en terminale,

  • 8 Arrêté du 5 octobre 1981, B.O. n°spécial 5 (24 juin 1982).

on poursuivra l’étude des divers aspects des paysages et de la vie des hommes du monde hispano-américain. Le XXe siècle : A) Nations et communauté continentale Hispano-américaines : démocraties et dictature ; les interventions étrangères ; les problèmes économiques et sociaux. B) l’Amérique face à l’avenir : les richesses du sol et du sous-sol ; le potentiel humain ; l’éducation et la culture8.

  • 9 Arrêté du 25 avril 1988 relatif aux programmes des clases de Première et Terminales, supplément au (...)

8La formule consacrée demeure : « ce programme est donné à titre indicatif, il n’est ni limitatif ni exhaustif ». En 19889 les programmes des classes terminales (reconduits en 1991) proposèrent l’étude de quelques époques clés : l’Espagne de 1975 à nos jours et l’Amérique de 1898 à nos jours. On pouvait donc s’attendre à trouver la Révolution mexicaine présente dans les manuels même si elle n’était pas explicitement mentionnée.

9Ce n’est qu’en 200210 avec le CECRL11, que des programmes très précis sont publiés et applicables progressivement dès la rentrée 2003. En première, la thématique est « les relations de pouvoir ». On y trouvera parmi les propositions développées : la Révolution mexicaine, la question indienne au Mexique et le muralisme. En terminale le thème du « rapport au monde » permet d’aborder, entre autres, la révolte du Chiapas, les muralistes, la question indienne, le métissage.

  • 12 Car certains documents, bien qu’ancrés dans la période révolutionnaire, sont plutôt choisis pour de (...)

10Le tableau suivant présente au gré de la parution des programmes, le nombre de manuels analysés et ceux d’entre eux abordant véritablement12 le thème de la Révolution.

  • 13 Bordas, Sol y Sombra, 1970-1975 en deux volumes (seconde-première et terminale-classes préparatoire (...)
  • 14 Cette longue période est marquée par l’essor de l’enseignement de l’espagnol en France, les rééditi (...)
  • 15 Belin, Así es el mundo, nouvelle édition 2003-2005 ; Bordas, Enlaces, 2004-2006 (réédition de 2007 (...)
  • 16 Une nouvelle génération d’ouvrages a vu le jour pour la seconde en 2010, articulant des programmes (...)

Collections

Manuels

Traitent de la Révolution

Période I13 1958-1981

8

17

13

Période II141981-2002

13

38

13

Période III152002-2008

7

21

10

Total16

28

76

36

11Notre première catégorie d’ouvrages inclut des livres parus même après l’I.O. de 1981 car il existait un décalage entre la publication des programmes et l’apparition sur le marché de nouveaux manuels, moindre de nos jours à cause des pressions de la concurrence et de la présence d’Inspecteurs dans l’élaboration de ces mêmes programmes et manuels.

12Si les I.O ont été prolixes sur l’enseignement de la langue, elles sont donc longtemps restées plus réservées sur la perspective civilisationnelle.

13Nous avons répertorié divers genres et supports, vecteurs de la mémoire de la Révolution mexicaine dans les manuels tout en essayant de voir s’il y avait une évolution selon les trois périodes établies. Certains supports seraient-ils davantage privilégiés à un moment donné et comment l’expliquer ? D’aucuns seraient-ils amenés à disparaître au profit d’autres et pourquoi ?

Littérature et essais

14On dénombre 50 extraits littéraires dont certains des auteurs apparemment incontournables, réapparaissent plusieurs fois : Rulfo 9 fois (7 fois le même extrait de Nos han dado la tierra) / Fuentes 9 fois (5 fois La muerte de Artemio Cruz) / Azuela 6 fois (Los de Abajo) / Muñoz 6 fois (Vámonos con Pancho Villa) soit un total de 30, les 20 autres extraits se répartissant entre Guzman et López y Fuentes (8), il reste 12 extraits moins centrés sur un même auteur.

15Enfin si l’on effectue une distinction selon la période des manuels, on relève en I : 29 extraits, en II : 17 extraits, en III : 4 extraits, soit un total de 50 extraits. On mesure alors à travers ces simples chiffres ramenés au nombre d’ouvrages traitant la Révolution, combien la première période privilégiait les textes littéraires pour aborder celle-ci. Par ailleurs si l’on prend en compte les romans les plus classiques dont la source d’inspiration est le mouvement révolutionnaire comme ceux de Azuela, Guzmán, López y Fuentes ou encore Muñoz, ceux-ci apparaissent 15 fois durant la première période sur un ensemble de 20 références, 4 fois en II et 1 en III.

16Ainsi progressivement disparaissent non seulement les textes littéraires mais aussi les grands romans de l’époque de la Révolution. Une seconde référence très présente, héritière de la précédente et a fortiori postérieure, est celle de Rulfo et Fuentes (9 fois chacun). Ces extraits jettent un regard désabusé sur la Révolution. Sur les six extraits contemporains, trois abordent le néozapatisme.

  • 17 Colin, 1974 p. 130, Bordas, 1970 p. 138 et Bordas, 1983, p. 136 le même extrait qu’en 1970.
  • 18 Bordas, 1975, p. 155 : Reyez Víctor M., «La pintura mexicana del siglo XX en ‘‘Américas’’», septemb (...)

17Un autre type de textes, certes non littéraires mais présents en I dans trois ouvrages17 sont des témoignages recueillis par Oscar Lewis auprès de P. Martínez (la légende de Zapata et l’arrivée des révolutionnaires). Ce type de témoignage ne réapparaitra plus dans aucun ouvrage. Enfin toujours à cette époque, une même collection18 propose dans ses deux versions des textes abordant la Révolution de manière indirecte : sa représentation au cinéma et ses manifestations dans les arts plastiques.

Textes politiques et historiques

  • 19 Respectivement en I : 2 documents et en II : 1.
  • 20 Regeneración, 1910, in Didier, 2000, p. 127.

18Sur l’ensemble des ouvrages, seul trois proposent19 des déclarations politiques et aucun en dernière période. Il s’agit d'extraits du Plan de San Luis Potosí, du Plan de Ayala et plus tard une déclaration de R. Flores Magón20 incitant à la rébellion.

  • 21 Hatier, 1969, p. 159, 163, 167, 168.
  • 22 Un des exercices de traduction propose la phrase suivante à partir de ce texte : « mais la propriét (...)
  • 23 T’Sertevens Albert, (1955) Paris, Arthaud, Mexique pays à trois étages. Cet ouvrage est plus un ess (...)

19On rencontre en revanche un peu plus de documents d’historiens qui éclairent ainsi l’évènement. C’est particulièrement vrai en I où un seul manuel21 propose cinq documents : P. Henríquez Ureña insistant sur l’absence de libertés fondamentales sous P. Díaz et la naissance de l’ejido22, F.Chevalier qui avec deux textes en français tire un bilan de la Révolution, R.Ronze qui en remontant en 1830 évoque Zapata et le Plan de Ayala et enfin dans la rubrique « L’Indien et la révolution » t’Sertevens23 considère qu’en dépit de la révolution agraire, « leur longue servitude les a rendus inaptes au travail libre et le sol qu’ils possèdent ne leur donne guère autre chose que leur platée de tortillas ».

  • 24 Gilly Adolfo, (1971), La revolución interrumpida et Cazes Daniel, (1973), Los revolucionarios in Na (...)
  • 25 Le jour de paie –la raya– les ouvriers agricoles achetaient dans la tienda de raya, établissement a (...)
  • 26 Lau Ana y Ramos Carmen, Mujeres y Revolución (1900-1917) in Nathan, 1995, p. 35.
  • 27 Colin, 1972, (éd. 1984), p. 131, document daté du 16 novembre 1913.

20Enfin en II un même manuel24 propose deux textes, l’un d’A. Gilly (sur la tienda de raya25), l’autre de D.Cazes (l’arrivée des révolutionnaires à Mexico) et un livre cite un texte d’historiennes s’intéressant au rôle des femmes dans la Révolution26. Signalons un document contemporain de l’évènement : la reproduction en période I de la couverture de Le Petit journal27 montrant les femmes enrôlées dans l’armée révolutionnaire.

  • 28 Bordas, 2006, p. 107.
  • 29 Nathan, 1995, p. 35 ; Bordas, 1975, p. 139 : une chronologie détaillée de 1876 à 1920 avec quelques (...)

21D'autre part, on relève des chronologies, comme dans les manuels d’histoire. Elles permettent de suivre le déroulement des faits. On en observe six : 1en I ; 4 ensuite puis enfin 1 à laquelle on pourrait ajouter une chronologie du mouvement zapatiste28 alors que le livre où elle figure n’édite aucune chronologie de la Révolution. Mais là encore l’éclectisme est de mise car elles vont de la pleine page détaillée29 avec des questions adressées à l’élève à quelques brèves lignes. De plus ces chronologies n’englobent pas forcément les mêmes dates. Ainsi la Révolution s’arrête en 1917 dans l’une, se poursuit bien après pour d’autres, comprend la période de lutte armée 1910-1920 ou encore s’inscrit dans une perspective globale et détaillée de 1876 à 1920 ou 1824-1923. Certains ouvrages n’offrent aucun document de type historique/politique à part cette chronologie.

  • 30 Colin, éd. 1984, p. 126-127.
  • 31 Hachette, 1988, p. 104.
  • 32 Nathan, 1988, p. 126.
  • 33 Hachette, 1996, p. 192.

22Nous avons aussi pris en compte les cartes de géographie (sept) qui se feront progressivement plus rares car souvent imprimées dans le rabat du livre. La carte est un autre outil traditionnel des manuels, sorte de pendant des chronologies. Les ouvrages plus anciens y établissent un lien avec le processus révolutionnaire. Dès le début, un livre30 propose en vis-à-vis d’une chronologie et d’une photo d’archive, deux cartes : d’un côté les villes, les richesses minières et le relief et de l’autre les territoires perdus et les divers conflits, complétées par des données chiffrées (population, économie etc.). Par la suite le principe demeurera le même mais sera de moins en moins exhaustif. Ainsi figurent sur une carte31 les régions désertiques et humides pour mieux faire comprendre la problématique de la distribution des terres et des richesses du sous-sol. Une autre carte32 montre les pertes des territoires illustrant la chronologie de l’histoire mexicaine sur un siècle, tandis qu’une carte33 du Chiapas signale le territoire libre de l’EZLN.

  • 34 De 500 à 1200 signes. Il ne s’agit nullement d’une leçon d’histoire, ce sont juste des informations (...)
  • 35 Hachette, 1988, p. 106. 
  • 36 Bordas (éd. 2007), p. 92.
  • 37 Bordas (éd. 2007), p. 93 et 175.

23A défaut de documents historiques, de citations d’historiens, ce sont souvent les auteurs qui prennent la plume pour « raconter » la Révolution. Par le biais de notes à la longueur variée34, ils expliquent assez brièvement le mouvement révolutionnaire pour éclairer le document traité, en général des textes littéraires (surtout en I et II). Non seulement ils situent historiquement le texte étudié mais encore ils donnent des informations sur des personnages ou dates clés. D’autres notes ont un double rôle, ainsi on découvre35 une brève présentation d’un auteur (Rulfo) et de son ouvrage El Llano en llamas dont on étudie un extrait et enfin le lien entre l’extrait et la Révolution. Ailleurs36, une note sur Azuela lui confère la paternité de la « literatura narrativa sobre las luchas revolucionarias del México moderno ». Ce même ouvrage propose dans la partie consacrée au Mexique révolutionnaire, sa rubrique « Cultura » avec deux apports des auteurs au ton engagé37 : ¿Qué es un peón ? (renvoyant à deux doubles pages différentes) et el movimiento zapatista.

  • 38 Instructions relatives à l’enseignement des langues vivantes en classe de seconde à partir de la re (...)

24Ainsi, très peu de place est accordée à l’histoire pour enseigner l’histoire de la Révolution et les documents d’époque (déclarations, nouvelles lois, décrets, discours etc.) sont quasiment absents. Pourtant les manuels d’histoire français se basent sur ce type de supports pour explorer l’histoire et les élèves sont donc rôdés à cette approche. Enfin dans les ouvrages récents, pas un document historique ou politique n’apparaît. Mais ceci est peut-être dû au vestige d’une I.O. de 1965 où une note affirmait : « on bannira naturellement […] toute préoccupation systématique d’histoire littéraire ou d’histoire de la civilisation »38.

La presse

  • 39 Ayala Blanco Jorge, « Cómo vio el cine la revolución mexicana », Mundo Nuevo, n° 32 in Bordas, éd. (...)
  • 40 Fuentes Carlos, Cambio 16 (16.1.1984), dans Colin, éd.1984, p. 127.
  • 41 de Reyes Palma Francisco, La Jornada, México, 21/11/1998 in Didier, 2000, p. 126.
  • 42 Warman Arturo, «Chiapas hoy», La Jornada, 16 de enero de 1994 in Hatier, 2002, p. 184-185.
  • 43 El País, 3-4-1995 «Desde las montañas del sureste mexicano» in Hachette, 1996, p. 192-193.
  • 44 Le Monde Diplomatique, 7 mars 2001 in Belin, 2004, p. 150 et 153.
  • 45 Rovira Guiomar, ¡Zapata vive!: la rebelión indígena contada por sus protagonistas, 1994 in Hachette (...)

25Contrairement à nos attentes, les manuels utilisent peu la presse pour aborder la Révolution, neuf articles en tout (3 à chaque période). Mais quels sont-ils ? En première période, J. Ayala Blanco évoque le regard du cinéma sur la Révolution39 dans la presse spécialisée, puis Fuentes40 évoque la stabilité mexicaine obtenue grâce à la Révolution, ce même livre offre la couverture déjà citée de Le Petit journal, contemporain de l’évènement à la différence de Fuentes. La période suivante affiche une presse résolument contemporaine. A l’occasion de l’anniversaire de la Révolution, Reyes Palma41 évoque dans La Jornada les raisons de celle-ci ; plus tard ce même quotidien expose la situation au Chiapas42 en créant un parallèle entre la Révolution mexicaine et la longue marche de l’EZLN. El País évoque aussi le sous-commandant43 en établissant un lien avec la Révolution. La dernière génération propose deux articles d’I. Ramonet en espagnol, publiés dans Le Monde Diplomatique à propos du mouvement zapatiste44. Et un manuel publie un extrait d’ouvrage réalisé par une journaliste sur les insurgés du Chiapas45 en parallèle avec un texte de Galeano.

26Si la presse est peu présente pour témoigner de l’évènement, les ouvrages les plus récents y ont cependant recours pour couvrir l’avènement du mouvement de l’EZLN comparé le plus souvent aux aspirations de Zapata en 1910.

Les chansons

  • 46 Proche du romance par sa forme, le corrido relève du genre épique, lyrique et narratif. De traditio (...)
  • 47 Bordas, 2005, p. 95 ; Delagrave, 2005, p. 110 ; Hachette, 2005, p. 145.

27C’est un support très présent dès le début ; pour la grande majorité il s’agit de corridos46. Mais seuls trois ouvrages récents47 vont présenter ce genre soit dans une note plus ou moins brève, soit en renvoyant l’élève à un précis culturel (article sur « Révolution et Romances y Corridos »). On pouvait s’attendre à voir se développer progressivement leur présence grâce à l’accessibilité croissante des supports sonores pourtant il y en a proportionnellement moins en seconde et troisième période.

  • 48 Respectivement en I : 4 fois; en II : 1, version complète in Bordas, p. 200 ; en III : 2.
  • 49 Respectivement en I : 3 ; en II : 1 ; en III : 2.
  • 50 Didier, 2000, p. 129.
  • 51 Respectivement en I : 3 fois ; en II : 2. En général 3 strophes pas plus.
  • 52 Respectivement en I : 1 ; en II : 1.
  • 53 I : 2.

28On dénombre un total de 28 chansons, essentiellement des corridos de l’époque. 22 chansons réapparaissent au détour des manuels. En premier lieu, La Adelita (7 fois)48 ; Juan sin tierra (6 fois)49 laquelle est même baptisée50 La desilusión anticipant ainsi le sens de la chanson ; La cucaracha (5 fois)51 ; enfin El corrido de la muerte de Emiliano Zapata (2 fois)52 et El Corrido del general Felipe Angeles (2 fois)53. On trouve d’autres corridos, y compris des corridos qui, eux, n’évoquent pas la Révolution.

  • 54 Mi abuelo, López Mario, in Nathan, 1988, p. 127. Juan sin tierra annonce aussi l’échec de la Révolu (...)

29Il peut aussi s’agir de chansons postérieures à la Révolution établissant un bilan négatif de la Révolution pour les paysans54. Enfin on trouve des chansons engagées en rapport avec le sous-commandant. Ainsi un ouvrage présente quatre vers d’un rap Los zapatos de Zapata (alternant les références au passé et au présent). D’une façon générale ne figurent que quelques extraits (vers ou strophes) pour l’ensemble des chansons. On est sur le modèle du fragment, déjà privilégié pour le texte littéraire ou la presse.

  • 55 Hatier, 1969, p. 164.

30Les chansons les plus emblématiques de la Révolution sont relativement bien représentées, il ne manque que Valentina qui n’apparaît qu’une fois en 196955. La transmission de ce patrimoine tend cependant à disparaître dans les dernières collections.

Les gravures et peintures

31Ce sont essentiellement les gravures de Posada qui illustrent cette époque dans les manuels avec une diminution progressive de leur publication sachant que en III, 7 gravures apparaissent dans un même dossier (deux pages) consacré à l’artiste, ce qui en réduit proportionnellement le nombre sur l’ensemble des manuels de cette période : I : 8 reproductions, II : 6 et III : 9. On a un total de 23 reproductions pour 36 ouvrages traitant la Révolution mais la moitié n’en présente aucune. On observe la circulation de certaines gravures d’un manuel à l’autre : Calavera de un revolucionario – portant des guaraches, un sarape et une bouteille – (4 fois) ; Calavera zapatista ou Calavera de un revolucionario – armé – (3 fois) chez le même éditeur – Didier – y compris dans une même collection en première et terminale – ; Calavera sans plus de précision – le squelette d’un bourgeois : chapeau melon, cigare, canne, une chaussette à un pied et une bottine à l’autre (2 fois) chez le même éditeur – Bordas – ; La Catrina quant à elle n’apparaît que deux fois mais mise en abyme avec celle de Rivera.

  • 56 Didier, 2005, p. 156-157.
  • 57 Bordas, 2006, p. 88-89.

32Rares sont les livres qui exploitent ces documents pour en présenter leur valeur historique, artistique et leur humour. Un manuel56 consacre une double page à Posada incluant sept reproductions. Les commentaires des auteurs s’y organisent autour de la notion de caricature politique, l’attachement de l’artiste à refléter l’âme mexicaine (citation de D. Rivera), la présence de la mort dans son œuvre et une reproduction de la Catrina dans Sueño de una tarde dominical en la Alameda central, hommage de Rivera à Posada. Sinon les nombreuses gravures de Posada ne font qu’orner les manuels sans ancrage historique. Signalons enfin une reproduction57 de Equipo Crónica, Panfletos, 1973 où s’entremêlent sur un tableau de grande dimension des affiches républicaines de la guerre civile espagnole et diverses références picturales. On peut en particulier y reconnaître de nombreuses calaveras de Posada : El jarabe en ultratumba, Calavera « Las bicicletas » et Calavera « Siglo XX » ou d’autres provenant du Panteón de calaveras, de Don Ferruco y su amor etc.

  • 58 Bordas, 1975, p. 175 et Bordas, 1985, p. 147.
  • 59 Didier, 1987, p.140. Même si elle n’est pas en rapport direct avec le texte qu’elle est censée illu (...)

33Deux manuels présentent des gravures de Leopoldo : El derecho a la tierra (2 fois)58, dans une même collection refondue et Las Antorchas59 mais à nouveau elles ne servent que d’illustration.

  • 60 Didier, 2000, p. 126-127.
  • 61 Didier, 2000, p. 124 et p. 127. Il s’agit à l’origine d’une photo qui a servi de modèle.
  • 62 Didier, 2005, p. 109.
  • 63 Ce même portrait avec cette orientation est aussi publié sur le rabat de la couverture de Hachette, (...)

34Concernant la peinture, il n’y a qu’un portrait officiel de Porfirio Díaz60 qui n’est donc pas représenté. Au contraire des manuels mexicains, le dictateur n’existe guère visuellement, lui contre qui le peuple a pris les armes. On privilégie ainsi ceux qui se sont battus contre lui, favorisant par là l’image des héros. Ces derniers apparaissent dans quelques peintures. Ainsi un ouvrage présente deux fois le même tableau61 de Villa cadré différemment : l’un à cheval au galop de face d’où se dégage la force du mouvement et du personnage, l’autre resserré sur son visage. On retrouvera chez cet éditeur62 un peu plus tard ce même tableau mais inversé, le cheval n’allant plus à gauche mais à droite63. Enfin, trois portraits de Zapata sont proposés : deux identiques, portrait en buste avec foulard rouge en guise de cravate, costume trois pièces noir sur un fond noir et un pastel où il monte un cheval noir. Le dernier portrait de type officiel est celui de Carranza. Signalons que jamais n’est mentionné le nom de l’artiste pas plus qu’une approche iconographique n’est proposée.

  • 64 Delagrave, 2005, p. 111 et Nathan, 2006, p. 47.
  • 65 Bordas, 2005, p. 95.

35En revanche, deux ouvrages récents64 présentent Campamento de un Coronel Zapatista de F. Leal, avec une étude assez fouillée dans un cas articulant vision artistique et histoire. Enfin un manuel de 200565 offre un tableau de F.Kahlo, La Adelita, Pancho Villa y Frida, avec une proposition d’étude artistique.

  • 66 Didier, 2005, p. 182-183. Ou bien encore une peinture sur toile de coton, «Manta de Cienfuegos, 200 (...)

36Finalement, trois ouvrages de terminale (l’un en 2003 et deux en III) introduisent une nouvelle dimension de la Révolution mexicaine en associant un héros légendaire (en l’occurrence Zapata) et le sous-commandant Marcos dans trois tableaux différents. Ainsi José Gamarra présente avec humour Murmullos de la selva66, avec au fond d’une forêt dense le sous-commandant à cheval et de l’autre côté des militaires, le pape, Superman, un conquistador et au pied d’un arbre un écran de télévision où figure le sous-commandant regardé par un dalmatien ! Enfin un hélicoptère surplombe la scène. Rien ne semble échapper au regard critique de l’artiste.

37Si on observe une diminution progressive des gravures de Posada concomitantes de l’évènement, les manuels en revanche affichent combien les manifestations artistiques récentes se sont emparées du soulèvement de l’EZLN.

La photographie

38Dès le tout début, sa présence est importante et manifeste (pleines pages). On peut sommairement diviser ces photographies en photographies d’époque (grâce aux archives Casasola en particulier), des simulations (films de fiction) et enfin des photographies actuelles.

39Quel choix a été opéré pour mieux transmettre la mémoire de la Révolution ?

  • 67 I : 6 / II : 1 + statue / III : 3.
  • 68 I : 4 / II : 0 / III : 1 + statue.
  • 69 Nathan, 2007, p. 190.
  • 70 Nathan, 2003, p. 122.

40D’un côté on observe les personnages devenus célèbres, élevés au rang de légende dans certains ouvrages : Zapata, 11 photographies67 dont deux réapparaissent à plusieurs reprises ; Villa quant à lui est présent six fois68. Tant Zapata que Villa sont représentés par le biais d’une photographie de statue équestre l’une à Cuernavaca, l’autre à Zacatecas (pérennisant dans le quotidien leur présence). Enfin les deux héros apparaissent ensemble à quatre reprises (un cliché est presque similaire à Villa en la silla presidencial, lui-même repris deux fois) sans compter une photographie où la légende affirme Villa y Zapata (il s’agit pour ce dernier d’A.Obregón)69. Madero à Cuernavaca apparaît à trois reprises en seconde période, un ouvrage proposant le même cliché inversé70.

  • 71 I=1 en pleine page avec pour légende Adelita, «la soldadera», hermana de Zapata et II= 2.

41Au-delà des héros armés et le plus souvent à cheval dans le cas de Villa, on découvre aussi le peuple anonyme combattant, mais dans une moindre mesure (12 photographies). Il convient d’ajouter à ces clichés la photographie d’Adelita71 symbole des soldaderas sur le marchepied du train, image qui apparaît toujours recadrée de la même manière à la verticale. Est-son regard inquiet, hors-champ qui retient ainsi l’attention ?

  • 72 Didier, 2000, p. 128.

42La photographie emblématique de l’exécution de F. Samano en 1917 défiant la mort, légendée « Fusilamiento, 1917 J.A. Casasola » n’apparaît qu’une seule fois72. Cette photographie pourtant, présente d’une part toute une dimension du conflit qui a ébranlé le continent américain où les exécutions et règlements de compte furent légion et d’autre part la naissance du photojournalisme témoignant ici de la fragilité qui sépare la vie de la mort, sorte de punctum.

43Aucun manuel ne propose de photographie de P. Díaz. Cette absence est-elle à nouveau une manière de gommer la dictature de manière grossière ? Pourquoi ne pas fournir des illustrations de celui qui déclencha les soulèvements de 1910 plutôt que de l’occulter et se contenter de le citer ? Les manuels mexicains, eux, proposent des représentations de Don Porfirio, ce qui pointe évidemment une mémoire historique différente au-delà du contexte national. Il existe bien une sélection opérée depuis la perspective française.

  • 73 Photographie de Charles Harbutt, Didier, 1987, p. 138.
  • 74 Fuentes Carlos, La región más transparente, in Colin, éd.1984, p. 144.

44Une certaine représentation de la Révolution magnifiée se manifeste au travers de photographies de monuments, de commémorations, de films (cinq photogrammes, une photographie de Rulfo lors du tournage de La Escondida et une affiche de ¡Viva Zapata !). Les monuments présentés semblent décalés par rapport à l’imaginaire mexicain car il s’avère que le Monument à la Révolution à Mexico serait certainement plus représentatif. En effet on propose aux élèves une photographie de Monumento a la Patria à Progreso73 où figurent sculptés en aplat des héros anonymes de la Révolution avec une inscription Revolución 20 de noviembre de 1910, ou encore un Monumento a Hidalgo74 (énorme sculpture de la tête de Hidalgo à même le sol) face à un texte de C. Fuentes … où les protagonistes font un bilan de la Révolution.

  • 75 Colin, éd. 1984, p. 127.

45Le train est un autre élément de cette mémoire visuelle qui semble avoir traversé l’océan : soit il est présent dans les photographies déjà citées (7 fois), soit seul (2 fois) avec par exemple pour légende « El ferrocarril arma nueva (Noroeste) »75. En revanche il est totalement absent en période III.

  • 76 López y Fuentes Gregorio, Tierra (1945), in Colin, éd. 1984, p. 128.

46Certains ouvrages proposent des photographies (16) face à des textes portant sur la Révolution mais elles sont hors sujet ou décalées dans le temps voire atemporelles – les photographies de paysages de Rulfo –. Ainsi face à un texte exposant le problème de la tienda de raya, on découvre la photographie d’un tracteur et de bœufs76.

  • 77 Hatier, 2002, p. 184-185 et 2003, p. 45 et p. 146.

47Enfin le sous-commandant Marcos bien que n’ayant pas participé à la Révolution se trouve omniprésent, pour en être son porte-parole près d’un siècle après et parce que les I.O. évoquaient la question indienne au Mexique et la révolte du Chiapas. On a dénombré ainsi 25 photographies, dont pas une n’est répétée. Aucun manuel de la première époque n’y fait allusion, bien sûr, contre six ouvrages dès la seconde période et cinq pour les derniers manuels. Une collection77 en vient même à proposer en première, deux photographies du sous-commandant tout comme en terminale mais aucune des héros de la Révolution. Ailleurs on dénombrera plus de photographies de Marcos et de ses partisans que des révolutionnaires de 1910.

48Il va ainsi supplanter les héros de la Révolution de 1910. D’un côté, il devient progressivement la référence en période III, sorte de prétexte pour aborder la Révolution de 1910. Par ailleurs, puisqu’un parallèle est établi entre Marcos et Zapata, le personnage de Villa tend à disparaître de l’iconographie.

Le muralisme

  • 78 Nous nous intéressons ici uniquement au muralisme glorifiant la Révolution.

49Tout comme la littérature a contribué à éclairer, prolonger et illustrer cette période trouble, le mouvement artistique qui s’en est suivi l’a édifiée et glorifiée à sa manière. Les peintres muralistes sont les vecteurs de cette mémoire au travers de leur art monumental et parfois d’œuvres plus réduites. Les manuels scolaires français ont adopté78 ces œuvres dès la première époque (8 reproductions) alors que l’iconographie était encore en noir et blanc et la qualité de reproduction médiocre. En seconde période leur nombre est plus important (18 sur les 13 ouvrages abordant le thème). En revanche, contrairement à ce que l’on pouvait imaginer, ce nombre ne continue pas d’augmenter proportionnellement dans les derniers manuels (12 reproductions sur 10 livres) en dépit de la baisse des coûts de reproduction et de l’amélioration de la qualité. Les muralistes ne semblent plus faire recette. Comme si les manuels étaient à l’affût d’iconographies plus « originales et récentes » qu’on ne retrouverait pas chez les concurrents.

  • 79 Cuernavaca, Palacio de Cortés in Colin, éd 1975 p. 140 et Hatier, 1969, p. 166.
  • 80 Secretaría de Educación Pública in Bordas, 2005, p. 91.
  • 81 «Diego Rivera, México a través de los siglos», Palacio Nacional de México, in Hachette, 1988, p. 11 (...)

50Les artistes les plus présents sont essentiellement Rivera (18), Orozco (9) et Siqueiros (10) soit 38 reproductions en tout (O’Gorman 1 fois). Rivera est la référence obligée (15), en particulier à travers Sueños de una tarde dominical en la Alameda Central. Ce peut être en I (4), en II (5) ou en III (2) mais pas toujours avec la même perspective, ce qui offre un point de vue différent : soit la maquette présente par exemple un cadrage sur le peuple victime de répression avec non loin la bourgeoisie blanche indifférente, soit sur l’artiste enfant avec F.Kahlo et la Catrina, soit enfin sur Zapata à nouveau magnifié. Signalons d’ailleurs d’autres représentations de Zapata : en I à deux reprises79, il tient d’une main un cheval blanc et de l’autre une faucille, accompagné de paysans eux aussi revêtus de blanc ; en III80 avec en arrière plan un cheval alezan, il brandit une enseigne rouge où on peut lire Tierra y Libertad ; sans compter un détail dans « México a través de los siglos »81 où on le reconnaît avec au-dessus de lui une bannière Tierra y Libertad. Le personnage est ainsi élevé à un rang hautement symbolique dans les manuels et ce à plus d’un titre : c’est le choix des peintres mais aussi celui des manuels. La vision d’un héros, homme du peuple incarnant justement ses espoirs est privilégiée pour les élèves. Le regard de Rivera préféré aux autres muralistes, fige et oppose sur un même ensemble les classes sociales, les époques mettant en valeur le rôle et la force du leader. La mission didactique de l’art muraliste remplit pleinement sa mission dans les manuels même si la réduction des œuvres et leur décontextualisation en fait perdre une certaine portée.

  • 82 MOMA. Nueva York in Hatier, 2002 ; Didier, 1987, p. 133; Nathan, 1995, p. 32-33; Hachette, 2006, p. (...)

51Parmi les neuf reproductions d’Orozco, Desfile zapatista82 est publié cinq fois avec des titres et cadrages différents. Ses autres œuvres sont aussi centrées sur la révolution en cours, témoignant aux élèves de ce qu’elle a signifié pour les combattants (El herido, El combate, La trinchera, Revolucionarios en marcha).

52Enfin Del porfirismo a la revolución : el pueblo en armas de Siqueiros apparaît sept fois avec là aussi des titres différents selon les ouvrages et deux fragments totalement différents de cette même grande fresque. C’est à nouveau l’histoire en marche du peuple mexicain dans sa dynamique qui est choisie par les ouvrages.

53Il s’agit donc d’un choix d’œuvres parfaitement représentatives de l’élan post-révolutionnaire. Ces reproductions (à la différence de la photographie, de la gravure ou de la bande dessinée par exemple) constituent un des rares cas où l’on observe des éléments d’information et des pistes d’étude proposées aux élèves. Comme si seul l’art académique « reconnu » méritait une approche approfondie. Ainsi le muralisme sert non seulement à illustrer ou à expliquer la Révolution, il fait par ailleurs office de leçon d’histoire

L’humour

  • 83 Bordas, 1975, p. 159 et Bordas, 1983, p. 149.
  • 84 Uno Más Uno, México, 18/11/1988, in Bordas, 1989, p. 203.
  • 85 Nathan, 1988, p. 127.
  • 86 Idem, p. 128-129.

54Un autre recours utilisé pour présenter la Révolution est l’humour. Le regard critique de Posada sur son époque trouve tout logiquement sa place dans des manuels mexicains. En revanche on imagine moins des vignettes ou bandes dessinées contestant le processus révolutionnaire insérées dans ces mêmes ouvrages ; ce serait remettre en cause l’héritage officiel de la Révolution. Par contre, côté français, la distance avec le conflit autorise cette liberté de présenter un point de vue humoristique voire subversif ou sarcastique sur la Révolution. La planche de Quezada83, « Momentos culminantes en la vida de un ciudadano ejemplar en 47 años de conquistas revolucionarias » dénonce l’ascension fulgurante d’un petit chef qui dès 1910 à force d’obéissance à ses supérieurs et grâce à des manœuvres douteuses se hisse au plus haut de l’échelle sociale pour devenir un cabecilla de la haute société cette fois. En vis-à-vis le manuel propose un extrait de la muerte de Artemio Cruz de Fuentes révélant l’ascension tout aussi rapide d’un magnat. En seconde période, la fameuse série84 Los Deacá présente un bilan amer de la Révolution qui en guise de terre n’a laissé à un grand-père que celle où il repose désormais. Toujours à cette époque, une vignette de Naranjo85, dévoile dans la partie supérieure d’un sablier portant le nom de Revolución, deux paysans cadavériques regardant mourir un épi de maïs tandis que le peu de terre restant s’écoule doucement vers la base enrichissant les propriétaires des terres fertiles installés dans le fond du sablier. Ainsi la Révolution s’est retournée contre les paysans. La leçon pédagogique de Rius est tout aussi négative86 avec en vis-à-vis deux extraits de ses célèbres albums Los agachados (1968) et Los supermachos (1966). Le premier expose dans un langage populaire les grandes étapes de la Révolution « Recuerdos de la revolución mexicana » à travers un peón qui ne choisit jamais le bon camp au bon moment (tout le contraire du ciudadano ejemplar de Quezada). Quant au second « La reforma agraria (1915) » deux paysans montrent les terres arides octroyées dans le cadre de la réforme agraire tandis que les bonnes terres ont été distribuées aux gens de bien.

55Les ouvrages plus récents ne proposent aucun document humoristique. Serait-il malvenu de tourner en dérision la « nouvelle figure héroïque » du sous-commandant ?

Rôle de la mise en page

56La présence et la représentation de la Révolution mexicaine dans les manuels nous apparaissent au fil du temps de plus en plus morcelées. Les maquettes de la dernière période jouent un rôle déterminant à cet égard.

57En effet depuis la seconde période elles s’articulaient en doubles pages avec généralement à gauche un texte et à droite l’iconographie. Mais récemment un certain nombre de rubriques (intitulées par exemple Itinerario cultural, Suplemento, Pour en savoir plus…) fonctionnent, comme une page web fournissant divers types d’informations –souvent extraites justement de pages web- dans des encadrés, une abondante iconographie et des renvois à des pages web. Cette omniprésence de liens pose alors le problème de leur caducité et du choix opéré (sites institutionnels, privés) et donc de leur valeur.

  • 87 Bordas (éd. 2007), p. 90-91.
  • 88 On relève ainsi «1877-1911 El “porfiriato”, dictadura de Porfirio Díaz»; «1911-1923 Revolución y gu (...)

58Ces doubles pages distillent ainsi des informations en mosaïque, savamment ordonnées dans des maquettes à l’esthétique irréprochable renvoyant à des adresses Internet ou à des pages du livre. Comme si un lien hypertextuel allait offrir à l’élève une information supplémentaire. Prenons le cas87 d’une double page élaborée en son intégralité par les auteurs. Elle ouvre avec un chapeau « […] se llama Revolución mexicana, caracterizada por su aspecto rural, sin modelos ni ideología que la respalde. Encabezada por Pancho Villa y Emiliano Zapata, provocó la caída del dictador Porfirio Díaz. La expresión artística de la revolución es el muralismo », suivi de quatre documents iconographiques (deux reproductions d’Orozco et Rivera, deux photographies des archives Casasola Villa en la silla presidencial et Zapatistas hacia Xochimilco, 1914) et trois rubriques88. Des consignes dans Itinerario cultural « Busca las soluciones en los documentos » complètent l’ensemble. On se rapproche du style journalistique du web par la composition, le style et les renvois (cinq) à d’autres pages du manuel, sorte de liens fiables permettant de mieux « naviguer » dans l’ouvrage.

  • 89 Didier, 2004, p. 154-155.

59De même « Revolución mexicana »89 propose huit sortes de brèves journalistiques rédigées par les auteurs, auxquelles s’ajoutent huit illustrations. Seront évoqués après une brève introduction, le rôle du pouvoir oligarchique, la devise « ¡Pan, tierra y libertad ! », les héros mythiques (Zapata et Villa), les femmes, l’EZLN.

  • 90 Nathan, 2003, p. 118-119. 
  • 91 Nathan, 2003, p. 122-123.

60Mais si ces doubles pages sont entièrement consacrées à la Révolution et à sa glorification, elles peuvent aussi l’intégrer dans une autre perspective. Ainsi, Iberoamérica en el siglo XX90 entame une rétrospective élaborée par les auteurs : l’ordre oligarchique et la dépendance coloniale illustrés par la Révolution mexicaine puis l’intervention américaine à Cuba ; la période 1930-1970 évoquée à travers la crise de 1929 avec Perón puis les conséquences de la guerre froide, les dictatures et guérillas et la révolution cubaine ; enfin des dictatures aux démocraties entre 1970 et 2000. Une fresque de Siqueiros, des photographies du canal de Panama, d’E.Peron, du Che, de F.Castro, de l’attaque du palais de la Moneda en 1973 illustrent l’ensemble. Ainsi dans un seul espace sont associés des évènements historiques majeurs du XXe siècle concernant le continent. Un peu plus loin autour du thème des mouvements de libération91 on trouvera le Mexique (indépendance et révolution) illustré par l’arrivée de Madero à Cuernavaca, puis Cuba (indépendance et révolution), le Chili et l’Argentine, l’Espagne (invasion des troupes françaises et guerre civile). Ou bien un tableau de Bolívar, une photo des barricades à Barcelone et enfin en pleine page Sueño de una tarde dominical en la Alameda de Rivera composent l’ouverture de ce même chapitre.

  • 92 Bordas, (éd 2007), p. 44-45.
  • 93 Hachette, 2005, p. 202-203.

61Il est aussi intéressant de remarquer que la dernière génération d’ouvrages dans le cadre de ses programmes consacre des pages à la notion de mythes et héros ; Zapata déjà glorifié dans l’imaginaire mexicain y trouve une place de premier choix. Les manuels présentent par exemple aux côtés du Che et d’E. Perón92 Zapata illustré par l’affiche du film ¡Viva Zapata ! avec des renvois à d’autres pages consacrées à Marcos et à Villa à cheval, figurant sous le titre de Héroes y mitos en latinoamérica. Ailleurs93 par exemple, une rubrique Genios y figuras propose des doubles pages consacrées au Che, La Pasionaria, Allende, « El Cordobés » et « Emiliano Zapata Salazar el “Atila del Sur” ».

62Ce choix de mise en page distillant des informations synthétiques sur fond de couleurs vives et abondamment illustrées a ainsi pris le pas sur la littérature, la presse, les écrits historiques ou politiques.

Conclusion

  • 94 Il convient d’y ajouter Didier, 1988.

63Une place importante est accordée aux dictatures des années 70 dès la seconde génération94 des ouvrages étudiés puis à l’émergence progressive des démocraties dans ces mêmes pays. Ceci a forcément contribué à réduire l’espace matériel consacré à la Révolution mexicaine.

64L’image d’une Révolution glorifiée et source de stabilité politique va progressivement s’estomper au fil du temps même si dès les années soixante-dix elle était parfois déjà remise en cause. Les mythes de Villa et Zapata lui succéderont pour l’incarner. La variété des supports demeure avec de plus en plus d’illustrations, mais leur fréquence varie. Moins de place sera consacrée à la littérature de la Révolution. Face à une préférence accordée à l’événementiel et à l’histoire immédiate, on voit apparaître des textes courts rédigés par les auteurs de manuels, similaires à des brèves ainsi qu’une présence très marquée accordée au sous-commandant Marcos héritier et héros de la révolution inachevée au regard des manuels français. Pourrait-il en être de même dans les manuels mexicains ?

Haut de page

Notes

1 Vázquez Josefina Zoraida, Nacionalismo y educación en México, México, El Colegio de México, 2005 (1ra edición 1970), p. 9.

2 Ibidem, p. 18.

3 Ils sont définis par le Ministère de tutelle, l’Education Nationale, et plus précisément la Direction de l’Enseignement scolaire et ce sont alors des équipes d’experts pilotées par un ou plusieurs inspecteurs – généraux ou régionaux – et plus récemment par des professeurs d’université qui les élaborent.

4 Verdelhan-Bourgade Michèle, « Avant propos » dans Les Manuels scolaires, miroirs de la nation, Paris, L’Harmattan, coll. Langue et Parole, 2007, p. 7.

5 Ibidem, p. 9.

6 Arrêté du 25 février 1958, Instructions officielles, Ministère de l’Education Nationale.

7 I.O. du 26 juillet 1966.

8 Arrêté du 5 octobre 1981, B.O. n°spécial 5 (24 juin 1982).

9 Arrêté du 25 avril 1988 relatif aux programmes des clases de Première et Terminales, supplément au B.O. n° 22 du 9 juin 1988.

10 Arrêté du 30 juillet 2002, BO hors série n°7 du 29 août 2002.

11 CECRL : Cadre Européen Commun de Référence pour les langues.

12 Car certains documents, bien qu’ancrés dans la période révolutionnaire, sont plutôt choisis pour des motifs linguistiques ou autres, tel des extraits de Esquivel Laura, Como agua para chocolate.

13 Bordas, Sol y Sombra, 1970-1975 en deux volumes (seconde-première et terminale-classes préparatoires) puis réédités en trois volumes, 1981-1983 ; Colin, Siglo XX, 1964 (éd. 1984) ; Colin, Pueblo 1972 (éd. 1983-85); Didier, Caminos del idioma, 1985-1988 ; Hachette, Lengua y Vida, 1982-1984 ; Hatier, Por el mundo hispánico, 1969; Hatier, La pratique de l’espagnol, 1969. Nous citerons dorénavant simplement l’éditeur et l’année.

14 Cette longue période est marquée par l’essor de l’enseignement de l’espagnol en France, les rééditions sont nombreuses : Belin, Listo,1989-1991 ; Bordas, Cambios, 1987-1989 ; Bordas, Adelante, 1993-1995 ; Bordas, Mundos del español, 1998-1999 ; Delagrave, Tengo, 1997-1999 ; Didier, Gran Vía, 1991-1993 ; Didier, Continentes, 1998-2000 ; Hachette, Españas y Américas, 1990-1988 ; Hachette, Encuentro, 1994-1996 ; Hatier, Conéctate, 2001-2003 ; Nathan, 300 Millones, 1986-1988 ; Nathan, ¿Qué pasa?, 1993-1995 ; Nathan, ¡Anda! 2001-2003. Nous citerons dorénavant simplement l’éditeur et l’année.

15 Belin, Así es el mundo, nouvelle édition 2003-2005 ; Bordas, Enlaces, 2004-2006 (réédition de 2007 pour la première) ; Delagrave, Puerta del Sol, 2004-2006 ; Didier, Nuevos Rumbos, 2003-2005 ; Hachette, Ritmos, 2004-2006 ; Hatier, Cuenta conmigo, 2005-2007 ; Nathan, Juntos, 2006-2008. Nous citerons dorénavant simplement l’éditeur et l’année.

16 Une nouvelle génération d’ouvrages a vu le jour pour la seconde en 2010, articulant des programmes pilotés par de nouvelles directives didactiques et pédagogiques toujours inspirées du CECRL.

17 Colin, 1974 p. 130, Bordas, 1970 p. 138 et Bordas, 1983, p. 136 le même extrait qu’en 1970.

18 Bordas, 1975, p. 155 : Reyez Víctor M., «La pintura mexicana del siglo XX en ‘‘Américas’’», septembre 1964 et Bordas, 1983 p. 146 : Fouchet Max-Paul, (Chant du Monde), La révolution au cinéma.

19 Respectivement en I : 2 documents et en II : 1.

20 Regeneración, 1910, in Didier, 2000, p. 127.

21 Hatier, 1969, p. 159, 163, 167, 168.

22 Un des exercices de traduction propose la phrase suivante à partir de ce texte : « mais la propriété de la terre, n’est pas, au Mexique, d’inspiration communiste. Elle s’inspire des coutumes indigènes antérieures à la conquête » in Hatier, 1969, p. 158.

23 T’Sertevens Albert, (1955) Paris, Arthaud, Mexique pays à trois étages. Cet ouvrage est plus un essai hybride à la croisée du récit de voyage et de l’analyse historique, p. 159.

24 Gilly Adolfo, (1971), La revolución interrumpida et Cazes Daniel, (1973), Los revolucionarios in Nathan, 1988, p. 126 et p. 131.

25 Le jour de paie –la raya– les ouvriers agricoles achetaient dans la tienda de raya, établissement au sein de l’hacienda et appartenant au propriétaire terrien, les produits de première nécessité (habillement, nourriture, semences etc.). De fait ils y accumulaient souvent des dettes, les prix pratiqués dépassant leur maigre paie.

26 Lau Ana y Ramos Carmen, Mujeres y Revolución (1900-1917) in Nathan, 1995, p. 35.

27 Colin, 1972, (éd. 1984), p. 131, document daté du 16 novembre 1913.

28 Bordas, 2006, p. 107.

29 Nathan, 1995, p. 35 ; Bordas, 1975, p. 139 : une chronologie détaillée de 1876 à 1920 avec quelques appréciations des auteurs par exemple, «1917 : repartición insuficiente de las tierras».

30 Colin, éd. 1984, p. 126-127.

31 Hachette, 1988, p. 104.

32 Nathan, 1988, p. 126.

33 Hachette, 1996, p. 192.

34 De 500 à 1200 signes. Il ne s’agit nullement d’une leçon d’histoire, ce sont juste des informations de type encyclopédique, non reliées entre elles.

35 Hachette, 1988, p. 106. 

36 Bordas (éd. 2007), p. 92.

37 Bordas (éd. 2007), p. 93 et 175.

38 Instructions relatives à l’enseignement des langues vivantes en classe de seconde à partir de la rentrée scolaire 1965-1966 (Note n°65-296 du 30 juillet 1965). Cette déclaration sera reprise dans les Instructions du 26 juillet 1966.

39 Ayala Blanco Jorge, « Cómo vio el cine la revolución mexicana », Mundo Nuevo, n° 32 in Bordas, éd. 1975, p. 152.

40 Fuentes Carlos, Cambio 16 (16.1.1984), dans Colin, éd.1984, p. 127.

41 de Reyes Palma Francisco, La Jornada, México, 21/11/1998 in Didier, 2000, p. 126.

42 Warman Arturo, «Chiapas hoy», La Jornada, 16 de enero de 1994 in Hatier, 2002, p. 184-185.

43 El País, 3-4-1995 «Desde las montañas del sureste mexicano» in Hachette, 1996, p. 192-193.

44 Le Monde Diplomatique, 7 mars 2001 in Belin, 2004, p. 150 et 153.

45 Rovira Guiomar, ¡Zapata vive!: la rebelión indígena contada por sus protagonistas, 1994 in Hachette, 2005, p. 142.

46 Proche du romance par sa forme, le corrido relève du genre épique, lyrique et narratif. De tradition orale et le plus souvent chantés, les corridos de la Révolution ont loué les exploits des combattants héroïques, des évènements historiques ou encore des tragédies passionnelles et amoureuses touchant le peuple. Enfin les auteurs de ces « chansons poèmes » sont anonymes.

47 Bordas, 2005, p. 95 ; Delagrave, 2005, p. 110 ; Hachette, 2005, p. 145.

48 Respectivement en I : 4 fois; en II : 1, version complète in Bordas, p. 200 ; en III : 2.

49 Respectivement en I : 3 ; en II : 1 ; en III : 2.

50 Didier, 2000, p. 129.

51 Respectivement en I : 3 fois ; en II : 2. En général 3 strophes pas plus.

52 Respectivement en I : 1 ; en II : 1.

53 I : 2.

54 Mi abuelo, López Mario, in Nathan, 1988, p. 127. Juan sin tierra annonce aussi l’échec de la Révolution.

55 Hatier, 1969, p. 164.

56 Didier, 2005, p. 156-157.

57 Bordas, 2006, p. 88-89.

58 Bordas, 1975, p. 175 et Bordas, 1985, p. 147.

59 Didier, 1987, p.140. Même si elle n’est pas en rapport direct avec le texte qu’elle est censée illustrer, une brève proposition d’analyse est soumise aux élèves.

60 Didier, 2000, p. 126-127.

61 Didier, 2000, p. 124 et p. 127. Il s’agit à l’origine d’une photo qui a servi de modèle.

62 Didier, 2005, p. 109.

63 Ce même portrait avec cette orientation est aussi publié sur le rabat de la couverture de Hachette, 2005.

64 Delagrave, 2005, p. 111 et Nathan, 2006, p. 47.

65 Bordas, 2005, p. 95.

66 Didier, 2005, p. 182-183. Ou bien encore une peinture sur toile de coton, «Manta de Cienfuegos, 2003» in Hatier, 2003, p. 147; Arreguín Alfredo, Herencia, 2005 in Nathan, 2008, p. 183.

67 I : 6 / II : 1 + statue / III : 3.

68 I : 4 / II : 0 / III : 1 + statue.

69 Nathan, 2007, p. 190.

70 Nathan, 2003, p. 122.

71 I=1 en pleine page avec pour légende Adelita, «la soldadera», hermana de Zapata et II= 2.

72 Didier, 2000, p. 128.

73 Photographie de Charles Harbutt, Didier, 1987, p. 138.

74 Fuentes Carlos, La región más transparente, in Colin, éd.1984, p. 144.

75 Colin, éd. 1984, p. 127.

76 López y Fuentes Gregorio, Tierra (1945), in Colin, éd. 1984, p. 128.

77 Hatier, 2002, p. 184-185 et 2003, p. 45 et p. 146.

78 Nous nous intéressons ici uniquement au muralisme glorifiant la Révolution.

79 Cuernavaca, Palacio de Cortés in Colin, éd 1975 p. 140 et Hatier, 1969, p. 166.

80 Secretaría de Educación Pública in Bordas, 2005, p. 91.

81 «Diego Rivera, México a través de los siglos», Palacio Nacional de México, in Hachette, 1988, p. 112.

82 MOMA. Nueva York in Hatier, 2002 ; Didier, 1987, p. 133; Nathan, 1995, p. 32-33; Hachette, 2006, p. 200-201; Bordas, éd 2007, p. 90. Soit 3 en II et 2 en III.

83 Bordas, 1975, p. 159 et Bordas, 1983, p. 149.

84 Uno Más Uno, México, 18/11/1988, in Bordas, 1989, p. 203.

85 Nathan, 1988, p. 127.

86 Idem, p. 128-129.

87 Bordas (éd. 2007), p. 90-91.

88 On relève ainsi «1877-1911 El “porfiriato”, dictadura de Porfirio Díaz»; «1911-1923 Revolución y guerra civil»; «Los héroes de la Revolución: “Tierra y libertad”» avec des sous-rubriques pour Zapata, Villa et les soldaderas.

89 Didier, 2004, p. 154-155.

90 Nathan, 2003, p. 118-119. 

91 Nathan, 2003, p. 122-123.

92 Bordas, (éd 2007), p. 44-45.

93 Hachette, 2005, p. 202-203.

94 Il convient d’y ajouter Didier, 1988.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Véronique Pugibet, « La Révolution mexicaine dans les manuels scolaires français », Caravelle, 97 | 2011, 31-50.

Référence électronique

Véronique Pugibet, « La Révolution mexicaine dans les manuels scolaires français », Caravelle [En ligne], 97 | 2011, mis en ligne le 01 décembre 2011, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://caravelle.revues.org/1343 ; DOI : 10.4000/caravelle.1343

Haut de page

Auteur

Véronique Pugibet

IUFM de Paris

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org