Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Ana CRUZ GARCÍA.- Re (de-)generando identidades

Berlin, Peter Lang, (Collection Hispanic Studies : Culture and Ideas, n° 20), 2009.- 251 p.
Céline Malorey
p. 281-283
Référence(s) :

Ana CRUZ GARCÍA.- Re (de-)generando identidades.- Berlin, Peter Lang, (Collection Hispanic Studies : Culture and Ideas, n° 20), 2009.- 251 p.

Texte intégral

1Professeur de littérature à l’université de Cork en Irlande, Ana Cruz García analyse dans cette étude la figure de la folle («la loca») dans quatre romans féminins contemporains d’Amérique du Nord : Inès, d’Elena Garro, Y si yo fuera Susana San Juan, de Susana Pagano, So Far from God, d’Ana Castillo, et Esperanza’s Box of Saints, de María Amparo Escandón. Pour ce faire, elle met en parallèle deux cultures littéraires, la mexicaine et la « chicana », comparant la construction narrative de la folie de part et d’autre de la frontière Mexique/Etats-Unis. Après avoir rappelé l’évolution du concept d’hystérie dans la pensée européenne, base de sa réflexion, l’auteur, dans quatre chapitres, aborde tour à tour l’œuvre des romancières. Elle s’interroge ainsi sur la problématique de l’errance féminine à un double niveau : celui des personnages d’abord, mais aussi celui de leurs créatrices. Car l’errance est examinée ici en tant qu’expression de la transgression : les héroïnes de ces romans quittent en effet physiquement ou mentalement l’espace et les postures qui sont communément attribués aux femmes (la maison, mais aussi le silence, la pudeur, l’humilité, la modestie, la retenue, la pureté…) pour occuper un nouvel espace-refuge : celui de la folie. Or, on s’aperçoit que cette rupture subversive est également présente chez les écrivaines qui, en donnant vie à ces « locas », affirment leur volonté de se défaire du carcan littéraire imposé par les hommes. Au cœur de cette double quête d’identité, les limites, barrières et frontières, physiques ou imaginaires, devront êtres franchies pour conquérir liberté et indépendance. Le fait d’errer d’un côté ou de l’autre de la frontière américano-mexicaine conduit-il à représenter et à utiliser différemment la figure féminine de la folie.

2Le point de départ de cette étude est le constat par l’auteur d’un double manque. Non seulement un « vide critique » concernant l’exploration de cette figure de « la loca », pourtant omniprésente dans la littérature féminine mexicaine et « chicana », mais aussi un manque d’intérêt manifeste pour l’évolution même de cette figure littéraire au cours du XXe siècle.

3A la suite de l’Histoire de la folie de Michel Foucault, Ana Cruz García rappelle que dans la culture occidentale, folie et féminité ont toujours été intrinsèquement liées, dans une « alianza fundamental » (p. 30) renforcée par la naissance de la psychanalyse. Ce n’est qu’au début du XXe siècle que plusieurs critiques féministes remettent en cause ce postulat. Jusqu’alors, l’homme est perçu comme l’incarnation de la raison, de l’action et de la victoire, tandis qu’on associe la femme à l’irrationnel, la passivité et l’échec. Dépassant cette dichotomie, nos écrivaines se jouent chacune à leur manière de la représentation classique de la folie, et font éclater l’image traditionnelle de l’hystérie pour mieux la redéfinir et l’exploiter, travaillant ainsi à libérer la voix féminine. Voilà pourquoi dans les ouvrages étudiés ici les protagonistes sont toutes folles : soit dès le départ, soit à mesure que l’intrigue avance, comme si l’errance de l’esprit devenait la seule échappatoire pour s’affranchir d’un système qui les étouffe ou les élimine.

4En sombrant dans la folie, ces héroïnes – et leurs auteures – sont donc à la recherche d’un nouvel espace féminin : une autre « manière d’être » (p. 52) qui leur permettrait de s’extraire de la figure traditionnelle et stéréotypée de la femme soumise, construite et imposée par la société patriarcale. Cependant, contrairement aux figures de la littérature du XIXe, il ne s’agit pas d’une folie passive, irrationnelle, sans prise sur le réel et par conséquent inefficace, mais plutôt d’une posture différente face à la toute puissance rationnelle masculine. Citant Octavio Paz, Ana Cruz García souligne que « la feminidad jamás se expresa porque se manifiesta a través de formas inventadas por el hombre ». Contre le « patriarcado opresor » (p. 3), « la loca » semble alors ouvrir une autre voie (voix) pour saisir autrement la réalité, et conquérir le pouvoir en récupérant l’autorité narrative. L’errance permet donc bien à nos protagonistes de franchir les barrières du comportement « adecuado y socialmente aceptable » (p. 21) qu’on attend d’elles, en leur offrant un espace de liberté où s’exprimer. C’est en ce sens que ces « locas » fonctionnent comme des doubles de leurs auteurs, qui, s’imposant elles-mêmes difficilement dans le paysage éditorial mexicain et chicano, revalorisent la figure littéraire de la folle pour mieux se rebeller contre l’ordre établi. Tout comme leurs personnages, elles espèrent ainsi être entendues, reconnues et valorisées.

5Mais conformément à la distinction théorique qu’établit Monika Kaup, dans Mad Intertextuality : Madness in Twentieth-Century Women’s writing, ce sont deux formes de folie que l’auteur analyse dans cet ouvrage. La première est « destructrice », et finit par absorber le sujet qui en souffre, en l’enfermant dans une réalité fictive jusqu’à l’anéantir dans la mort. Dans les deux fictions publiées au Mexique, Inès et Susana deviennent folles pour tenter de se protéger, en échappant physiquement et mentalement à une réalité qui ne leur convient pas. Mais rapidement, ce « sistema hegemónico » (p.100) les rattrape et les réifie. L’errance se solde alors par un échec, conduisant les protagonistes à la négation absolue de leur identité dans une dissolution totale du « yo narrador ». A l’inverse, dans les deux romans « chicanos » parus aux Etats-Unis, la folie « constructive » apparaît comme une clairvoyance exceptionnelle et supérieure, presque magique. A l’image du « chicano », être rebelle et « mestizo » qui a traversé la frontière pour s’établir entre deux cultures et deux langues, la folie devient elle-même une « entidad fronteriza » (p.221), dépassant l’asservissante dualité sujet/objet. Ce caractère intermédiaire de constante négociation est précisément générateur de nouvelles « identidades » qui ne se laissent pas enfermer dans des catégories déterminées, et, à l’image des héroïnes de Castillo et Escandón, parviennent à préserver leur voix narrative. De part et d’autre de la frontière, deux formes différentes de résistance à l’oppression ont donc surgi, incarnées dans ces utilisations romanesques distinctes de la folie, qui aboutissent à des conséquences opposées sur la (dé)construction des sujets féminins.

6Ana Cruz García dévoile donc la variété des représentations de la figure littéraire de « la loca », fortement déterminées selon elle par l’environnement socioculturel dans lequel elles s’élaborent. Questionnant en permanence la capacité de l’errance féminine à « re(de)generar identidades », cette étude célèbre la créativité sans cesse renouvelée des écrivaines pour tâcher, malgré les difficultés, d’accéder à une véritable libération de la femme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Céline Malorey, « Ana CRUZ GARCÍA.- Re (de-)generando identidades », Caravelle, 98 | 2012, 281-283.

Référence électronique

Céline Malorey, « Ana CRUZ GARCÍA.- Re (de-)generando identidades », Caravelle [En ligne], 98 | 2012, mis en ligne le 01 juin 2012, consulté le 19 septembre 2017. URL : http://caravelle.revues.org/1304

Haut de page

Auteur

Céline Malorey

Université de Toulouse-Le Mirail

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org