Navigation – Plan du site
La Révolution mexicaine et ses représentations
Révolution et Éducation

La Révolution mexicaine racontée aux enfants

Dalila Chine
p. 15-30

Résumés

Dans le cadre de cet article, nous nous intéresserons aux représentations de la Révolution mexicaine dans les manuels scolaires d’histoire obligatoires et distribués gratuitement dans les écoles primaires. Dans ces ouvrages intitulés « México 2010, Bicentenario Independencia, Centenario Revolución », édités l’année de la commémoration du centenaire de la Révolution, apparaissent des permanences mais aussi des ruptures iconographiques qui illustrent cet épisode de l’histoire mexicaine.
Si l’omniprésence des portraits des grands hommes perpétue la tradition de l’exaltation du panthéon national des manuels antérieurs, nous constatons qu’une visibilité nouvelle est accordée au peuple placé au cœur du processus révolutionnaire.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ferro Marc, Comment on raconte l’histoire aux enfants, Paris, Payot, 2004, p. 9.

1Comment raconte-t-on l’histoire de la Révolution mexicaine aux petits écoliers ? Tâche difficile car écrire cette histoire implique des enjeux identitaires. Nous le savons tous : l’histoire (ou les histoires) « qu’on nous racontait lorsque nous étions enfants nous a marqué et nous marquera pour l’existence entière » pour reprendre les termes de Marc Ferro1. Les manuels scolaires sont les reflets de ce que nous sommes : on y trouve nos pères, nos valeurs, toute la fabrique de notre identité nationale. Dans les manuels d’histoire édités pour la commémoration du centenaire de la Révolution mexicaine, les écoliers mexicains peuvent ainsi suivre les péripéties des grandes figures, les affrontements, les soubresauts, les échecs mais aussi les réussites. La Révolution mexicaine défile comme une mise en intrigue de l’histoire car l’histoire racontée aux enfants est avant tout celle des grands hommes. Le récit de la Révolution repose sur des personnages exemplaires qui visent à susciter l’adhésion ou le rejet de certaines valeurs. Comment est alors construite l’histoire de ces héros ?

  • 2 Nous avons retenu les manuels d’histoire suivants : Mi Libro de quinto año, Historia y Civismo, Méx (...)

2Cet article tentera de comprendre les permanences mais aussi les ruptures qui s’opèrent en termes iconographiques et discursifs dans les chapitres consacrés à la Révolution à travers une analyse comparative des différents manuels scolaires2 mexicains. Nous verrons dans un premier temps que les nouveaux manuels perpétuent la tradition de l’exaltation des vertus des figures du panthéon national notamment en recourant à l’utilisation des portraits. Sur le récit des personnages-types se greffent des hommes de second rang qui ont apporté leur pierre à l’édifice révolutionnaire. Par la suite, nous centrerons notre analyse sur la rupture principale des représentations qui est l’apparition du peuple-héros, nouveau modèle patriotique appartenant désormais à la mémoire officielle.

Les manuels de la commémoration

  • 3 Ces années correspondent aux cycles de Cours Moyen 1 et 2 français.

3Pour cette étude des représentations de la Révolution mexicaine, notre point de départ a été l’analyse de deux manuels d’histoire édités pour la commémoration du centenaire de la Révolution intitulés Historia, Cuarto grado, México 2010, Bicentenario Independencia, Centenario Revolución et Historia, Quinto grado, Bicentenario Independencia, Centenario Revolución pour les quatrième et cinquième années de primaire3. Ces manuels dont la page de garde a été réactualisée pour le cycle scolaire 2010-2011 font l’objet de certains réajustements concernant les épisodes de la Révolution mexicaine. Ils sont révélateurs par leurs référents iconographiques et discursifs de la place accordée aux différents acteurs de cet événement national. La Révolution mexicaine est racontée par une mise en scène astucieuse et alimentée par des illustrations et une rhétorique qui orientent la lecture des écoliers mexicains.

  • 4 En 1957, le Consejo Nacional Técnico de la Educación élaborait un plan d’études pour les écoles qui (...)
  • 5 La première génération de manuels gratuits et obligatoires apparaît dès les années soixante. Ces ma (...)

4Rappelons que ces livres sont obligatoires et distribués gratuitement dans toutes les écoles primaires. Ces critères ont été définis dès les années soixante où l’éducation devenait accessible à tous par la distribution de manuels officiels. La fin des années cinquante marquait en effet un tournant décisif dans la politique éducative mexicaine puisque l’État sous la présidence d’Adolfo López Mateos (1958-1964) lançait la production d’un nouvel auxiliaire didactique qui devait relayer le discours officiel : los libros de texto gratuitos4. Les manuels édités pour la commémoration du centenaire de la Révolution Mexicaine sont ainsi l’aboutissement de plusieurs générations de manuels5.

5Dès l’introduction du manuel d’histoire de quatrième année de 2010, les auteurs avertissent les enseignants, les écoliers, ainsi que les familles, sur les intentions didactiques :

  • 6 Garrido Felipe, Historia, Cuarto grado, México, SEP, 2010, p. 3.

Nuestra historia tiene periodos y procesos complejos que no es sencillo, ni aconsejable, simplificar en exceso. Los alumnos, los maestros y los padres de familia deberán realizar un tenaz esfuerzo por conocer estos episodios fundamentales que nos ayudan a comprender mejor el país en que vivimos. El propósito de este libro es proporcionar información sobre nuestro pasado y despertar en los niños gusto por la historia y amor por la patria. Crear una conciencia de identidad común entre todos los mexicanos. Ofrecer un material de lectura al que podrá acudirse, aun fuera del tiempo directamente destinado a la asignatura, muchas veces por el gusto mismo de leer y repasar los momentos más emocionantes y decisivos de nuestro pasado6.

6Le manuel d’histoire de cinquième année de 2010 précise également que :

  • 7 Portilla de Buen Alejandro, Martinez Lozada Pablo, Heredia Delgado Zamná (sous la coordination de.) (...)

El libro que tienes en tus manos pretende acercarte a la historia de México, de manera que puedas estudiarla y comprenderla. Prepárate porque a lo largo de sus páginas reflexionarás sobre quiénes somos, de dónde venimos y hacia dónde vamos […] Deseamos que este libro sirva para que ejercites los conocimientos de un México que aprecie y conserve, a través del estudio de la historia, nuestro valioso patrimonio nacional7.

7Inculquer l’Histoire s’accompagne d’un apprentissage et d’une transmission de valeurs citoyennes. Il s’agit de créer « une conscience nationale » et de véhiculer des sentiments patriotiques. Ces supports n’apparaissent plus comme de simples livres didactiques pour les écoliers : ils représentent d’une part un pacte qui unira le futur citoyen à sa « présupposée communauté » et qui servira au travail de construction d’habitus national. Ce pacte explicité dans ces introductions est d’autant plus important qu’il sert de relais et de justification d’une mémoire officielle de la Révolution. Les manuels scolaires sont les lieux par excellence où se révèlent les rapports à cet événement, à son déroulement et à la place que lui accordent les auteurs dans l’Histoire nationale. Depuis les années soixante se sont succédés des manuels qui ont tenté à leur manière de raconter ce récit. Depuis lors, les manuels actuellement utilisés dans les classes de primaire ne se contentent pas de rajouter quelques pages. Ils se recentrent sur l’histoire nationale en accordant une place prépondérante à l’iconographie. Les ressources pour expliquer la Révolution mexicaine sont variées : les encadrés, les frises chronologiques, les photographies, les caricatures et les cartes envahissent les pages. Nous avons recensé pas moins de 24 documents iconographiques dans le manuel de quatrième année et 40 documents pour celui de cinquième année. Cette mémoire visuelle se fonde sur une série de permanences iconographiques que nous nous attacherons dans les lignes qui suivent à décrypter.

  • 8 Nous aurions pu penser qu’une orientation nouvelle aurait pu être apportée pour cette édition commé (...)

8Tout d’abord, ce qui saute aux yeux pour le lecteur, c’est la répétition de certains documents iconographiques et récits, d’une génération de manuel sur l’autre8. L’étude des manuels de la commémoration fait apparaître des éléments de continuité et révèle certaines récurrences dans le traitement de l’épisode de la Révolution mexicaine. La séquence chronologique est reprise sans un apport nouveau. Il s’agit d’une histoire avant tout politique et descriptive dans laquelle sont mentionnées de manière linéaire les luttes entre les différentes factions. Les référents spatio-temporels demeurent les mêmes et simplifient le conflit, le décrivant comme un phénomène avant tout national. Le récit débute de façon invariable par les réussites (le développement économique) et les échecs (l’exploitation ouvrière et paysanne) du Porfiriat. Le postulat de départ est la lutte contre le pouvoir autoritaire et illégal de Porfirio Díaz :

  • 9 Historia, Quinto grado, op. cit., p. 84.

Entre 1870 y 1920, nuestro país vivió cambios muy importantes. Con la llegada de Porfirio Díaz a la presidencia, se inició la recuperación de la economía y la reconciliación entre los grupos que hasta entonces se disputaban el poder. Además, se resolvió el problema de la deuda externa y comenzaron a llegar a México algunas inversiones extranjeras. Pero estos beneficios no llegaron a todos : gran parte de la población continuó viviendo en la miseria, sometida a trabajos excesivos y con poca paga, lo cual produjo gran descontento. Para mantener el orden, Porfirio Díaz estableció un gobierno dictatorial : reprimió duramente a quienes no estaban de acuerdo con él, limitó la libertad de expresión y se mantuvo en la presidencia por más de 30 años, negándose a efectuar elecciones libres. En este bloque estudiarás las características de este gobierno y el estallido de la Revolución Mexicana, la cual condujo hacia la redacción de una nueva Constitución que planteó soluciones a muchos de los problemas del país9.

9Les introductions sont tout simplement répétées d’une génération de manuel à l’autre. On retrouve à titre d’exemple des phrases similaires dans le manuel de Sciences sociales de 1974 et dans celui d’Histoire de 2010 pour la quatrième année :

  • 10 Ciencias sociales, Cuarto grado, op. cit., p. 198.

Porfirio Díaz gobernó a México durante más de treinta años. […] En 1908, Díaz dijo que México ya estaba maduro para ejercer la democracia. Él pensaba que, gracias a los años de paz que su gobierno le había dado al país, los mexicanos estaban preparados para elegir a sus gobernantes, y prometió elecciones libres para 1910. Estas palabras de Díaz impresionaron a la gente. Se empezó a hablar, a escribir y a pensar sobre el futuro de México10.

  • 11 Historia, Cuarto grado, op. cit., p. 143.

Porfirio Díaz fue presidente de México por treinta y un años. […] Cuando Díaz afirmó que México se encontraba maduro para la democracia, esos jóvenes creyeron que había llegado el momento de participar11.

  • 12 Nous reprenons l’expression de Veynes Paul, Comment on écrit l’histoire, Paris, Le Seuil, 1971, p. (...)
  • 13 Période d’affrontements pendant laquelle le gouvernement de Madero fut renversé (9 au 19 février 19 (...)

10Les auteurs ont préféré la fonction sécurisante de la tradition de certains écrits. Ces introductions servent de transition entre dictature et Révolution. Le glissement sur les origines de la Révolution devient possible. L’histoire de la Révolution est présentée comme « un récit d’événements vrais12 ». L’écolier peut ainsi suivre les épisodes de la Révolution avec l’accès au pouvoir de Francisco Madero, le poids de deux événements : « la decena trágica13 » et l’invasion américaine à Veracruz, la trahison de Victoriano Huerta, le soulèvement de Carranza, Pancho Villa et Emiliano Zapata. La Constitution de 1917 et la présidence d’Alvaro Obregón clôturent l’épisode de la Révolution mexicaine. A cette hiérarchisation des événements s’ajoute la hiérarchisation des acteurs.

Le panthéon révolutionnaire

11Le récit est articulé principalement autour des révolutionnaires « d’en haut » qui font partie du panthéon national. Les héros « positifs » que sont les grands caudillos de l’histoire révolutionnaire sont les principaux instruments du discours officiel. L’incarnation héroïque est celle des grands chefs toujours courageux et patriotes mais dans des rôles différents : libérateur, martyr, leader paysan ou encore fondateur des grands principes de la Révolution. Les photographies des cinq principaux dirigeants militaires de 1910 à 1920 sont présentes sous forme de portrait. Contrairement aux manuels actuels, les manuels des générations antérieures présentaient les héros sous forme de caricatures tirées de gravures comme celles des très célèbres José Guadalupe Posada ou Alfredo Zalce. L’usage répété du portrait permet ici une familiarisation avec les personnages historiques. Il s’agit de rendre accessibles les grands hommes en utilisant une iconographie qui rappelle la descendance familiale. Les portraits rendent hommage aux héros nationaux qui ont lutté sans relâche et ont versé leur sang pour libérer la patrie. La patrie a donc des pères et l’enfant « se fait » raconter un ensemble de biographies censées lui imposer des modèles d’identification. Ces héros de la patrie sont des personnages sanctifiés et mythifiés. Devoir patriotique et devoir filial se confondent et constituent l’armature des récits des manuels d’histoire.

  • 14 Historia, Cuarto grado, op. cit., p. 143.
  • 15 Les photographies de la Révolution mexicaine des frères Agustín Víctor et Miguel Casasola constitue (...)

12Ainsi, le premier portrait qui domine les pages d’introduction du chapitre de la Révolution dans les deux manuels est celle de Francisco Madero. Héros et martyr, il est le premier symbole phare de cet épisode national. Ce personnage jouit dans un premier temps d’une certaine popularité. Il est présenté comme une personne issue de bonne famille, ayant voyagé et étudié à l’étranger. Il est celui qui déclenche le long processus de la Révolution. Son portrait trône en haut de la seconde page d’introduction du chapitre du manuel de quatrième année14. Il est associé à une photographie d’une manifestation anti-réélectionniste à Mexico en 1910 tirée des Archives Casasola15. Une légende accompagne cette photographie qui indique que «Francisco I. Madero se hizo muy popular y despertó grandes esperanzas de cambio. Su campaña contribuyó a que mucha gente deseara participar en las elecciones de 1910». Madero est le leader fédérateur des premiers mouvements d’opposition au régime de Porfirio Díaz. La description de ses traits de caractère est faite sous forme d’apologie :

  • 16 Historia, Quinto grado, op. cit., p. 100.

Como candidato, viajó por el país para dar a conocer sus ideas políticas, destacando entre ellas su empeño en convertir a México en un país democrático, gobernado por la ley y donde los distintos grupos sociales vivieran en armonía16.

  • 17 Historia, Cuarto grado, op. cit., p. 143-144.

Madero consideraba que Porfirio Díaz no debería volver a reelegirse. Junto con otras personas que pensaban como él, fundó el Partido Antirreeleccionista, que lanzó como candidato a la presidencia de la República. Después viajó por el país para dar a conocer sus ideas políticas. Madero creía en la democracia y en la necesidad de renovar el gobierno con apego a las leyes. Pero el éxito de su campaña hizo que Díaz lo viera como un peligro. Poco antes de las elecciones fue detenido en Monterrey y encarcelado en San Luis Potosí17.

  • 18 Otilio Montaño est considéré comme l’auteur de ce document. Ce projet de réforme agraire a été écri (...)
  • 19 Les photographies de ces personnages sont tirées des Archives Casasola dans lesquelles nous retrouv (...)

13La figure de Francisco Madero est suivie d’une série d’autres portraits qui permettent d’ancrer cette mémoire dans l’esprit des enfants. Face aux révolutionnaires « d’en haut », aux grands héros « classiques », surgissent certains héros qui ont œuvré à la réussite de la Révolution et qui étaient restés dans l’ombre dans les manuels antérieurs. Les héros de second rang sont réhabilités par le même procédé iconographique. Les frères Aquiles et Máximo Serdán (qui ont déclenché les mouvements depuis Puebla en novembre 1910), le professeur Otilio Montaño (qui a contribué à la rédaction du Plan de Ayala18) ou encore le général Tomás Urbina (fidèle compagnon militaire de Pancho Villa), sont remis au goût du jour. Un autre portrait, celui du journaliste Ricardo Flores Magón, forcé à l’exil et créateur du journal Regeneración, permet de valoriser le rôle joué par la presse d’opposition. Ces autres martyrs de la Révolution concourent à l’édification de l’identité nationale mais leur présence n’adoucit que légèrement le récit mythique des grands sauveurs de la patrie. En effet, les portraits ne détrônent pas deux personnages de « la légende révolutionnaire » : les leaders paysans Emiliano Zapata et Francisco Villa. Ces héros par excellence font l’objet de notices biographiques mettant en relief le rôle déterminant de leurs combats19. Le lecteur peut revoir les très célèbres photographies de Francisco Villa assis sur la chaise présidentielle aux côtés d’Emiliano Zapata ou encore celle entouré de son escorte (figure n° 1).

Figure n° 1 : Le Général Francisco Villa et son escorte (1911)

Figure n° 1 : Le Général Francisco Villa et son escorte (1911)

Comisión Nacional de Libros de Texto Gratuitos, Historia, Quinto grado, México, 2010, p. 101.

© (núm.de Inv. 6194) CONACULTA.INAH.SINAFO.FN

14Zapata fait l’objet d’un encadré qui le définit comme le « symbole de l’agrarisme ». Les exploits du chef des troupes du Nord et celui des troupes du Sud sont associés au fil des pages :

  • 20 Historia, Cuarto grado, op. cit., p. 152.

Zapata continuó combatiendo a Huerta al igual que Villa, con quien hizo causa común. Tras la Convención de Aguascalientes ambos lucharían contra Carranza. En noviembre de 1914, los dos caudillos entraron juntos a la Ciudad de México […] La intensidad de su lucha por entregar la tierra a los campesinos convirtió a Zapata en símbolo de una de las promesas más importantes de la Revolución20.

15Ces symboles de la patrie révolutionnaire semblent pourtant être détrônés à leur tour par deux autres généraux : Carranza et Obregón. Le manuel de quatrième année distille une leçon de morale en abordant leur victoire :

  • 21 Historia, Cuarto grado, op. cit., p. 154.

Carranza y Obregón triunfaron sobre Villa y Zapata por su capacidad militar. Pero también porque sabían mejor que sus rivales lo que significaba la unidad nacional, por encima de los enfrentamientos entre caudillos. El nacionalismo y el apego a la ley eran para Carranza los valores más importantes21.

16Si Pancho Villa et Emiliano Zapata sont des icônes, d’autres hommes trouvent une certaine légitimité à faire partie du panthéon révolutionnaire car ce qui prime, c’est l’unité nationale. Les portraits et les photographies d’archives ne font que relayer les habituelles valeurs et attitudes que sont le courage, la liberté et le patriotisme. Tous ces héros sont porteurs d’un nouveau projet national pour la nation mexicaine.

  • 22 Ibid., p. 148-149.

17Si le portrait permet de garder en mémoire le visage des grands hommes illustres, il sollicite aussi la mémoire et révèle des valeurs adverses. L’apparition des personnages négatifs sert à opposer le désir de modernité prôné par les révolutionnaires et l’archaïsme idéologique de certains personnages. Tel est le cas du portrait de Victoria Huerta. Contrairement à celui de Francisco Madero, Victoriano Huerta a un regard figé qui renforce la sévérité du personnage. Le portrait illustre deux pages dont le titre n’est autre que «el estigma de la traición22». Il s’agit du discours du sénateur du Chiapas, Belisario Domínguez, écrit en septembre 1913, qui dénonce l’accès illégal à la présidence de Huerta ainsi que les raisons de sa traîtrise. Le terme de stigmate permet de classer Victoriano Huerta dans la catégorie des antihéros. Tout est écrit pour disqualifier ce personnage. Les écoliers peuvent ainsi lire :

  • 23 Ibid., p. 147.

El 18 de febrero, unos soldados de Huerta entraron a Palacio Nacional y apresaron a Madero junto con el vicepresidente Pino Suárez. Los dos fueron obligados a renunciar a sus cargos; los asesinaron cuatro días después. El crimen indignó a todo el país. Victoriano Huerta realizó las maquinaciones necesarias para asumir legalmente la presidencia, pero su traición era evidente. De inmediato tuvo que enfrentarse a quienes no estaban dispuestos a aceptarlo23.

  • 24 Historia, Quinto Grado, op. cit., p. 102.

Cuando Victoriano Huerta usurpó la presidencia, villistas y zapatistas se unieron a Venustiano Carranza para combatirlo. Ante esto, en agosto de 1914, Huerta dejó el país y Carranza, que había sido reconocido como jefe por otros caudillos, como Francisco Villa, Emiliano Zapata y el sonorense Alvaro Obregón, entró triunfante en la Ciudad de México24.

  • 25 Dans le manuel d’exercice d’histoire et de civisme de 1964, le même procédé explicite pousse l’écol (...)

18En associant Victoriano Huerta à la trahison et à la prise illégale de la présidence du Mexique, l’écolier n’aura d’autre choix que de rejeter cette figure de la Révolution mexicaine comme il aura eu l’occasion de le faire auparavant pour Porfirio Díaz. Le portrait sert aussi à la diabolisation de certaines figures. Néanmoins, nous remarquons que cette diabolisation s’est « adoucie » avec le temps. En effet, dans le manuel de sciences sociales de 1974, les auteurs avaient davantage renforcé ce trait de caractère par le biais de la gravure du muraliste Alfredo Zalce. On y retrouve Victoriano Huerta assis sur le fauteuil du pouvoir entouré de son escorte. A ses pieds gisent les corps de Madero et de son vice-président Pino Suárez. Huerta est peint comme un traître mais aussi comme un criminel25. Les images et les discours rendent complexe le positionnement du jeune lecteur. Il s’agit pour l’écolier de distinguer les héritiers à aduler et les figures à ne surtout pas imiter. L’iconographie sert ainsi d’ancrage de certains stéréotypes sur l’histoire de la Révolution mexicaine : les héros positifs versus les méchants.

Quand les hommes, femmes et enfants partent à l’assaut

19Si les portraits servent à exalter les référents du panthéon national, l’iconographie s’enrichit lorsqu’il s’agit du peuple. Le peuple-héros est consacré. Ce dernier protagoniste joue un rôle essentiel dans les luttes et se présente sous deux modalités. Il s’agit d’abord des hordes révolutionnaires, rendues visibles par l’omniprésence des photographies des Archives Casasola. Puis les femmes et les enfants entrent timidement en scène pour adoucir cette histoire des grands hommes et l’attribuer à celle du peuple. Nous constatons donc que les manuels de 2010 ont une tendance à recentrer le récit de la Révolution mexicaine sur les héros de la vie quotidienne. Il y a des héros pour toutes les catégories sociales. Paysans, ouvriers, indiens, employés, femmes et enfants : tous ont une place légitime dans cette Révolution. Ils ont bravé la faim et défié l’oppresseur :

  • 26 Historia, Quinto grado, op. cit., p. 106.

El pueblo mexicano fue el protagonista del movimiento revolucionario. Durante la lucha participaron cientos de miles de personas, hombres, mujeres y niños, de diferentes grupos sociales. La mayoría fueron indígenas, campesinos, rancheros y empleados, entre otros. La revolución modificó la vida de las personas, sus valores y expresiones culturales. La violencia, los continuos traslados a otras regiones, las penurias de la guerra, el hambre y la pobreza, desarraigaron a familias enteras, propiciando, en medio de la guerra y de los ejércitos federales y revolucionarios, un amplio intercambio cultural26.

  • 27 Les « juanes (soldats) assis devant un train » illustre le début du chapitre sur la Révolution mexi (...)
  • 28 Photographe d’origine allemande arrivé en 1915 à Mexico.
  • 29 Concernant le chapitre de la Révolution mexicaine, le peuple occupe 25% de l’espace iconographique (...)
  • 30 Historia, Cuarto grado, op.cit., p. 153. A titre d’exemple, dans le manuel d’histoire de quatrième (...)

20Ainsi, dans l’introduction du manuel de quatrième année, ce sont quatre juanes, soldats en sombreros et tenant des armes, qui ouvrent le chapitre27. En arrière plan, le train, appareil stratégique dans le déroulement des affrontements, symbolise la locomotive du mouvement social. La pose des soldats devant l’objectif d’Hugo Brehme28 illustre la Révolution « d’en bas ». La participation populaire est expliquée aux enfants par des légendes qui exaltent la lutte à l’unisson et les aspirations à la liberté, la terre et la justice. L’usage excessif des photographies29 des hordes révèle une autre réalité historique. Elles permettent de décrire les conditions matérielles des soldats et leur vie quotidienne. Les soldats sont photographiés en plein soulèvement en 1913 durant la Decena Trágica. Ces mêmes soldats servent à illustrer les cartes qui résument les étapes du mouvement révolutionnaire30. Dans un second temps, ce peuple est associé aux caudillos de la Révolution. Ils forment les escortes de Francisco Villa ou encore d’Emiliano Zapata. A son tour, le peuple n’échappe pas au processus de mythification. Les manuels renforcent l’exemplarité de ces acteurs et donnent un corps populaire à la Révolution.

  • 31 Historia, Quinto grado, op. cit., p. 107.
  • 32 Ibid., p. 100.
  • 33 Ibid., p. 80.

21Par ailleurs, la présence des femmes est une nouveauté dans les manuels (figure n° 2). Leur participation était ignorée dans les manuels des générations précédentes. Les femmes sont rendues visibles – ou plutôt devrions-nous nuancer – certaines femmes. Tout d’abord, les très célèbres adelitas (femmes soldats). Les manuels retracent la mémoire de celles qui ont franchi les barrières du privé pour entrer dans la Révolution. Les femmes issues de la paysannerie sont illustrées soit par des photographies soit par des extraits de corridos, ces chants populaires qui exaltent les exploits des révolutionnaires. Le récit apporte des éléments sur leur fonction. On apprend qu’elles ont eu un rôle stratégique en arrière-garde. Elles ont été infirmières et femmes « nourricières » : «los acompañamos en la guerra, les hacemos la comida e incluso tomamos las armas para defendernos31». C’est grâce aux armes qu’elles acquièrent un nouveau rôle social. Ces femmes sont pourtant associées aux juanes et n’existent qu’en tant qu’entité collective. Seule Carmen Serdán32 apparaît sous forme de portrait dans le manuel de cinquième année. L’écolier peut lire qu’elle a participé aux côtés de ses frères aux soulèvements contre Porfirio Díaz depuis Puebla après l’appel de Madero. Son portrait sert à accentuer sa bravoure car elle a surtout ouvert l’espace public aux femmes : «Además de propaganda, armas y pertrechos, impulsé de las mujeres sus derechos33». Il y a donc une volonté de rendre compte du rôle des héroïnes populaires et de celles qui ont eu une influence de type politique.

Figure n° 2 : Soldaderas, une nouvelle visibilité pour les femmes

Figure n° 2 : Soldaderas, une nouvelle visibilité pour les femmes

Comisión Nacional de Libros de Texto Gratuitos, Historia, Quinto grado, México, 2010, p. 107.

© (núm. de Inv. 63945) CONACULTA.INAH.SINAFO.FN

22Enfin, les manuels de 2010 évoquent les enfants militants et guerriers. Dans le manuel d’histoire de cinquième année (figure n° 3), c’est un enfant soldat qui fixe l’objectif du photographe. C’est aussi un enfant narrateur qui explique sa fonction lors des combats : «viajamos con la tropa, siguiendo a mi papá. Nos dábamos tiempo pa’ jugar al gato y al ratón». L’énonciation permet de créer une certaine intimité avec l’écolier. Un encadré rappelle les différentes tâches des enfants durant la Révolution :

  • 34 Historia, Quinto grado, ibid., p. 105.

Muchas veces los niños y las niñas entre los 7 y los 12 años, desempeñaron diferentes actividades durante la lucha revolucionaria, aunque algunos participaron en combate, otros tuvieron tareas como tocar el redoble de tambores, ejecutar la diaria militar, eran aguadores, caballerangos, mensajeros, centinelas y ayudaban a cocinar34.

23La présence enfantine dans les combats suscite l’émotion et l’adhésion à la cause libertaire. Cependant ces ouvrages ne nous apportent aucun élément supplémentaire sur les actions menées par ces deux groupes. L’espace accordé aux femmes et aux enfants est restreint. Par contre, même si leur droit de cité reste encore maigre, les manuels affirment toujours de façon péremptoire qu’ils ont participé à la victoire et qu’ils ont été aux côtés des hommes les principales victimes du conflit :

  • 35 Historia, Cuarto grado, ibid., p. 161.

Muchos soldados y civiles murieron en combate, o a manos de los bandidos, o por el hambre y las epidemias. Muchos hombres y mujeres salieron del país, para buscar trabajo, o perseguidos por sus enemigos. En 1910 México tenía algo más de quince millones de habitantes ; en 1921, eran poco más de catorce millones. Entre muertos, desaparecidos y exiliados, durante la Revolución la población disminuyó en cerca de un millón de personas35.

  • 36 Les gouvernements révolutionnaires qui se succéderont font l’objet de chapitres à part.

24Les grands personnages, le peuple…Il manque dans le récit un dernier élément : l’État36. Les chapitres se terminent par la Constitution de 1917 qui symbolise les nouvelles institutions nationales. La Révolu-tion mexicaine a posé les bases d’une nouvelle organisation politique et sociale. Le récit se conclut en point d’orgue : les Pères (héros), les Fils (le peuple) et l’Esprit (l’État) forment la « Trinité révolutionnaire ».

Figure n° 3 : Enfant soldat (1913)

Figure n° 3 : Enfant soldat (1913)

Comisión Nacional de Libros de Texto Gratuitos, Historia, Quinto grado, México, 2010, p. 107.

© (núm.de Inv. 6340) CONACULTA.INAH.SINAFO.FN

25L’histoire de la Révolution mexicaine est une histoire « fabriquée » et mythifiée qui possède ses héros de premier rang et ses héros de seconde zone. Les schémas traditionnels sont respectés : la chronologie des événements, les personnages et les messages sont répétés. C’est une histoire politique et culturelle qui débute par les portraits des grands hommes pour laisser place à une visibilité nouvelle : celle du peuple. Cet habile mélange de personnages historiques et populaires sert à faire ressortir les vices des usurpateurs et à figer le récit de la Révolution sur le mode de l’épique et de l’héroïsme. C’est bien là la principale critique faite par l’historienne Victoria Lerner Sigal :

  • 37 Lerner Sigal Victoria, «La reescritura y enseñanza de la revolución mexicana» dans Pérez Siller Jav (...)

Es necesario demistificar la historia política, suprimiendo a héroes y villanos, y presentando a los individuos como actores sociales de carne y hueso. También hay que suprimir la idealización de la Historia social, en la cual se engrandece la participación popular, se abusa de estereotipos y se pintan motivaciones excelsas. Este manejo de la Historia sirve para construir el imaginario colectivo, nutre emociones, mantiene ideologías obsoletas, sirve al poder ; pero tergiversa la historia real del pasado y adormece la conciencia política de los destinatarios37.

26Cette continuité des représentations avec l’omniprésence des héros nourrit la légende de la Révolution. Ils sont porteurs des valeurs patriotiques, valeurs fabriquées par les autorités pédagogiques qui tentent d’éviter toute rupture significative avec cet imaginaire national lissé. L’étude assez succincte de certains aspects de la rhétorique révolutionnaire nous montre combien il est difficile de choisir parmi les représentations traditionnelles et celles qui peuvent apporter une certaine modernité au récit. Le cas des manuels scolaires est un « cas d’école », l’expression s’y prête allègrement, car ils montrent que raconter cette histoire mouvementée sans tomber dans une histoire mythique relève de l’exploit. Ils indiquent par ailleurs que la réinvention du registre mémoriel n’est pas tâche aisée.

Haut de page

Notes

1 Ferro Marc, Comment on raconte l’histoire aux enfants, Paris, Payot, 2004, p. 9.

2 Nous avons retenu les manuels d’histoire suivants : Mi Libro de quinto año, Historia y Civismo, México, Comisión Nacional de Los Libros de Texto Gratuitos (1964), Ciencias Sociales, Cuarto grado, México, Comisión Nacional de Los Libros de Texto Gratuitos (1974), Historia, Cuarto grado, México, Comisión Nacional de Los Libros de Texto Gratuitos (2010), Historia, Quinto grado, México, Comisión Nacional de Los Libros de Texto Gratuitos (2010). Dans le manuel d’histoire de quatrième année de 2010, le chapitre sur la Révolution Mexicaine est développé sur 18 pages (soit près de 10% du contenu de l’ouvrage). Dans celui de cinquième année, les 34 pages incluent la période du Porfiriat (soit près de 18% du contenu). Les manuels des années soixante et soixante-dix pour les mêmes cycles de primaire ne dépassaient pas les 10 pages. Ces manuels accordent une place prépondérante au chapitre de l’Indépendance, objet de commémoration du bicentenaire.

3 Ces années correspondent aux cycles de Cours Moyen 1 et 2 français.

4 En 1957, le Consejo Nacional Técnico de la Educación élaborait un plan d’études pour les écoles qui visait à homogénéiser le contenu de l’enseignement primaire. Par une réforme du nom de Plan Nacional para la Expansión y el Mejoramiento de la Enseñanza Primaria ou Plan de Once Años, l’éducation devenait nationale, solidaire, gratuite et obligatoire. Cette réforme dénommée «Educación para Todos» attribuait un caractère démocratique, gratuit et obligatoire à l’enseignement public et s’inscrivait dans l’article 3 de la Constitution mexicaine. Les principes de cette politique éducative uniforme ont été posés après une période de radicalisation et d’échec éducatif du gouvernement de Lázaro Cárdenas.

5 La première génération de manuels gratuits et obligatoires apparaît dès les années soixante. Ces manuels d’histoire et de civisme seront modifiés dans les années soixante-dix et regroupés avec la géographie sous l’appellation de « Sciences sociales ». En 1994, la réforme éducative « Modernisation Éducative » actualise les manuels d’histoire qui reprennent leur appellation d’origine. Les manuels de 2010 s’inscrivent donc dans la continuité des manuels de 1994 car la « Réforme Intégrale » de 2009 a pour bases législatives l’Article 3 de la Constitution et la Loi Générale de 1993.

6 Garrido Felipe, Historia, Cuarto grado, México, SEP, 2010, p. 3.

7 Portilla de Buen Alejandro, Martinez Lozada Pablo, Heredia Delgado Zamná (sous la coordination de.) Historia, Quinto grado, México, SEP, 2010, p. 4.

8 Nous aurions pu penser qu’une orientation nouvelle aurait pu être apportée pour cette édition commémorative. Le manuel de quatrième année de 2010 que nous utilisons dans le cadre de cet article n’a pas subi de réelles modifications concernant le chapitre de la Révolution mexicaine. Les auteurs reprennent les contenus du manuel de 1994. Seule la page de garde a été actualisée abandonnant la figure de Miguel Hidalgo (tirée de la fresque de José Clemente Orozco) pour adopter la présentation officielle des commémorations du bicentenaire de l’Indépendance et du centenaire de la Révolution. Quant au programme du manuel de cinquième année, il a été modifié avec une intégration de nouveaux éléments didactiques mais surtout en rassemblant le chapitre du Porfiriat avec celui de la Révolution mexicaine.

9 Historia, Quinto grado, op. cit., p. 84.

10 Ciencias sociales, Cuarto grado, op. cit., p. 198.

11 Historia, Cuarto grado, op. cit., p. 143.

12 Nous reprenons l’expression de Veynes Paul, Comment on écrit l’histoire, Paris, Le Seuil, 1971, p. 14.

13 Période d’affrontements pendant laquelle le gouvernement de Madero fut renversé (9 au 19 février 1913) par l’ex-général de l’armée fédérale Victoriano Huerta.

14 Historia, Cuarto grado, op. cit., p. 143.

15 Les photographies de la Révolution mexicaine des frères Agustín Víctor et Miguel Casasola constituent une part importante de la représentation de l’événement au Mexique.

16 Historia, Quinto grado, op. cit., p. 100.

17 Historia, Cuarto grado, op. cit., p. 143-144.

18 Otilio Montaño est considéré comme l’auteur de ce document. Ce projet de réforme agraire a été écrit le 28 novembre 1911 et fut promulgué par Emiliano Zapata qui réclamait la restitution des terres aux paysans.

19 Les photographies de ces personnages sont tirées des Archives Casasola dans lesquelles nous retrouvons principalement les leaders à chevaux.

20 Historia, Cuarto grado, op. cit., p. 152.

21 Historia, Cuarto grado, op. cit., p. 154.

22 Ibid., p. 148-149.

23 Ibid., p. 147.

24 Historia, Quinto Grado, op. cit., p. 102.

25 Dans le manuel d’exercice d’histoire et de civisme de 1964, le même procédé explicite pousse l’écolier à désigner Victoriano Huerta comme traître. SEP, Mi Cuaderno de trabajo de quinto año, Lengua Nacional. Historia y Civismo, México, Comisión Nacional de Los Libros de Texto Gratuitos, 1964, p. 82.

26 Historia, Quinto grado, op. cit., p. 106.

27 Les « juanes (soldats) assis devant un train » illustre le début du chapitre sur la Révolution mexicaine. La photographie intitulée « Train à Morelos » est de Hugo Brehme.
Historia, Cuarto grado, op. cit., p. 142.

28 Photographe d’origine allemande arrivé en 1915 à Mexico.

29 Concernant le chapitre de la Révolution mexicaine, le peuple occupe 25% de l’espace iconographique dans le manuel de quatrième année et 17% dans celui de cinquième année de 2010.

30 Historia, Cuarto grado, op.cit., p. 153. A titre d’exemple, dans le manuel d’histoire de quatrième année, en accompagnement des cartes qui servent à résumer les différentes batailles de la Révolution Mexicaine, les troupes zapatistes dominent le premier plan.

31 Historia, Quinto grado, op. cit., p. 107.

32 Ibid., p. 100.

33 Ibid., p. 80.

34 Historia, Quinto grado, ibid., p. 105.

35 Historia, Cuarto grado, ibid., p. 161.

36 Les gouvernements révolutionnaires qui se succéderont font l’objet de chapitres à part.

37 Lerner Sigal Victoria, «La reescritura y enseñanza de la revolución mexicana» dans Pérez Siller Javier et Radkau García Verena (sous la coordination de), Identidad en el imaginario nacional, Instituto de Ciencias Sociales de Puebla, El Colegio de San Luis, 1998, p. 133.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure n° 1 : Le Général Francisco Villa et son escorte (1911)
Légende Comisión Nacional de Libros de Texto Gratuitos, Historia, Quinto grado, México, 2010, p. 101.
URL http://caravelle.revues.org/docannexe/image/1326/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 972k
Titre Figure n° 2 : Soldaderas, une nouvelle visibilité pour les femmes
Légende Comisión Nacional de Libros de Texto Gratuitos, Historia, Quinto grado, México, 2010, p. 107.
URL http://caravelle.revues.org/docannexe/image/1326/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 988k
Titre Figure n° 3 : Enfant soldat (1913)
Légende Comisión Nacional de Libros de Texto Gratuitos, Historia, Quinto grado, México, 2010, p. 107.
URL http://caravelle.revues.org/docannexe/image/1326/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 254k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dalila Chine, « La Révolution mexicaine racontée aux enfants », Caravelle, 97 | 2011, 15-30.

Référence électronique

Dalila Chine, « La Révolution mexicaine racontée aux enfants », Caravelle [En ligne], 97 | 2011, mis en ligne le 01 décembre 2011, consulté le 28 avril 2017. URL : http://caravelle.revues.org/1326 ; DOI : 10.4000/caravelle.1326

Haut de page

Auteur

Dalila Chine

Université Paris 8

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org