Navigation – Plan du site
La Révolution mexicaine et ses représentations

Cent ans d’images et de fragments de la Révolution mexicaine

Présentation
Marion Gautreau
p. 9-12

Texte intégral

1Si la commémoration du centenaire du début de la Révolution mexicaine, fêté le 20 novembre 2010, s’est achevée depuis un an déjà, le Mexique entame une décennie qui sera marquée par des retours incessants sur la violente guerre civile qui le secoua de 1910 à 1920. Les occasions de se souvenir du passé ne manqueront pas : fin de la dictature de Porfirio Díaz et élection démocratique de Francisco Madero en 1911, coup d’État de février 1913 et prise du pouvoir par Victoriano Huerta, invasion nord-américaine de Veracruz au printemps 1914, ratification de la Constitution en février 1917, sans compter les assassinats de ceux qui sont devenus les héros de cette Révolution : Francisco Madero (1913), Emiliano Zapata (1919), Venustiano Carranza (1920), Francisco Villa (1923) et Alvaro Obregón (1928). Depuis cent ans, toutes ces dates font l’objet d’innombrables festivités, défilés, articles de presse, expositions, etc. Mais l’année 2010 – en raison du centenaire mais également en raison d’un nouveau climat de violence extrême dû à la guerre contre et entre les cartels de la drogue – a donné à la commémoration de cet événement un relief particulier.

  • 1 Berumen, Miguel Angel, Canales, Claudia (Eds.), México: fotografía y revolución, Barcelona, Lunwerg (...)
  • 2 Mraz, John, Fotografiar la Revolución Mexicana. Compromisos e íconos, México, INAH, 2010.
  • 3 Arnal, Ariel, Atila de tinta y plata. Fotografía del zapatismo en la prensa de la ciudad de México (...)
  • 4 Ortiz Monasterio, Pablo (Eds.), Fragmentos. Narración cinematográfica compilada y arreglada por Sal (...)

2L’ensemble des institutions mexicaines s’est lancé dans une course au souvenir et le faste des célébrations a souvent éclipsé, non sans polémiques, la complexité d’un conflit sur lequel s’est fondé tout le discours politique du Mexique au XXe siècle. Mais cette date anniversaire a également engendré de nouvelles recherches élargies et approfondies sur le sujet – et notamment sur son iconographie – qui ont donné lieu à de précieux ouvrages et expositions offrant des lectures renouvelées de ce thème qui semblait galvaudé. De nombreux ouvrages scientifiques ont vu le jour tels que, sur la photographie, México : fotografía y revolución1, Fotografiar la Revolución Mexicana. Compromisos e íconos2, Atila de tinta y plata3 ou, sur le cinéma, Fragmentos4, pour n’en citer que quelques-uns. L’image fixe et l’image en mouvement ont également été mises à l’honneur à travers deux expositions. Testimonios de una guerra. Fotografía de la Revolución Mexicana a été présentée dans 30 musées mexicains, entre le mois de novembre 2010 et le mois de février 2011. Son commissaire, John Mraz, a puisé en grande partie dans les fonds de la Photothèque nationale afin de réunir une centaine de photographies peu connues du grand public et redonnant à divers photographes de l’époque une célébrité passagère. De son côté, Cine y Revolución, présentée au Colegio de San Ildefonso de mai à juillet 2010, a retracé l’ensemble des productions cinématographiques (actualités, documentaires, fictions) liées à la guerre civile depuis un siècle. Plus de 250 films ont été tournés sur le sujet, rappelant la prégnance de ce conflit dans l’imaginaire national mexicain, voire international. La liste de toutes les activités liées à cette commémoration serait interminable. Mais les quelques productions présentées, et qui ne représentent que la pointe de l’iceberg, montrent bien que la Révolution mexicaine n’a pas fini de faire parler d’elle. Si l’on peut déplorer l’usage fantasque et médiatique qu’en a fait le gouvernement mexicain, en revanche, on ne peut que saluer les multiples initiatives visant à explorer l’histoire régionale de cette lutte ou bien cherchant à interroger l’écriture et la représentation de la Révolution en questionnant les lectures qui en ont été faites. Car la commémoration contient en elle-même cette nécessaire remise en question, constructive et salutaire pour le peuple mexicain qui a, en quelque sorte, vécu au son des voix de la Révolution tout au long du XXe siècle.

3Nulle prétention dans ce dossier de bouleverser les conclusions rendues par de nombreux chercheurs dans les trente dernières années. Mais une volonté forte de se confronter à diverses représentations de la Révolution, depuis les années même de la guerre jusqu’à nos jours, afin de contribuer à éclaircir le rôle joué non pas tant par la guerre en elle-même que par l’usage qui en a été fait dans plusieurs domaines. Deux secteurs seront particulièrement privilégiés : l’éducation et la photographie. Nous trouverons dans une troisième partie le cinéma, la littérature et la peinture.

4Le dossier s’ouvre sur les fragments révolutionnaires récupérés par les systèmes éducatifs. Dalila Chine se penche sur les manuels d’histoire mexicains édités en cette année-clef 2010 afin de décrypter la manière dont la guerre est racontée aux enfants et d’analyser les choix iconographiques opérés par la « Comisión de libros de texto gratuitos » pour illustrer ces propos. De l’autre côté de l’Atlantique, en France, Véronique Pugibet n’a pu interroger les manuels d’histoire, qui ne font jamais mention de cet événement. Seuls les manuels d’enseignement de l’espagnol s’appuient sur la Révolution mexicaine. En confrontant plusieurs générations de manuels des années soixante à nos jours, elle suit l’évolution de l’utilisation de ce conflit et l’image qui en est donnée aux jeunes Français. La lecture croisée de ces deux textes est particulièrement féconde pour comprendre que les enjeux de l’enseignement de l’histoire sur un événement précis diffèrent grandement selon le point de vue adopté. Ce premier volet s’achève par l’étude d’un autre type de support dédié aux plus jeunes, l’album de jeunesse. Marion Gautreau compare les textes et les images de trois albums édités au Mexique dans les années 2000 et tente de définir l’intérêt de ce support non-scolaire dans un apprentissage de l’histoire par le divertissement. La photographie, en tant que support privilégié par le milieu éducatif dans son rapport au passé, est déjà très présente dans ce premier volet du dossier. Elle fait néanmoins l’objet d’une partie à elle seule, rappelant ainsi que la Révolution mexicaine est un conflit qui a été abondamment photographié, par des Mexicains comme par des étrangers.

  • 5 Ce qui a déjà été fait par de nombreux chercheurs depuis les années quatre-vingt-dix.

5Alberto del Castillo ouvre ce deuxième volet en brossant un panorama des derniers ouvrages parus sur la photographie révolutionnaire. Il confronte ainsi des recherches globales effectuées sur la photographie révolutionnaire dans son ensemble et à travers des fonds d’archives variés à ses recherches personnelles portant sur un fonds unique et rassemblé par une seule personne, Isidro Fabela, lui-même témoin et acteur de la guerre civile. À travers cette mise en regard, on retrouve clairement deux approches complémentaires de l’étude de la Révolution, une macro et une micro. De son côté, Rebeca Monroy Nasr se cantonne à l’analyse d’une seule revue illustrée pendant un laps de temps court (février 1913-été 1914), mettant l’accent sur une volonté d’éclaircir quelques épisodes du conflit encore mal exploités. La période choisie correspond à la présidence de l’« usurpateur » Victoriano Huerta. Elle se penche sur les changements provoqués par la présence de ce proche du porfirisme à la tête de l’État mexicain dans la presse et notamment dans la publication des photographies, arguant à juste titre que le côté obscur de cette présidence ne doit pas empêcher de s’y intéresser. Enfin, Miguel Ángel Berumen revient sur les très célèbres Archives Casasola, léguées en 1976 à la Photothèque nationale, et considérées depuis les années quarante comme la référence en matière de photographie révolutionnaire. Évitant d’attaquer frontalement le mythe5 et la personnalité du fondateur de ces Archives (Agustín Víctor Casasola), il s’appuie sur des chiffres concrets pour démontrer que cette notoriété doit être remise à sa juste place dans un univers photographique lié à la Révolution bien plus vaste et plus riche.

  • 6 Diego Rivera, David Alfaro Siqueiros et José Clemente Orozco.

6Le dossier s’achève par l’esquisse d’autres types de représentation qui n’ont pu faire l’objet de sections à part entière, par manque d’espace. À travers l’analyse de La familia vino del norte, roman de Silvia Molina paru en 1987, Marie-Agnès Palaisi-Robert retrace la généalogie des œuvres appartenant à la « novela de la revolución » et questionne ainsi des décennies d’écriture sur la guerre. Marie-Pierre Ramouche se penche également sur des représentations plus tardives du conflit (années cinquante et soixante) en présentant les fresques de Jorge González Camarena, obligé de se démarquer du lourd héritage des « Trois Grands »6. Pour clore ce dossier, Álvaro Vázquez Mantecón nous embarque pour une traversée dans un siècle de cinéma. À chaque étape, nous pouvons observer la richesse et les évolutions du traitement cinématographique de la Révolution mexicaine. Ce domaine s’est approprié la guerre civile de façon précoce et féconde et donne lieu à tous types de représentations et d’interprétations, tant sur le territoire mexicain qu’à l’étranger.

7Nous espérons que cet aperçu provoquera le désir de s’aventurer encore plus loin dans l’exploration des imaginaires engendrés par la Révolution. Que tous les auteurs des textes soient ici remerciés.

Haut de page

Notes

1 Berumen, Miguel Angel, Canales, Claudia (Eds.), México: fotografía y revolución, Barcelona, Lunwerg ; México, Fundación Televisa, 2009.

2 Mraz, John, Fotografiar la Revolución Mexicana. Compromisos e íconos, México, INAH, 2010.

3 Arnal, Ariel, Atila de tinta y plata. Fotografía del zapatismo en la prensa de la ciudad de México entre 1910 y 1915, México, CONACULTA ; INAH, 2010.

4 Ortiz Monasterio, Pablo (Eds.), Fragmentos. Narración cinematográfica compilada y arreglada por Salvador Toscano, 1900-1930, México, CONACULTA ; Imcine ; Universidad de Guadalajara, 2010.

5 Ce qui a déjà été fait par de nombreux chercheurs depuis les années quatre-vingt-dix.

6 Diego Rivera, David Alfaro Siqueiros et José Clemente Orozco.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marion Gautreau, « Cent ans d’images et de fragments de la Révolution mexicaine », Caravelle, 97 | 2011, 9-12.

Référence électronique

Marion Gautreau, « Cent ans d’images et de fragments de la Révolution mexicaine », Caravelle [En ligne], 97 | 2011, mis en ligne le 01 décembre 2011, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://caravelle.revues.org/1324

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org