Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Jesús RUIZ DE GORDEJUELA.- Vivir y morir en México, vida cotidiana en el epistolario de los españoles vasconavarros, 1750-1900

sl, Editorial Nuevos Aires, 279 p.
Bernard Lavallé
p. 270-271
Référence(s) :

Jesús RUIZ DE GORDEJUELA.- Vivir y morir en México, vida cotidiana en el epistolario de los españoles vasconavarros, 1750-1900.- sl, Editorial Nuevos Aires, 279 p.

Texte intégral

1Bien connu pour de nombreuses études et plusieurs livres sur l’émigration basco-navarraise en Amérique, mais surtout au Mexique depuis l’Indépendance, l’auteur aborde la question dans cet ouvrage à travers les correspondances que les émigrants envoyaient au pays pour y raconter leur aventure, leurs succès, souvent, leurs mésaventures parfois, avec moins de complaisance.

2Il rappelle d’abord que l’émigration basque vers ce pays y fut de tout temps relativement sélective et insiste sur l’apport déterminant qu’elle y signifia tout au long de l’histoire mexicaine. Il faut toutefois se souvenir que si à l’époque coloniale Basques et Navarrais avaient joui de conditions à tous égards favorables, voire privilégiées dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, avec l’Indépendance les choses changèrent relativement, comme l’a montré l’auteur dans de précédents ouvrages, et obligèrent les immigrants venus ou revenus après l’Indépendance à des efforts d’adaptation parfois très importants.

3Le choix prioritaire, mais non unique, des correspondances privées dans ce livre apporte évidemment un éclairage très particulier sur le phénomène, même si l’auteur souligne, après d’autres, que ceux qui écrivaient étaient en général les émigrants qui avaient réussi ou qui avaient un niveau culturel suffisant pour faire partager leurs expériences à la famille ou aux amis restés au pays.

4Le livre est subdivisé en six chapitres qui, après avoir rappelé les causes de l’émigration au Mexique dans les provinces basques, analysent d’abord le voyage, soit au travers de conseils donnés à de futurs émigrants, soit d’après les témoignages très vivants de plusieurs d’entre eux après leur installation au Mexique. Ensuite, ce sont les conditions de la vie au cours du XIXe siècle, les inconvénients et les surprises dans le pays qui vient d’accéder à l’indépendance et a, sur bien des points, du mal à s’affirmer, ce qui ne manque pas souvent de choquer les personnes habituées aux normes de vie européennes.

5Le chapitre IV présente, toujours selon le même type de sources, les affaires des Basco-navarrais, avec des études plus ponctuelles, comme celles des frères Aguirre à Tepic, ou des quelques centaines de Basco-navarrais qui parvinrent pratiquement à monopoliser dans la ville de Mexico les moulins, les boulangeries et les fabriques de biscuits.

6Le chapitre V présente un des aspects qui retenaient le plus l’attention des émigrants et dont ils parlaient souvent dans leurs lettres, c’est-à-dire la violence qui se déchaînait lors des nombreuses guerres civiles ou des révolutions de la postindépendance, mais qui était entretenue aussi par les malfaiteurs agissant seuls ou en bandes organisées, et pour qui les gachupines, riches par définition selon eux, étaient des cibles privilégiées. Il n’est pas difficile à l’auteur de citer en exemple et d’exposer en détail de nombreux cas d’agressions et de vols qui contribuaient à faire vivre les Espagnols du Mexique en général, et les Basques en particulier, dans une ambiance d’insécurité et parfois d’angoisse latente, dont les autorités, comme le montre le livre, combattaient la cause avec des résultats, et souvent même une volonté, inégaux selon les moments, le contexte politique et les régions.

7Le dernier chapitre traite de la question du retour dont la perspective était d’une manière ou d’une autre au cœur des espérances des migrants. J. Ruiz de Gordejuela donne quelques récits de retour mais insiste surtout sur ce qu’il appelle «el regreso emocional», c’est-à-dire les œuvres de bienfaisance dont les riches Basques du Mexique entendaient faire bénéficier leur pays d’origine au moyen des envois d’argent qu’ils faisaient à leur village ou à leur ville pour des écoles, des hôpitaux, deux aspects pour eux essentiels, mais aussi des aides à telle église ou à tel couvent, voire la création de confréries.

8Le livre est complété par un série de lettres retranscrites d’émigrants, qui étaient reproduites seulement en citation dans le texte, ainsi que par une vingtaine de pages de photos représentant soit des personnages intervenant dans le corps du livre, soit leurs haciendas ou leurs entreprises commerciales.

9En conclusion il s’agit là d’un livre intéressant, vivant et alerte et il faut féliciter l’auteur d’avoir montré ce que l’on peut tirer de ce genre de sources, souvent délaissées ou difficiles à localiser, en complément des recherches systématiques de l’histoire économique et sociale telle qu’on la pratique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Lavallé, « Jesús RUIZ DE GORDEJUELA.- Vivir y morir en México, vida cotidiana en el epistolario de los españoles vasconavarros, 1750-1900 », Caravelle, 98 | 2012, 270-271.

Référence électronique

Bernard Lavallé, « Jesús RUIZ DE GORDEJUELA.- Vivir y morir en México, vida cotidiana en el epistolario de los españoles vasconavarros, 1750-1900 », Caravelle [En ligne], 98 | 2012, mis en ligne le 01 juin 2012, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://caravelle.revues.org/1286

Haut de page

Auteur

Bernard Lavallé

Université de Paris III

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Revues.org