Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Miguel Angel BERUMEN, Mauricio TENORIO TRILLO, Claudia CANALES, Marion GAUTREAU.- México: fotografía y revolución

Barcelona, Fundación Televisa et Lunwerg S.L, 2009.- 400 p.
Alvaro Ruiz
p. 273-274
Référence(s) :

Miguel Angel BERUMEN, Mauricio TENORIO TRILLO, Claudia CANALES, Marion GAUTREAU.- México: fotografía y revolución.- Barcelona, Fundación Televisa et Lunwerg S.L, 2009.- 400 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage, publié à la veille des célébrations du bicentenaire mexicain des Indépendances en 2010, s’inscrit dans le processus de révisions qu’une telle date a déclenché. Par son édition de luxe grand format, privilège de la vue, il est un précieux exemple d’un Coffee table book consacré à l’histoire visuelle de la révolution mexicaine initiée en 1910. À travers un riche répertoire de plus de trois cents photographies teintées sépia ou noir et blanc, il témoigne à la fois d’un remarquable effort de recherche iconographique et d’une volonté illustrative affirmée. Après une note de présentation et une brève introduction, deux textes décrivent le contexte historique de la révolution et son émergence à l’égard d’une culture visuelle en pleine expansion : la photographie. Suivent trois chapitres consacrés à l’importance des instantanées de la révolution dans la forge de la mémoire nationale, le regard de la presse étrangère sur cet événement d’ampleur mondiale puis finalement un parcours de la vie et de l’œuvre des principaux photoreporters (dont Agustín Víctor Casasola, Hugo Brehme ou Manuel Ramos, entre autres) protagonistes de l’ouvrage et de celle qui fut la première révolution sociale du XXe siècle. Les différents clichés s’intercalent dans le texte ou accompagnent des sous-titres explicatifs attirant un regard fasciné sur des reproductions d’une grande qualité. Au premier survol, déferlent voies ferrées, locomotives, paysages aux interminables horizons, arides plateaux du Mexique, campements, explosions, canons, hommes armés, cavaliers anonymes de l’Histoire, corps de tous âges parsemés dans les champs, dans les places publiques, dans les rues, « sombreros » et « magueyes » l’image éternelle de l’éternel cliché mexicain, hommes politiques, soldats, paysans, scènes poussiéreuses, regards fixes abasourdis, et surtout de vastes multitudes, des foules qui se pressent à l’imminence du combat.

2Par son regard exhaustif, México: fotografía y revolución, loin d’être un essai d’histoire sociale et culturelle, pose néanmoins une question fondamentale. De quelle manière peut-on puiser la mémoire historique dans l’image photographique ? Et surtout quel pouvoir occulte, surnaturel, eut l’invention photographique pour marquer au feu l’Histoire du XXe siècle ? Inutile de rappeler l’inimaginable diffusion planétaire qu’eut le visage d’un révolutionnaire universel devant l’objectif de Korda et surtout devant l’Histoire du monde. Dans ce sens, les études de l’ouvrage en question sont absolument pertinentes. Comme ces dernières nous le rappellent, Histoire et photographie proviennent d’un même fond épistémologique où s’imbibent de positivisme la rigueur scientifique et la valeur artistique d’appréhender de manière exacte et fidèle la réalité. Une telle appréhension devient de plus en plus répandue aux temps de la révolution à cause de l’empire de Kodak qui vendait déjà des appareils légers et économiques. Grâce à cette forte profusion de photographies la révolution mexicaine se donne à voir devant le monde, elle génère une conscience – du moins iconique – et participe à inscrire le monde dans cette mouvance combative qui se poursuivra en 1917. De son côté, la photographie au moment de la révolution de 1910 semble dépasser sa valeur de témoignage : elle s’affirme comme véritable langage au cœur d’une culture visuelle devenue aliénante de nos jours, comme le note Marc Augé. D’autre part, en suivant Barthes, la photographie révolutionne le monde car elle est un pur certificat de présence, voire une dénotation du réel. De ce simple fait elle devient support de l’Histoire : toutes deux partagent une aspiration commune à l’objectivité. Dans leurs différentes techniques et méthodes, Histoire et photographie sont toujours le fruit d’un cadrage, d’un choix qui, en laissant place à « l’hors-champ », marginalise, exclut certains moments, certains acteurs au profit des autres. Et c’est au cœur de ce cadrage particulier que s’écrit – ou se regarde – la mémoire collective, l’imaginaire partagé d’une communauté.

3C’est donc à la rencontre de ce programme que veut s’inscrire le présent ouvrage : redonner visibilité aux foules, regards sans nom que voile l’histoire officielle, et élargir ainsi, voire enrichir, la mémoire historique visuelle de la révolution. Certainement sous ce critère de la visibilité, on peut d’autant plus apprécier le travail de recherche et d’archive que ce livre signifie. Dans ce sens, il incarne une claire préoccupation historique qui se présente comme une urgence : celle de commencer à cataloguer véritablement l’ensemble de la photographie de la révolution mexicaine afin de préserver ce patrimoine, l’étudier et mieux l’apprécier. On peut alors se demander si une telle mission de récupération historique devrait être prise en charge par une fondation issue d’un empire médiatique comme Televisa ou une maison d’édition espagnole. En tout cas, cette première publication massive d’images est tout à fait correcte. Si le travail de recherche qu’ont réalisé les créateurs de ce livre permet de nous montrer et d’élargir le panorama historique actuel – notamment grâce à un grand nombre d’instantanés inédits – on peut s’interroger sur l’ampleur de la tâche qu’il reste à faire pour constituer une vue d’ensemble de la diversité des instantanés de la période de guerre révolutionnaire comprise entre 1910 et 1920.

4Finalement, México: fotografía y revolución, reste un ouvrage proposé au grand public comme aux étudiants d’histoire de la photographie ou à tout curieux désireux d’admirer la lumière épique que projette la révolution sur les objectifs. Dans ce sens, même si la tâche de la vulgarisation de l’image s’avère parfois contrainte aux exigences de l’industrie éditoriale, nul doute qu’elle est une véritable gourmandise pour les yeux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alvaro Ruiz, « Miguel Angel BERUMEN, Mauricio TENORIO TRILLO, Claudia CANALES, Marion GAUTREAU.- México: fotografía y revolución », Caravelle, 98 | 2012, 273-274.

Référence électronique

Alvaro Ruiz, « Miguel Angel BERUMEN, Mauricio TENORIO TRILLO, Claudia CANALES, Marion GAUTREAU.- México: fotografía y revolución », Caravelle [En ligne], 98 | 2012, mis en ligne le 01 juin 2012, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://caravelle.revues.org/1290

Haut de page

Auteur

Alvaro Ruiz

Université de Toulouse-Le Mirail

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org