Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Paul ESTRADE, Severiano de Heredia, ce mulâtre cubain que Paris fit « maire » et la République, ministre

Paris, Les Indes savantes, 2011.- 161 p.
Dominique Soucy
p. 276-278
Référence(s) :

Paul Estrade, Severiano de Heredia, ce mulâtre cubain que Paris fit « maire » et la République, ministre.- Paris, Les Indes savantes, 2011.- 161 p.

Texte intégral

1Avec la publication de Severiano de Heredia, ce mulâtre cubain que Paris fit « maire » et la République, ministre, Paul Estrade, hispaniste et cubaniste reconnu, nous offre une biographie qui s’inscrit pleinement dans le droit fil du genre renouvelé : tout en restituant avec minutie certains pans de la vie de son personnage, l’auteur le réinsère dans l’Histoire de la seconde moitié du XIXe siècle et identifie les articulations entre les différentes échelles.

2Sans prétendre à l’exhaustivité, il met en lumière le parcours personnel mais surtout politique de Severiano de Heredia, « le moins connu des trois Heredia » qui fut, entre autres, maire de Paris en 1879 et ministre des Travaux publics en 1887. Oublié par ses deux patries – Cuba où il est né et la France qui l’a naturalisé –, Heredia fut pourtant un acteur social et politique de premier plan dans le Paris et dans la France de la IIIe République.

3L’étude conduite par Paul Estrade contribue à combler un vide historiographique patent. S’appuyant sur les très rares travaux publiés sur Heredia et sur quantité d’archives et imprimés de l’époque, il propose une relecture de son parcours qu’il relate dans une narration bien menée, agréable et vivante. L’ouvrage, rédigé dans un souci de synthèse et de clarté, se veut, comme le reconnaît lui-même l’auteur, à mi-chemin entre le récit et l’essai historique, entre l’écrit scientifique et celui destiné au grand public. Si cette option confère au livre une facilité d’accès et une grande lisibilité, elle le prive, en revanche, d’un référencement systématique aux innombrables sources habilement utilisées et mises à profit ici, ce qui ne manque pas de constituer un inconvénient, d’ordre essentiellement méthodologique, pour les chercheurs.

4Cousin à différents degrés des deux fameux poètes José María de Heredia (l’un cubain, l’autre français), Severiano le mulâtre ne partagea que le nom avec ses deux parents blancs et devint le « mouton noir » oublié de l’historiographie cubaine et surtout française. Au-delà du simple constat, l’auteur propose une analyse des causes de ce désintérêt, ce qui le conduit à établir une relation entre les origines d’Heredia et l’histoire coloniale française, entre la couleur de sa peau et les « non-dits du racisme » auxquels sont soumises toutes les époques. De cette démonstration ressort la singularité de Severiano de Heredia et la richesse de son parcours. D’ailleurs, le sous-titre de l’ouvrage éclaire le propos et annonce les points d’achoppement qui restituent finalement le personnage dans toute sa densité et sa profonde originalité.

5Pour rendre compte de la constance de l’engagement moral et idéologique d’Heredia, Paul Estrade reconstitue les tensions et les bouleversements qui marquèrent l’époque, en retrace le déroulement car, pour l’auteur, ils structurèrent et déterminèrent sa vie. À ce titre, le principal mérite de l’étude est de montrer comment l’évolution personnelle et publique d’Heredia fut intimement liée aux réalités et aux contradictions des deux mondes qui l’habitaient : la Cuba coloniale et la France qu’il connut, tour à tour, impériale et républicaine.

6Fils d’un noble et d’une mulâtresse libre, Severiano de Heredia vit le jour en 1836 à Cuba, qui était toujours soumise au régime colonial esclavagiste espagnol, dans un contexte de tumultes politiques, sociaux et raciaux, ce qui décida son père à l’envoyer en France pour le mettre à l’abri. Bien que se sentant très tôt Français – il affirmera plus tard être « venu au monde en France, par la France et pour la France » (p.21) – Heredia garda toujours un lien avec sa terre natale, que ce soit par les terres et les esclaves qu’il posséda un temps dans l’île, et qui lui rapportaient la rente lui assurant un train de vie privilégié, par sa préoccupation pour le statut politique de Cuba ou par son engagement, depuis Paris, aux côtés de réformistes de Madrid pour l’abolition de l’esclavage dans les dernières possessions espagnoles.

7Dans un développement organisé en séquences chronologiques qui correspondent à autant d’étapes-clés de la construction de l’homme privé et public, l’étude nous invite à suivre l’insertion progressive du jeune Cubain dans la société française, depuis son arrivée à Paris entre 1844 et 1845 jusqu’à sa mort en 1901, et la transformation du rentier oisif – mais néanmoins studieux – qu’il fut, en citoyen engagé pour la France et en faveur de l’idéal républicain.

8Peu de temps après son arrivée, Heredia intégra le prestigieux collège Louis-le-Grand pour en ressortir neuf ans plus tard, à l’âge de 19 ans, au terme d’études classiques brillantes et, sous bien des aspects, exemplaires. Ces années de formation et de labeur discipliné posèrent les bases de la solide culture générale qu’Heredia sut par la suite mettre à profit. Il entama une carrière de journaliste en 1868, en tant que critique littéraire, une période qui, comme le remarque Paul Estrade, acheva de le former et d’affiner sa connaissance de la société française.

9C’est donc un jeune homme cultivé et politiquement articulé qui vit disparaître le Second Empire, observa les événements de la Commune et se réjouit de la proclamation de la IIIe République qui eut lieu, à quelques jours près, au moment de sa naturalisation qui devint effective le 28 septembre 1870. Heredia, qui avait longtemps attendu cet instant, put enfin participer activement à la vie politique française et ne tarda pas à prendre d’assaut la scène parisienne.

10Dès lors, et jusqu’à son retrait forcé de la vie politique en 1889, il œuvra pour la mise en place de la République et le lancement d’une réforme sociale avancée qui devait amener la paix sociale dont elle avait besoin pour se réaliser. Aussi, ce fervent républicain n’eut-il de cesse de s’investir dans ses institutions pour y défendre les valeurs auxquelles il était attaché, tout particulièrement celle de la laïcité qu’il souhaitait voir appliquée dans toutes les sphères publiques de la société. Son action au sein du Conseil Municipal de Paris, à la Chambre des Députés ou encore en tant que ministre, se doubla en outre d’une implication dans différentes associations, notamment la franc-maçonnerie où il trouva un espace de réflexion propice aux échanges et en parfaite harmonie avec ses propres préoccupations, ce qui le plongea résolument au cœur des débats et des questions qui animaient l’époque.

11Les événements politiques et personnels qui favorisèrent l’émergence de cet acteur social d’importance ont été sélectionnés avec justesse par l’auteur. La structure même de son récit lui permet de restituer la cohérence du parcours politique d’Heredia qui reposait sur une maturité intellectuelle et idéologique forgée au fil des années.

12Dans une conclusion où il revient sur « l’éclipse » qui recouvre la vie et le parcours de Severiano de Heredia, Paul Estrade rappelle combien il peut être considéré comme un exemple d’intégration réussie, à l’heure des grands débats sur la définition de l’identité nationale, sur l’intégration des étrangers, sur le passé colonial et esclavagiste de la France ou encore sur la laïcité de l’État et la liberté de conscience. Somme toute, l’ouvrage, plus qu’une simple biographie, propose une réflexion non seulement sur le processus de construction de l’identité individuelle et collective, mais aussi sur les mécanismes d’élaboration d’une histoire nationale, en posant clairement le problème des critères d’inclusion et d’exclusion de ses éléments constitutifs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Soucy, « Paul ESTRADE, Severiano de Heredia, ce mulâtre cubain que Paris fit « maire » et la République, ministre », Caravelle, 98 | 2012, 276-278.

Référence électronique

Dominique Soucy, « Paul ESTRADE, Severiano de Heredia, ce mulâtre cubain que Paris fit « maire » et la République, ministre », Caravelle [En ligne], 98 | 2012, mis en ligne le 01 juin 2012, consulté le 23 août 2017. URL : http://caravelle.revues.org/1298

Haut de page

Auteur

Dominique Soucy

Université de Franche-Comté

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org